dimanche 31 janvier 2016

Raíces 240 - Le Projet Régional Archéologique La Corona 2/3 avec Maxime Lamoureux et Marcello Canuto

Raíces recevait Maxime Lamoureux Saint-Hilaire, doctorant canadien à l'Université de Tulane et Marcello Canuto, archéologue y enseignant à Tulane University, située à la Nouvelles Orléans. Avec leur soutien aide, nous poursuivons notre cycle de programmes sur l'archéologie guatémaltèque et en particulier sur le Proyecto Regional Arqueológico La Corona co-dirigé par Tomás Barrientos, enseignant-chercheur à l'Universidad del Valle au Guatémala. 

Dr. Marcello Canuto
Crédito foto: MARI/PRALC

Maxime Lamoureux Saint-Hilaire
Crédito foto: MARI/PRALC

Comme chaque semaine, nous vous invitons à écouter, partager et télécharger librement ce programme sur le portal Archive au format ogg et mp3.



Crédits musicaux

  1. Itzamkan - Ketzal
  2. Itzamkan - Viaje en el Xibalba 


Contacts
Page Facebook del PRALC.
Page Facebook de Tomás Barrientos.
Page Academia de Marcello Canuto.

Bibliographie
La Corona Notes, Mesoweb, MARI, Tulane University.
Arqueología mexicana, Los mayas del Petén, 137. México: Editorial Raíces.

Canuto, M. A., & Barrientos, T.  (2009). Proyecto Arqueológico La Corona. Informe temporada 2008. New Haven, Connecticut/Guatemala: Yale University/Universidad del Valle de Guatemala.< http://www. mesoweb. com/resources/informes/LaCorona2008. html>.[Consultada el 25 de abril del 2011.[Links]].

Canuto, M. A., & Barrientos, T. (2008). Proyecto Regional Arqueológico La Corona: Objetivos generales y resultados preliminares de las investigaciones en el “Sitio Q”. Museo, 21(25).

Canuto, M. A., & Barrientos, Q. (2011). La Corona: un acercamiento a las políticas del reino Kaan desde un centro secundario del Noroeste del Petén. Estudios de Cultura Maya, 40.

Canuto, M. A., & Barrientos, T. (2011). La Corona: an approach to politics in the kingdom of Kaan from a secondary center in Norwest Petén. Estudios de cultura maya, 37, 11-43.

Expositions
Exposition Imágenes de la fauna: el dibujo científico en el estudio de la pintura mural prehispánica, Centro Cultural Tlatelolco, Tlatelolco, 26/10/2015-28/02/2016. De martes a domingo, de las 10 a las 18 horas. 


Exposition Il mondo che non c’era, Museo Archeologico Nazionale di Firenze, Florencia, Italia, 16/09/2015-06/03/2016.

Exposition Mayas: Lords of Time, McClung Museum, Knoxville, Tennessee, Estados Unidos, 23/01-22/05/2016.

Exposition Los guerreros del Monte Tlaloc,  Foro de Artes y Oficios Texcoco, 27/01-21/03, de 9 h à 18 h.

Eventos académicos
Colloque 30 años Proyecto Valle del Mezquital, Hidalgo, Casa del diezmo, Huichapan, Hidalgo, 3-6/02/2016.

Séminaire d'Antropología Lingüística, Salle de réunion de la Direction de Linguistique de l'INAH, 3/02, de 11 h à 15 h.

Colloque Arqueología y ciencia en torno a los 38 años del descubrimiento de Coyolxauhqui, Amphithéâtre Eduardo Matos Moctezuma, Musée du Grand Temple, Mexico, 6/02.
10h. Arqueometría y objetos de concha, con Adrian Velázquez Castro y Demetrio Mendoza Anaya.

12h. Arqueología de la joyería prehispánica con Emiliano Melgar Tisoc.

Séminaire permanent Antropología visual, con Mario Castillo Hernández, Institut de Recherches Anthropologiques, Salle Polyvalente, Université Nationale Autonome du Mexique, Mexico,  salle 121, 2/02, de 16 h à 19 h. 

Diplôme Los mayas, Casa de las Humanidades, Université Nationale Autonome du Mexique, Mexico, du 24/02/2015 au 19/04/2016 (47 sesiones), 2/02,  de 17 h à 20 h.

Séminaire permanent Antropología, poder y ruralidades, avec Dr. Hernán Salas Quintanal y Dra. Paola Velasco Santos, Institut de Recherches Anthropologiques, Université Nationale Autonome du Mexique, Mexico, 3/02, de 17 h à 20 h.

Séminaire permanent Etnografía de la cuenca de México, avec Dr. Andrés Medina Hernández, Mtra. Teresa Romero, Institut de Recherches Anthropologiques, Salle Polyvalente, Université Nationale Autonome du Mexique, Mexico, 5/11,  de 11 h à 14 h.

Atelier Introducción a la medicina indígena, Comission Nationale para le Développement des Peuples Indigènes, Mexico, 23-30/01 y 6, 13, 20, 27/02, de 12 h à 14 horas. Entrée libre. Inscriptions: preyes@cdi.gob.mx

Nouvelles
Décès de Lourdes Cué Avalos, collaboratrice du Musée du Grand Temple.

Découverte du tlachtli de Tenochtitlan par el Programe d'Archéologie Urbaine, Boletín INAH.

Présentation de l'offrande 167 au Grand Temple de Tenochtitlan, La Crónica de Hoy.

Hommage au Dr. Miguel León-Portilla à la IV Foire Internationale du Libre de Texcoco.

Médias
De la Garza, M. (coord.). (2015). El tiempo de los dioses-tiempo. Concepciones de Mesoamérica. México, Université Nationale Autonome du Mexique; Institut de Recherches Philologiques; Centre d'Études Mayas.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme éducatif à but non lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique-Usage commercial interdit 3.0. Cette émission a été enregistré avec le soutien de S. Becerra dans les studios de Radio UDEM le 03/09/2015 et le 28/01/2016 et émis le 30/01/2016.
Partager

vendredi 29 janvier 2016

Le Programme d'Archéologie Urbaine de l'INAH met la main sur le huey tlachtli

Quelques jours après l’annonce de la découverte de l’offrande 167 par le Projet Grand Temple, c’est au tour du Programme d’Archéologie Urbaine dirigé par Raul Barrera de communiquer une autre découverte de taille dans le centre de México. En septembre dernier, le PAU nous avait déjà surpris avec la mise au jour des vestiges du huey tzompantli et de plusieurs crânes qui le composaient.

La découverte remonte en fait à 2014 et eut lieu peu de temps après l’annonce de la fouille du Temple d’Ehecatl-Quetzalcoatl. On apprend cette fois que le PAU s’est attelé à la fouille du huey tlachtli, ou  Grand jeu de balle, un espace rituel de grande importance. La nouvelle a été publié sur les sites de Sinembargo.mx, de l’hebdomadaire Proceso du quotidien El Universal. A la différence de l’offrande 167, l’INAH s’est même fendu d’un bulletin sur sont site.

Vue générale sur la platefome du Tlachtli, Tenochtitlan, Postclassique tardif.
Photo : Programa de Arqueología Urbana / INAH.
En ligne 
http://inah.gob.mx/images/boletines/2016_023/demo/img/foto1.jpg

Pour être plus précis, les travaux de sauvetage ont permis de dégager le côté du terrain de jeu de balle, situé à 6,45 m au sud du Temple d’Ehecatl, dans l’alignement du Grand Temple. Les archéologues ont détecté trois phases de construction, toutes datées entre 1481 et 1521. La mieux conservée correspond à la Phase VI du Grand Temple. Sur son côté nord, le tlachtli compte deux escaliers superposés de quatre marches. Sur le côté sud, trois murs superposés et stuqués ont été levés pour former un talus qui atteint 1,95 m de hauteur. Au final, la plateforme dégagé mesure 9 m de long.

Sous le dallage de l’escalier nord du terrain, les archéologues Fernando Orduña Gómez et Lorena Vázquez Vallín ont retrouvés différents groupes de vertèbres cervicales déposées en position anatomique à 1,6 m de profondeur dans un espace relativement réduit à 45 cm de diamètre.

Restes de vertèbres cervicales, tlachtli, Tenochtitlan, Postclassique tardif.
Photo : Programma de Arqueología Urbana/INAH.
Disponible en línea le 28/01/2016
http://inah.gob.mx/images/boletines/2016_023/demo/img/foto5.jpg . 

D’autres matériels font aussi clairement référence au sacrifice : il s’agit de lamelles et d’épines de maguey. Selon les examens préliminaires effectués par l’anthropologue forensique María García Velasco, les cervicales appartiennent à au moins 31 individus différents, de sexes et d’âges différents. Sur 18 d’entre eux a été enregistré la présence de la seconde vertèbre cervical. Le détail peut paraître morbide, il n’en reste pas moins crucial pour comprendre les techniques de désarticulation du crâne.

Restes de vertèbres cervicales, tlachtli, Tenochtitlan, Postclassique tardif.
Photo : Programma de Arqueología Urbana/INAH.
Disponible en línea le 28/01/2016 : 
http://inah.gob.mx/images/boletines/2016_023/demo/img/foto2.jpg
Il semblerait donc que la réalité archéologique rejoigne une fois de plus ce qui était rapporté par les chroniques : le terrain de jeu de balle était le théâtre de sacrifices humains par décapitation, autant dans le but de fournir le sang nécessaire à la bonne marche de la machine céleste que de répéter certains épisodes mythologiques.
Partager

mercredi 27 janvier 2016

Hommage à Lourdes Cué Ávalos

Le nom de Lourdes Cué Avalos ne vous dira peut-être pas grand-chose de prime abord. Votre serviteur doit reconnaître également qu'il ne l'a jamais rencontrée physiquement. Cependant les réseaux sociaux nous ont permis de forger une solide relation de travail dans le but de promouvoir le passé préhispanique. Depuis 1993, Lourdes travaillait en tant que  coordinatrice des publications du Templo Mayor. Elle notamment assurée la coordination des Archives archéologiques du Projet Grand Temple entre 1997 et 2009.


Lourdes Cué Avalos.
Photo : Hector Montaño / INAH.
Disponible le 26/01/2016 por :
http://www.inah.gob.mx/images/boletines/2016_022/demo/img/foto1.jpg 


Diplômée en Histoire de l'art à l'Université Ibéroaméricaine en 1980, Lourdes était une bûcheuse discrète et efficace au Musée du Grand Temple. 

Le fait qu'elle ait été employée pour les publications officielles. Retenons ces travaux les plus récents pour les catalogues des expositions :
  • Camino al Mictlan (1997), 
  • La cultura mezcala y el Templo Mayor (2003), 
  • Ofrendas de conchas, tesoros de fertilidad (2004), 
  • Sacrificios de consagración en la Pirámide de la Luna (2006)
  • Arqueología en El Cajón, Nayarit (2006)
Elle a également été commissaire de l'exposition Proyecto Templo Mayor, 20 años (1998) et a collaboré à l'exposition permanente visible au Musée de la Ville de Mexico avec Eduardo Matos et Marcos Límenes en 2004. C'est avec Eduardo Matos qu'elle a d'ailleurs le plus collaboré en préparant l'édition des ouvrages La piedra del SolCalendario azteca y Arqueología del México Antiguo, et 100 años del Templo Mayor. Historia de un descubrimiento.


N'oublions pas qu'elle était également chercheuse. Si vous pouvez voir la reconstitution des pigments de peinture par un jeu de lumière sur le monolithe de Coyolxauhqui, c'est en partie grâce à elle. Nous vous renvoyons d'ailleurs à l'article qu'elle rédigea avec Fernando Carrizosa et Norma Valentín en 2010.

Monolithe de Coyolxauhqui avec reconstitution des peintures,
Mexica, Postclassique tardif, Musée du Grand Temple.
Photo: B. Lobjois / Mexique Ancien, 20/07/2009.
Derrière la grande professionnelle, il y avait aux convictions sociales et profondes. Elle a notamment beaucoup œuvré pour les droits des animaux. Son dernier combat a consisté à prévenir l'adoption des hérissons pygmées. Elle avait tourné une vidéo et ouvert une pétition en ligne pour demande une législation plus stricte quant à leurs ventes.

Que dire enfin de la mélomane qui travailla à la diffusion du Conservatoire national de musique ? De cette fan des Beatles depuis qu'elle était gamine ? Ou encore de cette mordue des sports américains, supportrice des Pumas de l'UNAM, des Packers de Green Bay ou des Yankees de New York ? 

Le 22 janvier dernier, Don Goyo, surnom donné affectueusement au Popocatepetl, s'est réveillé, vêtu de son majestueux manteau de neiges. Malheureusement, Lourdes ne sera plus là pour nous partager les humeurs du volcan qu'elle aimait tant surveiller. Merci Lourdes...

Partager

mardi 26 janvier 2016

L'offrande 167 ou la ritualisation du mythe mexica de la Lune et du Soleil

En mémoire de Lourdes Cué Ávalos, coordinatrice de publications au Musée du Grand Temple, Mexico, décédée le 23 janvier 2016.


Une fois encore, il faut se satisfaire des brèves et articles, parfois biaisés ou incomplets, que publie la presse mexicaine pour se faire une idée des fouilles au Mexique. La page officielle de l’INAH a complètement ignoré pour l’heure la découverte d’une nouvelle offrande dans le cadre du Projet Grand Temple que dirige Leonardo López Luján. Les propos qui suivent sont le fruit d’une lecture attentive d’un article de Reyna Paz Avendaño publié sur le site du quotidien La Crónica de Hoy et de quelques messagess  avec différents membres du Projet Templo Mayor.


Dessin de Coyolxauhqui,
Disponible le 24/01/2016


Parlons tout d’abord du contexte de cette découverte. L’offrande 167 fait partie d’un groupe de cinq offrandes mises au jour par les archéologues Nicolás Fuentes Hoyos y Gerardo Pedraza Rubio, membres du Projet Grand Temple. Les jeunes chercheurs furent chargés de fouiller l’endroit où sera prochainement construite une passerelle entre les rues Argentine et Guatémala. L’offrande a été déposée directementdans l’axe du monolithe de Coyolxauhqui mais appartient à une étape postérieure de construction, datée sous le règne d’Ahuizotl.


Au total ce ne sont pas moins de 336 objets qui ont extraits de l’offrande 167, à l'intérieur d'une cache mesurant 40 cm de longueur sur 38 cm de largeur. En voici un petit et incomplet inventaire, accompagné de leur possible origine :
  1. vingt-sept couteaux de silex, dont cinq étaient anthropomorphisés en tant qu’ixquauac,
  2. six coquillages originaires de l’Océan Pacifique,
  3. cent quatre-vingt-sept lamelles de pierre verte et cinq billes de pierre verte, originaire d’un gisement métamorphique au Guerrero ou en Oaxaca.
  4. le squelette complet d’un serpent déposé vivant ou récemment sacrifié.
  5. vingt petit objets d’or fonctionnant par paires : quatre coeurs, quatre os croisés, deux boucles d’oreilles, six sonnettes de serpent. Ces éléments ont été travaillé avec la technique du repoussé et étaient tous perforés. Il est donc probable qu’il formaient un collier. L’or est un matériau rare au Templo Mayor. Quand bien même les conquérants espagnols espéraient en trouver en grande quantité lorsqu’ils sont arrivés à ce qui allait devenir la Nouvelle-Espagne, les Mexicas comme une énorme majorité des peuples de cette partie du monde, préfèrent la pierre verte, la turquoise ou l’obsidienne. Il semblerait que le gisement d’origine utilisé pour ses objet soit situé au Guerrero ou en Oaxaca.
  6. des sonnettes en cuivre décorées d’un motif en spirale. Leur parfait état de conservation est notamment dû au fait qu’elles aient été enfermées dans un mélage de sable et de chaux. Le minerai est probablement originaire du Guerrero ou du Michoacan.


Fuentes et Pedraza en sont encore à établir ainsi le scénario du dépôt de chaque élément. La version exposée dans l’article de la Crónica pourrait être vue. Mais elle nous montre la profonde ritualisation liée au dépôt d'offrande et nous invite à imaginer le soin avec lequel on rendait hommage aux divinités.


Dans un premier temps, le prêtre délimitait un cercle de pierres sur la plate-forme récemment construite. Sur le fond était déposée une fine couche de sable, dont les archéologues ont aussi retrouvé la trace et essaient de déterminer l’origine marine ou lacustre. Ensuite auraient été placés successivement les couteaux de silex, les lamelles de pierre verte, et enfin les objets en or et les sonnettes en cuivre. Après avoir recouvert l’ensemble d’un mélange de chaux et de sable, les dalles auraient scellé l’offrande et achevé la plate-forme.


Selon Leonardo López Luján, les liens entre cette offrande et une possible recréation du mythe de Coyolxauhqui sont multiples. D’une part, la présence des pendants d’oreilles et des clochettes feraient référence au tzotzopaztli, attribut féminin par excellence et de plusieurs déesses préhispaniques dont Coyolxauhqui. D’ailleurs les femmes étaient parfois désignées par le diphrasisme, in malacatl in tzotzopaztli, “la broche, le fuseau”.  Cette machette de tissu rappelle aussi que la déesse voulait tuer son jeune frère Huitzilopochtli au moment de sa naissance. La présence de pointes de flèches dans l’offrande évoque la présence des 400 mimixcoa qui furent massacrés avec elle sur la Montagne du Serpent, le Coatepec.


Il ne s’agit pour l’heure que de résultats préliminaires. Il convient donc pour le moment de prendre les résultats proposés par López Luján et son équipe avec prudence, selon leurs propres dires.

Paz Avendaño, R. (2016). Hallan ofrenda con piezas de oro en el Templo Mayor. Cronica.com.mx. Disponible en ligne le 24 janvier 2016 : http://www.cronica.com.mx/notas/2016/940759.html#.
Partager

dimanche 24 janvier 2016

Raíces 239 - Les représentations rupestres du Serpent de pluie dans la Vallée du Mezquital, Hidalgo avec Vanya Valdovinos

Nota bene : les photos reproduites sont reproduites avec l'autorisation de Vanya Valdovinos. Il vous faudra donc prendre en contact avec elle si vous souhaitez les réutiliser.

Cette semaine, nous recevions Vanya Valdvinos, historienne de l'art, doctorante de l'Institut de Recherches Esthétiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique. Spécialiste de l'art rupestre, nous avons exploré l'iconographie du serpent de pluie, très présent dans la Vallée du Mezquital, dans l'état d'Hidalgo.

Panneau 1, Barranca El Tendidio, Huichapan, Hidalgo
Photo reproduite avec l'aimable autorisation de V. Valdovinos.


Dessin du Panneau 1, Barranca El Tendidio, Huichapan, Hidalgo
Reproduction avec l'aimable autorisation de V. Valdovinos.
Comme chaque semaine, nous vous proposons de retrouver librement ce programme sur le portail Archive en format mp3 et ogg.


Crédits musicaux
  1. Trío Alegría Hidalguense - La Acamaya Vieja
  2. Trío Alegría Hidalguense - El Chile Verde
Referencias bibliográficas
Valdovinos, V. (2009). Bok´yä, La Serpiente de Lluvia en la Tradición Ñähñü del Valle del Mezquital. Tesis de licenciatura, Ciudad de México: Universidad Nacional Autónoma de México.

Valdovinos, V. (20??). Rostros en la montaña, Arte rupestre en Tlayacapan y Amatlán, Morelos. Tesis de maestria, Ciudad de México: Universidad Nacional Autónoma de México.

Exposiciones
Exposition Imágenes de la fauna: el dibujo científico en el estudio de la pintura mural prehispánica, Centro Cultural Tlatelolco, Tlatelolco, 26/10/2015-28/02/2016, de mardi à dimanche, de 10 h à 18 h.

Exposition Il mondo che non c’era, Museo Archeologico Nazionale di Firenze, Florence, Italie, 16/09/2015-06/03/2016. 

Événements académiques
Atelier-cours La industria sobre hueso, asta, cuerno y diente-marfil en la arqueología ibérica y mesoamericana, amphithéâtre et  Laboratoire d'Archéologie de la Faculté de Sciences Sociales et d'Humanités, Université Autonome de San Luis Potosí, 25-29/01/2016.

Conférence Cuando el tecolote canta: the etnozoology, iconography and epigraphy of owls in Mesoamerica, avec Harri Kettunen, Unidad de Posgrado, UNAM, 29/01/2016 de las 12 h à 14 h.

Séminaire permanent Lenguas mixtecanas, avec Marcela San Giacomo, Fidel Hernández y M. Swanton, Institut de Recherches Anthropologiques, UNAM, 24/01/2016, de 10 h à 14 h.

IV Seminario de antropología molecular, avec Adrían Martínez Meza, Musée National d'Anthropologie, Mexico, 26/11/2016 de 11 h à 13h30. Renseignements : 55536204.

Seminario Miradas recientes en torno al debate sobre las relaciones de género en México, Sala de Juntas de la Unidad de Ciencias Sociales del Centro de Investigaciones Regionales de la Universidad Autónoma de Yucatán, Calle 61, número 525, entre 64 y 66 Centro, Mérida, Yucatán, 27/01 a las 17.30 horas.

Conférence "El miedo entre los nahuas prehispánicos", avec Jaime Echeverría García, Cycle de conférences "El miedo en la historia", 28/01, de 17 h a 19 h. Académie mexicaine d'Histoire, Mexico http://www.acadmexhistoria.org.mx/events/event_2.php.

Appel à participations pour le X Congrès des Mayistes, Izamal, Yucatán, du 26/06 au 2/07, ouvert jusqu'au 31/01.

Médias
Los pueblos indígenas de México, 100 preguntas. Deuxième édition mise à jour. Ciudad de Université Nationale Autonome du Mexique, Mexico, en ligne le 18/01/2015.
Partager

jeudi 21 janvier 2016

Conférence Sonidos del pasado: investigaciones sobre la música maya avec Vanessa Rodens

Dans ce billet, nous poursuivons notre découverte de l'ethnomusicologie. 
Archéomusicologue et ethnomusicologue allemande, Vanessa Rodens a présenté les avancées de ses travaux le  juin 2008 lors d'une conférence lue au Musée Popol Vuh. Ancienne collaboratrice du Proyecto El Mirador, elle présente différents instruments et les sons qu’elle a pu en en tirer, tout en les remettant en contexte. Ses travaux ressemblent à ceux commencés par Francisca Zalaquett sur les instruments préhispaniques conservés au Mexique.

Rodens, V., & Sanchez, G. (2010). An organological approximation of Mayan noise generators. The Journal of the Acoustical Society of America, 128(4), 2388-2388.

Duke, B. K. (2014). Palatial soundscapes: music in Maya court societies.Duke, B. K. (2014). Palatial soundscapes: music in Maya court societies.

Partager

dimanche 17 janvier 2016

Raíces 238 - Projet Régional Archéologique La Corona avec Tomas Barrientos

Raíces recevait Tomás Barrientos, enseignant-chercheur à l'Universidad del Valle au Guatémala. Avec son aide, nous débutons un cycle de programmes sur l'archéologie guatémaltèque et en particulier sur le Proyecto Regional Arqueológico La Corona qu'il dirige avec Marcello Canuto, archéologue y enseignant à Tulane University, située à la Nouvelles Orléans. 

Dr. Tomás Barrientos, co-director del PRALC
Foto: Cortesía PRALC/MARI, Tulane University

En ce sens, Tomas Barrientos nous propose une idée générale du site de La Corona, longtemps appelé le site Q, vassal de Calakmul.

Mapa de La Corona, Guatemala.
Crédito: D. Marken, cortesía PRALC-MARI, Tulane University.
Comme chaque semaine, nous vous invitons à écouter, partager et télécharger librement ce programme depuis le portail Archive en format ogg et mp3.

Crédits musicaux
  1. Música maya Aj, grabado en el Centro cultural La Azotea, Guatemala por Thomas Stack.
  2. Alfredo Roel - Zazil Ha
Contacts
Page Facebook del PRALC.
Page Facebook de Tomás Barrientos.
Page Academia de Marcello Canuto.

Bibliographie
La Corona Notes, Mesoweb, MARI, Tulane University.
Arqueología mexicana, Los mayas del Petén, 137. México: Editorial Raíces.

Canuto, M. A., & Barrientos, T.  (2009). Proyecto Arqueológico La Corona. Informe temporada 2008. New Haven, Connecticut/Guatemala: Yale University/Universidad del Valle de Guatemala.< http://www. mesoweb. com/resources/informes/LaCorona2008. html>.[Consultada el 25 de abril del 2011.[Links]].

Canuto, M. A., & Barrientos, T. (2008). Proyecto Regional Arqueológico La Corona: Objetivos generales y resultados preliminares de las investigaciones en el “Sitio Q”. Museo, 21(25).

Canuto, M. A., & Barrientos, Q. (2011). La Corona: un acercamiento a las políticas del reino Kaan desde un centro secundario del Noroeste del Petén. Estudios de Cultura Maya, 40.

Canuto, M. A., & Barrientos, T. (2011). La Corona: an approach to politics in the kingdom of Kaan from a secondary center in Norwest Petén. Estudios de cultura maya, 37, 11-43.

Expositions
Exposition Il mondo che non c’era, Museo Archeologico Nazionale di Firenze, Florencia, Italia, 16/09/2015-06/03/2016. https://www.facebook.com/ilmondochenoncera.

Exposition Imágenes de la fauna: el dibujo científico en el estudio de la pintura mural prehispánica, Centro Cultural Tlatelolco, Tlatelolco, 26/10/2015-28/02/2016. De martes a domingo, de las 10 a las 18 horas. 

Événements académiques
Séminaire interinstitutionnel La ritualidad mesoamericana en una perspectiva comparativa: historia y antropología de los pueblos indígenas de América, Johanna Broda (coord.), Instituto de Investigaciones Históricas, 21/01/2016, de 11 h à 15 h.

Atelier Signos de Mesoamérica, Auditorio Jaime Litvak King, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Nacional Autónoma de México, 22/01/2016, de las 12 a las 14 horas. Conferencia: Función y simbolismo de la comida ritual en la vida religiosa de los antiguos nahuas, con Elena Mazetto.

Conférence Planos y mapas: relatos de un traslado, con Bárbara Arroyo, Alejandro Conde y Juan Carlos Sarazua, Museo Popol Vuh, Universidad Francisco Marroquín, Ciudad de Guatemala. Gautemala, 21/01/2016, de las 18.30 a las 20 horas.

Publications
Desacatos, 49, El control democrático del Estado en Latinoamérica, Revista de Antropología Social, CIESAS. 

Millones, L & López Austin, A. (2015). Cuernos y colas. Reflexiones en torno al Demonio en los Andes y Mesoamérica. México: IIA-UNAM.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme éducatif à but non lucratif sous licence Creative Commons Paternité-Partage à l'identique-Usage commercial interdit 3.0. Cette émission a été enregistré avec le soutien de S. Becerra dans les studios de Radio UDEM le 09/10/2015 et le 14/01/2016 et émis le 16/01/2016.
Partager

vendredi 15 janvier 2016

Conférence De Rosalila a Oropéndola: evolución arquitectónica de Copán par Ricardo Agurcía

Notre conférence de la semaine nous emmène un peu plus à l’est du Guatemala. Le Honduras que nous connaissons aujourd’hui était partiellement occupé par des groupes mayas dont une des empreintes les plus remarquables est sans contestation Copán. Le site classé au Patrimoine mondial de l’Humanité a fait l’objet de différents chantiers de fouilles, notamment de feu Claude-François Baudez, ancien directeur de recherches honoraire au CNRS, ou plus récemment de William et Barbara Fash. Cependant nous avons décidé de partager une conférence enregistrée le 22 mai 2008 au cours de laquelle l’archéologue hondurien Ricardo Agurcia revient sur le Temple 16, situé dans la partie basse de l’Acropole, et ses liens avec deux constructions à la riche iconographie : Rosalila et Oropendola. Agurcia connaît très bien son fait puisqu'il travaille à Copan depuis 1989 !



Références bibliographiques

Agurcia, R. (1997). Rosalila, an Early Classic Maya cosmogram from Copan. Symbols Spring, 32-37.

Agurcia Fasquelle, R., & Fash, B. W. (2005). The evolution of Structure 10L-16, heart of the Copán Acropolis. Copán. The history of an ancient kingdom, Santa Fe, NM, 201-37.

Agurcia Fasquelle, R et Veliz, R. (2010). Manual of the Monuments of Copán, Honduras. Famsi.org. Asociación Copán. En ligne, disponible le 18/01/2016, http://www.famsi.org/research/copan/monuments/index.html.

Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails