vendredi 24 avril 2015

Compte-rendu Arqueología mexicana hors-série 61

Enfin ! Il aura fallu plus de vingt ans pour que les lecteurs d'Arqueología mexicana puissent avoir un résumé relativement complet des manifestations graphiques les plus répandues sur le territoire mexicain : les représentations rupestres sous formes de peintures ou de gravure sont un mode d'expression aussi ancien que les vagues de populations dans cette partie du monde.


María del Pilar Casado López possède une bonne expérience des manifestations rupestres. La directrice de la Planification, de l'Évaluation et de la Coordination des projets de la Coordination Nationale d'Archéologie de l'INAH propose une étude en deux temps.

Tout d'abord elle propose une étude de l'art rupestre mexicain par un court état des lieux de la recherche. Suit une tentative de définition de l'art rupestre. Peut-on ou dit-on considérer ces images comme une manifestation culturelle possédant une connotation lié à l'esthétique. Sur ce sujet, nous vous invitons à regarder ce panel d'experts réunis lors du
Dans un deuxième temps, elle rapporté les principales concentrations d'images peintes ou sculptées dans la pierre présente dans six zones géographiques. 






À ce titre, la zone Nord est la plus vaste : elle aurait mérité un choix éditorial plus détaillée. Le nord-est du Mexique possède notamment une iconographie et un style propre, distincte de son homologue du nord-ouest.

Étant donné la quantité énorme de représentations pariétales, l'absence d'un registre complet et actualisé de celles-ci, il conviendrait que ce numéro hors-série soit le premier d'une longue série. Il nous semble que Casado López est pleinement de cette difficulté.

Le directeur de publication d'Arqueología mexicana, Enrique Cela, a récemment estimé que la recherche sur les manifestations carcérales au Mexique était en "couche-culottes". Cette expression est à la fois vraie et incorrecte. Certains chercheurs comme Otto Schöndube, William Green, Solveig Turpin, Paulie Schaafma ou feu Beatriz Braniff ont consacré plusieurs décennies de leurs vie à enregistrer l'existence d'un patrimoine incroyable. 

Le problème de l'art rupestre mexicain est double. Les budgets de l'INAH sur l'art rupestre sont le plus souvent réduits à une proportion congrue et indécente. D'autre part, il est peu diffusé. Répétons-le : c'est la première fois que la revue Arqueología mexicana publie un numéro complet sur le sujet. Observons également l'organisation des salles du Musée National d'Anthropologie à Mexico : le nord de ce pays, qui représente plus de la moitié territoire est présent dans une minuscule salle. Les autorités de l'INAH auraient donc tout intérêt à reconsidérer leur position sur l'art rupestre mexicain. Cela permettrait également aux Mexicains d'avoir plus conception plus exacte de leur passé pour pouvoir le respecter et le préserver.

La suggestion est somme toute valable pour le gouvernement français. Si le président Hollande s'est apparemment émerveillé en visitant la réplique de la Grotte Chauvet, pourquoi son gouvernement (et particulièrement les ministères de la culture, de l'éducation nationale, de la recherche et de l'enseignement supérieur) ne planche pas sur un budget plus conséquent pour connaître et diffuser notre patrimoine préhistorique ?
Partager

mercredi 22 avril 2015

Le Codex Chimalpahin est désormais disponible en ligne

Récemment récupéré par les autorités mexicaines, le Codex Chimalpahin est désormais accessible librement à tous. Pour être plus précis, c'est sa version virtuelle que l'internaute, curieux ou expert, pourra parcourir. A la différence du Codex Mendoza qui se présente sous la forme d'une application disponible exclusivement sur iTunes, le Codex Chimalpahin bénéficie de sa propre page internet.

L'interface est relativement sobre : un menu déroulant à la gauche permet de passer d'un volume à l'autre. L'introduction rappelle comment ce document colonial si précieux a pu revenir au Mexique en septembre 2014 et indique la présence de contenu multimédia associée à ce codex.

Chaque volume est téléchargeable gratuitement en format pdf. Vous pourrez donc télécharger le tome I ici, le tome II et le tome III à cette adresse. On peut tourner virtuellement les pages du document, faire des agrandissements, imprimer.

La section "Aproximaciones" compile quatre articles. Le premier, rédigé par Rafael Tena, est une présentation rapide des différentes chroniques rédigées ou attribuées à Domingo Chimalpahin. Vient ensuite une histoire du parcours effectué par ces trois documents avant leur retour sur le sol mexicain : il s'agit d'un travail de Rodrigo Martínez Baracs. Suit une réflexion comparative de Baltazar Brito sur les chroniques d'Ixtlilxochitl et de Chimalpahin. Enfin Salvador Rueda s'interroge sur le contenu de ces trois chroniques compilés par Chimalpahin.

Si on peut apprécier le louable effort de la vénérable institution mexicaine, il n'en reste pas moins un GROS problème pour qui n'est pas paléographe : la lecture de l'écriture cursive pose problème pour un œil peu averti comme celui de votre serviteur. Il eût donc été souhaitable qu'on puisse bénéficier du transcription des lignes rédigées par Chimalpahin.

Dans un bulletin publié sur le site de l'INAH, on en apprend un peu plus sur les mécanismes qui ont permis sa disponibilité si prompte sur la Toile.
Partager

lundi 20 avril 2015

Sauvetage archéologique à Chametla, Sinaloa

Sur la Loma del Tecomate, au Sinaloa, les fouilles de sauvetage se poursuivent sous la supervision de Joel Santos, archéologue du Centro INAH Sinaloa. Voici une vidéo "maison" qui vous donne une petite idée du travail des archéologues et des conditions difficiles dans lesquelles ils peuvent exercer leur art.



Partager

samedi 18 avril 2015

Raíces 199 - Appel à préinscription pour le III Colloque d'Archéologie, de Paléontologie et d'Anthropologie du Nord-est du Mexique avec Victor Ortega León

Cette semaine, Raíces a reçu la visite de notre vieux complice VIctor Ortega León, professeur à l'École Nationale d'Anthropologie et d'Histoire du Nord du Mexique. Comme depuis 2013, nous invitons les chercheurs et étudiants intéressés à présenter leurs travaux et recherches au public regiomontano.

Comme chaque semaine, nous vous proposons d'écouter, télécharger et partager ce programme sur le portail Archive en format mp3 et ogg.


Références
Appel aux pré-inscriptions pour le CAPAN 2015
Formulaire de préinscription pour le CAPAN 2015.
Page officielle du CAPAN 2015.
Page Facebook officielle du CAPAN 2015

Crédits musicaux
  1. Susana Harp - Bélee Crúu (Chanson zapotèque de Cándido Zárate)
  2. Son Gubidxa - El feo (Chanson zapotèque de Demetrio López)
Évènements universitaires et académiques
INAH
XI Jornadas Permanentes de Arqueología 2015, Musée du Grand Temple, México, 24/04, de 10h30 à 12h40.

10:00 - 10:50  Fanny Chaparro Sarmiento, Citlali Oltehua Garatachea, Alberto Freddy Méndez Torres, Elena Calderón Cuéllar et Yalo Jesús Madrigal Cossio. (Dirección de Salvamento Arqueológico-INAH), “Un asentamiento tolteca en Zacatenco.”

12:00 - 13:00  Dr. Raúl García Chávez (Centre INAH Estado de México), “Los palacios de la Cuenca de México. Generación de un modelo arquitectónico a partir de la restitución arquitectónica de los edificios de élite de los periodos Clásico y Postclásico."

Cours El centro de México y Oaxaca en la época prehispánica Iavec Hugo García Capistrán, Museo Nacional de Antropología, México, tous les lundis du 9/02 qu 18/05, à partir de 19 heures.

Cours La costa del golfo y el área maya I, avec Hugo García Capistrán, Museo Nacional de antropología,tous les mercredis du 11/02 au 6/05 à partir de 19 heures.


ENAH
Diplôme Historia y antropología de las religiones, Salle Eyra Cárdenas, Escuela Nacional de Antropología e Historia, México, du 23/02 au 30/11 de 17 à 20 heures.


Diplôme Los mayas, Casa de las Humanidades, UNAM, du 24/02/2015 au 19/04/2016 (47 sesiones), mardi 24/02 de 17 h à 20 h. Renseignements et inscriptions : 55 54 84 62, 55 54 85 13, ext. 110, 102 y 106. Contact : difhum@unam.mx .

Séminaire de langue et culture nahuatl, tous les mardis de 18 h à 21 h, Centre Culturel Universitaire, Tlatelolco, Mexico. Renseignements : luciasb@unam.mx .

UNAM
Séminaire permanent Antropología y Ciencias aplicadas, Coordinador: Arqlgo. Agustín Ortiz Butrón, Institut de Recherches Anthropologiques, Salle de Videoconférences (119), lundi 20/04, de 10h30 à 13h.

Séminaire permanent Etnografía de los pueblos del sur de la cuenca de México, con Andrés Medina, Hernán Correa, Teresa Romero, Institut de Recherches Anthropologiquessalle 120,  23/04, de 11h à 14h

Inscription au cours Miquiztli. La muerte en el mundo náhuatl prehispánico, con Patrick Johansson K., tous les lundis du 4/05 al¿u 22/06/2015, de 11h à 14h. Instituto de Investigaciones Históricas, UNAM.

Benemérita Universidad Autónoma de Puebla
1er Coloquio Internacional de antropología y etnografía de la alimentación, Auditorium du Théâtre de la Ville , Puebla, 21-23/04, de 9h à 19h.

CIESAS
Appel à inscriptions Diplomado en Antropología Social del CIESAS. Informes CIESAS Noreste Tel. 19 300 500. Morelos 822 casi esq. Dr. coss. Barrio Antiguo. Monterrey


UDEM-Museo de Historia Mexicana
Appel à participations III CAPAN 2015, ouverte jusqu'au 12/06/2015.

Museo de Historia Mexicana
Café con historia: las haciendas, espejos de su tiempo. Hacienda de San Miguel, con Ramiro Estrada, cronista de Apodaca, Museo de Historia Mexicana, Monterrey, 21/04 a las 19 horas.

Nouvelles
Fouilles de sauvetage à Chametla, Sinaloa.


L'INAH propose la consultation du Codex Chimalpahin sur un microsite.

Une équipe d'archéologues de l'INAH Yucatan retrouve le sacbé de Kabah à Nohpat.

Publication
García Moll, R. (2005). Pómona: un sitio del clásico maya en las colinas tabasqueñas, México, D.F.: INAH.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été enregistré et mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 25/03 et le 16/04/2015 avant son émission le 18/04/2015.  Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.
Partager

vendredi 17 avril 2015

L'INAH met en ligne gratuitement 66 publications

L'initiative est sans précédent et répond à l'obligation de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire de diffuser publiquement les recherches pour lequel il reçoit des fonds publics. On peut se demander pourquoi la décision n'a pas été prise plus tôt.

66 ouvrages sont donc mis en ligne gratuitement sur le site http://www.difusion.inah.gob.mx . C'est un panaché de publications récentes et plus anciennes, répartis entre anthropologie générale, anthropologie physique, anthropologie sociale, archéologie et son versant sous-marin, conservation et restauration, ethnographie, ethnohistoire, ethnologie, histoire, linguistique et muséographie.

Les auteurs consultables sont souvent de grandes pointures dans leur domaine respectif. On peut ainsi l'étude d'Enrique Nalda sur Kohunlich, celle de Roberto García Moll sur Pomona, le classique d'Alfonso Caso sur le trésor de Monte Alban, celui d'Alberto Ruz sur le Temple des inscriptions, les essais d'Enrique Florescano sur l'historiographie de la Colonie.

L'etnographe retrouvera les Atlas ethnographiques du Chiapas, du Veracruz, de Puebla, de Morelos, de Chihuahua, de la Huasteca, d'Hidalgo et du Nord-ouest.

L'historien des religions y trouvera aussi son compte avec le volume coordonné par Heny Kacyb et Yolotl González Torres.

Un gros bémol dans ce billet plein d'enthousiasme : le temps de chargement est affreusement lent. Vous êtes donc prévenus : il vous faudra prendre votre mal en patience au moment de vouloir consulter un document ou de le télécharger.
Partager

mercredi 15 avril 2015

Compte-rendu Arqueología mexicana 132

Les éditeurs et le comité scientifique de la revue co-publiée par l'INAH a pris l'excellente initiative de nous proposer un numéro sur l'archéologie oaxacaine. Il y a quelques temps, on avait déjà pu bénéficier d'un travail de haute volée sur les fouilles d'Atzompa, ville satellite de Monte Albán.


Il n'est justement pas question de Monte Albán dans ce numéro et c'est tant mieux. Le lecteur pourra ainsi découvrir des sites appartenant à d'autres cultures, contemporaines ou non, de cette cité du Mexique ancien. Ce numéro est orienté vers un aspect révélateur des cultures s'étant succédé ou ayant occupé simultanément ce territoire : les tombes.

Javier Urcid est un des grands spécialistes des anciennes cultures du Oaxaca préhispanique. Il nous propose une plongée au coeur des tombes royales découvertes à Cerro de la Campana, nom qu'il considère plus approprié que celui d'Huijazoo. Situé à 27 km au nord-ouest d'Oaxaca, Cerro de la Campana.

Après l'intervention particulièrement détaillé du professeur de l'Université de Brandeis, on lira l'article du Dr. Michael Lind sur les tombes découvertes à Lambityeco. L'ancien professeur de l'UDLAP s'intéresse autant aux tombes des gens du commun qu'à celles de leur élite dirigeante.

