mardi 24 mai 2016

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 63

Cela faisait un petit moment qu'on avait pas eu un fac-similé de la part de la revue Arqueología mexicana. Depuis quelques semaines, on peut télécharger ou acheter dans les kiosques mexicains la première partie du Codex de Dresde, conservé dans cette ville allemande depuis 1740. C'est la première fois qu'un des trois codex mayas est publié par la revue mexicaine. On peut certes trouver différentes versions en ligne de ce codex mais celle-ci a le mérite d'être commentée par l'épigraphiste Erik Velásquez García, enseignant-chercheur à l'UNAM. Les photographies des planches proviennent de l'édition de Förstemann (1892) dont une copie est conservée à la Bibliothèque Nationale d'Anthropologie et d'Histoire, à Mexico.

Tocados y peinados en el México antiguo.

On peut imaginer les commentaires de certains sur l'opportunité de publier le Codex de Dresde en deux temps. Il convient de rappeler que le format de la revue ne permet pas de publier un document aussi long (39 pages) avec les gloses qui lui correspondent. Au-delà d'un impératif commercial légitime, il y a aussi un impératif technique et éditorial. En revanche il est fortement probable que le lecteur attende plusieurs mois avant de pouvoir se procurer la deuxième partie.


Velásquez García propose une longue introduction sur l'histoire de ce document. Il revient notamment sur son arrivée à Dresde, ses publications partielles ou complètes, ses études au cours des deux cent soixante dernières années. Il résume brièvement le contenu du codex et explique comment lire les différentes transcriptions proposés. C'est l'édition de Förstemann publiée en 1892 qui a servi pour cette étude.

Ensuite, les planches sont étudiées par scribe, donnant ainsi une cohérence intéressante. On comprend ainsi qu'un même document pouvait avoir différents auteurs, différents styles et différents objectifs. Chaque planche contient appartient à une thématique, d'un commentaire, le nom des divinités représentées et une explication iconographique détaillant les éléments suivants :

  1. les coefficients
  2. les augures
  3. les jours et 
  4. les jours du calendrier rituel
  5. la date en compte long
  6. les principaux iconographiques.
Nous ne prétendons pas faire un commentaire pour chaque planche, d'une part en raison de notre inexpertise en épigraphie, d'autre part par manque d'espace. C'est plus comme un lecteur curieux que nous avons parcouru ce hors-série. De prime abord, l'étude de Velásquez peut paraître complexe et rébarbative. Les termes techniques employés peuvent décourager, quand bien même le commentaire fût organisé et le plus simple possible. Celles et ceux qui sont habitués à ce genre de lecture ne devraient donc pas être trop dépaysés. Il convient donc d'être patient et de relire à plusieurs reprises ce hors-série pour mesurer l'ampleur du travail titanesque de Velásquez García. Nous ne vous saurions trop vous conseiller de vous procurer ce hors-série.

Partager

dimanche 22 mai 2016

Raíces 256 - Convocatorias CAPAN, Congreso Lumholtz y Coloquio de Historia Colonial con Victor Ortega

Esta semana en Raíces recibimos a nuestro amigo para comentar una triple actividad. Se trata de difundir las convocatorias para el IV CAPAN que organizan la Universidad de Monterrey y el Museo de Historia Mexicana, el II Congreso Nacional de Historia Colonial por parte de la Escuela de Antropología e Historia del Norte de México, la Universidad Autónoma de Chihuahua, la Universidad Autónoma de Coahuila y la Universidad Autónoma de Nuevo León, y el II Congreso Internacional Carl Lumholtz.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg y mp3.


Créditos musicales
  1. Los Rieleros del Norte - El corrido de Chihuahua - 
  2. Martín Chávez, Makawi y Afrorraramuris - Corrido de Chihuahua en lengua tarahumara rarámuri
Exposiciones
Exposición Los Mayas, gobernantes de la selva, Drents Museum, Brink, Assen, Países Bajos, 28/02-04/09.

Exposición Mexicas. Esplandor de un imperio, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, Nuevo León, 17/02-7/08/2016.

Exposición Hilos de la historiaMuseo del Noreste , Monterrey, Nuevo León, 16/03/2016.

Exposición 5000 años de escrituras, Museo Regional El Obispado, Monterrey, Nuevo León, 12/03-30/06/2016.

Exposición Maya: Hidden Worlds Revealed, Witte Museum, San Antonio, Texas, Estados Unidos, 15/05-05/09/2016. 

Eventos académicos

Segundo Ciclo Anual de Conferencias de Arte Indígena en Oaxaca y Áreas Vecinas: Paisaje cultural en Oaxaca prehispánico y más allá, Instituto de Investigaciones Estéticas, UNAM, Oaxaca de Juárez, 26-27/05/2016, a las 18 horas.

Seminario permanente Lenguas mixtecanas, con Marcela San Giacomo, Fidel Hernández y M. Swanton, Instituto de Investigaciones Antropológicas, UNAM, 23/05, de las 10 a las 14 horas.

IV Seminario de antropología molecular, con Adrían Martínez Meza, Museo Nacional de Antropología, México, 24/05 de las 11 a las 13:30 horas. Informes: 55536204.

Seminario Antropología, historia, conservación y documentación de la música en México, Fonoteca INAH, Delegación Cuauhtémoc, México, 24/05 a las 17 horas. 

Seminario Miradas recientes en torno al debate sobre las relaciones de género en México, Sala de Juntas de la Unidad de Ciencias Sociales del Centro de Investigaciones Regionales de la Universidad Autónoma de Yucatán, Calle 61, número 525, entre 64 y 66 Centro, Mérida, Yucatán, 25/05 a las 17.30 horas.

Seminario permanente Antropologia de la muerte, coordinado por Erik Mendoza Luján, Restaurante Meridiem, Museo Nacional de Antropología, 26/05 de las 16 a las 19 horas. 

XII Jornadas Permanentes de Arqueología, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, 27/05.

  1. Dardos y lanzadardos de madera en las ofrendas del Templo Mayor de Tenochtitlan con Margarita Elizabeth Medina Mancilla, de las 10 a las 10:50 horas.
  2. Estudios microbotánicos en el cálculo dental: una aproximación al estudio de la paleodieta en el Templo Mayor de Tenochtitlan, con Julia Pérez y Ximena Chávez Balderas, de las 12 a las 13 horas.
Curso sabatino Viajeros en la arqueología de México y Centroamérica: siglos XVI al XX, impartido por Félix Alejandro Lerma Rodríguez, Museo Nacional de Antropología, Ciudad de México, 7, 14, 21, 28/05, de las 10 a las 13 horas.

Convocatoria CAPAN 2016, UDEM-Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 29-30/09 et 01/10.




Noticias
Nombramiento de Helena Barba Meinecke al puesto de nueva presidenta del Consejo Consultivo Científico y Técnico de la Convención UNESCO de 2001 sobre la protección del patrimonio cultural subacuático. 

Descubrimiento de un nuevo bajorrelieve con representación de un felino en Chalcatzingo, Morelos, Boletín INAH.

El centro INAH Campeche tuvo tres delegados en menos de 15 días, El Expreso de Campeche

Renuncia Ramón Carrasco a la dirección de la zona arqueológica de Calakmul en Campeche, El Expreso de Campeche.

El sitio de la revista Arqueología mexicana totalmente renovado.

Medias
Libro Johansson, P. (2016). Miccacuicatl. Las exequías de los señores mexicas. Ciudad de México: Primer Círculo Editores.

Les recordamos que Raíces es un programa educativo sin fines de lucro bajo licencia Creative Commons Paternidad-Compartir al identico-Uso comercial prohibido. Este programa se grabó con el apoyo de Sergio Becerra en los estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, el 12 y el 19/05/2016. La edición estuvo a cargo de Sergio Becerra. La conducción es responsabilidad de un servidor.
Partager

dimanche 15 mai 2016

Raíces 255 - Fauna del Pleistoceno en Azcapotzalco con Felisa Aguilar

Esta semana en Raíces recibimos a nuestra compañera biologa y paleontóloga Felisa Aguilar, investigadora del Centro INAH Coahuila. Sin embargo, hoy hablamos de un gran rescate paleontológico realizado a principios de los años 90 con la construcción de una linea de metro en la Ciudad de México, en particular por la delegación Azcapotzalco.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg y mp3.


Créditos musicales
  1. Jorge Reyes - Corazón del sol
  2. Jorge Reyes - Fuego

Exposiciones
"La historia de la arqueología maya a través de 80 de sus personajes", Boletín INAH

Exposiciones
Exposición Mayas: Lords of Time, McClung Museum, Knoxville, Tennessee, Estados Unidos, 23/01-22/05/2016.

Exposición Los Mayas, gobernantes de la selva, Drents Museum, Brink, Assen, Países Bajos, 28/02-04/09.

Exposición Mexicas. Esplandor de un imperio, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, Nuevo León, 17/02-5/06/2016.

Exposición Hilos de la historiaMuseo del Noreste , Monterrey, Nuevo León, 16/03/2016.

Exposición 5000 años de escrituras, Museo Regional El Obispado, Monterrey, Nuevo León, 12/03-30/06/2016.

Exposición Maya: Hidden Worlds Revealed, Witte Museum, San Antonio, Texas, Estados Unidos, 15/05-05/09/2016. 

Eventos académicos
Mind of Maya Series, con David Stuart, Witte Museum, Broadway Street, San Antonio, Texas, Estados Unidos, 18/05, a las 18:30 horas.

Convocatoria CAPAN 2016, UDEM-Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 29-30/09 et 01/10.

Curso-taller La Cultura Mexica en el México Prehispánico, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 31/05 - 4/06.




Convocatoria Coloquio Internacional Ritualidad y calendario. Nuevas aportaciones sobre las fiestas de las veintenas Homenaje a Michel Graulich, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Nacional Autónoma de México, 23/11.


Diplomado Historia y antropología de las religiones, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, Isidro Fabela, Ciudad de México, cada lunes del 22/02 al 31/10/2016, de las 16 a las 22 horas. Gratuito. Cupo limitado a 40 personas. Informes: Página Facebook del Departamento de Educación Continúa de la ENAH.


Conferencia Investigaciones Arqueológicas recientes en Chiapa de CorzoImpartida por Dra. Lynneth Lowe (CEM-UNAM), Instituto de Investigaciones Antropológicas, UNAM, 19/05/2016 de las 17 a las 19 horas.

 

Mind of Maya Series, con David Stuart, Witte Museum, Broadway Street, San Antonio, Texas, Estados Unidos, 18/05, a las 18:30 horas.

Coloquio Memoria, Tradición e Historia, Auditorio Javier Romero Molina, Escuela Nacional de Antropología e Historia, Ciudad de México, 17-19/05, de 9 a 21 horas.

Tercer Coloquio Asentamientos y Urbanismo, Museo Maya de Cancun, Cancun, 16-18/05 a partir de las 10 horas.

Taller Signos de Mesamérica, Auditorio “Jaime Litvak King”, Instituto de Investigaciones Antropológicas, Universidad Nacional Autónoma de México, 18/03, de las 12 a las 14 horas. Conferencia "El Laboratorio Nacional de Materiales Orales", con Santiago Cortés y Berenice Granados.

Noticias
Descubrimientos de estelas de piedra verde debajo la estructura 9 en Teotihuacan, Boletín INAH.

El fraude de un seudo-descubrimiento de un sitio maya por un adolescente quebecquense.

Les recordamos que Raíces es un programa educativo sin fines de lucro bajo licencia Creative Commons Paternidad-Compartir al identico-Uso comercial prohibido. Este programa se grabó con el apoyo de Sergio Becerra en los estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, el 2016. La edición estuvo a cargo de Sergio Becerra. La conducción es responsabilidad de un servidor.
Partager

mercredi 11 mai 2016

Sur la viralisation de la fausse découverte d'une nouvelle ville maya par un adolescent québécois


Depuis quelques jours, les réseaux sociaux et les médias traditionnels semblent fascinés par un adolescent qui aurait réussi à damer le pion aux meilleurs archéologues mayistes. Si la valeur n’attend pas le nombre des années, nul doute que les découvertes clés de David Stuart en ce qui concernent l’épigraphie maya auraient alors fait un tabac dans les années 1980 si les réseaux sociaux avaient alors existé. À l’âge de William Gadoury, ce jeune québécois mis d'ores et déjà au rang de génie, j’étais également fasciné par les civilisations précolombiennes, celles du Mexique en particulier. La passion est bien la base pour avancer et réaliser ses rêves et nous lui souhaitons en ce sens tout le bonheur du monde.
C'est un article publié dans le Journal de Montréal qui a mis le feu au poudre, relayé depuis par le service information de France Télévisions et un article d'Alicia Paulet dans Le Figaro, RFI en espagnol, la BBC, etc. On remarquera que dans l'article de FT apparaît une photo très floue d'Uxmal et que Mme. Paulet n 'a rien trouvé de mieux que d'illustrer son papier avec une photo de Calakmul alors que la ville "découverte" n'a même pas encore été explorée. Cela vous en dit déjà sur la manière de traiter l'information, à l'encontre même de la Charte de Münich.

KEEP CALM AND CALL INDIANA JONES


Dès lors, une petite mise au point s’impose tant sur la forme que sur le fond de cette nouvelle révolutionnaire. Sous réserve de lire la publication de ce jeune homme, on peut relever plusieurs incohérences dans sa proposition et le traitement journalistique de cette information. Commençons par le second point : l’auteur de l’article, Michel Harnois, s’est contenté de corroborer le travail de notre apprenti mayiste en interviewant des membres de l’Agence spatiale canadienne. Aucun commentaire ou contre-point ne vient d’archéologue ou de mayiste qui existe pourtant au Canada et notamment à l’Université de Calgary. Il est encore plus regrettable que le journaliste ne nous propose pas de carte complète des principaux sites mayas. Calakmul, ancienne capitale du royaume K’an situé dans la biosphère homonyme, est totalement snobée. Copan au Honduras et sa Rosalila sont ignorées, tout comme Bonampak. Les grands sites des Hauts du Chiapas, qui résistèrent aux Espagnols comme , absents, des sites très anciens comme Tak’alik Ab’aj, Chiapa de Corzo, ou Pourtant ces deux sites sont classés au Patrimoine mondial de l’humanité et sont reconnus par la communauté mayiste pour leur grande importance politique et symbolique. Qu’en est-il de leur présence dans la proposition de Gadoury ? Les a-t-il prises en compte ? Plus encore regrettable est le comportement "perroquet" des autres médias de communication, incapable de remettre un tant soit peu en cause la version de notre jeune "prodige" et d'aller chercher des opinions expertes sur cette découverte. Après la malbouffe, la malscience.



Passons au fond de la chose en rappelant qu’il y a bien plus que 118 sites mayas répartis entre tous les pays sus-mentionnés. Les premières communautés de tradition maya remontent vers 1200 ans avant notre ère et Mayapan, dernier grand royaume de la péninsule, fut abandonné quelques décennies avant l’arrivée des Espagnols. Nous parlons donc de milliers de sites qui ont connu différentes phases d’occupation, agrandissement et abandons pendant 2500 ans ! Dès lors comment planifier et accomplir un tel plan de fondations de cités sur plus de 1500 ans à partir d’un document probablement peint dans les Basses terres mayas du nord du Yucatan, comme le Codex de Dresde, pendant le Postclassique récent ? Son contenu est avant tout ésotérique et fait allusion à des activités rituelles comme l’autosacrifice que quotidiennes comme le tissage, l’apiculture, la chasse et la guerre. Ajoutons que les Mayas n'ont jamais eu, à la différence de leurs lointains cousins mexicas, un pouvoir centralisé qui permette la mise en place d'une telle politique de fondation de cités. Des archéoastronomes comme Anthony Aveni ou Jesus Galindo Trejo ont bien démontré l'existence de programmes architecturaux régis par les étoiles mais ils concernaient rarement une cité entière et prenaient volontiers comme point de repère le Soleil, la Lune, Vénus, éventuellement Mars ou les Pléiades.

Quand Gadoury justifie son choix de prendre en compte les étoiles, il fait fi des tables vénusiennes et martiennes relevés dans le Codex de Dresde. Mais il omet un point crucial correctement soulevé par le Dr. Nikolai Grube, archéologue. co-directeur du Proyecto Uxul et professeur à l'Université de Bonn : le Codex de Madrid ne fait pas référence à des constellations. Il en est plus question dans le Codex de Paris. Pourquoi les Mayas n’auraient-ils pas dès lors construit toutes leurs villes en fonction des astres que nous avons mentionnés ? Pourquoi et comment affirmer que 142 étoiles correspondent à 117 sites importants ? Sur quels critères déterminent-ils l’importance d’une ville maya ? Est-il conscient que le ciel des scribes du Postclassique est différent de leurs ancêtres du Formatif ou Classique ancien ?

Quand il affirme dans l’entretien au Journal de Montréal:
“«Je ne comprenais pas pourquoi les Mayas avaient construit leurs cités loin des rivières, sur des terres peu fertiles et dans les montagnes, a indiqué William Gadoury. Il fallait qu’il y ait une autre raison, et comme ils adoraient les étoiles, l’idée m’est venue de vérifier mon hypothèse. J’ai vraiment été surpris et excité quand je me suis rendu compte que les étoiles les plus brillantes des constellations correspondaient aux plus grandes villes mayas»,
il oublie bien vite que d’autres écosystèmes étaient en vigueur dans les fraîches montagnes ou les luxuriantes forêts de l’Usumacinta et que la fertilité. Il omet qu’au Yucatan, les rivières souterraines sont nombreuses, que les cénotes abondent et que lorsqu’ils manquent, des systèmes d’irrigation et de citernes artificielles sont construits.

L’amateurisme de notre jeune et passionné mayiste-astronome est également contredit par une autre énorme incohérence. Il prétend avoir laissé ses travaux à des archéologues mexicains pour avoir leur opinion mais K’aak Chi’ est situé au... Bélize, pays voisin. Pourquoi ne pas avoir directement l'aide des archéologues bélizains ?

Alors à quoi peut-être dûe cette singulière “découverte”? Un coup de chance? Un rigoureux travail scientifique et holistique ? Le plus grand doute s’impose face à cette information. Il est quand même étrange que les archéologues mayistes de l’Université de Calgary n’aient pas été sollicités ni mentionnés par Gadoury afin de valider son hypothèse.

Hier, David Stuart, professeur à l'Université du Texas à Austin et épigraphiste depuis son adolescence (sous la bienveillante attention de feu son archéologue de père, George Stuart et feu Linda Schele), a réagi officiellement sur son compte Facebook. 


1981
Dr. Linda Schele et David Stuart, 1981.
Crédit photo : PBS.
Disponible le 11/05/2016 : http://www.pbs.org/wgbh/nova/mayacode/time-09.html
Il nous a autorisé à traduire ses propos (2016/05/10).
"Toute cette histoire d'une ancienne ville maya découverte est fausse. J'ai essayé de l'ignorer (ainsi que les sollicitudes des médias que je reçois) mais c'est désormais au site de la BBC d'en parler et je sens que je dois dire quelque chose.
Tout ce truc est une confusion -- un terrible exemple de mauvaise science qui fait un tabac sur Internet. Les anciens Mayas n'ont pas organisé leurs anciennes villes en fonction des constellations. Y voir de tels modèles tient du test de Rorschach, étant qu'il y a des sites partout, tout comme les étoiles. L'élément carré trouvé sur Google Earth est bien dû à l'homme mais il s'agit d'un champ de maïs en jachère, une milpa."

N’est pas David Stuart qui veut. Être anthropologue ou archéoastronome ne s'improvise pas non plus. Être bon journaliste non plus. Nous vous invitons à ce titre à regarder ce moment comique mais sérieux sur le fond du Late Late Show, présenté par le comique John Oliver sur la chaîne HBO et remercions David Stuart pour nous permettre de traduire ces propos, Patrice Bonnafoux et Sylvie Peperstraete dont nous avons repris certains arguments.

Mise à jour du 11/05/2016, 18h25 (heure de Paris). L'archéologue et historien Éric Taladoire, ancien professeur à Paris I, est revenu longuement sur l'article publié par Le Journal de Montréal, en des termes peu élogieux pour les médias qui ont viralisé cette information non fondée. Dans un entretien accordé au quotidien Le Figaro, Il démonte chaque élément de la "théorie Gadoury" en rappelant les travaux entrepris par différentes équipes de chercheurs dans la région mentionnée par Gadoury, mettant en avant les erreurs géographiques que nous soulignons dans ce billet, entre autres choses.

D'autre part, O. Philippe-Viela estime qu'il y a seulement quelques doutes à avoir sur cette théorie quand bien même les propos qu'il a recueillis auprès de Dominique Michelet et d'Éric Taladoire sont sans équivoque et contrastent franchement la proposition de Gadoury et le traitement équivoque de l'information par le Journal de Montréal, journal qui tient plus du tabloïd anglais qu'à un journal de référence et encore moins à une revue scientifique modérée par des pairs. Mais que peut-on espérer de 20 minutes, un quotidien bâti autour des communiqués d'agences de presse ?

Mise à jour du 11/05/2016; 22h27: Le cas Gadoury est intéressant sur la manière dont les médias traitent l'information. Très enclins à encenser le jeune et prêts à tout pour vendre du papier et des ads, ils décident a posteriori de consulter les experts mésoaméricains pour publier des contre-articles à tout va. C'est ainsi qu'on peut lire la publication de S. Rahal sur le site de Télérama. On appréciera quand même le doute raisonnable émis dès le départ par Arrêt sur images et la manipulation grotesque de la carte présentée par le Journal de Montréal en version papier. Bref, le soufflé retombe aussi vite qu'il est monté.


Références bibliographiques
Dackevych, A. (10 mai 2016). How a 15-year-old discovered an ancient city. BBC Trending: http://www.bbc.com/news/blogs-trending-36259047.

Harnois, M. (7 mai 2016). "Un ado découvre une cité maya". Le Journal de Montréal: http://www.journaldemontreal.com/2016/05/07/un-ado-decouvre-une-cite-maya.

Jacques, A.-S. (11 mai 2016). "Cité maya : le Journal de Montréal change sa carte". Arrêt sur images.net. En ligne : http://www.arretsurimages.net/breves/2016-05-11/Cite-maya-le-Journal-de-Montreal-change-sa-carte-id19875.

Peyrach, A. (11 mai 2016). "Un expert dément la découverte d'une cité maya par un jeune québécois". (2016). Le Figaro. En ligne : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/05/11/03004-20160511ARTFIG00180-un-expert-dement-la-decouverte-d-une-cite-maya-par-un-jeune-quebecois.php

Philippe-Viela, O. (11 mai 2016). "Une nouvelle cité maya découverte grâce aux constellations, vraiment?" . 20 minutes. En ligne: http://www.20minutes.fr/sciences/1843699-20160511-nouvelle-cite-maya-decouverte-grace-constellations-vraiment

Rahal, S. (11 mai 2016). "La pseudo-découverte d'une nouvelle cité maya : chronique d'une boulette annoncée ?". Télérama.fr. En ligne : http://www.telerama.fr/scenes/la-pseudo-decouverte-d-une-nouvelle-cite-maya-chronique-d-une-boulette-annoncee,142289.php.

RFI (10 mai 2016). "Un canadiense de 15 años descubre solo una importante ciudad maya". En ligne: http://es.rfi.fr/americas/20160509-un-canadiense-de-15-anos-descubre-solo-una-importante-ciudad-maya.

Stuart, D. (10 mai 2016). "This current news story of an ancient Maya city being discovered is false. I was trying to ignore it (and the media inquiries I've been getting) but now that it's up on the BBC's website I feel I ought to say something. The whole thing is a mess -- a terrible example of junk science hitting the internet in free-fall. The ancient Maya didn't plot their ancient cities according to constellations. Seeing such patterns is a rorschach process, since sites are everywhere, and so are stars. The square feature that was found on Google Earth is indeed man-made, but it's an old fallow cornfield, or milpa." Disponible le 10/05/2016: https://www.facebook.com/david.stuart.520?fref=ts .

Vail, Gabrielle; Aveni, Anthony (September–October 2008). "El Códice Madrid, un viejo documento revela nuevos secretos". Arqueología Mexicana (in Spanish) (Mexico City, Mexico: Editorial Raíces) XVI (93): 74–81. Archived from the original (PDF) on 2010-02-06: https://web.archive.org/web/20100206092208/http://arqueomex.com/PDFs/S8N5COD_MADRIDAveni93.pdf




Partager

lundi 9 mai 2016

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.




“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine d’autels disposés en forme de quinconce appelé parfois et improprement “croix teotihuacaine”.


Au terme d’une deuxième campagne de fouilles entreprises l’année dernière et dirigées par Verónica Ortega, la structure A a commencé à révéler certains secrets conservés dans son sous-sol. Ortega rappelle que les éléments retrouvés nous donnent un paysage urbain très différent à celui que le visiteur peut observer actuellement. En l’occurrence, la Pyramide de la Lune avait des dimensions moindres et la partie adossée à la Pyramide n'existait pas.


Wikimania temple of the moon 7209566.jpg
Fouilles de la structure 9, Teotihuacan,
Crédit photo : slowking4, prise le 20 juin 2015.
Disponible le 07/05/2015 : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a5/Wikimania_temple_of_the_moon_7209566.jpg/800px-Wikimania_temple_of_the_moon_7209566.jpg


La place était probablement entièrement recouverte de petites cavités. Pour l’heure 400 ont été enregistrées dans la Structure A, mesurant de 20 à 25 cm de diamètre et jusqu’à 30 cm de profondeur. Les Teotihuacains avaient pris soin d’avoir déposé des pierres et des graviers de rivière au fond de chacune. Quel était leur signification ? Pourquoi cette disposition a priori aléatoire de ces cavités ? Quels outils ont été utilisés pour préparer ainsi le sol ?




Cavités retrouvées au coin sud-ouest de la Structure A, Teotihuacan.
Crédit photo : Proyecto Estructura A / INAH.
Disponible le 07/05/2016 :


Le sous-sol de la Structure A a révélé la présence de cinq fosses, détectées préalablement par des puits de sondages et des géoradars. Il révèle notamment la séquence de construction de cette section de la place de la Lune. Le plus surprenant est la présence de cinq stèles en pierre verte, dont deux avaient mises côte à côte dans une fosse. Il s’agit d’espace atteignant 60 cm de large pour une profondeur de 3,5 m à 4 m. Leurs hauteurs varient entre 1,5 m et 1,8 m et leurs masses entre 500 et 800 kgs. La profondeur est un indicateur chronologique. Ces dépôts ont probablement été effectués au vers 100 de notre ère, avant même la construction de la Pyramide du soleil, et sont contemporains de la première phase de construction de la Pyramide de la Lune. La responsable du Proyecto Estructura A explique que ce système de fosses a connu de nombreuses phases d’utilisation pendant pas moins de 500 ans ! Les vestiges de céramiques retrouvés au fur et à mesure de la fouille de ces fosses témoignent d’une grande diversité qui reflète cette chronologie.


Emiliano Melgar, collaborateur du Musée du Grand Temple, a été sollicité pour établir l’origine géographique de la carrière d’où elles furent extraites. Là encore, on ne peut être que surpris et circonspect sur les méthodes et outils employés pour acheter des blocs depuis l’actuel état de Puebla !


Un des derniers aspects spectaculaires de ces fouilles sous la Place de la Lune donsiste en la découverte de deux canaux artificielles au nord et au sud de l’autel central. Situés à peine à 10 cm de profondeur, ces deux canaux ne servaient, selon Ortega, en aucune manière de canalisations pour l’écoulement des eaux de pluies. Tous deux mesuraient 25 m de long, 3 à 5 m de large et jusqu’à 3 m de profondeur.


Vue du canal sud depuis l’escalier sud de l’autel central, Place de la Lune, Teotihuacan.
Crédit photo : Proyecto Estructura A / INAH.


Étant donné le contexte partiel fouillé et enregistré, les hypothèses d’interprétation sont multiples et piégeuses. Mais la présence de pierre verte, de graviers de rivière et des canalisations semble nous orienter vers un lien avec la fertilité et les divinités aquatiques, comme le propose Ortega. Pour l’heure, il nous faudra attendre que la deuxième et dernière saison de fouilles s’achève en juillet prochain et que le long et patient travail de laboratoire nous offrent ces premiers résultats.


Pour en savoir plus sur cette découverte, nous vous invitons à consulter ce diaporama et ce reportage.



Partager

dimanche 8 mai 2016

Raíces 254 - Libro Los antiguos mayas, historia de la arqueología en Yucatán con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, arqueólogo del Centro INAH Yucatán y autor del libro Los antiguos mayas, historia de la arqueología en Yucatán, copublicado por el INAH y la Editorial Dante.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg y mp3.


Créditos musicales
  1. Sergio Esquivel y su Trova Yucateca - Desdén (Letra: Emilio A. Padrón López- Música: Licho Buenfil)
  2. Rubén Zepeda Novelo y su Trova Yucateca - Popurrí Yucateco (DRA- y Pepe Domíguez)

Referencias bibliográficas
"La historia de la arqueología maya a través de 80 de sus personajes", Boletín INAH

Exposiciones
Exposición Mayas: Lords of Time, McClung Museum, Knoxville, Tennessee, Estados Unidos, 23/01-22/05/2016.

Exposición Los Mayas, gobernantes de la selva, Drents Museum, Brink, Assen, Países Bajos, 28/02-04/09.

Exposición Mexicas. Esplandor de un imperio, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, Nuevo León, 17/02-5/06/2016.

Exposición Hilos de la historiaMuseo del Noreste , Monterrey, Nuevo León, 16/03/2016.

Exposición 5000 años de escrituras, Museo Regional El Obispado, Monterrey, Nuevo León, 12/03-30/06/2016.

Exposición Maya: Hidden Worlds Revealed, Witte Museum, San Antonio, Texas, Estados Unidos, 15/05-05/09/2016. 

Eventos académicos
Convocatoria CAPAN 2016, UDEM-Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 29-30/09 et 01/10.

Curso-taller La Cultura Mexica en el México Prehispánico, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 31/05 - 4/06.


Seminario permanente Antropología del comportamiento, Xabier Lizarraga Cruchaga, Sala de juntas de la Dirección de Antropología Física, Museo Nacional de Antropología, Ciudad de México 11/05, de las 16 a las 19 horas,

Convocatoria Coloquio Internacional Ritualidad y calendario. Nuevas aportaciones sobre las fiestas de las veintenas Homenaje a Michel Graulich, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Nacional Autónoma de México, 23/11.


Diplomado Historia y antropología de las religiones, Escuela Nacional de AntropologÍa e Historia, Isidro Fabela, Ciudad de México, cada lunes del 22/02 al 31/10/2016, de las 16 a las 22 horas. Gratuito. Cupo limitado a 40 personas. Informes: Página Facebook del Departamento de Educación Continúa de la ENAH.



Noticias
Reapertura del Museo Regional de Sonora, Boletín INAH.

Medias
Arqueología mexicana, 139. Tlaxcala.

Estudios de cultura maya, vol. XLVII, 2016 primavera-verano.

Les recordamos que Raíces es un programa educativo sin fines de lucro bajo licencia Creative Commons Paternidad-Compartir al identico-Uso comercial prohibido. Este programa se grabó con el apoyo de Sergio Becerra en los estudios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, el 26/11/2015 y el 5/05/2016. La edición estuvo a cargo de Sergio Becerra. La conducción es responsabilidad/ de un servidor.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails