vendredi 19 septembre 2014

Conférence "Historia de la gente teenek según sus palabras y sus fonemas"

On commence à s'habituer : l'Institut de Recherches Esthétiques en coopération avec l'Institut de Recherches anthropologiques de l'UNAM ont mis une conférence d'Albert Davletshin, chercheur à l'Université de Moscou. On déplorera encore une fois la qualité moyenne du son mais il vaut mieux cela que rien du tout. Et vous, qu'en pensez-vous ?




Partager

jeudi 18 septembre 2014

Compte-rendu Arqueología mexicana 129

Depuis quelques jours, on peut trouver en librairie le dernier numéro d'Arqueología mexicana dont le dossier central a pour thème Coyoacan. Mais cette revue est également disponible sous forme d'une application à télécharger gratuitement sous Android et Appstore. Il vous faudra ensuite débourser 3,5 euros pour acheter chaque numéro virtuellement et même bénéficier de quelques extras.



Ceci dit, votre serviteur étant un amoureux du papier, il va sans dire que je prends plus de plaisir à parcourir les feuilles, notamment pour un numéro encore consacré au centre du Mexique mais dans une perspective peu connue. En effet si Coyoacan est bien connue des touristes en goguette, amateurs de Frida Kahlo ou de Diego Rivera, beaucoup ignorent son passé préhispanique et colonial (comme beaucoup de Coyoacanos d'ailleurs). L'occasion est trop belle pour ne pas manquer ce numéro.

Commençons ce compte-rendu en mettant en valeur les articles qui gravitent autour de ce thème central. Dans les dernières pages, on lira avec plaisir et intérêt l'article qu'Éric Taladoire a cosigné avec Jane McLaren Walsh sur la figure controversée de José María Melgar y Serrano : comme beaucoup d'explorateurs-voyageurs-collectionneurs, Melgar y Serrano est une figure ambiguë, à la fois découvreur de sites de grand importance et délinquant contre son propre pays. Taladoire poursuit sa série de réflexion sur l'histoire de l'archéologie mexicaine et son dernier apport est comme toujours bien documenté et suffisamment digérable pour attirer l'attention du lecteur.

L'archéologie française est également présente à travers l'article fouillé de Brigitte Faugère sur les figurines en terre cuite de Chupícuaro, au Guanajuato. La chercheuse de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne propose un questionnement sur l'origine et les utilisations de figurines découvertes dans des contextes domestiques et cérémoniels. Elle revient en particulier sur un contexte funéraire découvert à San Cayetano.

On retrouve les rubriques habituelles de la revue. Tout d'abord Eduardo Matos Moctezuma sur les statues dites "Indiens verts" visibles près de la station de métro homonyme à Mexico. De son côté, Xavier Noguez présente des documents datant du XVIe siècle : intitulés Cartes de Mazapan, il s'agit de cartes représentant Teotihuacan dans les premières décennies de la Conquête. Un trésor pour les historiens et les ethnohistoriens. Dans la rubrique "Archéologues mexicains à l'étranger", Linda Manzanilla nous propose un résumé fort complet de ses recherches sur le site bolivien de Tiwanaku.

Le dossier se présente de manière chronologique : José Ignacio Sánchez Alaníz, director del Proyecto Copilco, retrace les différentes campagnes de fouilles commencées il y a près d'un siècle sous la direction de Manuel Gamio. Copilco se trouve sur la coulée de lave du volcan Ixtle qui en son temps recouvrit Cuicuilco. Elles ont permis d'établir une chronologie céramique du site qui remonte au Préclassique.

Emma Marmolejo Morales et Margarita Treviño y Acuña proposent un article un peu plus approfondi sur les archéologues qui ont mis en place des fouilles systématiques à Copilco : Nutall, Gamio, Beyer, Kroeber se sont succédé au Pedregal dans la premier quart du XXe siècle.

Efraín Flores López et María del Carmen Solanes Carraro présentent les fouilles les plus récentes effectués à Copilco. Ce site est de grande importance pour les archéologues car il n'a pas été détruit par l'avancée de la ville à la différence de nombreux autres sites qui n'ont pas pu y résister. Les fouilles ont notamment permis de retrouver des outils datant du Préclassique.

Copilco est situé à proximité de Coyoacan. Juan Cervantes Rosado, María de la Luz Moreno Cabrera et Alejandro Meraz Moreno ont rédigé un résumé des résultats de leurs travaux effectués sur les vestiges architecturaux et les restes céramiques retrouvés dans le centre de Coyoacán, notamment dans le quartier de l'Immaculée Conception, la Place Hidalgo et le Jardin Centenaire. Ils ont pu établir une séquence d'occupation de la zone remontant au Formatif moyen, soit 800 ans avant Jésus Christ.

Pour les amateurs d'ethnohistoire et ethnographie religieuse, ce numéro d'Arqueología mexicana propose trois articles. Le premier est l’œuvre de Gilda Cubillo Moreno. L'auteur explique clairement  comment cette chèferie tépanèque est devenue la grande juridiction coloniale de Coyoacan, insistant sur la quantité et la variété de documents disponibles.

Le second article revient sur l'importance de Huitzilopochco. Aujourd'hui connu comme Churubusco, ce point était  un lieu de passage obligé : il était situé sur les rives de la partie la plus étroite de la lagune et servait de source pour des rivières avoisinantes. Cet altepetl était un des neuf soumis directement à Tenochtitlan. Étymologiquement "Lieu d'Huitzilopochtli", il hébergeait aussi un des quatre principaux lignages tenochca, avait une population reconnue de marchands et jouait un rôle cruciale lors des rituels de Panquetzalitzli, vingtaine dédiée à Huitzilopochtli.

Enfin le papier de Teresa Eleazar Serrano Espinosa constitue une plongée très intéressante dans les documents qui expliquent les origines de la confrérie de Notre Dame du Carmen et le saint Scapulaire de San Ángel, quartier huppé aujourd'hui de Coyoacan. L'article détaille les origines mais également le fonctionnement de cette confrérie.

Il est aussi question de religion dans le texte proposée par Jaime Abundis : cet autodidacte nous propose une plongée dans les processus d'évangélisation de la région de Coyoacan au XVIe siècle. Grâce à de récents sauvetages archéologiques et l'étude récente de certains documents ecclésiastiques, l'auteur met en exergue l'importance des frères missionnaires franciscains et dominicains dans ce processus.

Dans un article relativement court, Emma Pérez-Rocha expose comment le tribut et le service personnel était organisé dans la Coyoacan coloniale. Gilda Cubillo Moreno complète ce panorama socio-économique de Coyoacán en s'intéressant aux différents groupes démographiques et ethniques à la fin du XVIIIe siècle. Elle met notamment en évidence le système des castes, la présence d'une population majoritairement autochtones, une industrie textile particulièrement développée et l'importance des confréries.
Partager

mercredi 17 septembre 2014

Compte-rendu Arqueología mexicana 128

Quelques semaines après sa parution dans les kiosques mexicains, nous vous proposons une rapide rétrospective du dernier numéro de la revue publiée par l'INAH. Hasard du calendrier (ou pas?), cette publication coïncide avec l'inscription de Calakmuk comme bien mixte (naturel et culturel) sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Ceci étant dit, penchons-nous un peu plus sur le contenu de cette revue qui met à jour bon nombre de données et d'informations présentées dans le numéro 18, aujourd'hui épuisé.




Le dossier de ce numéro débute avec une présentation générale du site par Ramón Carrasco, directeur du Projet Calakmul.

Dans son article intitulé “La ciudad de Calakmul”, Eduardo Salvador Rodríguez, archéologue du Projet Calakmul, revient sur l’organisation de la ville à la lumière des fouilles qui se sont déroulées au cours des vingt dernières années.

Dans une étude épigraphique de différentes stèles, marches et sculptures, Rogelio Valencia Rivera et Octavio Esparza proposent de nouvelles hypothèses quant à l’histoire de Calakmul, reposant en particulier sur le glyphe Chatahn, lignage présent dans d’autres sites comme Dzibanché, actuellement situé au Quintana Roo. Ce lignage aurait été présent aux côtés d’un autre, Kaanu’l.
Non content d’avoir rédigé l’article introduisant l’archéologique à Calakmul, Ramón Carrasco a rédigé deux autres articles en collaboration avec María Cordeiro, directrice de la conservation et de la restauration du Projet Calakmul. Dans un premier papier, les deux chercheurs relèvent les difficultés qu’ils ont connues pour consolider la Structure II. Ils expliquent comment les méthodes de travail ont dû être adaptées à ce contexte archéologique et ont finalement modifié l’histoire et l’idéologie des anciens habitants de Calakmul. L’analyse iconographico-architectural repose sur les flancs de la Structure Sub II-C : « Il n’y a pas dans cette forme de pensée, d’opposition entre vie et mort comme ciel et enfer, et  pour cela, il n’y a pas de place pour les dieux ni les divinités bénévoles pas plus que pour les démons ni les êtres malveillants. Pour les anciens Mésoaméricains, la mort n’est ni une récompense, ni une punition comme pour les Occidentaux : c’est simplement un état. »

Les mêmes auteurs reviennent aussi sur les travaux de conservation des peintures murales du Chick Naab. Datées du VIIe siècle, elles sont soumises depuis leur découverte à des conditions extrêmes de chaleur et d’humidité . Mettant en scène des hommes et des femmes effectuant différents rituels, les peintures du Chick Naab ont requis de nouvelles stratégies de restauration pour garantir leur conservation. 

Archéologue du Projet Calakmul, Mario Zimmerman présente un résumé des travaux de restauration et consolidation effectués l’année dernière sur la Structure III. Explorée il y a une trentaine d’années par des archéologues de l’Université de Campeche, la Structure III a révélé la présence de trous de poteaux lors du retrait de ciments de la base pyramidale. Grâce à cette découverte, les archéologues pense que la plateforme était recouverte d’un toit en matériaux périssable, redéfinissant l’utilisation des espaces. D’autre part, à l’instar d’autres constructions, la Structure III compte une phase antérieure : le remblais utilisé a favorisé une bonne conservation des masques en stuc peint situés de part et d’autre de l’ancien escalier principal. On peut dire « bonne » dans la mesure où, comme cela était souvent l’usage des anciennes cultures préhispaniques, il était courant de « tuer » rituellement l’ancienne phase. Dans ce cas, les masques en stuc ont été volontairement mutilés. Cela n’a pas empêché une datation qui remonterait au Protoclassique.

L’article suivant s’intéresse à la céramique de Calakmul découverte dans différents contextes (funéraire ou domestique). Sylviane Boucher, responsable de la céramothèque de l’INAH Yucatan, observe la présence répétée du jeune dieu du maïs et ses liens avec d’autres éléments iconographiques comme le crâne dont il peut renaître ou la tortue.
En marge de ce dossier très complet, le lecteur appréciera une série d’observations intéressantes faites par Guillermo Bernal Romero sur le tableau Est de l’Édifice 1 du groupe XVI de Palenque. L’épigraphe du Centre d’Études Mayas de l’UNAM propose une lecture reposant sur un cycle de 63 jours, le rituel de production du feu en relation avec un dieu-patron calendaire, le Dieu N Zarigüella, vieille connaissance présentée par Alfredo López Austin dans ses Mythes de l’oppossum.

Parallèlement à tous ces travaux mayistes, on lira avec curiosité le travail de Javier Urcid, spécialiste des cultures d’Oaxaca, sur le monolithe dit de l’hôpital Demetrio Mayoral Pardo. L’auteur retrace le parcours chaotique de ce bloc taillé de plusieurs glyphes et propose de les voir comme des glyphes onomastiques faisant allusion à des généalogies.

Comme souvent dans Arqueología mexicana, il est d’usage de lire un article d’anthropologie physique, science ouvrant des perspectives très intéressantes pour les archéologues et les historiens. Dans ce numéro, Leticia González Arratia, Josefina Mansilla Lory et Ilán Leboreiro Reyna exposent les résultats de leurs analyses de trois paquets mortuaires découverts aux alentours de Cuatro Ciénegas, au milieu du désert de Coahuila. L’aridité du milieu a permis une bonne conservation des tissus humains et textiles : les analyses ont révélé qu’il s’agissait d’enfants en très bas âge.

Le chercheur argentin Daniel Schavelzón propose un travail intéressant de l’histoire de l’archéologie de Teotihuacan . la réutilisation d’une grille en fer forgé datant du XVIIe siècle pour consolider une section des édifices préhispaniques appelés Souterrains par Leopoldo Batres. Il s’agit d’une réflexion plus vaste que les techniques de conservation et restauration à la fin du XIXe siècle.

Mentionnons enfin les rubriques récurrentes de la revue en commençant par la série d’Eduardo Matos Moctezuma sur les sculptures perdues de Tlatelolco : l’auteur s’attache comme toujours à démêler légendes urbaines et vérités. D’autre part, la chronique de Xavier Noguez présente le Codex de Xicotepec, document racontant l’histoire de cette commune située dans l’état de Puebla et étudié en son temps par Guy Stresser-Péan.

Si vous disposez d’un dispositif mobile, vous pouvez télécharger gratuitement l’application Arqueología mexicana sous Android ou iOS et ensuite payer pour accéder à ce numéro qui vous offrira des contenus exclusifs. Vos commentaires seront donc plus qu’appréciés pour débattre sur le contenu de ce numéro.

  
Partager

mardi 16 septembre 2014

Conférence magistrale "Sociedad y religiosidad mexica"

Dans le cadre du cycle de conférences magistrales intitulées "La plaza principal, su entorno y su historia" et proposées par l'INAH, Eduardo Matos Moctezuma a proposé Société et religiosité mexica.



Cette conférence magistrale a été transmise en direct le 11 septembre 2014 sur Youtube via la chaîne INAHTV. 
Partager

lundi 15 septembre 2014

CAPAN 2014

Dans les starting-blocks, à deux semaines de l'inauguration du Colloque d'Archéologie, de Paléontologie et d'Anthropologie du Nord-est du Mexique...

Voici le moment de partager l'affiche officielle de cet événement qui aura lieu du 25 au 27 septembre prochain au Musée d'Histoire mexicaine, à Monterrey. Partagez-le ! L'évènement est totalement gratuit. Les conférences magistrales seront transmises en direct sur le compte Youtube du Musée. Les tables de travail seront transmises en différé grâce aux techniciens du Département des Sciences de la communication de l'Université de Monterrey, coorganisatrice du colloque.


Ce poster est l'oeuvre de Nancy Rangel Castro, étudiante de 7e semestre de la Licence en Design graphique de l'Université de Monterrey.
Partager

dimanche 14 septembre 2014

Raíces 168 - 100 ans de fouilles au Grand Temple de Tenochtitlan avec Eduardo Matos Moctezuma

Cette semaine, Raíces revient sur les 100 années de fouilles au Templo Mayor en compagnie d'Eduardo Matos Moctezuma, l'archéologue qui connaît probablement le mieux cette ancienne enceinte cérémonielle. 

Comme chaque semaine, nous vous proposons de réécouter ce programme sur Archive en format Archive en format mp3 et ogg.




Références bibliographiques
Broda, Johanna, David Carrasco, and Eduardo Matos Moctezuma
 1988 The Great Temple of Tenochtitlan : Center and Periphery in the Aztec World. 531907, Berkeley: University of California Press. Publisher description: http://www.loc.gov/catdir/enhancements/fy0641/87005938-d.html Contributor biographical information http://www.loc.gov/catdir/enhancements/fy0735/87005938-b.html.

Chávez Balderas, Ximena
 2007 Rituales funerarios en el Templo Mayor de Tenochtitlan. 1a. edition. Premios INAH. 2533912, Mexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Chávez, Ximena, Alejandra Aguirre, Ana Miramontes, and Erika Robles
 2010 Los cuchillos ataviados de la Ofrenda 125. Templo Mayor de Tenochtitlan. Arqueología mexicana XVII(103).

Graulich, Michel
 2001 El simbolismo del Templo Mayor de México y sus relaciones con Cacaxtla y Teotihuacan. Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas XXIII(79): 5–28.

López Luján, Leonardo
 1993 Las ofrendas del Templo Mayor de Tenochtitlán. FRBNF400087290000007, Mexico: Instituto nacional de antropología e historia.

López Luján, Leonardo, and Ximena Chávez Balderas
 2010 Al pie del Templo Mayor: excavaciones en busca de los soberanos mexicas. In Moctezuma II. Tiempo y destino de un gobernante. Leonardo López Luján and Colin McEwan, eds. Pp. 294–303. Mexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia. http://mesoweb.com/about/articles/Al-pie-del-Templo-Mayor.pdf, accessed March 20, 1919.

Matos Moctezuma, Eduardo
 1986 Vida Y Muerte En El Templo Mayor. 1a edition. 2890454, México, D.F.: Ediciones Océano.
 1987 Los Dioses Que Se Negaron a Morir : Arqueología Y Crónicas Del Templo Mayor. Cien de México. 3456356, Mexico City: Secretaría de Educación Pública.
 1988 Ofrendas : Templo Mayor, Ciudad de México. 4371381, Mexico City, Mexico: Hewlett-Packard.
 1998 Las Piedras Negadas : De La Coatlicue Al Templo Mayor. 1. edition. Lecturas Mexicanas Cuarta Serie. 249088, México, D.F.: Consejo Nacional para la Cultura y las Artes.
 1999 Excavaciones En La Catedral Y El Sagrario Metropolitanos : Programa de Arqueología Urbana. 1. edition. Colección Obra Diversa. 11871729, México, D.F.: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Matos Moctezuma, Eduardo, Musée du Petit Palais (Paris France), and Association française d’action artistique.
 1981 Mexique D’hier et D’aujourd’hui : Découverte Du Templo Mayor de Mexico, Artistes Contemporains : Musée Du Petit Palais de La Ville de Paris, 12 Novembre 1981-28 Février 1982. 450468, Paris: Ministère des relations extérieures : Association française d’action artistique.

Matos Moctezuma, Eduardo, and Museo del Templo Mayor (Mexico City Mexico).
 2003 La Cultura Mezcala Y El Templo Mayor, Octubre 2003, Enero 2004 : Exposición Homenaje a Eduardo Matos Moctezuma. 1. edition. 13710823, México, D.F.: Consejo Nacional para la Cultura y las Artes Instituto Nacional de Antropología e Historia, Museo del Templo Mayor.

Expositions
El hombre temprano en el Centro de México, Museo Maya de Cancún, Quintana Roo, jusqu'au 30/10/2014.
Semillas de vida. La sexualidad en el Occidente, Museo del Templo Mayor, jusqu'au 30/09/2014.
Fosiles. La vida en piedra, Museo Fuerte San Diego, Acapulco, Guerrero, jusqu'au 10/10/2014.

Évènements académiques
Séminaire Michel Foucault, cuerpo, subjetivación y la etnicidad, salle Margarita Nolasco, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, tous les mardis du 19/08 au 10/10, de 17 à 20 h.

Taller básico de dibujo un enfoque antropológico, avec Irma González Hernández, salle Eyra Cárdenas, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, tous les mardis jusqu'au 21/10 de 13 h à 15 h.

Cours d'iconographie, avec Mariano Monterrosa, Dirección de Estudios Históricos, INAH, du 10/09/2014 au 24/06/2015. Coût: 3000 pesos.


3er. Coloquio Tierra, territorialidades y derechos indígenas: pasado y presente, Colegio de San Luis Potosí, Salle Miguel Caldera, San Luis Potosi, 17-19/09  de 10 à 19h30.

Primer coloquio de antropología, etnografía e historia, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, Auditorio Román Piña Chan,  17-19/09, de 10 à 20 h. 

Conférences magistrales Investigaciones recientes sobre la cuenca de México, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, 19/09 de 10 à 20 h.  

Appel à participation III Coloquio de estudios arqueológicos, antropológicos e históricos sobre la guerra en Mesoamérica, ouvert jusqu'au 19/09.

minaire permanent Antropología del Cuerpo, Instituto de Investigaciones Antropológicas, salón 121, 19/09 de 11h à 14h.

Atelier Signos de Mesoamérica,  "El penacho del México antiguo. Un proyecto de investigación", con María Olvido Moreno Gúzman, UNAM, Instituto de Investigaciones Antropológicas, Auditorio Jaime Litvak King, 19/09 de midi à 14h.

Cours de langue otomí, Arbol de todas raíces, Monterrey, à partir del 18/09 a las 12 horas. Renseignements: nlarboldetodasraices [at] gmail.com



Médias
Appel à contribution pour la revue TRACE du CEMCA.

Série documentaire Artes, Canal OnceTV México, 17/09 à 20h, rediffusion le 21/09/2014 à 17h30.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 26/05 et le 11/05/2014 avant son émission le 13/09/2014. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.

Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails