dimanche 30 octobre 2011

Participation à "El Mundo de las Religiones"

Le Dr. José Luis Rámirez Vargas anime depuis plusieurs années un programme consacré au fait religieux. Francophone et francophile, le Dr. Rámirez Vargas est professeur d'histoire au TEC de Monterrey. Suite à la conférence en français que le rédacteur de ces lignes a le plaisir de donner aux étudiants de l'Association Franco-Mexicaine Juvénile du Nuevo León il y a trois semaines, le Dr Rámirez Vargas m'a contacté afin de présenter la religion mexica à son public radiophonique.

Vaste tâche en une heure d'antenne. Tant bien que mal, et certainement avec des erreurs, j'ai essayé de présenter en espagnol les grands axes pour comprendre les rituels et les croyances des Tenochas. Le tout en direct. Il semblerait que cette collaboration sera probablement suivie d'autres dans les prochains mois. Nous vous tiendrons au courant.


 

Je vous propose donc d'écouter ce programme en attendant vos commentaires, vos questions et autres critiques.
Partager

jeudi 27 octobre 2011

Raíces 25 - Etnomusicologie dans le nord-ouest du Mexique avec Miguel Olmos

Le 15 octobre dernier, nous recevions Miguel Olmos, docteur en sciences sociales à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, enseignant-chercheur au Colegio de la Frontera, situé à Ensenada, Basse Californie Nord. Miguel est avant tout un musicien. Il s'est passionné pour l'étude des manifestations musicales dans différents groupes sociaux, notamment chez différentes ethnies indigènes du Nord et du Nord-ouest du Mexique.

Le programme a été enregistré dans les studios de Radio UdeM le 13 octobre dernier avant d'être monté par Sergio Becerra  :


 

Vous pouvez télécharger le programme pendant les 4 prochaines semaines sur Soundcloud. Ensuite, il vous faudra nous contacter pour le récupérer.


Vous pouvez retrouver différents articles de Miguel Olmos sur le site du Colegio de la Frontera. Son dernier ouvrage, El chivo encantado, vient de recevoir le prix INAH 2011 pour la meilleure recherche en ethnmusicologie. Félicitations à Miguel !

Je vous propose une petite entrevue où Miguel Olmos définit le concept de culture :


N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires et vos questions.
Partager

lundi 24 octobre 2011

Quelques cartes pour les travaux 2

Une des notes les plus visités de notre carnet est intitulé "Quelques cartes pour les travaux". Pensez : selon les statistiques proposés par Google, elle a été chargée près de 1500 fois depuis mai 2010. Aujourd'hui nous vous proposons un deuxième lot de cartes sur les langues parlées au Mexique et en Amérique centrale au moment du contact.


Selon les informations proportionnées par FAMSI, cette carte a été élaborée à partir d'informations collectées dans trois publications : Nicholas Hopkins y Kathryn Josserand (2005), R. Longacre (1967), Lyle Campbell (1988).



La seconde est visible également sur FAMSI et reprend des données présentes dans trois quatre autres publications : Mendizábal y Jiménez (1936, 1941), Frederick Johnson (1940), y McQuown (1955). Sur Wikipedia, on peut également retrouver trois cartes des langues indigènes actuellement parlées au Mexique, en fonction d'une estimation des locuteurs.


Cette première carte indique les langues parlées par plus de 100000 locuteurs.



La seconde rapporte les idiomes parlés par 20000 à 100000 locuteurs.

Plus préoccupant est le cas des langues et dialecte comptant moins de 20000 locuteurs. Cette tendance a d'ailleurs tendance à s'accélerer ces dernières années.


N'hésitez pas à nous suggérer d'autres cartes fiables. Nous serons de les proposer ici-même.
Partager

dimanche 23 octobre 2011

G. Cowgill rend publiques et gratuites certaines publications

Invité d'honneur de la Ve Table ronde de Teotihuacan qui a été inauguré ce samedi midi par les autorités de l'INAH, le chercheur américain George Cowgill s'est fendu d'un beau cadeau pour les invités présents mais également pour les mésoaméricanistes.

Sur Facebook, la page officielle de la table a publié un lien vers lequel le chercheur, le curieux ou l'amoureux de Teotihuacan pourra se rendre à l'envie pour retrouver de nombreux travaux publiés par Cowgill. Sur cette page, Cowgill a hiérarchisé ces travaux de la manière suivante :
La majeure partie des textes proposés ici au téléchargement sont en anglais. Bonne lecture !
Partager

Arqueología mexicana HS n°40

La sortie du dernier hors-série de la revue Arqueología Mexicana s'est faite attendre... Attendu depuis le début du mois, elle vient à peine d'être mise en vente dans les kiosques mexicains. Le titre est prometteur : Los Tlatoanis Mexicas.
Pour ma part, je trouve le titre un peu redondant, même si ce taxon hahua peut être attribué aux dirigeants d'autres peuples et cités de la vallée de Mexico : Azcapotzalco, Chalco avaient également leurs tlatoques mais ils n'ont pas été aussi documentés que leurs homologues mexicas, et pour être plus précis, tenochcas (i.e. de Tenochtitlan). Il est de bon ton de rappeler que les Tlatelolcas (de Tlatelolco) étaient également mexicas, mais leurs souverains ont été complètement passés sous silence dans ce numéro. Une belle occasion perdue...


Les onze tlatoque tenochcas, donc, sont présentés selon les critères suivants : représentations dans les différents textes coloniaux, catalogue des conquêtes faites pendant le règne, les constructions dans l'enceinte sacrée. On notera un aparté intéressant sur les caciques qui ont dirigé Mexico-Tenochtitlan au début de la Colonie.

Parmi les documents annexes, on retrouvera plusieurs plans et cartes, une frise chronologique sur une double page, un arbre généalogique nous présentant les liens de parenté entre chaque tlatoani. Le tout est complété d'une bibliographie vaste, complète et mise à jour.
Partager

mercredi 19 octobre 2011

V Mesa redonda de Teotihuacan

La grand messe teotihuacaine arrive. Ce week-end débute la 5e Table ronde de Teotihuacan. 120 chercheurs originaires du Japon, de France, du Mexique, d'Espagne, des Etats-Unis participeront à la présentation au public de 62 conférences, réparties pour l'occasion en plusieurs groupes de travail. 

Abondance de bien ne nuisant pas, l'archéologue américain George C. Cowgill sera l'invité de ces journées de divulgation entre le 23 et le 28 octobre prochains. L'inauguration de l'événement se fera en présence du directeur général de l'INAH et de plusieurs membres du Conseil National d'Archéologie, dont Nelly Roblés et Eduardo Matos Moctezuma à midi.
Le thème sera Teotihuacan : découvertes récentes. Centre et périphérie.

L'INAH a d'ailleurs mis en place un petit site internet qui récapitule l'information sur la tenue de cette table ronde :
  • informations pratiques,
  • programme complet des conférences et autres panels,
  • vidéos et éléments interactifs.
Le programme est en effet très alléchant, notamment avec les participations attendues de Sergio Chavez et Julie Gazzola sur l'avancée des fouilles sous la pyramide du Serpent à plumes ou celle de Ruben Cabrera sur les peintures d'Atetelco. On retrouvera aussi des analyses plus poussées sur des offrandes retrouvées sous la Pyramide de la Lune par Nawa Sugiyama ou un parallèle intéressant entre Teotihuacan et Cholula par Patricia Plunkett et Amparo Robles.

Si vous souhaitez assister aux différentes présentations, vous pouvez directement vous connecter au microsite mentionnée plus haut. Il faudra vous présenter à l'hôtel Quinta Sol, situé près de la zone archéologique de Teotihuacan.

Partager

mardi 18 octobre 2011

Raíces 24 - Archéologie de la construction avec Osiris Quezada

Osiris Quezada est archéologue et travaille sur différents projets (Templo Mayor, Teotihuacan) depuis plusieurs années. Elle s'est notamment intéressé à une branche peu connue et peu diffusée de l'archéologie : l'archéologie de la construction. Osiris est également experte en taxidermie.

Dans ce vingt-quatrième épisode de Raíces, nous allons vous expliquer en quoi consiste l'archéologie de la construction. Il s'agit en fait de l'étude des vestiges, des outils et des techniques utilisées par les peuples mésoaméricains en général et des Mexicas en particulier pour préparer et édifier les structures monumentales du Templo Mayor. 

Comme Marco Antonio Cervera Obregón, Osiris Quezada a dû notamment étudier les travaux et recherches d'archéologues espagnols et italiens sur des constructions médiévales pour élaborer des modèles propres aux Mexicas. Le programme que nous vous proposons a été enregistré le 6 octobre dernier et émis sur Radio UdeM le 8 octobre. L'enregistrement et l'édition du programme ont été supervisés par Oscar. Vous retrouverez le fichier mp3 sur Soundcloud et la playlist sur Divshare.


Raíces 24 - 08102011 by Mexique Ancien

 
Partager

dimanche 16 octobre 2011

Raíces 23 - Archéologie militaire avec Marc Antonio Cervera Obregón

Voici le 23e épisode de Raíces, diffusé tous les samedis de 17 à 18 heures (heure de Mexico) sur les ondes de Radio UdeM. Enregistré le 28 septembre dernier, ce programme a été émis le 1er octobre dernier. Votre humble serviteur a eu le grand plaisir de pouvoir converser avec Marco Antonio Cervera Obregón, archéologue mexicain spécialiste du monde méditerranéen. 

Marco Antonio tient un blog consacré à l'archéologie militaire que vous pouvez consulter ici. C'est d'ailleurs pour ce thème qui fut le fil conducteur de notre entretien, disponible sur Soundcloud et sur Divshare.
 


Marco Antonio a rédigé plusieurs ouvrages et articles sur cet aspect peu théorisé au Mexique. C'est pour cela qu'il a étudié en Espagne l'archéologie militaire du monde méditerranéen pour pouvoir appliquer certains concepts sur le monde militaire en Mésoamérique en général et chez les Mexicas en particulier.

Bibliographie complémentaire :
Cervera Obregón, M. (2007). Los sistemas de armamento vislumbrados en las figuras de guerreros del Occidente de México. Gladius, 27: 121-136 doi: 10.3989/gladius.2007.100.
Partager

Des vestiges de style puuc retrouvés au Yucatan

Des fouilles de sauvetage, préalable nécessaire à l'élargissement d'une autoroute entre Mérida et Campeche, ont permis de mettre à jour des vestiges de style Puuc, près de Mascanu depuis 2009. Ce style architectural est très présent à la frontière entre les deux états. Il caractérise notamment les anciennes villes d'Uxmal, Kabah, Sayil et Labna, à la fin du Classique.

 
L'archéologue Eunice Uc González dirige l'équipe de fouilles (un chef de chantier et cinq archéologues) qui a exploré cinq édifices qui seront restaurés et conservés. Suite à un accord avec le Secrétariat aux Transports et Communications, l'INAH a pu obtenir un rétrécissement de l'autoroute. Uc González a notamment expliqué qu'une cinquantaine de structures avait été détectée. Elles sont faites pour la plupart avec des pierres calcaires rosâtres, typiques de la région Puuc.

Ce qui a été retrouvé fait partie d'un complexe habitationnel situé à la limite entre la colline Puuc et la plaine du nord du Yucatan, près de Oxkintok y de Chunchucmil. Les structures 12 et 22 ont révélé des objets de grand intérêt.


40 enterrements avec des offrandes associées attirent notre attention. Des coquillages utilisés comme pectoraux et du jade figuraient parmi ce mobilier funéraire. Les analyses médico-légales ont mis en évidence des dents limées dans un but esthétique propre à la classe dirigeante. Uc González n'exclut la présence d'autres restes humains si on poursuit les fouilles plus profondément.


L'utilisation de caisses rectangulaires en pierre parfaitement travaillée pour y déposer les restes des défunts est particulièrement frappante. Malheureusement, leur relatif affleurement ont provoqué une dégradation plus rapide des ossements. Les os longs (fémurs, cubitus, tibias) ont suffisamment résisté aux affres du temps et aux rongeurs pour nous parvenir. D'autre part, deux crânes complets, des dents, des vertèbres lombaires, des mâchoires ont permis de préciser certains patrons d'ensevelissement.


Deux maquettes d'édifices, hautes de 40 cm et large de 20, font partie du mobilier retrouvé. L'une représente une maison en pierre, l'autre une pyramide avec des marches, ses rampes et une structure circulaire sur sa partie supérieure. 150 pièces de céramique ont été dégagées dans un état complet. Elles appartiennent à différents styles et à différentes époques : on en retrouve de type Sierra rojo polychrome (Préclassique tardif entre 150 avant et 300 après J.-C.), Tituc orange polychrome (Classique ancien polychrome entre 300 et 600 après J.-C.) et Pizarras (Classique tardif entre 600 et 900 de notre ère). Certains plats sont illustrés avec des scènes mythologiques, d'autres vases peints avec des glyphes.

L'INAH a publié un bulletin disponible ici. Nous remercions Josep Ligorred pour ses informations sur la localisation de ces fouilles.

Pour en savoir plus sur les phases de céramiques dans  cette partie du Yucatan, nous vous recommandons la consultation des documents suivants :

Velásquez, Juan Luis. 1994. "Excavaciones en Punta de Chimino y la cerámica recuperada". In VII Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 1993 (editado por J.P. Laporte y H. Escobedo), pp.349-359. Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Guatemala. Document pdf disponible le 16 octobre 2011 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/32.93%20-%20Velasquez.pdf .

Kam Manahan, T. et Ardren, T. "Transformación en el tiempo: definiendo el sitio de Xuenkal, Yucatán, durante el periodo Clásico Terminal". In Estudios de Cultura Maya, p. 11-32. Instituto de Investigaciones Filológicas, Universidad Nacional Autónoma de México. Document pdf disponible le 16 octobre 2011 sur : http://www.iifilologicas.unam.mx/estculmaya/uploads/volumenes/xxxv/manahan.pdf .
Partager

jeudi 13 octobre 2011

II Simposio de Arqueología en el Estado de Hidalgo

Le 18 octobre prochain débute un symposium qui durera trois jours et présentera les avancées de différents projets archéologiques dans l'état d'Hidalgo. Intitulé sobrement II Simposio de Arqueología en el Estado de Hidalgo, il aura pour siège l'amphithéâtre Salvador Toscano du Centro INAH, les 18 et 20 octobre, et l'amphithéâtre Jesús Ángeles Contreras de l'Instituto Ciencias Sociales y Humanidades de l'Universidad Autonóma del Estado de Hidalgo, le 19 octobre.

Les conférences auront lieu de 10 à 14 heures et l'entrée sera gratuite et ouverte au public. Le programme complet des conférences est disponible sous différents formats sur la page créée spécialement pour l'occasion.


Si vous passez par là, n'hésitez pas à prêter l'oreille...
Partager

samedi 8 octobre 2011

Découverte majeure au Grand Temple de Mexico-Tenochtitlan

Des archéologues du PAU (Programa de Arqueología Urbana) ont mis au jour depuis une plateforme circulaire d'une quinzaine de mètres de diamètre à l'emplacement de la place Manuel Gamio, située en face du Templo Mayor de Mexico-Tenochtitlan, juste à côté de l'emplacement du monolithe de Tlaltecuhtli.

Comme souvent la découverte fut fortuite : des sondages préalables à la construction d'un nouveau vestibule avant l'entrée sur la zone archéologique ont révélé le pavement des phases VI et V de l'enceinte cérémoniel, respectivement élaboré en andésite rose et en basalte. En descendant les archéologues ont touché un mur arrondi. Il fut donc décidé d'entreprendre des fouilles en voyant les dimensions de la structure.

Haute de 1,5 m elle fut édifiée entre 1469 et 1470, sous le règne d'Axayacatl. Elle appartient à la phase IVb du centre cérémoniel et fut recouverte par les Tenochcas lors de travaux d'agrandissement de la pyramide double. Elle a été retrouvée à cinq mètres de profondeur.


Vue partielle de la plateforme retrouvée au Templo Mayor.
Mexica, Postclassique récent (ca. 1469)
Photo Hector Montaño/INAH, disponible le 8 octobre 2011 sur :

Le responsable du PAU, Raul Barrera, a apporté de nombreux détails sur cette découverte faite par des archéologues. Elle est composé d'un agencement de pierre d'origine volcanique, tezontle, recouvert d'une couche de stuc. Les archéologues ont aussi retrouvé et compté jusqu'à 19 têtes de serpentencastrées sur la paroi de la plateforme. Elles sont très semblables à celles qui formaient le coatepantli de la Pyramide double : elles mesurent entre 40 et 45 cm de long et sont en basalte.


Raul Barrera sur le lieu des fouilles du cuauhxicalco.
Photo Hector Montaño/INAH, disponible le 8/10/2011 sur : 


Deux autres pierres sculptées en bas-relief ont dégagées : l'une représente un bouclier (chimalli), attribut de Huitzilopochtli, dieu tutélaire des Mexicas ; l'autre est un jade (chalchihuitl) ornée de volutes de fumée à mettre en rapport avec le feu.

Il est intéressant de voir comment différentes sources coloniales (Sahagun, Tezozomoc, Duran [1867: 178], et le Codex Matritense) font explicitement références à cinq plateformes appelés cuauhxicalco. Selon eux, c'est là qu'étaient déposés les restes des souverains tenochcas après leur incinération. 

 Un cuauhxicalco avait déjà été fouillé par le PAU, à proximité du sagrario, à quelques dizaines de mètres à l'ouest de celui qui vient d'être exploré. Le cuauhxicalco signifie en nahuatl, le lieu du cuauhxicalli, cette sculpture en forme d'aigle (cuauhtli) qui servait notamment lors de rituels sacrificiels. On y déposait notamment le cœur de la victime. Deux monolithes de ce genre furent notamment lors de fouilles sous le Palacio del Marqués del Apartado, situé en face du Templo Mayor.


Cuauhxicalli, Mexica, Postclassique récent.
Museo del Templo Mayor.
Photo Tobias Boyd, disponible le 8/10/2010 sur : 

Pour en savoir plus, nous vous recommandons le visionnage d'une vidéo disponible sur la chaîne INAHTV et un portfolio de clichés pris par Hector Montaño, sans oublier la note publiée sur le site de l'INAH.


L'annonce de cette découverte a été faite par le directeur général de l'INAH en personne, Angel de Maria y Campos, d'habitude peu enclin à mettre en valeur les trouvailles des archéologues de l'INAH. Faut-il y voir une certaine récupération alors que sa position semble a priori fragile après les prochaines élections présidentielles ?

Une autre question se pose : quel sera l'avenir de cette structure sachant que la construction du vestibule doit se faire ? Pour l'instant, aucune décision n'a été prise. Différentes pistes sont à l'étude : élaboration d'une fenêtre archéologique comme dans les cas récents de la pyramide d'Ehécatl ou du calmecac ? déplacement du vestibule ? Nul doute que ce sera sujet à débat au sein de l'INAH.

Partager

vendredi 7 octobre 2011

Raíces 22 - Diplôme Anthropologie Sociale avec Efrén Sandoval

Dans Raíces 22 nous avons fait un peu de pub pour des collègues qui luttent contre l'ignorance et le manque de reconnaissance des études anthropologiques au Nuevo León. Efrén Sandoval est chercheur au CIESAS Noreste et coordonne le diplôme "Théorie et pratique de l'anthropologie sociale".

Les inscriptions ont lieu jusqu'au 28 octobre. Il faut savoir que les classes auront lieu tous les 15 jours au CIESAS Noreste, situé au 1031 rue Morelos, dans le centre historique de Monterrey. Vous pouvez obtenir plus de renseignements en écrivant à diplomadociesas[@]yahoo.com.mx ou en téléphonant au 83 44 71 16 ou 83 42 75 82 (en ajoutant 81 comme numéro de longue distance). Ce diplôme est ouvert au public disposant au minimum d'une maîtrise.

Raíces 22 a été enregistré dans les studios de Radio UdeM le 26 septembre dernier et émis le 28 sur http://www.udem.edu.mx/radioudem . Nous vous proposons de télécharger le podcast sur Soundcloud et de réécouter l'intégralité des émissions sur Divshare.




N'oubliez pas de nous laissez vos commentaires et suggestions : ils sont plus que bienvenus !
Partager

jeudi 6 octobre 2011

La chambre 3 de Bonampak retrouve des couleurs

Dans le cadre d'un projet de restauration entrepris par la Coordinación Nacional de Conservación del Patrimonio Cultural, le restaurateur Gilberto Buitrago Sandoval a révélé les spectaculaires résultats obtenus après trois mois de travaux sur une paroi de la chambre 3 du Temple des Peintures.

Force est de constater qu'ils sont impressionnants si on en juge le diaporama disponible sur le site de l'INAH. L'éclat des couleurs frappe le spectateur : la force des ocres et du fameux bleu maya sont plus que surprenants. Mais ce sont de nouveaux éléments iconographiques qui sont apparus et qui n'avaient pas été catalogués.


Peinture murale, Chambre 3, Temple des Peintures murales.
Bonampak, Chiapas, Classique
Photo INAH, disponible le 6/10/2011 sur

En fait, l'équipe de restaurateurs de l'INAH (composée de Nayeli Pacheco, Olga González, Valeria Villalvazo, Haydeé Orea y Constantino Armendáriz) retirent progressivement et lentement les couches de sels qui se sont agglutinés sur des parois soumis à une humidité et une chaleur permanentes. Après avoir renforcé les parois internes, les restaurateurs ont étalé un gel qui a ramolli le voile blanc avant d'utiliser différents bistouris et fraises à pointe en diamants.

La première campagne s'achèvera en novembre et devra redonner son lustre aux trois murs de la Chambre 3. Selon les estimations de Buitrago Sandoval, il faudra encore cinq à six ans pour nettoyer tous les murs peints du plus célèbre édifice de Bonampak.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le bulletin mis en ligne par l'INAH.
Partager

lundi 3 octobre 2011

Hombre, Sociedad y Cosmogonía en Teotihuacan

Mercredi 5 octobre se tiendra une conférence d'une journée au Museo Nacional de Antropología. Intitulée "Hombre, Sociedad y Cosmogonía en Teotihuacan", elle sera inaugurée par la directrice du musée, Diana Magaloni.

Viendront ensuite sept conférenciers qui exposeront leurs recherches sur des aspects essentiellement ethnoarchéologique de Teotihuacan et de sa population aux origines multiples. On pourra entre autres écouter Ruben Morante de l'Universidad Veracruzana, Ruben Cabrera Castro, responsable de fouilles à Teotihuacan depuis plusieurs décennies, ou encore Benjamín Pérez González.

L'évènement est complètement gratuite et aura lieu de 10h30 à 19h à l'amphithéâtre Jaime Torres Bodet. Pour en savoir plus sur ce cycle de conférences d'une journée, nous vous recommandons la lecture du site de l'INAH. Vous pourrez y lire le programme complètement.
.
Partager

samedi 1 octobre 2011

Le meilleur de...

Avec ce titre un brin racoleur, nous souhaitions vous informer d'une bonne nouvelle. L'INAH et la BNAH (Biblioteca Nacional de Antropología e Historia) vont proposer au public un CD-Rom qui regroupe une dizaine de codex mexicains qui avaient déjà été publiés individuellement.

C'est ainsi que les codex Huamantla, Colombino, Huichapan, Matrícula de Tributos, Tlatelolco, Badiano, Chavero et Mapa de Sigüenza, datés entre le 12ème et le 16ème siècle, seront donc disponibles sur un seul support. L'annonce a été faite lors de la Feria del Libro de Antropología e Historia qui s'achève au Museo Nacional de Antropología. On pourrait donc penser que ce sera une bonne économie pour le porte-monnaie. Espérons que ce soit le cas.

Cette édition pose cependant le problème de la diffusion de qui est un patrimoine de tous les Mexicains et qui devrait de fait être gratuit, notamment sur Internet.

Pour en savoir plus, vous pouvez toujours consulter l'article proposé par le quotidien mexicain La Jornada.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails