vendredi 30 août 2013

Que mangeaient les habitants de la Quemada, Zacatecas ?

Dans un bulletin publié lundi dernier sur le site de l'INAH, on append que les archéologues de l'INAH Zacatecas ont pu travailler sur des grains de maïs et des graines d'haricots, de courgettes et d'amarante, découverts dans un contexte domestique. Âgés de plus de 1100 années, ces vestiges paléobotaniques ont été découverts lors de fouilles effectuées l'année dernière.

Cette découverte remet fondamentalement en cause l'hypothèse qu'on se faisait sur la population qui résidait à La Quemada. Auparavant, on considérait que cette ville était un lieu de pèlerinage. Marco Antonio Santos, responsable du projet, estime que ces graines nous donnent une idée plus claire du régime alimentaire des habitants. Il a rappelé que des graines de maïs et de haricots avaient également détecté de manière éparse sur des terrasses agricoles préhispaniques.

Une autre découverte remet fondamentalement en question la perception de l'environnement de la Quemada. Il semblerait qu'avant la surexploitation minière de la région, La Quemada devait être un endroit particulièrement boisé. Les fouilles ont en effet mis au jour une poutre de pin atteignant de 2,5 m de longueur et 30 cm de diamètre.



Conséquence de ces deux faits archéologiques, la délimitation du territoire mésoaméricain à l'époque est à revoir. Santos estime que la frontière de la suprarégion culturelle doit être repositionnée plus au nord.

Les fouilles entreprises par l'équipe de Santos ont également mis au jour différents objets : 8 meules fracturés, des restes de charbons, un foyer incomplet et des pointes de projectiles. Les graines mentionnées ont été retrouvées dans de grandes jarres mesurant 40 cm de hauteur sur 70 cm de diamètre. D'autres récipients aux dimensions inférieurs (30 x 40 cm) semblent avoir été utilisés pour la préparation des aliments. Tous ces objets retrouvés à El Cuartel sont actuellement restaurés et analysés.



Ce sont trois niveaux architecturaux qui ont pu être détectés grâce aux puits de sondages. Le premier consiste en une chambre ou zone de repos, le second correspond à la terrasse où ont été retrouvés les jarres et les graines. Tous deux ont été datés entre 600 et 900, soit l'apogée de La Quemada. Ils ont été construit au moyen de plaques de pierre couvertes d'argile et réunis au moyen d'un mélange de fibres végétales, d'argile et d'un matériau agglutinant, de la bave de nopal probablement.

Le troisième niveau, daté entre 900 et 1200 de notre ère, pourrait avoir servi de point d'observation archéo-astronomique dans la mesure où il était situé en hauteur. Lors du solstice d'été, les rayons du soleil vont directement éclairer l'intérieur de la chambre. Sous le premier niveau, les archéologues ont détecté la présence d'une structure en terre qui pourrait avoir servi comme espace rituel entre 200 et 400 de notre ère. Cette dernière hypothèse repose sur le fait qu'elle semble avoir été construite comme extension de l'édifice Sacrifices où avaient été retrouvés plusieurs ossements il y a une vingtaine d'années.

Pour en savoir plus, nous vous recommandons la consultation du diaporama disponible sur le site de l'INAH.
Partager

mercredi 28 août 2013

Présentation de l'Offrande 137 du Templo Mayor

Alors que le projet dirigé par Leonardo López Luján va entrer dans une phase d'hibernation, le quotidien mexicain Milenio présente rapidement les premières observations de l'Offrande 137 fouillée par Diego Matadamas Gómora. Elle comporte une vaisselle en forme de Tlaloc (21,6 cm de long pour 11,5 cm de large), 800 coquillages et coquilles, vingt-huit couteaux d'obsidienne portant des attributs de guerriers, une figurine anthropomorphe en copal, des coraux, les restes d'un poisson-globe et un masque en bois, entre autres.


Offrande 137, Templo Mayor de Tenochtitlan.
Photo : INAH-Proyecto Templo Mayor.

Située au niveau de la phase VI (1486-1502) de construction de la pyramide double,  elle fait partie d'un ensemble de huit offrandes déposées sur le flanc ouest du monolithe de Tlaltecuhtli. L'offrande 137 et ses sept pendants étaient organisées autour d'une structure en pyramide inversée. Comme on peut le noter sur la photo ci-dessus, l'offrande avait été déposée dans un espace scellé de pierre volcanique sur ses côtés et de trois plaques en andésite sur sa partie supérieure.

La présence exclusive de matériaux originaire de l'océan permettent de croire qu'il s'agit d'une représentation de l'inframonde, le plus souvent figuré sous des aspects aquatiques. Un autre détail rapporté dans le bulletin de l'INAH en date du 27 août dernier est la couleur des couteaux de silex : des vingt-huit retrouvés, vingt-sept sont blancs et le dernier de couleur marron. La présence d'anneaux en coquillage nacré sur ces couteaux font dire à Erika Robles Cortés qu'ils correspondent à un pectoral du même genre (anahuatl), attribut des divinités guerrières que sont Tezcatlipoca et Huitzilopochtli.

Leonardo López Luján, futur membre de l'Académie britannique d'histoire, a estimé que les offrandes pouvaient aussi bien être faites à titre personnel que collectifm permettant un échange, une communication avec le surnaturel.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le bulletin susdit et observer le diaporama mis en ligne sur le site de l'INAH.

Partager

lundi 26 août 2013

El mundo de las religiones - Episode 4

Vendredi dernier, José Luis Rámirez Vargas m'a aimablement invité à son programme très intéressant sur les religions du monde, anciennes et actuelles. L'idée était de voir en quoi les découvertes faites à El Zotz, Holmul, Chactun, Cihuatan ou San Miguelito ont pu améliorer notre compréhension des Mayas et de leur religion. Le programme a été transmis en direct à 18 h sur Frecuencia TEC. Grâce à la gentillesse de José Luis Rámirez, vous pouvez en disposer sur le site Archive en format mp3 et ogg.



N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires.


Partager

dimanche 25 août 2013

Raíces 115 - Programme Antropológicas avec Erika Morales

Voici notre dernier programme en date. Nous avons eu le plaisir de bavarder avec Erika Morales, archéologue de l'INAH et productrice d'une série documentaire intitulée Antropológicas. Ce programme télévisuel est diffusée et co-produit par le Canal OnceTV de l'Institut Polytechnique National.

Comme chaque semaine, nous vous proposons de réécouter et télécharger librement ce programme sur Archive en format mp3 ou ogg.



Sinon, vous pouvez aussi consulter notre compte sur Soundcloud pendant les 4 prochaines semaines.





Références
Microsite du programme Antropológicas

Expositions
Kukulcan. Palacio Cantón, Mérida.
Quetzalcoatl fotográfico, Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 15/09.
Rostros de la divinidad, Fuerte San José, Campeche, jusqu'au 30/09.

Evénements académiques
INAH
VIII Coloquio de arqueología. Elementos de la vida cotidiana en el registro arqueológico. Museo del Templo Mayor, Auditorio Eduardo Matos Moctezuma. Du 26 au 30/08, de 10 à 14 h. Entrée gratuite.

1er Congreso Carl Lumholtz. Los nortes de México: culturas, geografías y temporalidades
Creel, Chihuahua, ENAH del Norte de México, del 25 al 30/08. Entrée gratuite.

CIESAS
V Coloquio de estudios sobre la Mixteca, CIESAS-DF, du 27 au 29/08.

Primer Coloquio Discurso de la imagen en la tradición mesoamericanaXalapa, Veracruz, 29 et 30/08, organisé par le CIESAS-Golfo, l'Universidad Veracruzana et l'Universidad Autónoma del Estado de México. Renseignements : coloquioimagen [at} gmail.com .


La serpiente emplumada entre los antiguos mexicas. Formación de un corpus etnohistórico, etnográfico e iconográfico para un estudio mítico-religioso. Conférence magistrale par Bertrand Lobjois dans le cadre de la Chaire d'histoire du Nord-est du Mexique Israel Cavazos Garza10/09 à 10h30, Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Autónoma de Nuevo León, San Nicolas de los Garza.

I Coloquio de Arqueología y Paleontología del Noreste de México, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 4-5/10/2013. Contact: mexiqueancien at gmail.com

VI Festival de los soles de la Silla, Procuración de Justicia Étnica, Monterrey, 9-16/08/2013.

Informations
Découverte de 160 fragments de sculptures représentant des félins à Cihuatán, El Salvador.


Médias
Série documentaire Antropológicas, Canal Once TV, 21/08 à 21 h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 01/08/2013 avant son émission le 24/08/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.




Partager

samedi 24 août 2013

Article La arqueología mexicana en tiempos porfirianos y revolucionarios

Nous laissons à vos bons soins cet article à paraître dans le vol. 20 de la Revista Internacional de Derecho y Ciencias Sociales, publication périodique du Centro de Estudios Históricos de l'Universidad de Monterrey. 

Nous vous le proposons sur différentes plateformes. Il est disponible gratuitement au téléchargement sur Academia

Vous pouvez également le retrouver sur le site Scribd

Vous le trouverez enfin sur Youblisher, sous forme de magazine à feuilleter.


Lobjois, B. (2013) La arqueología en tiempos porfirianos y revolucionarios

Nos collègues de la revue Textos ArKeopáticos proposent une version virtuelle et interactive de cette article. Il contient notamment des photographies utilisées lors de la conférence.


[Mis à jour le 05/10/2013]


[Mis à jour le 10/10/2013]
Partager

jeudi 22 août 2013

Six sculptures félines découvertes à Cihuatán, San Salvador

Situé au nord de San Salvador, la capitale du Salvador, Cihuatán est un petit site archéologique qui a connu son apogée entre 1000 et 1200 de notre ère. L'identité de ses habitants reste encore mal définies. Bien qu'en zone maya, il semblerait qu'ils étaient originaires du centre du Mexique. Couvrant une zone de 97 ha, le site se compose d'un centre cérémoniel ceint d'une muraille de protection autour duquel différents groupes d'habitations ont été détectées.




Fig. 1. Centre cérémoniel de Cihuatán, San Salvador, El Salvador.
Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande


Il existe un projet de fouilles et de conservation des vestiges, résultat d'une collaboration entre le gouvernement salvadorien, le Fonds National d'Archéologie (FUNDAR, institution salvadorienne privée) et l'Université de l'état de Californie à San Francisco. Cihuatan est d'ailleurs exploré et étudié depuis 1878.

Dans un communiqué par le Secrétariat à la culture, l'archéologue Paul Amaroli, collaborateur du projet et employé de FUNDAR, a indiqué une découverte intéressante. Dans une structure (P 23 selon la carte fournie gracieusement par Amaroli) adossée à la muraille qui entoure le centre cérémoniel, ce sont 160 fragments de sculptures zoomorphes et les tessons de encensoirs qui ont été mis au jour. 


Fig. 2 Carte du centre cérémoniel de Cihuatán, San Salvador, El Salvador
Crédits : Paul Amaroli - FUNDAR.

Ces fragments de sculptures correspondent environ à cinq ou six félins, probablement  des jaguars si on prend en compte les tâches représentées sur leurs corps. Selon Amaroli, ils auraient été rituellement détruits lors de l'occupation finale de la ville. Il ne s'agit pas non plus de la première occurence de ces figurines félines à CIhuatán. Lors de fouilles en 1929, Antonio Sol avait rapporté l'existence d'une vingtaine de sculptures aux traits félins dans la zone du Terrain de jeu de balle Nord.
  Ces vestiges ont été envoyés pour être analysés et restaurés au Musée national d'anthropologie de San Salvador.

Sources: 
Amaroli, Paul. (2013). Proyecto Cihuatán 2013: informe de avance. San Salvador: FUNDAR.
El Universal du 19/08/2013.





Partager

mercredi 21 août 2013

Avancées récentes du projet archéologique franco-mexicain Uacusecha

Les archéologues Grégory Pereira et Marion co-pilotent depuis 2008 un des 400 sites archéologiques qui composent le Mal País Prieto : il s'agit du Projet Uacusecha. Les terrasses fouillées sont situés aux alentours de Zacapú, au Michoacan. Dans un article publié en juin dernier par la Crónica de hoy et que nous avons retrouvé récemment, les deux chercheurs reviennent sur les avancées effectuées dans un contexte particulièrement complexe et aride : aucun point d'eau n'est disponible à Uacusecha. Pourtant cette carence n'a pas empêché les anciens habitants à construire pour y vivre et enterrer leurs défunts.

Première conclusion concrète : la cartographie est établie. Ce ne sont pas moins de 1462 structures, majoritairement des petites habitations, des bâtiments communautaires ou des magasins. Une pyramide (36 m de long, 18 m de large et 9 m de haut) dominait un territoire qui atteint 37 ha  où pourraient avoir vécu jusqu'à 5000 personnes à son apogée vers 1400. Selon les quelques documents rédigés à l'époque coloniale, ses habitants d'origine chichimèque s'étaient établis quelques siècles auparavant. Après avoir abandonné Zacapu, ils s'installèrent autour du lac de Patzacuaro pour fonder le royaume tarasque, rival craint par les Mexicas.

Lorsque Reyna Paz Avendaño demande à Pereira si la pyramide était le lieu de culte d'une divinité en particulier, ce dernier répond qu'il est difficile d'apporter une réponse claire. La construction qui comprend un escalier de treize marches a été élevé du côté est d'une place qui semble avoir servi comme centre cérémoniel. Pereira se risque à proposer que cette position pourrait correspondre à une divinité solaire. Une statue anthropomorphe en pierre volcanique a été localisée puis retirée pour éviter les convoitises. En temps et en heure, elle sera replacée lorsque le site sera ouvert au public.

Près de la pyramide, les archéologues ont détecté cinquante enterrements. La stratigraphie a permis d'établir que l'un d'entre eux avait été déposé sur une grande urne. Cette position dénote son statut social, puisque le reste des individus fut enterrés autour de lui. Cependant l'offrande qui l'accompagnait est constitué d'os de différents animaux au symbolisme certain: des cerfs et des oiseaux de proie figurent sur cette liste.

Grégory Pereira rapporte les éléments qui nous donnent une idée plus précise de la vie quotidienne dans ce milieu hostile. Des restes carbonisés de haricots et de maïs nous informent sur leur alimentations. Des restes de bois indiquent qu'ils exploitaient des massifs boisés ou l'obtenaient comme marchandise. Les lames et couteaux d'obsidiennes sont travaillés à partir de blocs extraits d'un gisement situé à une trentaine de kilomètres.

Les fouilles effectuées dans certains logements ont révélé une vingtaine d'enterrements d'hommes, de femmes et surtout d'enfants déposés dans des urnes funéraires. Cependant leurs ossements sont souvent incomplets, notamment à cause de pillages répétés. Quinze vaisselles en terre cuite ont pu être récupérées et restaurées à l'ENCRYM. Des clochettes en cuivre montrent la présence de la métallurgie dans cette région. Toutefois, on ne dispose pas encore de preuves définitives que des ateliers manipulait localement ce métal.

Selon Marion Forest, la prochaine campagne de fouilles aura lieu en octobre et novembre prochains, avec l'espoir de nouvelles découvertes pour améliorer encore restreinte d' Uacusecha, "l'aigle" en purépécha.

Pour en savoir plus sur le projet Uacusecha, consultez la bibliographie mise en ligne sur le carnet éponyme.



Partager

dimanche 18 août 2013

Raíces 114 - V Coloquio de estudios sobre la Mixteca avec Manuel Hermann Lejarazu

Cette semaine nous recevions le Dr. Manuel Hermann Lejarazu, ethnohistorien et enseignant-chercheur au CIESAS Distrito Federal. Spécialiste des codex préhispaniques et coloniaux, il dirige un séminaire permanent d'études sur ces documents. Il est également un contributeur régulier de la revue Arqueología mexicana. Pour cet entretien, Manuel Hermann nous présente le V Coloquio de estudios sobre la Mixteca qui aura lieu dans tous les prochains jours au siège du CIESAS DF.



Comme chaque semaine, nous vous proposons de réécouter et télécharger librement ce programme sur Archive en format mp3 ou ogg.



Sinon, vous pouvez aussi consulter notre compte sur Soundcloud pendant les 4 prochaines semaines.



Expositions
Kukulcan. Palacio Cantón, Mérida.
Quetzalcoatl fotográfico, Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 15/09.
Rostros de la divinidad, Fuerte San José, Campeche, jusqu'au 30/09.

Événements universitaires et académiques
V Coloquio de estudios sobre la Mixteca, CIESAS-DF, du 27 au 29/08.

II Coloquio de Antropología lingüística en México. Auditorio Fray Bernardino de Sahagún, Museo Nacional de Antropología, du 20 au 22/08/2013, de 10 à 19 h.


Seminario permanente de historia y antropología de las religiones, Sala de consejos, ENAH, 19/08 de 12 à 14h. 


La serpiente emplumada entre los antiguos mexicas. Formación de un corpus etnohistórico, etnográfico e iconográfico para un estudio mítico-religioso. Conférence magistrale par Bertrand Lobjois dans le cadre de la Chaire d'histoire du Nord-est du Mexique Israel Cavazos Garza10/09 à 10h30, Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Autónoma de Nuevo León, San Nicolas de los Garza.

I Coloquio de Arqueología y Paleontología del Noreste de México, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 4-5/10/2013. Contact: mexiqueancien at gmail.com

Médias
Série documentaire Antropológicas, Canal Once TV, 21/08 à 21 h.

Valencia Cruz, D. y A. Bocanegra Islas (éds.), 2013. El Cerrito. Santuario prehispánico de Querétaro. Mexico: INAH. 



Liendo, R. et Daneels, A. (éds), 2013. Anales de Antropología, vol. 47-I. Mexico : Universidad Nacional Autónoma de México; Instituto de Investigaciones Antropológicas.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 08/08/2013 avant son émission le 17/08/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien. 
Partager

dimanche 11 août 2013

Raíces 113 - Les Postilles avec Alejandro Tapia Vargas

Parmi les documents consultés par Alejandro Tapia pour son ouvrage La escritura novohispana (Trillas, 2010), il est évident que Fray Bernardino de Sahagún fasse partie des références ethnohistoriques. Cependant notre entretien a tourné autour d'écrits moins connus que les Primeros memoriales ou la Historia general de las cosas de Nueva España. Il s'agit des postillas, des écrits à caractère évangélisateurs rédigés pour la conversion des autochtones.


Comme chaque semaine, nous vous proposons de réécouter et télécharger librement ce programme sur Archive en format mp3 ou ogg.



Sinon, vous pouvez aussi consulter notre compte sur Soundcloud pendant les 4 prochaines semaines.



Voici quelques références bibliographiques pour compléter ce programme.


Expositions
Linaje y poder: relaciones culhua-mexicas, Centre Culturel Communautaire Ex-convento de Culhuacán, Del. Iztapalapa, México, D.F., jusqu'au 18/08.
Kukulcan. Palacio Cantón, Mérida.
Quetzalcoatl fotográfico, Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 15/09.
Rostros de la divinidad, Fuerte San José, Campeche, jusqu'au 30/09.


Événements universitaires et académiques
Séminaire permanent de iconographie, Dirección de Etnología y Antropología Social del INAH, Centro cultural Isidro Fabela, 13/08/2013, à 10 h.

UNAM, Instituto de Investigaciones Antropológicas
Seminaire-atelier Signos de Mesoamérica
Coordinadores: Dr. Alfredo López Austin, Dr. Andrés Medina Hernández
Débat sur le concept de cosmovision
Participations de Dr. Carlo Bonfiglioli, Dr. Johannes Neurath, Dr. Alfredo López Austin
Vendredi 16, de 11:00 à 14:00 h
Amphithéâtre “Jaime Litvak King”, Instituto de Recherches Anthropologiques, UNAM

La humanidad compartida procesos ontológicos en el México de ayer y de hoy
Coordinateur: Dr. Carlo Bonfiglioli Ugolini
Vendredis 16 de 16:00 à 20:00 h
Salle 121, Instituto de Recherches Anthropologiques, UNAM

La serpiente emplumada entre los antiguos mexicas. Formación de un corpus etnohistórico, etnográfico e iconográfico para un estudio mítico-religioso. Conférence magistrale par Bertrand Lobjois dans le cadre de la Chaire d'histoire du Nord-est du Mexique Israel Cavazos Garza10/09 à 10h30, Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Autónoma de Nuevo León, San Nicolas de los Garza.

I Coloquio de Arqueología y Paleontología del Noreste de México, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 4-5/10/2013. Contact: mexiqueancien at gmail.com

Nouvelles
Découverte d'une frise monumentale peinte à Holmul, Guatémala.


Médias
Série documentaire Antropológicas, Canal ONCETV México. Tous les mercredis à 20h, rediffusion le dimanche à 17h.
Présentation du documentaire Pueblos indígenas en riesgo, Cineteca Nacional, Mexico, 12/08 à 18 h.
Publication de Ernesto Vargas Pacheco (éd.), 2013. Itzamkanac, El Tigre, Campeche. Exploración, consolidación y análisis de los materiales de la Estructura 1. México : UNAM ; IIA.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 17/06/2013 avant son émission le 03/08/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.
Partager

samedi 10 août 2013

Résultats des analyses d'une offrande découverte à Palenque

Un bulletin publié sur le site de l'INAH rend compte d'études multidisciplinaires effectuées sur une offrande déposée dans le Temple XX de Palenque il y a environ 1500 ans. L'exploration polémique de cet édifice palencain entreprise par Merle Greene Robertson puis stoppée brutalement a été reprise par Arnoldo González Cruz en 2011.

L'offrande est composée d'environ 200 fragments de pierre verte, d'obsidienne, de pyrite et de jadéite, et d'une vaisselle en céramique. Elle accompagnait probablement la dépouille d'un personnage de haut rang de la dynastie palencaine. González Cruz explique que le contexte archéologique n'est pas encore complètement déterminé et ne permet d'affirmer définitivement qu'il s'agisse du fondateur de cette lignée. Si certains restes osseux d'extrémités inférieures et de dents ont été repérés, González Cruz n'exclut pas qu'ils aient pu être exhumés avant et ré-enterrés ailleurs.

70 tesselles appartiennent en fait à deux masques : le restaurateur Constantino Armendáriz se chargera de restituer leur apparence. L'un d'entre eux semble avoir été accroché à un ceinturon, élément vestimentaire traditionnellement associé aux personnages de haut-rang dans l'iconographie maya.

Alors que les fouilles sont sur le point de s'achever, elles se concentrent sur une des deux vestibules situées devant la chambre principale, à l'ouest et à l'est. Le vestibule ouest mesure 1,2 m de long pour une hauteur oscillant entre 70 cm et 1 m de haut et compte actuellement peu de matériel. Le vestibule est a revanche livré plus d'informations : plus d'un millier de billes en coquillage et en os a été retrouvé. Il est probable qu'elles aient servi dans la confection de colliers. Des études au géoradar ont établi que la chambre funéraire repose sur la roche mère à la différence de celle de Pakal dans le Temple des Inscriptions.

Le bulletin de l'INAH résume également les travaux de conservation effectués sur les neufs seigneurs de l'inframonde peints sur les parois de la chambre funéraire du Temple XX. Ils sont également visibles sous forme de stucs peints dans la crypte qui abrite le sarcophage monumental de Pakal II. Pour en savoir, regardez cette vidéo disponible sur la chaîne INAHTV.





Partager

vendredi 9 août 2013

Publications des résultats préliminaires d'analyses sur 30 corps retrouvés au Tamaulipas.

En 2009 a commencé une longue étude bioarchéologique pour dater les restes de 30 individus découverts dans la grotte de la Sépulture, située près de la commune de Tula, Tamaulipas. La Sierra Madre orientale mexicaine possède un grand nombre de cavités et grottes qui furent occupés par différents groupes nomades depuis environ 2500 ans. Dans le cas qui nous concerne, ces ossements ont été soumis à différentes analyses : ostéométrie, ADN mitochondrial, radiocarbone.

L'anthropologue Jesús Ernesto Velasco González, collaborateur du centre INAH-Tamaulipas, a livré ses premières conclusions, lisibles dans un article d'El Universal du 5 août dernier. Passons le titre racoleur et trompeur de cet article qui laisse penser que les archéologues ont  retrouvé les restes de premiers hommes en Amérique alors que Velasco González explique qu'il pourrait s'agir d'individus ayant appartenu à un des plus vieux lignages génétiques d'Amérique ayant traversé le détroit de Behring 10000 à 12000 avant notre ère.

Les dents et la présence d'un morceau de petate, cette natte en fibre végétale tressée, ont été datés au radiocarbone entre 1387 et 1195, et 1313 et 914 avant notre ère. L'ADN haplotype C correspond pour sa part à celui observé sur un corps momifié découvert par  l'archéologue Gustavo Rámirez dans la Grotte Cachée, autre site tamaulipèque.

D'autres analyses sont actuellement en cours dans différents laboratoires mexicains (Laboratoire national de génomique à Irapuato, Laboratoire de Génétique Moléculaire de l'ENAH et Laboratoire d'Anthropologie Génétique de l'Institut de Recherches Anthropologiques à l'UNAM).

Face à la quantité d'informations potentiellement disponibles dans ces grottes et cavernes du Tamaulipas, un projet international a été créé et implique l'INAH Tamaulipas, l'Institut de Recherches Anthropologiques de l'UNAM et l'Université de Cordoba en Espagne.
Partager

jeudi 8 août 2013

Mise au jour d'une frise de grande taille à Holmul, Guatemala

L'équipe de l'archéologue guatémaltèque Francisco Estrada Belli a fait une très belle découverte en explorant les différentes d'agrandissement d'une pyramide à Holmul, site maya occupé au Classique dans l'actuel Guatemala. La nouvelle a fait le tour de nombreux médias, anglophones pour la plupart : une dépêche sur le site de la BBC, une autre sur le site de Foxnews ou encore sur le Hufftington Post, un article du Boston Globe, un autre sur le site de USAToday ou une présentation du projet sur le site de National Geographic. La presse locale n'est pas en reste si on prend en compte un article publié dans le quotidien guatémaltèque El Periodico, un autre sur Prensa Libre, cet autre sur le site du quotidien mexicain El Universal sans compter la publication d'un communiqué officiel sur le site du Ministère de la culture du Guatemala. Bref, la découverte est tellement importante qu'elle a valu à son inventeur un entretien avec le président du Guatemala.

Au-delà du remue-ménage médiatique, en quoi consiste exactement les fouilles à Holmul ? Lors d'une campagne antérieure, l'équipe d'Estrada-Belli avait dégagé un riche enterrement qui comptait 28 vaisselles, un spondyle percé et deux pierres disposés sur la cage thoracique. Elles ont lieu en prolongement d'un tunnel que des pilleurs avaient creusé. Selon l'enseignant-cherchant en poste à l'Université de Tulane, ces derniers sont pourtant passés tout près de la frise monumentale : elle mesure en effet 8 m de long sur 2 m de hauteur ! Elle est complète à 95 % selon les observations faites. Des traces de pigments jaune, rouge, bleu et vert sont encore visibles. Elle a été datée entre 590 de notre ère.


Enterrement de l'édifice A, Holmul, Guatémala.
(Jesus Lopez / © Proyecto Arqueológico Holmul)

Quelle est la composition iconographique de cette frise ? Il s'agit de trois personnages richement vêtus et assis sur des têtes du monstre witz (montagne). Leurs atours de plumes de quetzal et de jade. 


L'archéologue Anya Shetler nettoyant l'inscription de la frise de l'édifice A d'Holmul.
(F. Estrada-Belli/© Proyecto Arqueológico Holmul)

Comme La Corona, Holmul était certainement un site de hiérarchie inférieure à Tikal ou au Royaume de Kaan. Selon l'archéologue Marcello Cannuto, les fouilles entreprises à La Corona et Holmul permettent d'apprécier l'échiquier politique maya pendant le Classique. Bien que soumise au Royaume de Kaan, Holmul était situé le long de la meilleure route est-ouest qui reliait Tikal à la côte caraïbe et d'une autre nord-sud entre Dzibanché et et les Hautes Terres sans passer sur le territoire de Tikal. L'épigraphie entre en jeu pour confirmer cette hypothèse : un texte d'une trentaine de glyphes a été inscrit sur la partie inférieure de la frise. Ils nous indiquent que le monument a été commandité par Ajwosaj, dirigeant de la ville voisine de Naranjo et vassal du Royaume de Kaan.


Détail du nom du dirigeant Ajwosaj sur la frise de l'édifice A.
(F. Estrada-Belli/ © Proyecto Arqueológico Holmul).

Estrada-Belli a même publié un relevé de cette frise par Angel Ronaldo Ajpop Castillo sur son compte Facebook. Sur le communiqué publié sur le site du Ministère de la culture et des sports, on peut voir différentes photographies et dessins présentant la frise et son contexte. Ses dimensions empêchent pour l'heure son "déménagement" et posent le problème de sa conservation. Au delà des dégradations subies par l'environnement, les pilleurs sont certainement la menace la plus urgente à résoudre.


Perspective idéalisée de l'édifice A, Holmul, Guatemala.
(F. Estrada-Belli/© Proyecto Arqueológico Holmul)

Félicitations à Francisco Estrada-Belli et à son équipe pour cette découverte et avancée significative des études mayistes.
Partager

samedi 3 août 2013

Raíces 112 - Archéologie biblique avec Marcela Zapata Meza

Cette semaine, nous avons changé de pays et de cultures en décidant de faire appel à l'expertise de Marcela Zapata Meza, directrice de l'UNIQUE projet de fouilles archéologiques en Terre Sainte. Avec son équipe de l'Université Anahuac Sud et grâce au soutien de très nombreux bénévoles, elle explore l'ancien village hébreu de Magdala, situé sur les rives du Lac de Tibériade. Marcela Zapata nous explique quelles sont les caractéristiques de l'archéologie biblique et nuance les illusions que certains médias veulent bien nous vendre.

Comme chaque semaine, le programme est disponible à la lecture et au téléchargement en format mp3 et ogg sur la plateforme Archive.org.



Si vous rencontrez quelques difficultés, vous pouvez toujours faire un tour sur Soundcloud.



Expositions
Linaje y poder: relaciones culhua-mexicas, Centre Culturel Communautaire Ex-convento de Culhuacán, Del. Iztapalapa, México, D.F., jusqu'au 18/08.
Kukulcan. Palacio Cantón, Mérida.
Quetzalcoatl fotográfico, Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 15/09.
Rostros de la divinidad, Fuerte San José, Campeche, jusqu'au 30/09.

Événements universitaires et académiques
Appel à contributions pour le 2° Coloquio de estudios arqueológicos, antropológicos e históricos sobre la guerra en Mesoamérica, 14-17/10/2013, Auditorio Román Piña Chan, Escuela Nacional de Antropología e Historia. Twitter : @enah_guerra ; Facebook : Coloquio sobre guerra en Mesoamérica.
La serpiente emplumada entre los antiguos mexicas. Formación de un corpus etnohistórico, etnográfico e iconográfico para un estudio mítico-religioso. Conférence magistrale par Bertrand Lobjois dans le cadre de la Chaire d'histoire du Nord-est du Mexique Israel Cavazos Garza10/09 à 10h30, Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Autónoma de Nuevo León, San Nicolas de los Garza.
I Coloquio de Arqueología y Paleontología del Noreste de México, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 4-5/10/2013. Contact: mexiqueancien at gmail.com

Nouvelles
Bulletin de l'INAH : accord entre l'INAH et le gouvernement du Guerrero pour un sauvetage de Piedra Labrada.
Bulletin de l'INAH : découverte d'un enterrement et d'un four préhispanique à Cerro El Tlatoani, Morelos.
Bulletin de l'INAH : premiers résultats de travaux géophysiques sur la Pyramide des Inscriptions de Palenque, Chiapas.

Médias
Série documentaire Antropológicas, Canal ONCETV México. Tous les mercredis à 20h, rediffusion le dimanche à 17h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 30/06/2013 avant son émission le 27/07/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.



Partager

jeudi 1 août 2013

Fouilles fructueuses sur les pentes du mont El Tlatoani, Morelos

Raúl Francisco González Quezada est archéologue auprès du centre INAH-Morelos. Il est responsable d'un projet de fouilles sur un site situé sur la commune de Tlayacapan. Ce site semble avoir connu deux époques d'occupation : la première remonte au Classique (entre 200 et 900 de notre ère), la seconde au Postclassique ancien (entre 900 et 1100 de notre ère). Il fait partie d'une douzaine de gisements archéologiques catalogués par l'INAH Morelos dans les montagnes aux alentours de Tepoztlán.

C'est dans la partie la plus ancienne du site que les restes d'un personnage (extrémités inférieures, crâne et vertèbres cervicales) présumé important ont été mis au jour. Des pendants d'oreilles et d'autres objets en pierre verte, des vaisselles et les restes de ce personnage ont d'ores et déjà livré des informations intéressantes. Des analyses  radiocarbone et d'isotopes de strontium devraient fournir ensuite une datation plus précise.

Les premiers observations médico-légales laissent penser qu'il s'agirait d'un guerrier qui fut décapité. Les séquelles d'une perforation sur le crâne sont clairement visibles. L'individu semble y avoir survécu. La présence de traces de découpe sur les vertèbres cervicales montre que le sujet fut très probablement décapité avant d'être inhumé.

L'accès à la partie supérieure et donc plus récente du site se fait au moyen d'escaliers particulièrement escarpés et étroits. Ce trait architectural est généralement propre d'un site militarisé. Plusieurs terrasses ont été repérées sur les pentes de la montagne mais il s'agirait plutôt de représenter symboliquement une pyramide. Sur ce dernier point, il convient d'être prudent. Il est bien connu que les pyramides sont des images de montagnes : il est étrange de préparer une élévation naturelle comme une pyramide symbolisant une montagne... Faute de mieux, cette hypothèse devra être encore démontrée.

Sur ces terrasses les archéologues ont retrouvé des objets ayant servi à la taille du bois et un four utilisé pour la cuisson de figurines en céramique dans les vestiges de constructions qui seraient donc des ateliers et des espaces résidentiels. Selon González Quezada, ce four est l'un des rares connus dans tout le Morelos : de forme rectangulaire, il a une profondeur d'1,3 m. Ses parois sont construites en dur. Des fragments de vaisselles, jarres, encensoirs, braséros et autres comales montrent un usage régulier de ce four pendant le Classique.

Pour en savoir plus sur ce projet de recherches, consultez le bulletin disponible sur le site de l'INAH. Consultez le diaporama qui l'accompagne.




Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails