jeudi 27 septembre 2007

D'où viennent les victimes du serpent à plumes à Teotihuacan ?

Dans un post récent, Erik Boot nous fait la traduction d'une dépêche de l'INAH (Sala de Prensa) qui a le mérite de parler d'une découverte les plus spectaculaires à Teotihuacan. Une découverte qui a complètement remis en cause l'idée préconçue selon laquelle les habitants de la plus grande métropole d'Amérique en cette époque (on parle de 100 000 habitants) étaient pacifiques et ne sacrifiaient pas (dixit Séjourné).

L'archéologue japonais Saburo Sugiyama a annoncé, lors du séminaire sur le sacrifice humain ayant eu lieu au Templo Mayor la tenue d'analyses des isotopes des 137 victimes retrouvés sous ou à proximité de la pyramide du Serpent à plumes de Teotihuacan lors de deux campagnes de fouilles en 1988 et 1989. La plupart sont des hommes ayant vécu entre 250 et 300 après Jésus Christ. Le spécialiste nippon estime que ce sont en fait plus de 200 personnes qui ont été offertes en offrande d'inauguration de la pyramide du serpent à plumes. 37 autres ont été retrouvées lors de fouilles entreprises sous la Pyramide de la Lune en 2004.

"Les individus ont été retrouvés dans des fosses, en position assise ou couchée, la plupart avec les mains attachés dans le dos."

Sugiyama explique que des analyses concernant cette deuxième série de victimes sont en cours afin de découvrir leur origine géographique. Il n'exclut pas en effet qu'ils s'agissent de captifs de guerre. Il n'est guère plus loquace quand au motif de ce sacrifice de masse, prétendant qu'il faut encore déterminer le contexte des enterrements collectifs, la distribution spatiale et les offrandes associées.
Partager

Un an déjà...

Je viens de me rendre compte que j'avais démarré mon blog il y a un plus d'un an... Comme le temps passe... à la vitesse de la lumière. Je n'ai pas toujours pu y mettre ce que je voulais. Sans compter que ne pas avoir une connexion permanente ne rend pas les choses faciles. Mon nouveau boulot me prend également tellement de temps.
Mais je voulais quand même remercier les quelques 2500 lecteurs qui sont venus lui rendre visite, remercier les amis de Mexique-fr qui viennent faire gonfler le chiffre et m'apporter leurs remarques, leur soutien.
L'aventure continue. J'ai tellement à vous raconter et à traduire pour nos collègues francophones qui ne disposent pas d'informations régulières sur l'archéologie précolombienne.

Bises à tous depuis Monterrey...

Cacalotl
Partager

Résultats de l'expertise d'un enfant sacrifié au TM en 2005

Voilà un peu plus de deux ans, Ximena Chavez mettait au jour le corps d'un jeune enfant à l'une des extrémités du Templo Mayor de Tenochtitlan. Dans son intervention récente lors du séminaire Seminario Nuevas Perspectivas sobre el sacrificio humano entre los mexicas qui a eu lieu la semaine passée au Musée du même site, Leonardo López Luján a révélé des résultats et confirmé certaines hypothèses d'interprétation.
Il apparaît que cet enfant de 5 ans, en pleine santé à la différence des enfants malades offerts à Tlaloc, a été sacrifié par cardiectomie en l'honneur de Tezcatlipoca vers 1469. Il avait des serpents à sonnettes sur ses chevilles et portait une petite roue de bois sur la poitrine et des plumes d'aigle sur les épaules, représentant ainsi la divinité.
López Luján a indiqué que le laboratoire de médecine de l'UNAM a réalisé plusieurs similations de la mise à mort de l'enfant et de l'extraction de son coeur. Apparemment, ses côtes ont été fracturées de manière peri mortem et les tissus internes coupés à l'aide d'une petite lame d'obsidienne très fines.
Selon López Luján, les sources coloniales font état de mises à mort rituelles d'enfants avant d'entreprendre un conflit. Malheureusement on n'a pas pu déterminer le sexe de l'enfant. Mais une analyse ADN devrait rapidement nous l'indiquer.

(Source : Sala de Prensa INAH, repris par E. Boot sur Ancient Mesoamerica news Update)

Partager

jeudi 20 septembre 2007

Evolution des fouilles au Templo Mayor

La Jornada a publié hier un article sur la digitalisation et la modélisation par une équipe de chercheurs italiens de clichés du monolithe de Tlaltecuhtli. Leonardo Lopez Lujan explique que ces clichés ont permis la création une image 3D de haute résolution de la pierre.

Apparemment la pierre a été scellée à peu près au moment de l'arrivée des Espagnols au moyen d'épaisses couches de pierres. Lopez Lujan évoque la possible inhumation des derniers souverains aztèques qu'étaient Moctezuma et Cuitlahuac.

La cavité découverte sous la pierre est carrée et mesure 1.50 mètres de côté. Elle était scellée par 15 blocs, chacun mesurant 2 mètres de long sur 50 centimètres de large. A l'intérieur de la cavité ont été des pendentifs en forme de tête de canard, à l'instar d'une des urnes funéraires déjà découvertes au Templo Mayor.



Gregory Pereira et Ximena Chavez, spécialistes des contextes funéraires, ont percé un petit tunnel à l'ouest du monolithe. Lopez Lujan espère découvrir, après avoir dégagé suffisamment d'espace, plusieurs chambres funéraires. Apparemment l'ensemble était recouvert d'une couche de stuc inviolée et datée environ de 1521.

Il semblerait que Lopez Lujan et Matos Moctezuma modifient quelque peu leur hypothèse de départ, pourtant fondée sur des récits coloniaux et d'autres recherches archéologiques : ils avaient d'emblée affirmé qu'il s'agissait de la tombe Ahuizotl.

Une équipe d'archéologues dirigées par Osiris Quezada a découvert à quelques mètres au sud du monolithe sept squelettes d'aigles royaux, trois d'ibis, 60 couteaux de sacrifices de grande taille, des centaines de pierres vertes, des objets en bois, des graines de coton et de courges.

Une autre équipe dirigée par Matos Moctezuma met au point des photos digitales de toutes les peintures murales afin qu'elles soient publiés dans le Boletin de Pintura Mural Prehispanica de l'Instituto de Investigaciones Estéticas de l'UNAM.

Virginia Pimentel et son équipe ont effectué des relevés des différents matériaux organiques retrouvés sur la pierre, histoire de voir si elle était bien utilisée pour des sacrifices humains.

Enfin Saburo Sugiyama est en train de mettre au point une carte digitale de toute la zone archéologique (environ 1.5 ha).

Partager

vendredi 7 septembre 2007

Putain... 8 mois et demi

Non, je n'ai pas accouché prématurément... De toute façon, je ne pourrai pas.

En fait, j'ai l'honneur de vous informer de la réception de mon FM3 qui m'autorise officiellement à travailler légalement à l'UdeM et à l'UANL comme professeur de FLE.

C'est la fin d'un long parcours du combattant dans la jungle de l'administration de l'immigration mexicaine. Pour en avoir parlé avec des collègues étrangers de ma prépa (comprenez mon lycée), ce serait le début des emmerdes si on considère qu'il me faut encore récupérer mon numéro de sécu, faire ma déclaration aux impôts et tout un tas de paperasserie à préparer.

Mais sans ce sésame, j'étais quasiment immobilisé. Je ne pouvais pas quitter le territoire, ni avoir une maison ou une voiture à mon nom. Maintenant si...

Donc j'ai décidé de fêter cela ce week-end avec Karina et mes beaux-parents.

Champagne !!!

Partager

jeudi 6 septembre 2007

Le Smithsonian s'expose

La Jornada nous fait part de la tenue d'une exposition des pièces mexicaines du Smithsonian Institute : le centre latino du Smithsonian fête ses 10 ans en proposant aux visiteurs une présentation de l'histoire et de la culture mexicaine des sculptures précolombiennes à un portrait de Zapata en passant par les légumes et fruits que le Mexique a donné au reste du monde.

A lire dans la Jornada du 6 septembre...

Partager

lundi 3 septembre 2007

Expo Frida Kahlo - MARCO de Monterrey

Le Musée d'ARt COntemporain situé dans le centre-ville de Monterrey a inauguré le 31 août dernier une exposition sur Frida Kahlo, la peintre surréaliste mexicaine immortalisée à l'écran par Salma Hayek il y a 4 ans dans un film éponyme.

Cette exposition a quitté le Palacio de Bellas Artes du DF et était ouverte au public jusqu'au 31 septembre 2007. Un mois d'exposition, c'est court. Il vaut mieux ne pas perdre de temps à aller la voir. D'ailleurs c'est pour cela que je suis allé la voir ce dimanche, entre un hamburger et une bonne drache typique de la saison des pluies.

Mais le Forum Universel des Cultures qui va ouvrir tout prochainement ses portes va bénéficier de manifestations de tout premier plan. Il faut reconnaître que les Regios sont plus accrocs au football et à la carne asada qu'à une virée au musée. Je caricature certes un peu mais on n'est pas très loin de la vérité.
Bref, que peut-on voir dans cette expo? Beaucoup de choses et pas grand chose, serai-tenté de dire! Beaucoup de choses comme les toiles

Certes les lettres et documents suspendus et proposés à la curiosité du visiteur donnent la possibilité de pénétrer le quotidien de Frida, mais il manque trop de toile et de vie à une exposition passablement froide et peu vivante. Les vidéos proposées datent d'une expo de 2002 au Musée des Beaux-Arts de Mexico. La scénographie est peu rythmée et manque de couleurs.
La muséographie aurait pu être plus complète : on peut voir notamment quelques photos sur l'évolution de la toile "Les deux Fridas" mais pourquoi ne pas avoir proposé plus de documents en ce sens pour d'autres toiles importantes.

On peut voir la fameuse "colonne rompue"ou "Quelques petits piqûres". Je suis resté émerveillé devant la dernière photo du couple Kahlo-Rivera prise en 1952. Il est incroyable de voir l'amour des deux artistes en dépit des tromperies et des crasses qu'ils se sont faites. Autre mention spéciale pour la toile "Portrait du

Les tarifs oscillaient entre 30 et 50 pesos et le musée sera ouvert tout le mois de septembre de 10 heures à 20 heures. Au passage, allez jeter un coup d'oeil sur l'expo sur le corps humain dans l'art contemporain : on peut y voir des toiles et des sculptures de Rufino Tamayo, de Fernand Léger, Victor Brauner, Jacques Lipchitz, Jean Dubuffet et Francis Bacon ainsi qu'un tapis de Picasso.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails