Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2012

Réouverture du musée de site de Dzibilchaltún, Yucatan

Après deux ans de travaux de rénovation, le Musée du monde maya, situé sur le site archéologique de Dzibilchaltún, a été réinauguré par les autorités locales. Ces travaux avaient été entrepris suite aux dégâts subis par le musée original datant de 1994 lors du passage des cyclones Isidore et Wilma en 2002 et 2005. Ses travaux d'entretiens se sont convertis en une refonte complète des collections et du guide muséographique.

Au total ce sont 700 pièces qui sont présentées au public. Elle correspondent à différentes cités mayas et à différentes époques (du Préclassique au Postclassique tardif). Vous pourrez notamment y voir l'enterrement du dirigeant de Ch’iy Chan Ti’ Ho: Kalom ‘Uk’uw Chan Chaak. Il avait été mis à jour par l'équipe de l'archéologue Ruben Maldonado lors de fouilles menées en 1998 et 1999 sous la structure 42. Une urne funéraire avec des restes humains incinérés. Dans la même salle, il y a également l'offrande des sept poupées en terre cuite: elles on…

Raíces 46 - Mayas 2012 avec Nahum Solis et William Breen

46 épisodes après, Raíces fête son premier anniversaire. Quand j'ai commencé à enregistrer chaque semaine avec le Mtro Guadiana, je n'avais pas trop d'idée sur la manière de durer une année complète. Raíces est devenu depuis une part importante de ma vie personnelle. Cela m'a permet de m'ouvrir à de nouveaux horizons, de nouvelles perspectives.

Je n'avais jamais pensé à faire de la radio. La période d'anxiété à parler devant un micro s'est (presque) estompé. On connaît parfois des impondérables matériels qui rendent l'enregistrement plus piquant. Merci à Checo Becerra pour sa présence, son temps et sa patience pour ma diction, mes hésitations et qu au Mtro Guadiana pour avoir cru en ce projet.

Je dis "nouvelles perspectives" car j'étais enfermé dans une vision très limitée de l'anthropologie : l'anthropologie religieuse et l'archéologie n'en sont que deux domaines. Ils sont tout aussi importants que la médecine légale,…

Fin des restaurations des peintures murales à El Tajín, Veracruz

Il y a un an et demi, nous faisions état d'une campagne de restauration de grande envergure sur les peintures murales visibles sur l'édifice 1 de Tajín Chico.  Ces travaux sont désormais achevés, si on en croit la lecture d'un bulletin de l'INAH publié il y a 3 jours.

Les restaurateurs de l'INAH en ont fini avec les trente mètres de peintures. Elles présentent la particularité d'être présentes dans un des quartiers résidentiels sur les hauteurs du site. Effectuées entre 900 et 1200 de notre ère, elles témoignent d'une grande richesse chromatique que des carbonates de calcium voilaient. Dulce María Grimaldi Sierra, en charge de la restauration qui aura duré au total 3 ans, détaille également le corpus iconographique représenté sur cette peinture. On y retrouve des volutes et des grecques, typiques de l'iconographie des peuples du Golfe de Mexico, mais aussi des figures anthropo-zoomorphes comme des hommes-poissons, des hommes-reptiles et un félin à tête…

Mayas 2012: evidencias cientifícas de una mala interpretación

Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux, vous êtes sans doute au courant d'un événement auquel votre serviteur participera comme expositeur. Je ne serai pas seul en piste: seront présent l'archéologue Nahum Solis; professeur à l'Universidad Humanistíca de las Américas, l'astronome Pablo Lonnie Railey, collaborateur du Planetario Alfa, le docteur William Breen, professeur à l'Université de Monterrey.

La conférence aura lieu au Museo de Historia Mexicana, à Monterrey, le 27 mars prochain. Le collège d'experts commencera ses activités à partir de 19 heures. Il sera précédé d'une visite guidée des pièces mayas du musée.


