lundi 30 décembre 2013

Raíces 132 - Juan Correa, pintor mulato novohispano avec María Elisa Velázquez Gutíerrez

Cette semaine, étant donné la fermeture des studios de Radio pendant les congés de Noël, nous vous proposons un entretien in extenso avec la Dr. María Elisa Velázquez Gutíerrez, spécialiste des études afromexicaines, sur un peintre qui connut une grande renommée aux XVIIe et XVIIIe siècle : Juan Correa. Fils d'un "mulâtre" et d'une "morena" libre, Correa a fait fi de sa couleur de peau pour devenir un grand artiste. Mais comme Velázquez Gutíerrez, la société vice-royale au Mexique, même si elle était sclérosée dans un système de castes reposant sur des considérations raciales.

Comme chaque semaine, nous vous proposons deux modalités pour ré-écouter, télécharger et/ou partager ce balado. Soit vous le récupérez sur Archive en format mp3 et ogg.



Vous pouvez également le retrouver sur Soundcloud en libre téléchargement pendant les quatre semaines à venir.



Références bibliographiques
Fernández, Martha (s.f.). Juan Correa en la Catedral de la Almudena, Imágenes. Mexico, D.F. : Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Estéticas. En ligne, consulté le 29/12/2013 : 

Vargaslugo, Elisa & José Guadalupe Victoria. 1985-1994. Juan Correa, su vida y su obra. Repertorio pictórico, 4 vols. México : Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Estéticas.

Velázquez, María Elisa. 1998. Juan Correa, mulato libre, maestro de pintor. Mexico, D.F. : CONACULTA. 

Pages internet
Biographie sur le site Pintores latinoamericanosEn ligne, disponible le 30/12/2013.

Galerie sur le site FotologEn ligne, disponible le 30/12/2013. 

Biographie sur le site Arte guadalupano. En ligne, disponible le 30/12/2013. 

Biographie sur le site Mexico desconocidoEn ligne, disponible le 30/12/2013. 

Expositions
Ajawo'ob. El tiempo de los señores mayas. Musée Régional d'Antthropologie et d'Histoire, Aguascalientes, jusqu'en février 2014.

Teotihuacán. Tres pirámides en el paisaje ritual. Museo del Templo Mayor, jusqu'en février 2014.

Paisajes Mayas, hilos de luzMuseo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'en janvier 2014.

También aquí participaron… Negros, mulatos y pardos en la Revolución de 1910Exposition photographique, Direction d'Études Historiques, INAH, du 14/11/2013 au 28/11/2014.

To’on Maayáa´onil le k´iinoóbaMuseo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 25/01/2014.

Cerámica mesoamericana Céramique mésoaméricaine, salle 10, Musée d'archéologie maya, Fort San Miguel, Campeche.

El solar purépéch'a. Exposition permanente, Musée National d'Anthropologie, réinauguration le 10/12.

Mayas. Revelación de un tiempo sin fin, Galeria del Palacio Nacional, de mardi à dimanche de 10 h à 17 h, jusqu'en avril 2014, entrée gratuite.

Mayas : el lenguaje de la belleza, Museo maya de Cancun, jusqu'en mars 2014.

Médias
Matos Moctezuma, Eduardo. 2013. Los grandes hallazgos de la arqueología. De la muerte a la inmortalidad. Mexico, Editores Tusquets.

Magazine Antropológicas, Canal ONCETV México, 25/12 à 20 hrs. Rediffusion 19/12 à 17 h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, en novembre 2013 avant son émission le 28/12/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.



Partager

samedi 28 décembre 2013

Hommage - Beatriz Braniff Cornejo (1925-2013)

Après le décés de Claude-François Baudez en juillet dernier et celui de Santiago Genovés, l'anthropologie a perdu une grande figure en la personne de la Dr. Beatriz Braniff Cornejo. Chercheuse émérite de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire, la Dr. Beatriz a beaucoup fait pour l'archéologie du Mexique, notamment pour les cultures du nord et du nord-ouest du pays.

Parmi ses nombreuses occupations et charges, elle a notamment dirigé le projet archéologique Paquimé, Chihuahua, entre 1992 et 1995 et le Centre d'Études Anthropologiques d'Occident. Sa dernière expérience de terrain à Casas Grandes il y a treize ans lui valut une chute qui allait limiter sa mobilité. Elle se disait volontiers chichimèque dans le sens où elle préférait la vie et le travail loin de la capitale mexicaine, dans les territoires du Nord. Elle avait rédigé une thèse doctorale sur le mont des étoiles ou Citlatepetl.

Beatriz Braniff n'en restait pas moins très active. De nature affable et impertinente, elle militait il y a encore quelques mois contre la passivité de la direction de l'INAH quant à la conservation du patrimoine national à Tzintzuntzan, Puebla ou Chichen Itza, comme le montre cette photo prise le 25 juillet 2012 par notre collègue Victor Arribalzaga.


Beatriz Braniff Cornejo, 25/07/2012.
Photo: V. Arribalzaga

Vous pouvez juger de sa combativité dans ce petit entretien enregistré par Laura Corona à cette occasion.



Nous vous recommandons de visualiser ce portrait de la série Rostros de la antropología publié sur la chaîne INAHTV, réalisé en 2005.




Bibliographie de la Dr. Beatriz Braniff
1961. "Herencias Chichimecas", Arqueología, 2a época, 19, p. 55-80.
1972. "Secuencias arqueológicas en Guanajuato y la cuenca de México: intento de correlación", en Teotihuacán, XI Mesa Redonda. Mexico, D.F. : Sociedad Mexicana de Antropología, p. 273-319.
1975. "El norte de México", en México: Panorama histórico y cultural, vol. VII, México D.F. SEP-INAH, p. 217-272.
1988. "Oscilación de la frontera norte mesoamericana: un nuevo ensayo", Arqueología, 2a época, 1, p. 99-114.
1989. Arqueomoluscos de Sonora, Noroeste y Occidente de México, Cuadernos de trabajo 9. Mexico, D.F.: ENAH
1992. La frontera protohistórica pima-ópata en Sonora, México, D.F., INAH.
1995. "Imágenes de la sexualidad y potencias de la naturaleza: el caso de las esculturas fálicas chalchiuhteñas de Molino, Durango", en Barbro Dahlgren y Ma. de los Dolores Soto de Arechavaleta (eds.), Arqueología del Occidente y Norte de México; homenaje a J. Charles Kelley. México, D.F. : Instituto de Investigaciones Antropológicas; Universidad Nacional Autónoma de México, p. 181-209.
1996. "Los cuatro tiempos de la tradición Chupícuaro", Arqueología, 2a época, 16, p. 50-68.
1999. Morales, Guanajuato y la tradición Chupícuaro. Mexico, D.F. : INAH.
2000. "Sistemas agrícolas prehispánicos en la gran chichimeca", en Nómadas y sedentarios en el Norte de México.
Dioses Guacamayas del Norte. Mexico: Colegio de México. 
1992. La estratigrafía arqueológica de Villa de Reyes, San Luis Potosí. Mexico, D.F. : INAH.
& al. La Gran Chichimeca. El lugar de las rocas secas. Mexico, D.F. : CONACULTA - Jaca Books.
2008. Paquimé. Mexico, D.F. : Fondo de Cultura Económica.

Hers, Marie-José Areti & José Luis Mirafuentes. 2000. Nómadas y sedentarios en el norte de México: homenaje a Beatriz Braniff. Mexico: Universidad Nacional Autónoma de México.

La Red Mexicana de Arqueología a mis en place un flux en espagnol où les intervenants peuvent rapporter les témoignages de leurs rencontres et collaborations avec Beatriz "Tita" Braniff Cornejo.
Partager

vendredi 27 décembre 2013

Exposition Mayas, le langage de la beauté

À peine est-on remis de l'inauguration en fanfare de l'exposition Mayas, révélation d'un temps sans fin au Palais National qu'une autre exposition (de moindre ampleur certes mais tout aussi intéressante) se voit proposée au public au Musée maya de Cancun. Il y en a même une troisième sur la même culture au Musée d'Histoire et d'Archéologie d'Aguascalientes. On peut donc dire que les Mayas ont le vent en poupe puisque le Musée régional du Yucatan propose jusque mi-janvier deux expositions photographiques sur les mayas contemporains.

Le 18 décembre dernier, l'archéologue Adriana Velázquez Morlet a coupé officiellement le ruban d'une exposition temporaire (prévu au moins jusqu'en mars prochain) qui compte 130 objets conservés au Musée régional d'anthropologie du Yucatan à Mérida, au Musée de site d'Hecelchakán (situé près de l'île de Jaina), au Musée archéologique du Fort Saint-Michel et au Centre INAH-Campeche, au Musée régional de Tuxtla Gutíerrez, au Chiapas, au musée de site de Comalcalco, au Tabasco.

Officiellement l'objectif de cette exposition est de montrer la "sensibilités des artifices et la maîtrise des sculpteurs qui révèlent le concept de l'homme et sa place dans l'univers". Vaste programme a priori que celui de définir la perception du corps humain à travers quatre espaces : 
  • le corps comme toile s'attarde des éléments aussi importants comme les variations de coiffe, les scarifications et autres tatouages,
  • le corps revêtu explique comment vêtements et ornements reflètent le statut social, la profession, l'origine, le caractère, les sentiments et l'état d'âme,
  • la contrepartie animale est une réflexion sur l'aspect surnaturel de la faune et de la flore,
  • les corps de la divinité montrent la diversité des divinités et entités et leurs nombreuses attributs végétaux et/ou animaux.
Pour en savoir plus sur cette exposition à voir lors de vos vacances à Cancun, consultez le bulletin publié par l'INAH et le diaporama suivant.

Partager

jeudi 26 décembre 2013

Explorations archéologiques sur le Mont Teocaltitán, Jalisco

L'INAH a pensé à ceux qui, comme votre serviteur, attendent des nouvelles de front si vous me passez "des nouvelles du front", si vous me passez l'expression. C'est donc en cette période de Noël qu'on apprend les avancées d'un projet archéologique près de la ville de San Juan de Lagos, dans l'état de Jalisco. Marisol Montejano Esquivias, directrice de ce projet commun à l'INAH et au gouvernement du Jalisco, a surtout mis en perspective le potentiel de ce site qui sera partiellement ouvert à moyen terme.

Le bulletin de l'INAH explique que le site est composé de vingt-trois ensembles architecturaux répartis sur vingt hectares et construits entre 450 et 900 de notre ère. Ces constructions sont situées sur les hauteurs du mont Teocaltitán, à Jalostotitlán. Selon José Ortega, chercheur au laboratoire de géophysique de l'INAH, les premières images prises par géoradar sont prometteuses : elles indiquent que le site n'a pas subi de pillage ni de destruction, laissant un contexte archéologique intact. Teocaltitán appartient à la même tradition culturelle que les sites de Plazuelas et El Cóporo, tous deux situés dans l'état voisin du Guanajuato, les vallées d'Atemajac et de Tequila, dans l'état du Jalisco.

L'attention des archéologues s'est portée vers ce qui semble être la principale plateforme du site. Le géoradar a permis d'en établir non seulement les dimensions impressionnantes Longue de 70 m, large de 40 m et haute de 8 m, elle pourrait également avoir servi de lieu d'inhumation de l'élite dirigeante de la cité. Cette hypothèse repose sur la présence en forme de boîtes non couverte retrouvé sur le site de la Higuerita, à Tala. Il y a une dizaine, Marisol Montejano Esquivias avait indiqué qu'y avaient été déposées les dépouilles d'individus accompagnés d'offrandes et de céramiques peintes en pseudo-cloisonné. Selon Montejano Esquivias, l'architecture de Teocaltitán reprend des éléments comme le talud-tablero de Teotihuacan mais en possède d'autres, propres à la tradition régionale comme des cours en U ou surbaissée, des terrains de jeu de balle, des pyramides à cour fermée.

Les deux première campagnes de fouilles ont été financées par l'état du Jalisco : elles ont permis de redresser un des murs du terrain de jeu de balle. Des figures, des perles en pierre, parfois en turquoise. La présence de boucles d'oreilles en cuivre et en nacre laissent penser que le site a connu une phase d'occupation entre 900 et 1200. Elles étaient associées à un crâne. Un examen médico-légal a permis de déterminer la présence de traces de découpe probablement provoqué lors d'un sacrifice par décapitation.

L'année dernière, un autel de 9 m de côté a été fouillé dans la cour surbaissée et fermée par la pyramide principale, haute de 7 m. La cour présente les dimensions suivantes : 40 m de largeur sur 50 m de longueur et 2 m de profondeur.

Pour mieux comprendre ces travaux d'explorations, nous vous recommandons de regarder les clichés de ce diaporama proposé sur le site de l'INAH et le bulletin publié le 24 décembre dernier. En revanche le bulletin ne précise pas que le site est connu par les locaux depuis longtemps (merci Mickael pour cette précision !). Il reste dommage que la recherche archéologique soit trop souvent considérée comme un préalable nécessaire à l'exploitation touristique de ces endroits. On pourrait également se réjouir d'un budget pour conserver le patrimoine existant comme Guachimontones, le site chéri et difficilement diffusé par feu Phil Weigand.
Partager

lundi 23 décembre 2013

Raíces 131 - Archéologie du Tamaulipas 1 avec Gustavo Rámirez

Les vacances de Noël aidant, on peut découvrir le passé d'un pays, d'une région en visitant ses zones archéologies ou ses musées. Le nord-est du Mexique est trop souvent identifié à un no-man's land en ce qui concerne . Nous avons déjà eu loisir de démontrer que ce n'était pas le cas pour les états du Nuevo León et du Coahuila. Il convient de passer par un autre état méconnu mais ô combien riche en manifestations  culturelles anciennes : le Tamaulipas. Gustavo Rámirez est archéologue inscrit au centre INAH du Tamaulipas depuis de nombreuses. Il nous propose un rapide aperçu de possibles excursions au Tamaulipas.

Comme chaque semaine, nous vous proposons deux modalités pour ré-écouter, télécharger et/ou partager ce balado. Soit vous le récupérez sur Archive en format mp3 et ogg.



Soit vous le retrouvez sur Soundcloud pendant les quatre prochains mois.




Expositions
Ajawo'ob. El tiempo de los señores mayas. Musée Régional d'Antthropologie et d'Histoire, Aguascalientes, jusqu'en février 2014.

Teotihuacán. Tres pirámides en el paisaje ritual. Museo del Templo Mayor, jusqu'en février 2014.

Paisajes Mayas, hilos de luzMuseo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'en janvier 2014.

También aquí participaron… Negros, mulatos y pardos en la Revolución de 1910Exposition photographique, Direction d'Études Historiques, INAH, du 14/11/2013 au 28/11/2014.

To’on Maayáa´onil le k´iinoóbaMuseo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 25/01/2014.

Cerámica mesoamericana Céramique mésoaméricaine, salle 10, Musée d'archéologie maya, Fort San Miguel, Campeche.

El solar purépéch'a. Exposition permanente, Musée National d'Anthropologie, réinauguration le 10/12.

Mayas. Revelación de un tiempo sin fin, Galeria del Palacio Nacional, de martes a domingo de 10:00 a 17:00 horas. Hasta abril 2014. Entrada libre.

Nouvelles
Appels à inscription en licence de la ENAH 2014.

Appel à inscription au programme de doctorat en sciences sociales, CIESAS Occidente, Promotion 2014-2018.

À l'heure où nous rédigeons ce billet, nous apprenons l'assassinat du directeur des 3 Musées de Monterrey, personne qui nous a soutenu dans l'organisation et la promotion de différents événements. Différents collaborateurs de ce musée participent régulièrement à Raíces pour promouvoir les activités culturelles des 3 Musées. Nous dédions ce programme à l'Architecte Garza Salinas et adressons nos plus sincères condoléances à ses proches et à ses ses collobarateurs.

Médias
Magazine Antropológicas, Canal ONCETV México, 25/12 à 20 hrs. Rediffusion 19/12 à 17 h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, les 31/10 et 19/12/2013 avant son émission le 21/12/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.




Partager

mercredi 18 décembre 2013

Exposition Mayas. Revelación de un tiempo sin fin

Ce 14 décembre, le président mexicain Enrique Peña Nieto a inauguré une nouvelle exposition dans les galeries du Palais National à Mexico. Accompagné de différentes autorités nationales et internationales, l'ambassadrice de France faisant partie des diplomates cités par le bulletin de l'INAH, le président Peña a pu profiter des explications de. Bien que présente et contrairement à la tradition, la commissaire de l'exposition, Mercedes de la Garza, s'est faite discrète et a répondu aux médias sur la forme et l'importance symbolique des objets exposés.

Même si l'exposition présente les Mayas à travers le temps, l'essentiel des 535 pièces exposées fait référence à l'époque préhispanique. Selon de la Garza, elles "avaient des finalités religieuses, politiques et sociales. Il s'agissait de commandes faites par les gouvernements, de nature rituelle afin d'être placées dans les tombes comme offrandes".

Cette exposition sera l'occasion d'admirer pour la première fois treize objets découverts lors de fouilles à Comalcalco, au Tabasco, et le Tableau du Temple XXI de Palenque-Lakam'ha, au Chiapas.

Le bulletin fait état de cinq espaces d'expositions :

  1. L'homme face à la nature expose les liens étroits que les peuples mésoaméricains en général et les anciens Mayas tissaient avec leur environnement immédiat, leur perception et leur interprétation de la nature dont ils se sentaient partie prenante.
  2. Communauté et vie quotidienne explique l'organisation sociales des Mayas, leurs vêtements, leurs décorations corporelles, les ustensiles et objets utilisés pour la production de repas et la composition d'offrandes.
  3. L'homme face au temps et aux astres met en valeur des inscriptions calendaires et astronomiques, montrant l'importance de l'observation des étoiles et autres corps célestes dans la conception du temps et de l'univers propre à ses populations.
  4. Le cœur des villes s'attarde sur l'urbanisme et l'architecture sacrée des Mayas, notamment sur Chinkultic, voisine de Palenque.
  5. Les élites gouvernantes et leurs historiographie montre l'importance de l'épigraphie pour déchiffrer les guerres, les alliances, les mariages arrangés, les cérémonies au cours desquelles l'élite maya réaffirmait son lien avec les ancêtres et les divinités vénérées.
  6. Les forces sacrées expliquent plus en détail les conceptions et les rituels religieux au moyen de différentes figurines féminines et d'objets de culte.

Un dernier espace propose d'admirer une série de huipiles, de tambours et d'autres objets  modernes utilisés au quotidien par les descendants de ses groupes mésoaméricains.

L'INAH espère compter plus d'un million de visiteurs durant les trois premiers mois de l'exposition. Tout porte à croire que ce chiffre pourra être atteint. D'une part l'enceinte de l'exposition est symboliquement très importante pour les Mexicains. Le Palais National est l'équivalent du Palais de l'Élysée en France, même si la résidentielle officielle des présidents mexicains est située à Los Pinos. C'est au balcon de ce palais que le président lance officiellement le cri de ralliement des insurgés de 1810 pour l'indépendance mexicaine. Le Palais National est situé au centre de Mexico, là où bon nombre de touristes nationaux et étrangers viennent déambuler. A un moment où les crédits à la culture (notamment à la production cinématographique et la publication d'ouvrages) ont été singulièrement rabotés, l'INAH pourrait faire figure de privilégié avec une légère augmentation de son budget. Les archéologues et chercheurs de l'Institut aimeraient pourtant en voir la couleur. Pour l'heure les réformes structurelles sur la fiscalité, l'éducation, la vie politique et les énergies ont concentré les "efforts" salués notamment par l'OCDE et le FMI. Mais un an après l'arrivée de Peña Nieto au pouvoir et le retour du PRI, on attend toujours de savoir concrètement quels sont leurs projets pour la culture. La baisse significative d'informations en rapport avec l'archéologie sur le site de l'INAH montre bien qu'il n'y a pas de véritable intérêt de la part des autorités. Rappelons que le gouvernement précédent avait financé les fouilles de treize zones archéologiques pour mettre en place un tourisme culturel (de masse) dans des endroits peu visités et dont les résultats tardent à être diffusés.

Dernier point et non des moindres, cette exposition prendra ensuite ses quartiers au Brésil et en France en 2014. Préparez-vous à en entendre parler, et malheureusement pas toujours de manière fiable, dans les médias français. Nous essaierons de vous apporter des informations sur le sujet en temps et en heure sur ce carnet.
Partager

dimanche 15 décembre 2013

Projet de réalité virtuelle augmentée pour El Teúl, Zacatecas

Dans le vaste désert informatif qui règne à l'INAH sur les projets archéologiques depuis la prise de fonction de María Teresa Franco, chaque bulletin vaut de l'or. Il y a une petite semaine, on pouvait lire ainsi la mise en place d'un projet de réalité virtuelle augmentée, technologie bien sise en Europe. Le site d'El Teúl, situé dans le sud du Zacatecas, a servi de cobaye. Exploré et fouillé partiellement durant le mandat de l'ancien président mexicain Felipe Calderón, El Teúl devrait être ouvert au public l'année prochaine.

Cette prochaine inauguration sera l'occasion pour le visiteur d'utiliser une application mise au point par Miguel Ángel Maciel pour les dispositifs mobiles. Peter Jímenez Betts, directeur du Projet archéologique El Teúl, est revenu sur les avantages et le contenu de cette application. Le visiteur pourra utiliser la caméra de son téléphone portable au dessus de certains marqueurs disposés à proximité d'un monument et il obtiendra une vue complète en trois dimensions d'objets retrouvés lors des fouilles. On pourra également avoir accés à des reconstitutions architecturales virtuelles, un peu comme pour le Colisée à Rome.

Pour en savoir plus, nous vous recommandons la lecture en espagnol de ce bulletin publié sur le site de l'INAH. D'autre part, le dernier journal de l'INAH revient sur cette annonce.


Partager

dimanche 8 décembre 2013

Raíces 130 - La serpiente recapitada avec Roberto Velasco

En septembre dernier, le Musée National d'Anthropologie proposait l'exposition d'une pièce à l'histoire bien singulière dans un espace préparé juste derrière les portiques de sécurité. Le serpent à plumes dit "de Santa Cecilia", ville au nord de Mexico où il fut durablement exposé aux intempéries, a retrouvé finalement sa tête au prix et peut désormais être vue dans son intégralité. Nous vous rappelons que nous avions présenté cette pièce il y a quelques années dans un billet qui est le deuxième plus lu sur ce carnet.

Comme chaque semaine, vous retrouverez le balado de ce cent-trentième programme sur Soundcloud pendant le prochain mois.



Il est également disponible sur le site Archive en format mp3 et ogg. Partagez-le et téléchargez-le gratuitement.



Références bibliographiques
LOBJOIS, B. (2009). Le serpent à plumes de Santa Cecilia. En ligne le 01/06/2009 : http://mexiqueancien.blogspot.com/2009/06/le-serpent-plumes-de-santa-cecilia.html .
SOLÍS OLGUÍN, F. R., & G. P. TABER (Eds.). (2007). Isis y la Serpiente Emplumada : Egipto feraónico, México prehispánico (1. ed.). Monterrey, Nuevo León: Fundación Monterrey ; UNESCO ; CONACULTA ; Superior Council of Antiquities.

Événements académiques

Presentation du livre “Leyendas y Mitos de la Cultura Maya”, de Lázaro Chay Coyoc. Avec M.C. Lirio Suárez Améndola (INAH), Mtra. Cessia Chuc (UAC). Faculté d'Humanités, Université Autonome du Campeche, 11/12 à midi. 

Conversations musicales "Chilenas de la Costa Chica", avec Benjamín Muratalla, Phonothèque de l'INAH, 20/12 à 17 h.

Anthropologie et sciences appliquées. Salle de videoconferencias, Institut de Recherches Anthropologiques, UNAM, 9/12, de 11 à 13 h.

Commémoration des 20 ans de la revue Arqueología mexicana, amphithéâtre Fray Bernardino de Sahagún, Musée National d'Anthropologie, 10/12 à 19 h.

Expositions
Paisajes Mayas, hilos de luz, Museo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'en janvier 2014.

También aquí participaron… Negros, mulatos y pardos en la Revolución de 1910. Exposition photographique, Direction d'Études Historiques, INAH, du 14/11/2013 au 28/11/2014.

To’on Maayáa´onil le k´iinoóba, Museo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 25/01/2014.

Cerámica mesoamericana Céramique mésoaméricaine, salle 10, Musée d'archéologie maya, Fort San Miguel, Campeche.

Solar purépéch'a. Exposition permanente, Musée National d'Anthropologie, réinauguration le 10/12. 

Nouvelles
Restauration des peintures murales de Cholula, Puebla.

Remise du prix Légende vivante à Miguel León-Portilla par la Bibltiothèque du Congrès des États-Unis.

Médias
Magazine Antropológicas, La Reforma y la república itinerante, Canal ONCETV México, 11/12 à 20 hrs. Rediffusion 15/12 à 17 h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, les 14/11 et 5/12/2013 avant son émission le 07/12/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.
 
Partager

jeudi 5 décembre 2013

La restauration des "Buveurs" de Cholula presque achevée.

Dans un bulletin publié sur le site de l'INAH, la restauratrice Dulce María Grimaldi revient sur un projet de restauration et conservation de grande ampleur à Cholula, Puebla. Dans ce qui est présentée par les textes coloniaux comme la ville où les dirigeants de toute la Mésoamérique effectuaient un pélerinage pour s'y voir remettre leurs insignes de pouvoir, la grande pyramide comporte un grand nombre de phases de construction qui peut sembler anarchique et illogique (Uruñuela et Robles, 2012 : 41 ; Uriarte, 2013 : 156-160).

Les peintures murales dite des "Buveurs" ont été découvertes en 1969 . Elles ont attendu 25 ans avant de connaître une première consolidation (1994-1999) de la part de restaurateurs venus du Getty Conservation Institute. Depuis 2009, une équipe mexicaine dirigée par Dulce Grimaldo est au chevet de ces peintures qui se sont considérablement dégradées, notamment à cause du fort taux d'humidité présent sous la pyramide la plus volumineuse du monde.

Grimaldi revient sur la nature unique de ces peintures, tant par la technique utilisée, que par le sujet représenté. A la différence de très nombreux sites possédant des peintures murales, les 120 m² qui ont survécu au passage du temps à Cholula sont peints sur un support en adobe. Cela a sans aucun doute compliqué la tâche des restaurateurs. En 2009 et 2010, des travaux en urgence ont permis d'établir un diagnostique et d'établir un plan d'action définitif et systématique. 

Bibliographie : 
URIARTE, M. T. (2012). Arte y arqueología en el altiplano central de México : una visión a través del arte (1a ed.). Mexico, DF: Universidad Nacional Autónoma de México, Dirección de Publicaciones y Fomento Editorial, Instituto de Investigaciones Estéticas, Siglo XXI Editores.

URUÑUELA, G., & M. A. ROBLES. (2012). Las subestructuras de la Gran Pirámide de Cholula. Arqueología mexicana, 20(115), 36-41. 



Partager

lundi 2 décembre 2013

Spectaculaires découvertes à San Lorenzo Tenochtitlan, Veracruz

Ann Marie Cyphers est archéologue et enseignante à l'Institut de Recherches Anthropologiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique. Depuis 24 ans, elle s'est spécialisée dans l'étude de la tradition olmèque.

Il y a quelques jours, on a pu lire la découverte de deux sculptures sur le site véracruzain de San Lorenzo Tenochtitlan. La première est un disque en basalte de 61 cm de diamètre. Les empreintes d'un oiseau de proie sont sculptées. L'autre sculpture a une masse d'environ 300 kilos : elle présente des traits de félins, probablement de jaguar. L'animal a les mâchoires ouvertes et les deux pattes antérieurs croisées.

Elles ont été découvertes en 2012 lors de fouilles effectuées dans le Palais Rouge, un bâtiment de caractère résidentielle probablement utilisé par l'élite dirigeante de San Lorenzo.

Cette découverte a été largement reprise par les quotidiens mexicains, que ce soit El Universal, La Crónica de hoy ou CNN en espagnol. L'UNAM n'est pas en reste puisqu'elle rapporte ces découvertes dans un bulletin.

Partager

dimanche 1 décembre 2013

Raíces 129 - Livre Rock Art and the Sacred Landscapes avec William Breen

Nul besoin de vous présenter l'invité du jour dans les studios de Radio UDEM : William Breen est un habitué des lieux et nous fait systématiquement part de son expertise sur tous les thèmes d'art rupestre que nous pouvons évoquer à l'antenne. Cette semaine, William a souhaité nous parler d'un ouvrage en anglais qu'il a coédité avec Donna Gillette, William Breen Murray, Mavis  Greer y Helene Hayward. Intitulé Rock Art and the Sacred Landscapes, cet ouvrage propose un tour du monde des manifestations rupestres. Si le continent est sous-représenté, il permet de mieux connaître des endroits aussi divers que l'Australie, l'Afrique du Sud, l'Asie du Sud-est.

Comme chaque semaine, nous vous proposons d'accéder librement et gratuitement à cet épisode en format mp3 et ogg sur le site Archive.




D'autre part, il est également disponible dans les mêmes conditions sur Soundcloud pendant le prochain mois. N'hésitez donc pas à le partager.



Expositions
Paisajes Mayas, hilos de luz, Museo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'en janvier 2014.

También aquí participaron… Negros, mulatos y pardos en la Revolución de 1910. Exposition photographique, Direction d'Études Historiques, INAH, du 14/11/2013 au 28/11/2014.

To’on Maayáa´onil le k´iinoóba, Museo del Palacio Cantón, Mérida, jusqu'au 25/01/2014.

Cerámica mesoamericana Céramique mésoaméricaine, salle 10, Musée d'archéologie maya, Fort San Miguel, Campeche, à partir du 28/11.

Événements académiques
IX Congrès International d'Études de Genres “Archéologie et anthropologie des femmes”, Auditorium du Centre Culturel Isidro Fabela (Plaza de San Jacinto No 5, San Ángel, México, D. F.), 3-5/12.



La Pyramide de la Lune dans le paysage rituel cosmologique. Conférence présentée par Saburo Sugiyama, Musée du Templo Mayor, 7/12 de 10 à 11 h.

Cours d'épigraphie maya, Salle Margarita Nolasco, ENAH, tous les lundis et mercredis jusqu'au 11/12 à 13 h.

Seminaire permanent Théories et méthodes dans l'anthropologie mexicaine. Institut de Recherches Anthropologiques, UNAM, Salle 121, 4/12, de 11 h à 14 h.



Seminaire permanent Anthropologie de genre, Institut de Recherches Anthropologiques, UNAM, salle 120, 4/12, de 12 h à 14 h.


Second forum d'avancées en sciences et technologie appliquées à l'anthropologie, Institut de Recherches Anthropologiques, salle 121, 6/12 à 10h30. "Impacto humano y transformaciones en el paisaje del valle de Teotihuacán, México" par Diana Martínez et Cristina Adriano, du Laboratoire de Paléotnobotanique de l'IIA.

Nouvelles

Remise de la remise des prix de l'INAH.

Fouilles à el Morro, Aramberri, Nuevo León.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, les 31 et 28/11/2013 avant son émission le 30/11/2013. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails