Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2006

Vamos ! A très bientôt sur le net

Une petite note pour saluer mes lecteurs et lectrices. Je pars dans quelques heures maintenant (13h40 à Paris). Mon état d'esprit est quelque peu confus : angoisse, stress, joie, colère (contre la compagnie qui a réduit le poids autorisé)... J'ai déjà pleuré. Je pleurerai certainement en voyant ma mère. Je pleurerai sur place en pensant à mes ami(e)s si loin de moi.
J'espère que le jeu en vaudra la chandelle. Je pars dans le vide en pensant à vous toutes et tous, mes contacts, mes ami(e)s, mes collègues. Prenez bien soin de vos familles et de vous-mêmes.
A très bientôt depuis Monterrey !

Je vous aime et vous resterez toujours auprès de moi.

PS: pensez à rester chez vous en juillet l'année prochaine, histoire de vous rendre visite.

Ma vision de Mexico D.F.

Que diraient les Aztèques s’ils voyaient leur capitale Tenochtitlan telle qu’elle est aujourd’hui ? Probablement maudiraient-ils leurs descendants d’avoir asséché la grande lagune, d’avoir construit sur ces lieux sacrés que sont les montagnes. Comment prétendre alors connaître une telle ville, moi le Franchute ?
Car il faut bien se rendre à l’évidence : le Distrito Federal est devenu incontrôlable, insondable. La mégapole ne cesse d’enfler, de coloniser les montagnes et les vallées situées à plus de 100 km de son centre, le Zocalo, lieu de toutes les manifestations politiques, culturelles et sociales (parfois les trois simultanément). Dès qu'on arrive en ville, un grouillement permanent de vie vous saute à la figure. A six heures du matin les tiendas des petits vendeurs grouillent de clients dévorant leurs tacos al pastor ou leurs quesadillas (galettes de maïs remplies de viande ou de fromage fondu) et vidant leur bouteille de soda. Pour vous réveiller matinalement, il suffit de la…

Un petit plus : Pan de muertos

Un petit bonus pour les gourmands:

Pour 8 à 10 personnes, il vous faut :
550g de farine de blé type 55
Un sachet de levure de boulanger lyophilisée (11g), ou 20g de levure de boulanger fraîche
2 oeufs
3 jaunes d'oeufs
190g de sucre en poudre
1 cuillère à café de sel
200g de beurre en pommade
1 cuillère à soupe d'eau de fleurs d'oranger
1 cuillère à café de zestes d'orange
110ml de lait tiède
1 cuillère à soupe de sucre glace

Versez la farine dans un saladier. Creusez un puits au milieu de la farine et versez-y le beurre, la levure préalablement délayée dans le lait tiède, les oeufs entiers et les jaunes d'oeufs battus, l'eau de fleurs d'oranger, les zestes d'orange, 90g de sucre et le sel. Incorporez peu à peu les ingrédients à la farine, et formez une boule. Couvrez d'un linge propre, et laissez la pâte doubler de volume (entre 45mn et 1h15, en fonction de la température ambiante).

Tapotez la pâte pour qu'elle s'affaisse. Formez une boule dont vous prélè…

Feliz Dia de Muertos !

Un jour par an, les morts se rappellent aux bons souvenirs des vivants et ces derniers leur doivent quelque chose. Pour le Jour des Morts, on décore tout : les maisons, les édifices publics, les administrations, mais surtout les cimetières.



Tombes décorées et copieusement garnies de victuailles, Tzintzuntzan, Michoacan,
novembre 2004.

L'ambiance se caractérise par un mélange de fête, de joie et en même temps de mysticisme, de religiosité et de respect. On peut voir des couleurs à foison et sentir les effluves de copal (une résine de pin que l'on brûle comme de l'encens sous forme de petites boules) ou des délicieux plats typiques. L'état du Michoacan, situé à environ trois heures à l'ouest de Mexico, comprend les manifestations les plus authentiques et les plus colorées du Jour des Morts au point que de nombreux touristes, la plupart du temps mexicains, s'y pressent.



Personnes priant, cimetière de Tzintzuntzan, Michoacan, 3 novembre 2004

La nuit du 2 au 3 novembre e…