Situé sur la route Panaméricaine, le site de Yagul est une étape obligée pour celles et ceux qui souhaitent voir Mitla. Yagul a notamment été le théâtre de la mise en place d'un nouveau style architectural qui propose une structure funéraire à triple chambre. Nelly Roblés qui a provoqué la polémique au sein de la communauté archéologique mexicaine pour certaines décisions prises lorsqu'elle était à la tête du Conseil National d'Archéologie. Dans un trop court article, l'archéologue oaxacaine revient notamment sur l'importance de la pierre taillée.

Impossible de parler de tombes oaxacaines sans évoquer le cas de Mitla. Iván Olguín Ramírez a décidé de verser dans l'histoire de l'archéologie en résumant les explorations effectuées par Leopoldo Batres à la fin du XIX siècle. Le jeu auteur de cet article établit une typologie des tombes observées sur ce site.

Agustin Andrade Cuautle, coordinateur de la section Archéologie de l'INAH Oaxaca, effectue un résumé rapide des fouilles entreprises à El Popote en 2010 près de San Sebastian Teitipac. L'archéologue explique notamment la présence de deux contextes funéraires appartenant à deux époques distinctes qui ont pu être déterminées par la présence de matériels céramiques et lithiques.


Cesar Dante García Rios et Ricardo Higelin Ponce de León ont travaillé sur la tombe 1 de San Pedro Ixtlahuaca et ont pu déterminer que son occupant, déposé au 12e siècle était un homme d'un statut social important. Le matériel qui avait été enterré avec lui permette de tirer cette conclusion. Les auteurs de cet article mentionne la présence multiple de sculptures représentant des divinités liées à la fertilité, à la pluie mais aussi probablement à la guerre.

On retrouve Ricardo Higelin Ponce de León comme auteur d'un second article sur une fosse partagée (commune?) observée entre Tlacolula et la Sierra mixe. Avec Antonio Martínez Tuñón, ils présentent un contexte funéraire particulièrement riche retrouvé dans une tombe du site de San Miguel Albarradas. Ce sont les restes osseux de 75 individus adultes qui ont ainsi été mis au jour dans une tombe mesurant 5 m de long. Un détail de grande importance est que tous les individus enterrés à cet endroit proviennent de contextes primaires distincts.

Le dernier article de ce long dossier est l'oeuvre de Tito Cuauhtémoc Mijangos García et Socorro Delfina García Hernández. Ces deux archéologues de l'INAH Oaxaca rapportent les fouilles de sauvetage effectuées dans la tombe de Sa Kugñia Sju, située dans la région chololtèque d'Oaxaca. Leur papier est essentiellement schématique mais il mentionne la présence de trois individus enterrés à différents moments mais pouvant appartenir probablement à une même lignée.

Le Dr. Manuel Hermann Lejarazu, chercheur au CIESAS-DF, complète cette compilation de travaux en s'attardant sur les récits de fondation dans la tradition mixtèque et chololtèque. Il revient en détail sur l'importance des serpents de pluies, animal fantastique qui empêchait la fondation des villages et le développement de la lignée chololtèque dans la région.

Arqueología mexicana compte également un article à quatre mains d'Eric Taladoire et d'Henri Noël Bernard sur les aventures de deux pièces de style olmèque en Europe. C'est María de Guadalupe Suárez Castro qui expose le document de ce numéro : il s'agit du Chilam Balam de Tekax, document yucatèque rédigé en 1833, qui combine les calendriers maya et européens, une section de remèdes et un almanach des signes de jours favorables ou non. Xavier Noguez revient pour sa part sur l'exposition Códices de México et les activités qui ont été mises en place à cette occasion.

Un autre article rédigé par une équipe polyvalente de chercheurs essaie de différencier le tizate et le tiza, autant par leurs propriétés physico-chimiques respectives que leur utilisation respective lors de l'élaboration d'oeuvres d'art préhispaniques et coloniales.

Dans sa série de réflexions "Mensonges et vérités", Eduardo Matos Moctezuma propose un détour insolite par l’opéra. L'archéologue émérite de l'INAH se demande ainsi combien d'opéras porte le nom de son glorieux ancêtre.

La rubrique "Archéologie mexicaine dans le monde" propose l'expérience de terrain vécue par Pilar Luna Erreguerena, sous-directrice d'Archéologie subaquatique près du Cap Gélidonie en Turquie.
Partager

Notes similaires

Related Posts with Thumbnails