dimanche 30 septembre 2012

Raíces 71 - Archéologie du Veracruz avec Alejandro Hinojosa

Hier, nous avons émis notre soixante-et-onzième de Raíces sur Radio UdeM. Il s'agissait d'un entretien enregistré le 27 septembre en compagnie de l'archéologue et historien Alejandro Hinojosa. Alejandro est titulaire d'une licence en archéologie de l'Universidad Veracruzana, située dans la capitale de l'état : Jalapa ou Xalapa selon la graphie. Il a donc effectué plusieurs campagnes de fouilles dans des sites situés dans la Sierra Veracruzana.

Il me paraissait nécessaire d'aborder l'archéologie de cet état. El Tajín, site classé au Patrimoine de l'humanité, est la partie visible d'un immense iceberg culturel préhispanique. On connaît moins déjà Cempoala ou . Mais que dire des sites huastèques au nord de l'état ou de la Mixtequilla ? Ils sont peu diffusés. L'archéologie veracruzaine n'a pas malheureusement pas les moyens que requièrent la quantité pléthorique de sites et emplacements. Nous avons donc choisi délibérément de donner une vision globale du Veracruz préhispanique avant de retrouver Alejandro dans de futurs épisodes sur ses principales composantes culturelles.

Le programme est disponible librement sur les portails Soundcloud et Divshare. Nos remerciements vont également à Sergio Becerra, ingénieur du son et monteur du programme.






Voici les liens compléments à ce programme.

Expositions :
Évènements académiques
  • XXIV Feria del libro de antropología e historia, Museo Nacional de Antropología du 27/09 au 7/10.
  • XVII Simposio Román Piña Chán, Auditorio Jaime Torres Bodet, Museo Nacional de Antropología, 1-3 octobre.
  • VIII Foro de música tradicional, Auditorios Tlaloc y Jaime Torres Bodet, Museo Nacional de Antropología, 4-7 octobre.
  • II Encuentro del libro intercultural y en lenguas indígenas, Auditorio Fray Bernardino de Sahagún, Museo Nacional de Antropología, 5-6 octobre.
  • Curso La cultura olmeca de la Costa del Golfo y del Altiplano central, tous les vendredis du 28 septembre au 12 octobre 2012, Salle P202, Escuela Nacional de Antropología, Mexico.
  • Jornadas sobre peritaje antropológico, Centro INAH San Luis Potosí, San Luis Potosí, du 10 au 11 octobre 2012. 
  • Tras los pasos de Leopoldo Batres, conférence de Elvira Pruneda Gallegos, 3 octobre, Sala de usos multiples, Dirección de Estudios Históricos, INAH.
  • IV Jornada académica de antropología médica, 2-5 octobre, Coordinación Nacional de Antropología, INAH.
Médias
    Nous vous rappelons que Raíces est un programme radio éducatif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique-Usage commercial interdit.
    Partager

    jeudi 27 septembre 2012

    Quelques outils pour comprendre rapidement la Mésoamérique ancienne

    Que vous soyez prof d'espagnol en France ou amateur(trice) éclairé(e) du Mexique, vous pouvez consulter une série de présentations disponibles en format flash. Ils vous aideront à préparer un exposé ou un voyage à moindre coût. Tous sont disponibles sur le site internet de l'INAH. Il y en a pour tous les goûts et sont disponibles sous Android et sous Ipad (moyennant l'installation de Flash).

    Partager

    mercredi 26 septembre 2012

    Série documentaire Piedras que hablan

    Mardi 25 septembre, la chaîne nationale (mais pas accessible partout) Canal 22 a commencé la retransmission de 13 documentaires de 52 minutes chacun sur plusieurs sites archéologiques mexicains. Je vous en propose la liste, copiée depuis le site officiel de la série :
    1. 25/09 : Yaxchilán, Chiapas 
    2. 2/10 : El Tajín, Veracruz 
    3. 9/10 : Tonina, Chiapas 
    4. 16/10 : Monte Albán, Oaxaca 
    5. 23/10 : Tenochtitlán y su Templo Mayor, D.F. 
    6. 30/10 : Chichen Itza, Yucatan 
    7. 6/11 : Chalcatzingo y Xochicalco, Morelos, y Tehuacalco, Guerrero 
    8. 13/11 : Cenotes, Quintana Roo 
    9. 20/11 : Calakmul, Campeche y Bonampak, Chiapas 
    10. 27/11 : El Cóporo, Guanjuato y Paquimé y Cueva de la olla, Chihuahua 
    11. 1/12 : Teotihuacan, Edo de México 
    12. 8/12 : Palenque, Chiapas 
    Beaucoup sont connus et on pourrait a priori craindre des redites. Pour avoir vu le premier épisode, l'axe de réalisation proposé est plutôt d'ordre archéologique au sens pur du terme: il s'agit avant tout d'un récit des différents explorations effectuées sur chacun d'entre eux avec un recul intéressant sur les techniques de fouilles.

    Ne vous attendez pas à de grandes révélations, ni à une mécanique hollywoodienne comme on peut le voir désormais sur National Geographic, Discovery Channel ou History. Le rythme est plus lent, posé avec une foule de détails et d'anecdotes qui font esquisser un sourire pour celui ou celle qui connaît un peu les endroits visités.

    Il est dommage que la série ne soit pas visible sur internet. Mais il y a fort à parier qu'une séride DVD sera proposée rapidement car l'information proposée dans ces documentaires est de première main.

    A voir donc pour tous les francophones au Mexique tous les mardis à 21 heures.

    Partager

    dimanche 23 septembre 2012

    Raíces 70

    Voici le soixante-dixième épisode de Raíces. Cette semaine, pour des raisons professionnelles, mon invitée n'a pas pu se présenter au micro et pour parler de ses recherches. Ce n'est que partie remise. C'est également pour cette raison que j'ai pris tout mon temps pour vous faire un journal anthropologique plus détaillée que d'habitude. Nous avons enregistré avec Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM le 20 septembre dernier.

    Vous pouvez écouter et téléchargement ce programme sur Soundcloud ou Divshare sous flash ou html5.





    Vous trouverez ensuite les liens que vous pouvez consulter pour compléter l'écoute de ce programme.

    Expositions
    Évènements académiques
    • Las charlas de Café con Historia Pueblos con Tradición Indígena, Auditorium du MUNE, Monterrey,26 septembre 2012 : “Invasión Comanche” avec Héctor Jaime Treviño.
    • Primer coloquio de lenguas indígenas, Facultad de Ciencias Políticas y Administración pública, Universidad Autonóma de Nuevo León, Campus Mederos, 24 et 25 septembre 2012.
    • Conférence "El ocaso de los Mayas: mitos y realidades", avec William Breen Murray. CIESAS Noreste, Monterrey, 25 septembre 2012.
    • Tercer coloquio interno de la licenciatura en arqueología y Ciclo de conferencia de paleontología, Universidad Humanista de las Américas, Monterrey, 27 et 28 septembre 2012.
    • Foro regional Mayista, Campeche, 26 septembre 2012 : "Tiempos y calendarios"avec Antonio Benavides.
    • XXIV Feria del libro de antropología e historia, Museo Nacional de Antropología du 27/09 au 7/10.
    • V Encuentro de lenguas en peligro, Auditorio Jaime Torres Bodet, Museo Nacional de Antropología, 27 septembre, de 13 à 17 heures.
    • VIII Coloquio de africanías, Auditorio Jaime Torres Bodet, Museo Nacional de Antropología, 28 septembre, de 13 à 17 heures.
    • Curso La cultura olmeca de la Costa del Golfo y del Altiplano central, tous les vendredis du 28 septembre au 12 octobre 2012, Salle P202, Escuela Nacional de Antropología, Mexico.
    • Jornadas sobre peritaje antropológico, Centro INAH San Luis Potosí, San Luis Potosí, du 10 au 11 octobre 2012.

    Informations
    Nous vous rappelons que Raíces est un programme radio éducatif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique-Usage commercial interdit.

    Partager

    Décès de Robert J. Sharer

    Il y a des semaines comme ça où rien ne va. Je passerai sur les aléas que j'ai connus au moment de présenter ma vidéoconférence à l'ENAH et d'enregistrer Raíces. Mais il faut bien reconnaître que le milieu mayiste est bien triste. Après la douloureuse perte de Norberto Crespo il y a quelques jours, c'est avec tristesse que nous déplorons le décès du mayiste américain Robert Sharer à l'âge de 82 ans, perdant sa bataille contre un cancer du pancréas.

    Pour beaucoup d'étudiants et de chercheurs, son nom reste associé à un travail monumental publié au FCE et qui a connu de nombreuses mises à jour et réimpressions.


    Robert J. Sharer était bien plus qu'un auteur. C'était avant tout un archéologue qui connaissait la zone maya, notamment Copan, comme sa poche. Il était aussi enseignant-chercheur à la Pennsylviana University, titulaire de la chaire d'anthropologie. Enfin il était conservateur des collections américaines au Penn Museum où se déroule actuellement l'exposition Mayas: Lords of Times jusqu'en janvier 2013.
    Partager

    samedi 22 septembre 2012

    Trois ouvrages à découvrir

    Le fait de vivre loin de l'Europe nous fait perdre un peu le fil des activités de recherche et de diffusion sur ce continent. Nous avons récemment un courriel d'Eric Taladoire sur la publication récente et à venir de trois ouvrages que le public francophone pourra commander par internet ou dans une bonne librairie.

    Commençons par les deux publications d'Eric Taladoire. A tout seigneur, tout honneur... L'archéologue spécialiste du jeu de balle mésoaméricain est l'auteur d'un ouvrage disponible pour l'heure en prévente. Intitulé Les trois codex mayas. Les manuscrits sacrés d'une civilisation disparue, il sera édité par les éditions Balland à partir du 11 octobre prochain. Contre environ 40 €, vous bénéficierez du premier ouvrage qui réunit les fac-similés des trois codex mayas ayant survécu les autodafés organisés pendant l'évangélisation de la Nouvelle Espagne. Selon les dires de Taladoire, les reproductions sont d'excellente qualité et elles compensent les limites éditoriales et l'érudition de son auteur. Sur ce point, votre serviteur a ses doutes. Même si E. Taladoire n'est pas un spécialiste en épigraphie, il n'en reste pas moins bien au fait des contenus des trois documents présentés dans cet ouvrage.


    Le second texte rédigé par E. Taladoire est un ouvrage de caractère bibliographique et scientifique sur son thème de prédilection : le jeu de balle. Après sa thèse soutenue et sa publication en français par le CEMCA dans les années 1970, Taladoire u nouvelle ouvrage contenant pas moins de 2000 références sur le sujet... mais le tout en anglais. Intitulé Ballgames and Ballcourts in Prehispanic Mesoamerica: A bibliography, il vous en coûtera 24 livres. Il fait partie des BAR International Series publiées par l'Université d'Oxford.

    Le premier ouvrage que m'a mentionné E. Taladoire est signé par Claude Baudez, directeur honoraire de recherches au CNRS, archéologue expérimenté et bourlingueur de sites mayas. Quelques années après sa proposition d'Une histoire de la religion maya publiée chez Fayard, Baudez s'intéresse plus particulièrement au rituel de l'autosacrifice dans La douleur rédemptrice. L'autosacrifice précolombien, publié aux éditions Riveneuve.


    Il vous en coûtera 25 € pour l'acquérir sur Internet.

    Voici donc quelques titres pour sustenter votre désir d'en savoir plus sur la Mésoamérique ancienne... A vous de jouer avec votre carte bancaire en attendant vos commentaires sur chacun.


    Partager

    jeudi 20 septembre 2012

    Découverte d'une chambre funéraire à Tingambato, Michoacan

    Dans le cadre d'un projet de fouilles entrepris sur cinq sites préhispaniques michoacains, l'INAH annonce une invention récente faite par l'équipe dirigée l'archéologue Melchor Cruz à Tingambato. Le site retrouve une activité archéologique depuis l'année dernière, les dernières fouilles remontant à celles entreprises par Román Piña Chan il y a plus de 30 ans. C'est d'ailleurs lors de ces fouilles que fut retrouvé une première sépulture.

    Occupé depuis le Préclassique, ce site a vu passer différents groupes culturels jusqu'à la fin du Classique vers 900 de notre ère. Il est situé à près de 2000 m d'altitude à proximité de Patzcuaro. L'architecture du site, visible sur certaines photos de Wikicommons, repose principalement sur le système teotihuacain de talud-tablero et de chambres construites autour d'une cour intérieur enfoncée.


    Cour intérieure, Classique.
    Tingambato.
    Photo disponible le 20/09/2012 sur : 

    La chambre funéraire souterraine mesure 4 m de long sur 3,60 m de large pour une profondeur de 2,70 m. Elle était couverte d'une série de dalles étroites et longues et scellées par de la boue. Elles étaient disposées dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Les parois étaient formées de pierres couverte d'un repoussé en fibre végétale.

    Pas moins de 19000 objets ont été comptés sur le sol. Parmi elles figure des centaines d'objets en coquillage et en nacre, taillés en rectangle, en carré. Une bonne quantité étaient situés directement sur la cage thoracique et les bras du personnage enterré, laissant penser qu'ils faisaient partie d'un plastron et de bracelets. A priori cela augurerait aussi d'une relation commerciale étroite entre les habitants du site et des groupes sur la côte Pacifique. Enfin cela montrerait l'importance de l'individu déposé à cet endroit : sa place dans cette société devait être importante.

    Les restes humains retrouvés pourraient appartenir à la Tradition de tombes à puits ou celle antérieure dite d'El Opeño.

    Pour avoir une meilleure perception de ces fouilles à Tingambato, vous pouvez regarder le diaporama préparé par l'INAH. Le bulletin de l'INAH est disponible ici.
    Partager

    mardi 18 septembre 2012

    Décès de Norberto González Crespo

    C'est par l'intermédiaire du portail Red Mexicana de Arqueologia que nous apprenons la regrettable disparition de l'archéologue Norberto González Crespo survenue aujourd'hui. Pour la plupart de nos lecteurs, ce nom n'évoquera pas grand-chose. Par contre si on vous mentionne les sites archéologiques de Xochicalco, dans l'état de Morelos, de Tulum, Coba, Kohunlich, Loltún dans l'état de Quintana Roo, c'est en grande partie grâce à lui que nous pouvons les visiter aujourd'hui.

    González Crespo était administrateur d'entreprise de formation. Puis dans les années 60 il se réorienta vers l'archéologie. Dans les années 1960 et 1970, il fouille tour à tour au Michoacan, au Guerrero, au Chiapas, dans l'état de Puebla, C'est naturellement à l'INAH qu'il a connu l'essentiel de sa carrière, assumant des responsabilités importantes comme la direction du Centro Regional del Sureste del INAH entre 1973 et 1982, celle de l'INAH Morelos de 1982 à 1992. C'est pendant cette période qu'il fut notamment en charge d'importantes fouilles sur le site de Xochicalco qu'il assuma jusqu'à l'année dernière. Puis il fut directeur de la  Dirección de Estudios Arqueológicos de 1995 à 2001, assumant également la direction du Consejo Nacional de Arqueologia en 1995 et 1996.

    Il fut également titulaire de la chaire d'anthropologie à l'Universidad de las Américas en Puebla, professeur à l'ENAH et à la BUAP.

    Félin, céramique polychrome.
    Epiclassique, Xochicalco.
    Photo : B. Lobjois

    J'ai eu la chance de pouvoir discuter avec lui en 2004 lors d'un deuxième voyage d'études. J'ai été frappé par la gentillesse et la disponibilité de cet homme qui m'a fait découvrir la céramothèque de l'INAH Morelos. J'ai pu notamment y voir des scupltures en céramique qui ne seraient exposées que plusieurs années après. Il projetait l'image d'un homme simple, généreux et sympathique. Vous pouvez consulter son curriculum vitae sur le site de l'INAH.
    Partager

    lundi 17 septembre 2012

    Raíces 69 - Procuración de justicia étnica con Andrea Hernández y Nicasio Hernández

    Cette semaine, nous avons voulu montrer la diversité culturelle et linguistique qui vit à Monterrey et sa banlieue. Nous avons invité une association, Procuración de justicia étnica A.C., qui cherche à proposer un soutien logistique et légal aux personnes qui viennent dans la capitale du Nuevo León. Parallèlement l'association propose un espace appelé Casa del Arbol pour prendre des cours de nahuatl moderne avec le professeur Nicasio Hernández Hernández, originaire de Chiconamel, petit village de la sierra veracruzaine. Vous pouvez lire un article publié dans le journal El Porvenir sur le sujet.

    Le programme est disponible en format ogg y mp3 en archive.org.


    Vous pouvez également écouter ce programme et les précédents sur Divshare.



    Voici les informations complémentaires mentionnées notamment dans la dernière partie du programme.

    Sites internet pour apprendre le nahuatl moderne
    Mexica : http://mexica.ohui.net/
    Dictionnaire en ligne : http://aulex.org/nah-es/
    Sil : http://www.sil.org/~tuggyd/NahuatlLecciones/L01/Lecc_01_NLV.htm#1

    Expositions
    Hina/Jaina: On the Threshold of the Mayan Underworld jusqu'au 22/09, Institute of Mexican Culture, Washington, DC http://icm.sre.gob.mx/imw/.

    Évènements académiques
    I Coloquio Estudios históricos sobre la guerra en Mesoamérica, Escuela Nacional de Antropologia e Historia, du 18 au 21 septembre 2012.
    Cours La cultura Olmeca del Golfo de México y del Altiplano Central Mexicano, Escuela Nacional de Antropologia e Historia, du 28 septembre au 7 septembre 2012.
    La Corona en el 2012: Revelaciones sobre los grandes reinos mayas. Conférence de Tomás Barrientos, Universidad del Valle de Guatemala, 20 septembre.
    II Congreso Nacional de Antropología Social y Etnología, Centro Cultural Francisco Clavijero, Morelia, Michoacan, du 19 au 21 septembre 2012.

    Informations
    Explorations au Temple XX de Palenque :

    Nous vous rappelons que Raíces est protégé un programme radiophonique éducatif sans but lucratif par une licence Creative Commons qui vous permet de le diffuser gratuitement sans modification et avec obligation de citer ses auteurs.
    Partager

    vendredi 14 septembre 2012

    Le Temple XX de Palenque révèle enfin ses secrets

    Dans un très beau reportage publié dans son édition d'avant-hier, La Jornada nous informait des fouilles et des restaurations d'urgence entreprises sur le Temple XX de Palenque. Depuis l'INAH a publié un sur les premiers travaux entrepris dans la chambre funéraire du Temple XX de Palenque dans un bulletin. Nous avions présenté une première avancée des travaux l'année dernière dans un billet qui faisait état de premières photos et vidéos de cette tombe sans sarcophage située à peu près au milieu de la pyramide. Fort heureusement l'INAH a justement mentionné l'apport décisif de Merle Greene Robertson, infatigable mayiste, grande épigraphiste qui n'eut pas la chance de pouvoir fouiller cet endroit au début du millénaire.

    Que sait-on de plus qu'en juin 2011 ? Arnoldo Cruz, en charge de l'équipe qui a fouillé la tombe de la Reine rouge en 1994, est toujours présent sur les fouilles du Temple XX. Spécialiste de Palenque, il propose l'hypothèse suivante : c'est dans cette chambre qu'aurait été déposés les restes de Kuk Bahlam I vers 431 après Jésus Christ. Pour l'heure, aucun reste osseux n'a été retrouvé.

    Situé à six mètres sous le sommet de la pyramide, la tombe de forme rectangulaire mesure : elle dispose d'une voûte haute de 2,50 m et mesure 3,40 m de long sur 1,43 m de large.

    Ce qui frappe d'emblée, ce sont les tons rouges qui tapissent les parois de la tombe. C'est une première similitude avec les tombes de Pakal et de la Reine Rouge. Les premières observations laissent penser que ce rouge est dû à l'utilisation du cinabre. Un autre point avec la tombe du premier, ce sont les représentations des neuf Seigneurs de l'inframonde, présenté à l'époque coloniale dans le Popol Vuh. Cependant il s'agit de stucs sculptés qui étaient à l'extérieur du Palais des Inscriptions. Sur les peintures murales, on identifie bien sandales, boucliers et coiffes des neuf personnages. Elles seront soumises à un traitement intensif pendant trois semaines pour éviter leur décomposition et leur chute des murs. Passée cette étape de consolidation, les travaux de stratigraphie pourront commencer.

    Après un long moment pour prendre conscience que ce lieu est resté inviolé pendant près de 1500 ans, les archéologues ont rapidement identifié la présence d'un anneau en jadéite, cinquante à soixante perles de cette même pierre et onze vaisselles en céramique. Afin de préserver le matériel et de ne pas le polluer ni d'augmenter les conditions hygrométriques et thermiques, seules deux ou trois personnes habillées de Tyvek peuvent accéder à la tombe simultanément. Voici une petite vidéo pour compléter ce billet :



    Comme vous l'aurez compris, le véritable travail de fouilles n'a pas encore véritablement commencé : il faudra attendre davantage d'informations dans les semaines et mois à venir.

    [Mise à jour du 23/09/2012] Sur le forum Aztlan se multiplient les commentaires qui regrettent le manque de reconnaissance du travail effectué par Merle Greene Robertson et Alfonso Morales Cleveland. D'autre part l'archéologue américaine Elaine Schele propose un entretien avec ce dernier publié sur le site Cuarto Poder : selon Morales Cleveland, les ossements visibles sur les clichés pris par son équipe en 1999 révélait la présence d'os qui ont aujourd'hui disparu, probablement dû à l'exposition de ces derniers aux conditions climatiques extrêmes.

    Il revient notamment sur les raisons obscures qui ont poussé l'INAH à ne pas autoriser le PARI à procéder aux fouilles et à la restauration du Temple XX en 1999. Il explique le PARI allait fouiller avec des fonds propres et que toute la procédure qui a été mise en plus par Arnoldo Cruz correspond exactement à celle qui avait été proposé par Greene Robertson et lui-même dès 1999. Morales Cleveland estime que ce sont la lenteur de la bureaucratie et l'envie de rester avec les lauriers de la gloire qui expliquent cette malheureuse perte d'information.

    Pourtant Morales Cleveland ne pense pas que l'individu enterré soit Kuk Bahlam, le fondateur de la dynastie palencaine à laquelle appartenait Pakal. On sait par les inscriptions que le premier est monté sur le trône de Lakam'ha en 431 de notre ère. Or les vaisselles en céramique semblent indiquer un style de peintures postérieur à cette date.

    Ce n'est pas la première fois que l'INAH souffre ce genre d'accusations, où les égos l'emportent sur le bien commun et la science. Il semblerait que Palenque, dû à sa célébrité internationale, attise évidemment un besoin de reconnaissance de la part de certains archéologues.
    Partager

    mercredi 12 septembre 2012

    Arqueología Mexicana Hors série 45

    "Mieux vaut tard que jamais"... Alors que j'attendais l'arrivée de ce numéro spécial depuis début août, j'ai dû attendre plus longtemps que d'habitude pour le recevoir. Après des vacances méritées et un premier envoi qui a rendu quelqu'un d'autre très heureux, j'ai pu enfin parcourir rapidement ce numéro dont le thème est le cacao.


    Ce numéro intègre une mini-collection de numéros spéciaux sur le patrimoine alimentaire mésoaméricain : le numéro 32 portait sur les piments, le 36 sur la tomate, les haricots et les courges, le 38 sur le maïs. Le choix du cacao n'est pas anodin dans la mesure où les amandes de ce fruit servaient autant comme boisson ou nourriture que de monnaie d'échange. En fait ce sont six axes d'études qui sont proposés. 

    D'abord il y a l'aspect purement botanique qui permet de distinguer le cacao (theobroma) mésoaméricain de son parent amazonien, plus amer. Au total on compte actuellement plus de vingt variétés d'arbre à cacao. On apprend ainsi les principales traductions du fruit, les descriptions anciennes et modernes qui en sont faites, la distribution de sa culture et ses usages.

    Dans un deuxième temps, on peut observer un petit catalogue de représentations préhispaniques de l'arbre à cacao, de son fruit, voire de ses fèves. 

    Grâce à cette iconographie, on comprend l'importance symbolique du cacao, complément nocturne du maïs solaire. Le cacao est même fréquemment associé à la mort et à l'inframonde.

    Une autre perspective intéressante détaille l'importance économique du cacao, notamment en ce qui concerne les zones productrices et soumises à payer un tribut à l'empire mexica-tenochca au Postclassique récent. Nul doute que ce type d'impôts ait pu exister dans d'autres contextes et à d'autres époques.

    Quant à l'aspect alimentaire du cacao, on peut lire avec intérêt que des traces de cacao ont été relevées dans des céramiques datant du Préclassique ancien sur le site de Cuello au Belize et de Puerto Escondido au Honduras.

    Enfin on notera comment cette boisson a voyagé à travers le monde, s'est modifié et s'est démocratisé jusqu'à notre époque.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur le cacao, vous pouvez également vous procurer deux numéros de la revue d'art Artes de México:

    Les deux valent plus que la peine en dépit d'un prix plus cher.

    Bonne lecture !



    Partager

    Cinquante nouveaux encensoirs découverts dans les fouilles de sauvetage au Templo Mayor

    Cela fait plusieurs mois que nous vous rapportons les avancées des fouilles de sauvetage entreprises sous la place Manuel Gamio, à Mexico. Elles sont menées en même temps qu'un nouveau vestibule est construit pour accueillir les visiteurs à partir de novembre ou décembre de cette année: l'agenda politique mexicain exige que le président sortant, Felipe Calderón, procède à son inauguration avant son départ.

    C'est presque mensuellement qu'on apprend par le site de l'INAH la découverte de nouveaux objets. La fois précédente, il s'agit du corps d'une jeune femme entourée de plusieurs petits tas d'os réutilisés et appartenant à des enterrements antérieurs. C'est toujours sous cette énorme plateforme circulaire sur laquelle étaient fixées 23 pierres sculptées: elle représente certains éléments de la geste de Huitzilopochtli. C'est dans un trou de remplissage, à six mètres sous le niveau actuel du sol et sous un sol de stuc, que Lorena Vázquez Vallín a retrouvé deux offrandes contenant au total 52 encensoirs en céramique. 80 % étaient à moitié complet. Plusieurs ont des manches serpentiformes et leur poignée se termine par la tête et la langue bifide de l'ophidien. Leur longueur moyenne est de 65 cm pour une hauteur de 10 cm.

    Certains étaient orientés vers le sud du Templo Mayor. Dans le brûloir de l'exemplaire situé le plus  au nord de l'offrande, sept fragments de lamelles prismatiques en obsidienne ont été observées tandis que cinq épines de maguey reposaient sur le sol. Dans ce dernier cas, il ne fait pratiquement aucun doute qu'il s'agisse d'épines utilisées par des prêtres lors de rituels autosacrificiels. Une majorité d'encensoirs présentait des résidus de matièr organiques, probablement de copal : son odeur caractéristique a même été sentis par les fouilleurs.

    Pour en savoir plus sur cette découverte, vous pouvez consulter le bulletin publié sur le site de l'INAH.
    Partager

    dimanche 9 septembre 2012

    Raíces 68 - Études teotihuacaines avec Natalia Moragas

    Avant toute chose, j'aimerais dédier ce programme à deux amis chercheurs qui se sont intéressés de très près à Teotihuacan et à son iconographie : Aurélie Couvreur et Nicolas Latsanopoulos ont été plus que de simples condisciples. Leurs travaux et nos bavardages ont bien souvent éclairé ma lanterne sur certains aspects iconographiques du Serpent à plumes teotihuacain. Ils font partie de ces rares chercheurs européens à s'intéresser à cette mégalopole qui fut certainement en son temps la plus peuplée de tout le continent américain avant l'arrivée des Espagnols. Une autre compatriote, Julie Patrois, travaille directement pour l'INAH depuis plusieurs années et j'espère avoir l'occasion de pouvoir m'entretenir avec elle pour Raíces.

    Puis il y a également notre invitée du jour: fièrement catalane, Natalia Moragas Segura dirige le département d'Anthropologie des Amériques de l'Université de Barcelone. Elle a passé une bonne partie de sa carrière à étudier les processus de changements culturels à Teotihuacan. Profitant de son court séjour au Mexique, nous avons pu organiser un entretien téléphonique jeudi dernier.


    Serpent à plumes, peinture murale, Techinantitla, Teotihuacan.
    Classique ancien.
    Photo: B. Lobjois
    Avec Natalia Moragas nous avons évoqué les études teotihuacaines en Europe et ses travaux sur Teotiuacan. Nous sommes égalemet revenus sur la réouverture du Palais de Quetzalpapalotl, près de la Pyramide de la Lune.

    Voici donc le résultat disponible en format flash et html5 sur la plateforme Soundcloud. Nous avons enregistré cet entretien le jeudi 6 septembre dans les studios de Radio UdeM avec le concours de Sergio Becerra.


    Vous pouvez également réécouter les programes précédents sur Divshare en format flash.



    Références et événements mentionnés dans le programme seront prochainement ajoutés.

    N'oubliez pas que Raíces est un programme éducatif à but non lucratif protégé par une licence Creative Commons. Vous êtes libres de télécharger et diffuser ce programme en citant son auteur et en respectant son format et son contenu original.

    Partager

    mardi 4 septembre 2012

    Les peintures murales de Bonampak enfin accessibles

    On a beau souvent taper sur l'INAH, en tout cas sur son administration mamouthesque, qu'on en oublie certains petits bijoux de technologie pour mieux faire apprécier le patrimoine préhispanique mexicain. Force est de constater que certaines applications graphiques ou visuelles qui sont développées et proposées au public apportent une vision innovante et rafraîchissante de certains vestiges.

    C'est le cas avec cette présentation interactive des peintures murales de Bonampak. Récemment restaurées, elles n'en demeurent pas moins difficiles d'accès. On dispose de peu de clichés en licence Creative Commons. Ou alors il faut se contenter des copies proposées au Museo Nacional de Antropología.

    Depuis quelques temps on peut désormais accéder à des clichés en très haute résolution qui permettent de zoomer  ou de déplacer à l'envi pour observer n'importe quel détail de chacun des trois ensembles proposés sur le site suivant : http://www.inah.gob.mx/images/stories/Multimedia/Interactivos/bonampak/index.html .

    Le visiteur virtuel est libre de choisir son parcours et de cliquer sur les éléments mis en valeur par les infographistes et les archéologues de l'INAH : 

    1. Présentation de l'héritier au trône,
    2. Bataille et jugement,
    3. La fête.
    L'ensemble est accompagné d'une série de vidéos et d'une traduction en anglais. 

    Voici donc une page chaudement recommandée pour vous préparer à voir directement les peintures dans leur contexte original.



    Partager

    lundi 3 septembre 2012

    Raíces 67 - Colloque Guerre en Mésoamérique avec Arturo Caballero

    Aujourd'hui nous recevions Arturo Caballero León, étudiant en licence d'archéologie à l'Escuela Nacional de Antropología e Historia. Arturo Caballero fait partie du comité organisateur du I Coloquio de estudios arqueológicos, antropológicos e históricos sobre la Guerra en Mesoamérica. L'appel à contributions a été lancé sur les réseaux sociaux. Vous pouvez envoyer vos résumés avant le 7 septembre prochain sur Facebook. Un compte Twitter nous tient également au courant des tables rondes qui sont mises en place pour cet événement qui aura lieu à l'Escuela Nacional de Antropología e Historia située à Cuicuilco. Les organisateurs sont également en train de mettre en place un système de vidéoconférences afin de faciliter les exposés de chercheurs vivant loin de Mexico.

    Il convient de rappeler que l'inscription et l'accès à cet évènement sont entièrement gratuits. Il aura lieu du 17 au 20 septembre prochain de 10 heures à 18 heures.

    Voici le programme disponible en format flash et html5 disponible sur le site Soundcloud. Vous pouvez le télécharger gratuitement et le diffuser librement.






    Le programme est disponible sous forme de liste de lecture complète sur le site Divshare.


    Pour vous préparer sur le sujet, vous pouvez consulter également consulter le site de Marco Antonio Cervera Obregón. Vous pouvez également réécouter l'entretien qu'il acceptait de nous donner sur l'archéologie militaire.



    Comme chaque semaine, nous vous proposons les liens vers les évènements présentés dans la dernière partie du programme.

    Informations 
    Evénements académiques
    Publications
    Raíces est un programme éducatif sans but lucratif. Il est protégé par une licence Creative Commons 2.5 qui vous autorise à le diffuser à l'identique en en citant son auteur.
    Partager

    Notes similaires

    Related Posts with Thumbnails