Nous essaierons de démontrer comment les théories catastrophiques voir apocalyptiques d'une fin du monde n'ont aucun véritablement fondement scientifique, en l'occurrence anthropologique, archéologique ou astronomique. L'événement est gratuit. Cependant si vous venez, soyez prudents : l'auditorium a une capacité limitée.…

Nouvelle exposition temporaire au Museo del Templo Mayor

Bien que cela n'apparaisse pas encore sur la page officiel du Museo del Templo Mayor, on peut d'ores et déjà trouver des informations sur une exposition qui a commencé ce mois de mars et s'achèvera en août prochain. Intitulée Humo para los dioses: una ofrenda de sahumadores al pie del Templo Mayor de Tenochtitlan, elle regroupe une série d'encensoirs faisant partie de l'Offrande 130. Cette offrande a été retrouvée lors des fouilles entreprises sous l'emplacement du monolithe de Tlaltecuhtli en 2009. Dans un petit livret que vous pouvez lire sur le site Mesoweb, Leonardo López Luján revient sur les circonstances de cette invention hors du commun et sur la restauration de ces pièces qui possèdent une bonne partie de la peinture qui les ornent. Le directeur du Proyecto Templo Mayor explique l'utilisation rituelle qui en était faite et la fête pendant laquelle on en faisait usage. Un cycle de conférences sera organisé tous les samedis du mois de mai et une aut…

Arqueología Mexicana 114

Voilà un numéro qui ne manquera pas d'attirer les amateurs de paradis artificiels. Dans cette publication, la part belle est faite aux boissons enivrantes et aux alcools consommés dans le passé et dans le présent par les peuples mésoaméricains.


Mais avant d'arriver à ce dossier central, la revue publiée par l'INAH nous propose une très longue section d'informations que nous avons couverte sur ce carnet. Vient ensuite une double page propose de courtes critiques sur différentes publications éditées l'année dernière. Suit une présentation du Códice en Cruz par le chercheur Xavier Noguez.

Un premier article signé par Emily McClung de Tapia et Nawa Sugiyama (fille de l'archéologue japonais Saburo Sugiyama) étudie sur l'utilisation (parfois la surexploitation) des ressources végétales et animales par les peuples indigènes passés et présents et propose une perspective différente pour la gestion de la biodiversité mexicaine. Il convient de rappeler que le Mexiq…

Visiter le site de Cantona prendra plus de temps...

C'est ce qu'on peut penser lorsqu'on lit le bulletin publié par l'INAH sur son site officiel. Le site poblano fouillé par les équipes Angel García Cook est certainement l'un des moins connus de cet état mais dont les ressources archéologiques semblent les plus riches. 14,7 km de long, 7000 cours intérieures qui n'ont pas été explorées, vingt-sept terrains de jeu de balle, 550 ateliers, une acropole, de nombreuses places à caractère religieuses, 4000 voies de communication : des chiffres qui donnent le vertige et indiquent le statut et l'amplitude de Cantona à l'époque préhispanique.

Pourquoi un tel gigantisme ? Pourquoi une telle urbanisation. L'emplacement de Cantona était stratégique. Elle est situé sur un couloir commercial qui reliait la Côte du Golfe du Mexique, Teotihuacan et Cholula sur le Haut Plateau central et Monte Alban au sud. Alors qu'elle a été construite au Préclassique, Cantona ne s'enrichit et n'atteint ses dimensions …

Raíces 45 - Projet CANDELA avec Victor Acuña

Lors de quarante-cinquième programme émis le 17 mars dernier sur Radio UdeM, nous avons le plaisir de recevoir Victor Acuña, enseignant-chercheur à l'Escuela Nacional de Antropología e Historia. Le professeur Acuña est spécialiste en anthropologie physique. Il participe à un projet international dont il est le responsable pour le Mexique. Il s'agit de procéder â des analyses d'ADN de la population mexicaine afin de déterminer la présence des trois racines de ce pays que sont les Africains, les Européens et les Indigènes.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette attitude, vous pouvez écouter cet entretien en format mp3 sur Divshare et Soundcloud.

Raíces 45 - 17032012 by Mexique Ancien



Bonne écoute ! N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires.

Trafic de pièces mayas au Campeche

Le journal El Diario de Yucatán annonce sur son édition l'arrestation d'un chauffeur de camion sur la route allant de Champotón a Sambacuy, dans l'état de Campeche. Dans une caisse de grande taille, des policiers ont mis la main sur un butin de grande valeur marchande allant probablement en direction de Mexico. Sur le marché noir de l'art, les pièces volées peuvent atteindre des prix entre 30000 et 200000 dollars (de 15000 à 152000 euros).

Tête de serpent à plumes, Maya, Epiclassique. Origine inconnue.Disponible le 13/03/2012 sur : http://images.yucatan.com.mx/fotos/20120311/620X465/165552.jpg .

Parmi les pièces saisies et confiées au ministère de la justice local, figure cette sculpture représentant une tête de serpent à plumes. Elle est très semblable à d'autres têtes ophidiennes de Chichen Itza. Des experts de l'INAH ont énumérés cet incroyable inventaire à la Prévert : une stèle, deux autres sculptures, deux sièges en pierres dont les côtés sont sculptés a…

Restaurations de reliefs à Tonina, Chiapas

Le site chiapanèque dont les fouilles et les restaurations sont coordinées par l'archéologue Juan Yadeun fait l'objet d'attentions toute particulière au fur et à mesure que la date de changement d'ères s'approchent. Dest travaux ont été entrepris dès fin 2010 pour passer à la nouvelle ère. Six reliefs seront au centre des préoccupations et des bons soins des restaurateurs. L'un d'entre eux est actuellement sous le feu des projecteurs. Il s'agit de la Frise des Quatre époques ou Quatre soleils. Elle est visible dans le sixième bâtiment qui forme l'acropole qui surplombe l'Usumacinta. Elle fut découverte lors de fouilles en 1992.

Frise des quatre époques, Acropole de Tonina, Chiapas. Classique tardif. Photo : Simon Burchell prise le 24/02/2010, disponible le 13/03/2012 sur :http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2a/Tonin%C3%A1_stucco_frieze.jpg.
La restauratrice Monica Vargas a expliqué quels procédés ont été utilisés lors de la restaura…

Raíces 44 - La femme préhispanique avec Bertrand Lobjois

Dans cet épisode, votre serviteur a du mouiller le maillot ! Journée internationale de la femme oblige, il me paraissait nécessaire de faire un topo rapide sur la place que les femmes préhispaniques occupaient dans leur culture respective. Le temps pressant, il était difficile de s'attarder sur des détails qui seront certainement exposés dans des interventions de femmes anthropologues spécialisées comme Adriana Velázquez Morlet ou Miriam Judith Gallegos.

Voici donc un très humble et trop rapide hommage disponible sur Soundcloud et sur Divshare. Nous attendons vos réflexions, vos commentaires et suggestions.

Raíces 44 - 10032012 by Mexique Ancien

Voici les références que nous commentions dans cet épisode.Arqueología mexicana, vol. 29, Editorial Raíces-INAH.Escalante Gonzalbo, Pablo. 2004. Historia de la vida cotidiana en México. Tomo I: Mesoamérica y los ambitos indígenas de la Nueva España. México: Fondo de Cultura Económica-Colegio de México.León-Portilla, Miguel. 1991. Huehuet…

Raíces 43 - El Pañhu avec Fernando López

Samedi dernier nous avons transmis un programme présentant un site archéologique qui sera ouvert au public dans les prochains mois : El Pañhu. En compagnie du Dr. Fernando López, responsable du projet de fouilles et de restauration et professeur à l'Escuela Nacional de Antropología e Historia, nous avons appris l'importance géopolitique de ce site et surtout découvert un peuple méconnu : les Otomis.

Situé dans l'actuelle Vallée de Mezquital, dans l'état d'Hidalgo, El Pañhu est fouillé systémiquement depuis les années 1990. Si les publications tardent encore à être disponibles, il conviendra de faire un petit tour en août prochain.

Pour l'heure, vous pouvez réécouter et télécharger le programme enregistré le 1er mars dernier dans les studios de Radio UdeM, avec la bienveillance de Dany et Checo Becerra. Vous pouvez choisir de vous connecter à Soundcloud durant les quatre prochaines semaines ou vérifier notre liste de lecture sur Divshare.

Raíces 43 03032012 by M…

Interview d'Eric Taladoire dans le Point

Le magazine français Le Point a récemment proposé un entretien avec Eric Taladoire, archéologue mayiste et spécialiste du jeu de balle mésoaméricain. L'objet de cet échange n'avait rien à voir avec les fouilles qui peuvent avoir lieu actuellement au Mexique. Il s'agit plutôt de mettre les points sur les i en dénonçant les abus et les escrocs de la pseudo-science sur le monument d'El Tortuguero et la fameuse prophétie de fin du monde.

Ce qui frappe dans les propos de Taladoire, c'est le peu de cas que les Mayas modernes font des annonces présentées dans certains textes coloniaux et des interprétations alarmistes proposés par des imposteurs de l'autre côté de l'Atlantique. Comme l'explique bien l'archéologue français, les arguments et les éléments utilisés par ces pseudo-scientifiques sont peu nombreux et mal ou surinterprétés.
On ne peut que regretter que l'attitude des médias traditionnels, plus intéressés par le brouhaha des charlatants, que p…