dimanche 31 mars 2013

De la relativité des figures historiques

Selon qu'on se place du côté des conquérants et des conquis, une même personne peut être considérés comme un traître ou un héros. L'Histoire recèle d'exemples et l'histoire du Mexique ne déroge pas à la règle, surtout lorsqu'il s'agit des valeurs patriotiques ou nationalistes. Si la Malinche est une figure passablement décriée de ce côté de l'océan, elle reste la figure féminine marquante de la Conquête, qui connaît Ylamateuhtli, autrement baptisée Doña María ? Même votre serviteur n'en avait jamais lu un mot ou entendu parler jusqu’à il y a quelques jours. C'est grâce aux travaux de l'historien Francisco González-Hermosillo Adams que j'ai eu connaissance de cette dame.

Qui est donc Ylamateuhtli ? Les rares occurrences de son nom apparaissent dans des chroniques des protagonistes de la Conquête ou dans le Codex de Cholula (1). De fait elle apparaît sous le nom de Doña Doña María suite à son baptême. Bernal Díaz del Castillo, chroniqueur polémique dont la participation à la Conquête a été depuis remise en question, la présente comme la veuve d'un cacique d'un altepetl de faible importance : Tenanquiahuac. Ayant eu vent de la volonté des Cholultèques d'attaquer l'expédition espagnole et ses alliés, la vieille femme s'approcha de Malintzin pour lui conseiller de se réfugier chez elle. Elle lui proposa également de se marier avec son fils. Malintzin rapporta immédiatement l'information à Cortés qui décida de punir durement cette acte de trahison (2). En effet, les dirigeants de Cholula avaient juré allégeance au roi d'Espagne. Dès lors, un acte de trahison à la couronne devait être sévèrement châtié. Le massacre de Cholula fut un des épisodes les plus sombres de la Conquête et marqua durablement les esprits. Telle était l'intention de Cortés : il fallait provoquer une prise de conscience dans les populations locales et garantir ainsi les alliances effectuées préalablement.

Massacre de Cholula,
Lienzo de Tlaxcala, 16e siècle.
Image disponible le 31/03/2013 sur 

Cholula est une ville quasiment deux fois millénaires lorsque Cortés. Elle est fièrement indépendante et avait la réputation d'être la plus commerciale de toute la Mésoamérique. Elle était un centre d'échanges de bien de tout premier ordre et passait pour une des plus riches. Enfin elle était un lieu de pèlerinage important à Quetzalcoatl : les dirigeants mésoaméricains devaient s'y rendre afin de récupérer leurs insignes de pouvoir. Il s'agissait donc d'une ville stratégique, tant d'un point de vue économique que religieux.

Comme vous l'aurez compris, Ylamateuhtli n'est pas vraiment passé à la postérité du côté mexica. En revanche, Cortés sut se montrer généreux avec elle et lui concéda le titre de reine de Cholula. Là encore, cet anoblissement n'est pas innocent : il permit à Cortés de s'appuyer sur de nouveaux lignages autochtones. Les dix enfants de Doña María occupèrent des fonctions importantes pendant la Colonie. Il est en revanche peu sûr que cette femme ait mesuré toutes les conséquences de son acte, ou comment une décision a priori insignifiante peut influer la grande Histoire.

Si vous  souhaitez en savoir plus sur Ylamateuhtli, vous pouvez lire en espagnol le reportage disponible sur le site de l'INAH.

(1) González-Hermosillo A., Francisco y Luis Reyes García (2002). El Códice Cholula. La exaltación testimonial de un linaje indio. Mexico : Instituto Nacional de Antropología e Historia ; Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social ; Gobierno del Estado de Puebla.

(2) Díaz del Castillo, Bernal. (1939). Historia verdadera de la conquista de Nueva España. I, 286-287. Mexico: Editorial Pedro Robredo.
Partager

vendredi 29 mars 2013

Orientations archéoastronomiques à Cañada de la Virgen, Guanajuato

Pour les touristes européens (et mexicains) en mal d'authentique, la petite ville de San Miguel de Allende est devenue une destination incontournable. Elle bénéficie notamment du label "Pueblo Mágico", l'équivalent de "Plus beau village de France". Certes San Miguel a un charme colonial sans pareil. C'est oublier que la plupart de ces bâtisses ont désormais des propriétaires étrangers qui se sont précipités pour acquérir des biens souvent laissés à l'abandon par la population.

Ce que beaucoup de touristes ignorent encore, c'est la présence d'un site archéologique dans les environs directs de San Miguel de Allende. Appelé Cañada de la Virgen, il vient d'être ouvert au public. Les archéologues du Centro INAH-Guanajuato lui ont attribué une filiation ñañhü ou otomi. A l'instar de la très grande majorité des anciens sites mésoaméricains, la conception de l'espace urbain repose sur l'observation de phénomènes astronomiques observables à l'oeil nu.

Pendant sept ans, l'équipe de l'archéologue de l'archéologue Rossana Quiroz Ennis s'est attelée à la tâche de déterminer ces patrons astronomiques qui ont dirigé l'élévation de plusieurs bâtiments sur le site. La majorité des bâtiments construits à Cañada de la Virgen ont leur entrée orientée vers l'ouest quand on observe plutôt l'inverse sur des sites comme Teotihuacan ou Tula.

L'édifice le plus emblématique de cette orientation est la Maison des 13 cieux. Au couchant du 4 mars, la lumière du soleil passe par le portique, probablement pour indiquer que le soleil entrait symboliquement dans l'inframonde. Curieusement, c'est également la date que le frère Toribio de Benavente dit Motilinia rapporte comme début du calendrier mésoaméricain. Cette date est à mettre en relation avec les cycles agricoles. C'est à partir de ce moment qu'on égraine le maïs pour pouvoir le planter dans la terre préparée et fertilisée.

Un autre alignement important a lieu le 25 août. Selon le chercheur Francisco Granados, cette date était importante dans la région du Bajío. A ce moment on remettait une partie de la récolte au seigneur de la région.

Depuis deux ans, les observations archéoastronomiques se sont tournées vers l'étude des positions de Vénus, de la constellation de la Grande Ourse. Vue depuis le complexe A, elle semble tourner autour de la Maison des 13 Cieux. Ils ont également observé la constellation de la Croix du Sud juste au-centre de la cour du Complexe A : au même endroit ont été découverts les restes de plusieurs individus.

Tous ces éléments permettent d'émettre l'hypothèse selon laquelle les bâtiments, l'environnement et leur orientation permettaient aux habitants de mesurer le temps, de déterminer les moments propices aux semailles, aux récoltes.

Pour en savoir plus sur Cañada de la Virgen, vous pouvez lire en espagnol un reportage publié sur le site de l'INAH. Il est l'oeuvre de Marlen González. Rossana Quiroz Ennis est l'auteur de l'ouvrage El cerro y el cielo, publié par l'Instituto Nacional de Antopología e Historia.
Partager

jeudi 28 mars 2013

Piedras que hablan 6 Chichen Itza

Nous vous proposons de regarder le sixième épisode de la série documentaire Piedras que hablan. Rafael Cobos, responsable du Projet Chichen Itza fait découvrir à l'écrivain Juan Villoro l'histoire des fouilles effectuées sur ce site depuis une centaine d'années. Il convient de rappeler que ce documentaire sera visible pendant une période limité sur la chaîne INAHTV disponible sur Youtube. Bon visionnage !


Partager

dimanche 24 mars 2013

Raíces 96 - Historia de las exploraciones en Alta Vista con Humberto Medina

Le site d'Alta Vista, situé dans l'état de Zacatecas, a une grande singularité : il a été construit sur le Tropique du Cancer et possède une signification archéoastronomique très importante quand le soleil  bascule au nord lorsqu'il atteint son zénith à certains moments de l'année. Humberto Medina est archéologue de l'INAH Zacatecas. Il travaille avec l'archéologue Baudelina García Urranga depuis quelques années à la conservation et à l'exploration du site.

Comme chaque semaine, nous vous présentons le programme sur plusieurs plateformes. La première est Archive où il est disponible en format ogg et mp3.



Il est également présent sur Soundcloud et Divshare.




Voici une série de références bibliographiques que nous recommande Humberto Medina.
Medina González, J. Humberto, & García Uranga, B. L. (2010). Alta Vista : a 100 años de su descubrimiento. Primera edición. México, D.F.: Instituto Nacional de Antropología e Historia.



Continuons avec nos informations de la semaine.

Expositions
Rostros de la divinidad. Museo maya de Cancún, jusque mai 2013.

El espacio sagrado tolteca. Exposición temporal Museo Regional de Querétaro, jusque mai 2013.

A 100 años de su descubrimiento, Alta Vista, Casa Chihuahua, Chihuahua.

Événements académiques
Cuarto Ciclo de Conferencias: Investigaciones recientes en El Tajín y la Zona Norte de Veracruz. Du 22 au 25/03, Zone archéologique El Tajín. 
Conférence "La semana santa entre los Teenek' " avec Carlos Vanueth Pérez Silva. Espacio cultural metropolitano, Tampico, Tamps. 28/03 à 16 h.
Cours Rehabilitación estructural de edificaciones patrimoniales, avec Rúben Rocha Martínez, du 8 au 11/04  Inscription : 300 pesos.
Cours Mujeres mayas prehispánicas: diosas, reinas y guerreras, avec María Eugenia Gutiérrez González Sábados 30/03 et 6/04/2013, de 10 à 13 h. Musée National d'Anthropologie.
Música tradicional y tradición oral, avec Raúl Eduardo González González, Séminaire  Antropología, historia, conservación y documentación de la música en México, 26/03, Cordoba 27, Col. Roma.

Médias
Série documentaire Piedras que hablan. Rediffusion les jeudis 28 mars et 4 avril sur la chaîne INAHTV.
Revue Dimensión antropológica disponible intégralement en ligne.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixée par Sergio Becerra dans les estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, les 6 et 21 mars 2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.
Partager

De l'utilisation du LIDAR à El Tajin, Veracruz

Il y a environ deux ans, nous vous communiquions la grande avancée technologique que représentait le système dénommé LIDAR pour l'archéologie. Mis au point par l'armée américaine dans les années 1960, il est utilisé depuis quelques années dans différents projets de propections en Égypte et aux États-Unis. Le Mexique n'étant pas en reste, c'est finalement d'El Tajín qui bénéficie de cette technologie pour avancer dans la localisation de nouvelles structures sur ce site. 

Dans le cadre du sommet culturel Tajín, les autorités locales de l'INAH organisent un colloque qui s'achèvera demain. Il y est notamment question des différentes recherches effectuées à El Tajín et d'autres sites de cette partie de Veracruz. La présentation de Patrica Castillo et de Guadalupe Zetina Gutiérrez sur l'utilisation de la tecnologie LIDAR, un système de télédétection extrêmement sensible, et deux autres techniques : l'orthophotogrammétrie et la thermographie. Elles ont ainsi fait état du repérage de trois nouveaux terrains de jeu de balle, deux structures appelés "balcons" et d'une zone résidentiel situé au nord du site. Pour l'heure, les structures demeurent enterrées sous la végétation et les sédiments. 

Ce sont donc désormais 20 terrains de jeu de balle qui sont dûment enregistrés à El Tajín. En ce qui concerne les "balcons", il s'agit de plateformes de 10 à 15 m de longueur et 10 à 12 m de hauteur. Elles sont situées dans la partie la plus ancienne de la ville, sur une hauteur qui la domine. Les zones résidentielles ont été détectées à l'ouest du site.

Le LIDAR permet la création de modèles numériques de terrain suffisamment précis pour déterminer la présence de constructions. Les éléments en surface sont complètement ignorés et facilitent ainsi le travail des archéoloques : c'est de cette manière que les archéologues ont pu déterminer la présence des constructions mentionnées plus haut. Ils peuvent aller fouiller directement où le modèle le propose.

Pour en savoir plus sur ces explorations archéologiques, consultez le bulletin publié sur le site de l'INAH. Vous pourrez également regarder le petit diaporama pour comprendre les résultats obtenus par télédétection.
Partager

vendredi 22 mars 2013

Piedras que hablan 5 : Templo Mayor, el centro de centros

Voici le cinquième épisode de la série documentaire rediffusé hier sur CANAL 22, la chaîne publique culturelle mexicaine. Profitez-en pour connaître Eduardo Matos Moctezuma, Leonardo López Luján et Raúl Barrera Rodríguez. Bon visionnage !

Partager

lundi 18 mars 2013

Expositions d'objets découverts à El Cerrito, Queretaro

Sur son carnet, le musée régional de Queretaro rapporte la tenue d'une exposition temporaire en son sein pendant les prochaines semaines. Y seront présentées pour la première fois au public quatre encensoirs et quatre scupltures en pierre mis au jour lors de fouilles effectuées sur le site d'El Cerrito.

Pour être plus précis, les quatre encensoirs ont été retrouvés comme partie d'une offrande à la déesse toltèque de la Terre et de la Lune dans l'enceinte cérémonielle d'El Cerrito. Elles ont été datées du Postclassique ancien entre 900 et 1200 de notre ère. Le visiteur pourra également observer une dizaine de pointes de projectile en silex blanc, dix-huit perles en coquillage et six petits crânes en ardoise qui ont été brûlées dans les encensoirs. Ils reposaient sur trois pieds creux décorés de manière différente. 

L'offrande a été retrouvée sous un autel long de 2 m de côté et 35 cm de hauteur. Elle était accompagnée d'une urne élaborée à partir de pierres basaltiques. Là était déposé un petit pendentif en pierre verte. Il s'agit d'une représentation humaine aux yeux fermés et aux mains posées sur son abdomen.

La présence des pointes de projectiles en silex blanc pourrait faire allusion à une divinité proche d'Itzpapalotl, divinité lunaire et chtnonienne des Mexicas. C'est l'hypothèse que propose la commissaire de l'exposition, Valencia Cruz, en s'appuyant sur un passage de la Leyenda de los soles.

Quatre scuplture en pierre volcanique font également partie de l'exposition : on compte un personnage portant une cape de plumes décoré de pigments rouge et ocre mais sa tête est manquant. Il est en position semi-agenouillé. On peut observer voir les pieds d'un guerrier chaussées de ses sandales ou cactli en nahuatl. Mesurant 30 cm de large sur 30 cm de hauteur, il pourrait s'agir d'un porte-étandard. D'autre part, le fût d'une colonne cubique décorée avec des volutes (mesurant 70 cm de côté) et une tête de serpent à tenon (1,15 m de long sur 35 cm de large) correpondent à des vestiges architecturaux d'une unité résidentielle où pourraient avoir vécu des prêtres ou des membres d'élite du site. Enfin une quinzaine de pièces rondes en andésite pourraient avoir servi de support pour des statues et des encensoirs. Sur ce dernier point, votre serviteur exprime un certain scepticisme et se demande dans quelle mesure les archéologues ont pu déterminer l'utilisation des objets. 

L'unité résidentielle sus-dite consistait en une zone longue de 50 m et large de 30 m. Les fouilles ont rapidement permis la localisation de plusieurs niveaux de stuc, de mur en terre écrasée et deux foyers. La présence et la disposition de certains ciments laissent penser qu'elle était couverte par un toit qui reposait sur des colonnes. C'est ce qu'ont pu déduire les archéologues en observant la présence de trous dans le sol à intervalles réguliers.

Un ensemble de tableaux, de photos et de graphiques illustrent les processus de restauration et conservation qui ont été établis pour préserver la zone archéologique d'El Cerrito. L'exposition est pour sa part visible sur le site situé à Corregidora, au sud-ouest de la capitale de l'état. Vous pouvez également consulter un diaporama de l'exposition sur le site de l'INAH.
Partager

samedi 16 mars 2013

Raíces 95 - L'anthropologie dans les médias mexicains avec Lusi Madaria

Cette semaine dans Raíces, nous avons reçu Luis Madaria, historien et présentateur du programme Meridiano X sur Televisa. Nous vous proposons une réflexion sur la diffusion de l'anthropologie dans les médias mexicains.

Comme chaque semaine, nous vous proposons ce programme sur le portail Archive en format mp3.







Expositions
Rostros de la divinidad, Museo maya de Cancún. 
Evénements académiques
ENAH
Cours Religiones de Mesoamérica: centros y periferias.
Du 18 au 22/03 de 10 à 14 h avec Dr. David Carrasco.
Informations avec Patricia Lesdesma Bouchan, tel. 56060487, ext. 245.

Seminaire permanent Historia y Antropología de las religiones.
Du 11/03 au 25/11 de 12 à 14 h. 

Diplome Análisis de la cultura
Du 16/04 au 10/12, tous les mardis de 16 h à 20 h, Coordinación nacional de arqueología del INAH, 8000 pesos. Tel: 40405400, ext. 4251 y 4252.

MNA
Dra. Ma. Eugenia Gutiérrez González, 23/03/2013, de 10 à 13 h.

Cours Cultura Maya. La escritura jeroglífica maya. Desciframiento y funcionamiento.
Mtro Hugo García Capistrán, Auditorio Fray Bernardino de Sahagún, 20/03/2013 a las 19 hrs.

CIESAS
Posgrado en antropología. Inscriptions jusqu'au 22/03. Informations sur le site http://www.ciesasdocencia.mx.


Instituto de Investigaciones Antropológicas
Entre la Huaxteca y la Sierra Norte de Puebla: Etnografía de la Huasteca meridional.
Avec Leopoldo Trejo Barrientos (MNA-INAH) et Israel Lazcarro (INAH-Morelos), 19/03, de 12 à 14 h, Salón de usos múltiples.

Conférence Poblamiento Temprano en el Noroeste de Sonora, 
22/03, de 12  à 14:00, Salón 121.


Groupe de Recherches et d'Enseignements sur la Mésoamérique (GREM)
Appel à contributions pour la Journée d'études Le dindon en Mésoamérique : études archéologiques, ethnohistoriques et anthropologiques, le 4/12/2013. Envoi de résumé jusqu'au 31/03/2013 à nlatsa@htomail.com.

Médias
Série documental Piedras que hablan. Épisode 5 : Templo Mayor, Centro de centros.
Canal 22 de la CONACULTA, tous les mercredis à 21 h. Rediffusion sur Youtube tous les jeudis à 22 h. 
De raíz luna, programme présenté par Mardonio Carballo, Canal 22 de la CONACULTA, tous les jeudis à 20h30. Rediffusion tous les dimanches à 9 h 30.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixée par Sergio Becerra dans les estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, les 7 et 14 mars 2013. Montage et  illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur dirigeait l'entretien.
Partager

jeudi 14 mars 2013

Piedras que hablan 4 : Monte Albán la entrada al cielo

Je vous partage le quatrième épisode de la série de documentaires intitulée Piedras que hablan. Dans l'épisode rediffusé cette semaine sur Canal 22, l'écrivain Juan Villoro revient sur l'histoire du site zapotèque de Monte Alban. Il est accompagné de Nelly Roblés, ancienne présidente du Conseil National d'Archéologie et occupe le poste de délégué de l'INAH Oaxaca. On découvre dans le dernier tiers du documentaire des images d'Atzompan, site satellite de Monte Alban.



Je complète ce documentaire avec cette courte reconstruction proposée par la Fondation Armella Spitalier.



Enfin un petit détour vers le site de Juan Monsivaís s'impose. Sur Tlamachqui vous pourrez observer les vues saisissantes de  Monte Alban.
Partager

Archéoastronomie et Nouvel Âge

Les résultats d'une étude archéoastronomique exhaustive effectuée par le chercheur slovène Ivan Sprajc et l'archéologue Pedro Sánchez Nava sont résumés dans un bulletin publié sur le site de l'INAH. Le moins qu'on puisse dire est qu'il bat en brêche nombre d'idées reçues et très en vogue depuis l'avénement de la culture dite New Age.

Non contente d'avoir pollué le débat sur la fin d'une époque avec la fermeture de baktun, la culture New Age revendique depuis plusieurs années que les pyramides mésoaméricaines permettent de se "recharger" lors des équinoxes de printemps et d'automne. Thèse difficilement démontrable dans la mesure où aucun document précolombien ni colonial n'en parle et dérive souvent d'une mauvaise interprétation de recherches archéologiques sérieuses.

La base de données établie par Sánchez Nava et Sprajc est pour le moins impressionnante. Leurs quelques 400 mesures ont été effectuées sur les sites suivants : Tenochtitlan, Cantona, Tenayuca, Cuicuilco pour le Haut Plateau ; Monte Albán, Mitla, Yagul, Guiengola, Bocana Copalita, Monte Negro pour l'Oaxaca ; Comalcalco, La Venta, El Tajín, Quiahuiztlan, Cuauhtoxco, Castillo de Teayo (Côte du Golfe du Mexique) ; Chichén Itzá, Uxmal, Edzná, Kohunlich, Calakmul, Río Bec, Cobá y Tulum (Basses terres mayas ) ; Toniná, Tenam Puente, Chinkultic, Lagartero (Hautes Terres mayas); Palenque, Bonampak, Yaxchilán (Usumacinta); Izapa et Iglesia Vieja (Côte du Pacifique) et Tikal (Basses Terres du Sud). On peut donc en déduire qu'il s'agit d'endroits appartenant à des époques, des régions et des cultures très diverses.

Les mesures prenaient en compte plusieurs aspects :
  • l'orientation des pyramides étudiées est généralement axée selon la course du soleil, sur un axe est-ouest. Cela correspond au moins à 70 % des mesures faites.
  • l'observation des équinoxes renvoie rarement à des alignements avec les pyramides.
  • les trimestres semblent avoir été le phénomène observé par les peuples mésoaméricains.
  • les solstices, qui correspondent aux positions du soleil les plus au nord et au sud sont certainement les phénomènes les plus observés.
Les deux chercheurs ont été observés des similitudes entre les sites du Haut Plateau central et ceux des Basses terres mayas. En revanche il existe un patron dissonant qui pourrait mettre en avant Vénus dans les sites des Hautes Terres comme Tonina. Cette hypothèse reste à encore à confirmer en procédant à de nouvelles observations sur le Haut Plateau central. Un troisième patron se démarque sur plusieurs de la côte oriental du Yucatan et l'île de Cozumel.

Si l'étude de Sánchez Nava et Sprajc vient rétablir une vérité anthropologique, il est dommage que le site d'Alta Vista, situé sur le Tropique du Cancer, n'ait pas été inclus dans les sites-références.

Elle a pris comme objet d'études certaines structures qui se répètent d'un site à l'autre comme les pyramides, les temples et les bâtiments suffisant hauts pour observer l'horizon. Ensuite ils ont effectué des observations d'alignement à la boussole pour les confirmer ensuite au théodolithe par des mesures d'angle.



Pour plus d'informations, l'article suivant est un complément idéal :
Sánchez Nava, P. & I. Sprajc. (2012). Orientaciones en la arquitectura maya. Astronomía, calendario y agricultura, en Arqueología mexicana, XIX, 118. México: Editorial Raíces - INAH.


Partager

mercredi 13 mars 2013

Raíces 94 - Les tarasques avec Roberto Martínez González

Cette semaine dans Raíces, nous avons reçu notre collègue et ami Roberto Martínez González,enseignant-chercheur à l'Institut de Recherches Historiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique. Durant les dernières années, Roberto a publié plusieurs articles présentant ses recherches sur le peuple tarasques au moment du contact.

Comme chaque semaine, nous vous proposons ce programme sur le portail Archive en format mp3 y ogg. Vous pouvez également le télécharger gratuitement et librement sur Soundcloud et écouter la liste de lecture complète sur Divshare.





Références bibliographiques
Alcala, Jerónimo de. (2008) Relación de Michoacán. Morelia: El Colegio de Michoacán.
Beltrán Ulises et al. (1994) El Michoacán antiguo, Brigitte Boehm de Lameiras (coord.), México: El Colegio de Michoacán-Gobierno de Michoacán.
Benedict, Warren.
Boehm de Lameiras, Brigitte (coord.). 1994. El Michoacán antiguo. Estado y sociedad tarascos en la época prehispánica. México: El Colegio de Michoacán-Gobierno de Michoacán.
Cárdenas García, Efraín. (1996) Pátzcuaro, Ihuatzio y Tzintzuntzan, dans Arqueología mexicana, IV, 19, pp. 28-33. México: Editorial Raíces.
Castro Leal, Marcia. (1986) Tzintzuntzan, capital de los Tarascos. Morelia: Gobierno del estado de Michoacán.
Martínez González, Roberto. (2010) Dioses propios y ajenos: deidades patrones y realeza sagrada entre los purépechas del siglo XVI, Revista española de antropología americana, 39, 1, pp. 53-76. Madrid : Universidad Complutense. Document pdf disponible en ligne. URL: http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=2994052&orden=236628&info=link.
Martínez González, Roberto. (2010) La dimensión mítica de la peregrinación tarasca, Journal de la société des américanistes [en lígne], 96-1 | 2010, mise en ligne le 27 de octubre del 2010, consulté le 14 de febrero 2013. URL : http://jsa.revues.org/index11250.html
Martínez González, Roberto. (2011) Alianza religiosa y realeza sagrada en el antiguo Michoacán, dans Revista española de antropología americana, 41, 1, pp. 75-96. Madrid : Universidad Complutense. Document pdf disponible en ligne. URL: http://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=3599484&orden=288579&info=link .
Michelet, Dominique. (1995). La zona occidental en el Posclásico, dans Historia antigua de México, vol. III, El horizonte Posclásico y algunos aspectos intelectuales de las culturas mesoamericanas, Linda Manzanilla y Leonardo López Luján (coord.), pp 153-188. Mexico: INAH-UNAM-Porrúa.
Michelet, Dominique (coord.). (1993) El proyecto Michoacán 1983-1987. Medio ambiente e introducción a los trabajos arqueológicos. Collection Études Mésoaméricaines II-12/Cuadernos de estudios michoacanos 4. México: CEMCA.
Michelet, Dominique. (1996a) El origen del reino tarasco protohistórico, en Arqueología mexicana, IV, 19, pp. 24-27. México: Editorial Raíces.
Michelet, Dominique. (1998) Reino y reyes tarascos, en Arqueología mexicana, VI, 32, pp. 50-57. México: Editorial Raíces.
Michelet Dominique. (2010). De palabras y piedras: reflexiones en torno a las relaciones entre arqueología e historia en el Michoacán protohistórico, sector de Zacapu, en ISTOR [en línea], 43, pp. 27-43. México: CIDE. Consultado el 14/02/2013.  URL: http://www.istor.cide.edu/archivos/num_43/dossier2.pdf .
Ñúñez Enríquez, Luis Fernando y Roberto Martínez González. (2010) Prácticas funerarias mexicas y purépechas: el problema de la confrontación entre datos etnohistóricos y arqueológicos, dans Ancient Mesoamerica, 21, 2, pp. 283-308, Cambridge: Cambridge University Press.
Paredes Martínez, Carlos. (1996) La estratificación social de los tarascos, en Arqueología mexicana, IV, 19, pp. 34-39. Mexico: Editorial Raíces.
Schöndube, Otto. (1996) Los tarascos, en Arqueología mexicana, IV, 19, pp. 14-21. Mexico: Editorial Raíces.
Expositions
Rostros de la divinidad, Museo maya de Cancún. 
 
Evénements académiques
Colegio de México
VI Coloquio internacional de Género y de las mujeres en México, du 13 au 15/03/2013.

ENAH
Cours Religiones de Mesoamérica: centros y periferias, du 18 au 22/03 de 10 à 14 h con el Dr. David Carrasco.
Seminario permanente de historia y Antropología de las religiones, du 11/03 au 25/11 de 12 à 14 h.

Centro cultural Isidro Fabela
Homemage à la Dra. Beatríz Barba Ahuatzin 13/03/2013 de 10 à 11 h. Plaza de San Jacinto No. 5 y 15, San Ángel. Entrée libre.

INAH
Seminaire-atelier de recherche Arqueología de la Cuenca de México, séance 44 Avances en la investigación de Chingú Fernando Getino, Angélica Rivero, Roberto Barajas, Jessica Rodríguez, Estela Sánchez, Alicia Bracamontes, Adriana Dávalos, Itzel Landa y Virgina Sanabria, DSA-INAH. 11/03/2013 à 10 h. Salle de réunions, Córdoba 45, 1er étage, Col. Roma.
Curso Mujeres mayas prehispánicas: diosas, reinas y guerreras. Dr. Ma. Eugenia Gutiérrez González Sábados 16, 23, 30/03 y 6/04/2013 de 10:00 à 13:00 h.
IX Jornadas Permanentes de Arqueología 2013 Un macuahuitl en contexto arqueológico, Juana Moreno Hernández, DEA-INAH 15/03/2013, de 12 à13 h, Amphithéâtre Eduardo Matos Moctezuma, Museo del Templo Mayor, México.

UNAM
Atelier Signos de Mesoamérica. Coords. Dr Alfredo López Austin et Andrés Medina Hernández Auditorio Jaime Litvak King, 15/03/2013 de 12 à14 h.
Seminaire permanent Arqueología en áreas tropicales de Mesoamérica Coordinadores: Dra. Annick Daneels Verriest, Dr. Rodrigo Liendo Stuardo Conferencia Conservación y aplicación de estucos en el área maya: avec Aidée Orea, salle 121, 12/03/2013 de 16 h à 18 h.
Séminaire permanent Antropología y Ciencias aplicadas. Coord. Agustín Ortiz Butrón, Salle de videoconférences, 11/02/2013 de 11 h à 13 h.

Medias
Serie documental Piedras que hablan, épisode 4 : Monte Albán y Atzompa: La entrada al cielo, Canal 22 de CONACULTA, tous les mercredis à 21 heures. Retransmission sur Youtube chaque jeudi à 22 h. 
Revue Arqueología mexicana. La agricultura en Mesoamérica. La gran invención.

Partager

vendredi 8 mars 2013

Piedras que hablan 3 - Tonina El sueño vertical

Voici le troisième épisode de la série documentaire Piedras que hablan, transmis sur le Canal 22 et rediffusé sur la chaîne INAHTV, disponible sur Youtube. Cette semaine, il s'agissait d'une présentation du site chiapanèque de Tonina avec Juan Yadeun.



Bon visionnage !
Partager

lundi 4 mars 2013

Appel à contributions Journée d'études sur le dindon

Notre collègue Nicolas Latsanopoulos, dessinateur du bureau d'archéologie du conseil d'archéologie de Seine Saint-Denis, est le coorganisateur d'un événement qui aura lieu le 4 décembre prochain à Paris.

Avec Anath Ariel de Vidas et Perig Pitrou, ils appellent les chercheurs mésoaméricanistes à  participer à une journée d'études sur le dindon en Mésoamérique. Nous reproduisons ci-dessous leur appel à contribution également diffusé sur le site de l'Institut des Amériques. 

À la différence d’aires culturelles dans lesquelles de nombreuses espèces animales ont été domestiquées au cours de l’histoire, dans les sociétés précolombiennes de Mésoamérique, ce processus n’a concerné que le chien, la cochenille et le dindon. Or, en dépit de l’importance de ce dernier dans les pratiques et les systèmes de représentation des populations indiennes, peu de travaux lui ont été consacrés, alors que Meleagris gallopavo se présentait comme l’animal domestique autochtone par excellence, avant l’arrivée des Espagnols au XVIe siècle. L’abondante littérature traitant des relations que les humains entretiennent avec le bétail, les chevaux ou les animaux de compagnie dans diverses régions du monde, confirme l’existence d’un vaste champ d’étude encore partiellement inexploré sur le continent américain. C’est en ce sens qu’il est proposé d’engager une réflexion collective sur la place occupée en Mésoamérique par la gallina de tierra, comme l’appelait les Espagnols, depuis la période préhispanique jusqu’à nos jours.
Dans cette perspective, les participants pourront mobiliser des données ethnographiques, archéologiques, ethnohistoriques et ethnolinguistiques pour aborder des problèmes relatifs à la position du dindon dans l’iconographie précolombienne, dans les ethnoclassifications du monde animal, notamment après la Conquête, à son rôle dans les mythes et dans la tradition orale, à son utilisation lors des pratiques sacrificielles et culinaires, aux relations, notamment de substitution, qu’il entretient avec d’autres oiseaux de basse-cour et d’autres espèces animales, ou encore aux spécificités que lui confère son statut d’animal domestique, pour ne tracer que quelques unes des pistes que les participants pourront choisir d’explorer. Quelles que soient la thématique et/ou l’hypothèse choisie – le dindon comme agent, patient, médiateur, animal sacrificiel, commissionnaire, entremetteur, porteur, émissaire…–, il serait intéressant, lorsque cela est possible, de restituer, par l’analyse textuelle ou l’examen d’éléments visuels, les séquences d’actions à l’intérieur desquelles le dindon s’insère.
Afin de faciliter le dialogue pluridisciplinaire et le comparatisme avec d’autres parties des Amériques ou du monde, nous inviterons à cette journée d’étude des commentateurs/rices venant d’autres horizons géographiques et disciplinaires. Une fois les propositions de communication acceptées par le comité d’organisation, il est demandé que les textes des interventions (en français, espagnol ou anglais) soient envoyés deux mois à l’avance pour donner le temps aux commentateurs/rices de les lire et de préparer leurs exposés. À l’issue de la journée d’étude, les contributions seront réunies, sous réserve de validation, en vue d’une publication collective. 
Pour tout renseignement supplémentaire, nous vous invitons à prendre contact avec Nicolas Latsanopoulos par courrier électronique.

Partager

dimanche 3 mars 2013

Série Piedras que Hablan. 02 - Tajín, La Ciudad Del Relámpago.

Voici le deuxième épisode de la série co-prodtuite par l'Instituto Nacional de Antropología e Historia et la chaîne culturelle Canal 22. Il a été rediffusé le 27 février dernier avant d'être mis en ligne sur Youtube le 28 février. C'est l'archéologue Patricia Pescador qui guide l'écrivain mexicain Juan Villoro dans sa découverte du site véracruzain.



Bon visionnage ! Pour en savoir plus sur Tajín, consultez le site de la série Piedras que hablan.
Partager

samedi 2 mars 2013

Raíces 93 - ArKeopáticos 3 avec Azucena Cervantés

Ella nos explicó las novedades agregadas a un concepto innovador de publicación multimedia, de las pocas que hay en la esfera antropológica. Cette semaine dans Raíces, nous avons dialogué avec l'archéologue Azucena Cervantés, coéditrice de la revue virtuelle et multimédia ArKeopáticos. Elle nous a présenté les nouveautés ajoutées au concept innovant

Comme chaque semaine, nous vous présentons ce programme sur le portail ARchive en format mp3 et ogg.



Vous pouvez également le télécharger librement sur Soundcloud et écouter la liste de TOUS les programmes passés sur Divshare.





Expositiones
Rostros de la divinidad, Museo maya de Cancún, jusqu'au 30/05/2013.

Eventos académicos
Conférence de Sylvie Peperstraete en el Musée Royal des Arts et d'Histoire, Bruxelles.
VII Coloquio de humanidades. Diálogos sobre cultura, arte y sociedadUniversidad Autónoma de Nuevo León, 6-8 de mayo del 2013. Appel à contributions jusqu'au 15/03.
Appel à contributions pour la Journée d'études Le Dindon en Mésoamérique. Approches archéologiques, ethnohistoriques et anthropologiques. GERM. Groupe de Recherche et d’Enseignement sur la Mésoamérique. EHESS. CERMA UMR Centre de recherches sur les mondes américains.Mondes Américains CNRS. Appel ouvert jusqu'au 31/03.

Médias

Série documentaire Piedras que hablan, épisode 3 : Tónina, Chiapas avec Juan Yadeún. Canal 22 de la CONACULTA, le 6/03 à 21 h. Retransmission sur Youtube chaque jeudi à 22 h.
Carnet ArKeopátias : https://arkeopatias.wordpress.com/ .
Revue Arkeopáticos : http://www.scribd.com/doc/126316536.
Page Facebook: http://www.facebook.com/Arkeopatias.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixée par Sergio Becerra dans les estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 28 février 2013. L'édition était en charge de Sergio Becerra alors que votre serviteur dirigeait l'entretien.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails