Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2009

De nouveaux éléments sur les fouilles de Cholula

Au mois de mai dernier, nous vous parlions des fouilles qui avaient lieu dans le centre historique de Cholula, Pue. Depuis les archéologues ont terminé leur travail. Le quotidien El Universal se fait ainsi l'écho du site officiel de l'INAH en indiquant la découverte de huit autres enterrements, portant à 25 nombre le nombre de squelettes retrouvés dans les rues de San Pedro Cholula.



Fouilles à San Pedro Cholula.
Photo : Agencia/ELUNIVERSAL, disponible le 28 juillet 2009 sur
http://www.eluniversal.com.mx/img/2009/07/Cul/cholulantg.jpg .

Pour être plus précis, ce sont 20 squelettes complets qui ont été mis à jour. Mais ils étaient accompagnés d'offrandes. Une douzaine d'instruments à vent (ocarinas, flûtes et sifflets) a été retrouvée à côté d'une des cinq concentrations d'ossements découvertes à proximité des corps. La majorité de ces derniers reposait en position assise, les jambes croisés, tout comme les bras au niveau de la poitrine. Quelques uns étaient allongés…

Petit bilan du 53ème CIA

Je reconnais bien volontiers ne pas avoir été très présent durant ces dernières semaines. Après un séjour mérité au Yucatan et un retour temporaire à la prépa, j'ai pu me rendre au 53e Congrès International des Américanistes à Mexico.

Inauguré le dimanche 19 juillet par le maire de Mexico, Marcelo Ebrard, ce congrès avait pour problématique : "Los pueblos americanos: cambios y continuidades. La construcción de lo propio en un mundo globalizado". L'occasion fut trop belle pour Ebrard de faire passer un message politique au gouvernement fédéral de Felipe Calderon, lui demandant de changer de direction "face au désastre social indigne et frappant". M. Ebrard est coutumier des déclarations tape-à-l'oeil et populiste mais son discours trouve ses limites dans la mesure où la misère et la délinquance ont sensiblement augmenté dans sa ville, de manière parallèle à l'augmentation des problèmes sociaux dans le reste du pays.

Si le contenu des conférences et ex…

Quelques cartes pour les travaux

Je vous propose une série de cartes et plans disponibles en cliquant sur le titre de ce post. Attention au respect du droit d'auteur si vous les téléchargez et utilisez.

La première est disponible sur le site de l'Université de Graz, en Autriche, et sur Wikipedia.



En voici une autre trouvée sur le site d'Arlène Dodge :



Celle-ci complète la taxinomie imaginée par Kirchoff en 1940.



Une dernière et pas la moindre puisque c'est celle proposée par le FAMSI :



[Edition du 24/05/2011]Nous avons rajouté cette carte proposée par Chti Marseillais et disponible sur Wikipedia. Elle a été conçue à partir d'une autre carte présentée dans la revue Arqueología Mexicana.



Carte de l'empire aztèque vers 1519. Disponible le 24/05/2011 sur :  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Aztec_Empire_1519_map-fr.svg .
Merci à Chti Marseillais !

Si vous avez d'autres cartes à proposer, envoyez les liens dans la section de commentaires ou par courriel.

Conférence d'Eduardo Matos Moctezuma au MNA

Ce jeudi 23 juillet, Linda Manzanilla (par le biais d'Alejandro Sarabia), Julie Gazzola, Eduardo Matos Moctezuma et Kim Goldsmith, archéologues ayant participé à différents projets de fouilles à Teotihuacan, ont proposé une série de conférence de vulagarisation destiné au visiteur de l'exposition Teotihuacan qui a lieu actuellement au MNA. Les 4 scientifiques ont ainsi pu résumer les avancées faites au cours du temps sur ce qui a été une des plus grandes villes du monde à son époque.

Et c'est Eduardo Matos Moctezuma qui a naturellement attiré tous les regards et les micros de journalistes. En cliquant sur le lien de cet article, vous accèderez directement à un compte-rendu (en espagnol) de sa conférence. Il a notamment repris sa théorie de l'axis mundi qu'il avait développée pour expliquer l'importance du Templo Mayor de Tenochtitlan dans la cosmologie aztèque.


Eduardo Matos Moctezuma. Photo : Francisco Olvera pour la Jornada du 19 février 2009.

Cela m'amène à…

Encore une découverte à Chichen Itza

Les fouilles à Chichen Itza Photo: Medios /Inah Les archéologues de l’INAH ont découvert une structure datée de plus de mille ans, aux alentours des édifices du Castillo et du Temple des Guerriers, dans le site archéologique de Chichen Itza, Yucatan. La construction correspond à la période d’apogée architecturale du site, entre les VIIIème et IXème siècles.
La découverte de cette construction a eu lieu pendant les travaux du projet d’investigation développé par l’INAH. Les fouilles, commencées il y a quatre mois, ont pour but de mieux connaître les caractéristiques architectoniques, les contextes archéologiques et les différents niveaux du terrain.
L’archéologue Rafael Cobos, membre du Consejo de Arqueologia et responsable de l’investigation, affirme que les travaux ont l’objectif de comprendre les relations présentes entre El Castillo, la Grande Colonnade et le Temple des Guerriers, tout cela à travers une série de fouilles dans les aires voisines à ces constructions, afin d’en détermin…

Les frises stuquées d'Ek Balam menacées ?

Sur la liste Aztlan, Jules Siegel propose un lien vers un article alarmant sur l'état général de la zone archéologique d'Ek Balam, situé à une trentaine de kilomètres au nord de la petite ville de Valladolid, au Yucatan.


Plan du site d'Ek Balam, Yucatan.
Disponible le 21 juillet 2009 sur Wikipedia .

Ek Balam a connnu une occupation continu depuis le Préclassique tardif jusqu'au Postclassique. Protégée par deux murailles, Ek Balam fut une des rivales de Chichen Itza.


Double muraille, Ek Balam, Yucatan.
Photo prise le 9 juillet 2009 par B. LOBJOIS.

Explorée (à l'explosif) par Désiré Charnay au 19ème siècle, Ek Balam, "Jaguar Noir" en maya yucatèque, comprend de nombreuses structures de taille massive qui n'ont pas encore été fouillées, malgré les trente dernières années de fouilles. La ville a connu son apogée au Classique tardif, entre 600 et 850 de notre ère. La structure en meilleur état est sans aucun doute la Torre, appelée en maya Sac Xoc Naah, ou &quo…

Conférence de Linda Manzanilla Naim au MNA

L'INAH propose sur son site un résumé d'une conférence proposée par l'archéologue Linda Manzanilla Naim. Membre du Colegio Mexicano, elle travaille depuis de nombreuses années sur la Zone Archéologique de Teotihuacan, dirigeant notamment les fouilles dans le quartier de la Ventanilla. Sa conférence fait partie d'un cycle plus vaste fêtant les 100 ans de fouilles à Teotihuacan et les 70 ans de la naissance de l'INAH.
Lors de cette présentation au Museo Nacional de Antropología, Manzanilla a proposé une refonte complète de notre perception du système politique en vigueur. S'opposant à la vision d'un seul lignage dirigeant, soutenue notamment par Ruben Cabrera Castro et Saburo Sugiyama, Manzanilla propose une répartition quadripartite du pouvoir à Teotihuacan. Cette hypothèse repose sur la seule interprétation du bol de Calpulalpan, un petit récipient découvert par Sigvald Linné en 1930 et conservé au MNA.


Relevé du vase retrouvé à Las Colinas, Calpulalpan, Tlax…

Esplandor teotihuacano (suite et fin ?)

Le site de l'INAH informe que les lampes et les rails qui avaient été installés à la fin de l'année dernière ont toutes été retirées. Il y a quelques mois, les trous qui avaient été percés pour installer certaines lampes avaient été rebouchés. La note rappelle que les trous avaient pourtant été faits dans un mélange de ciment et de pierres posé lors de la fouille-restauration de Leopold Batres en 1905.

Alejandro Sarabia González, directeur de la Zone Archéologique de Teotihuacan, explique que "trois mille lampes, plusieurs kilomètres de câble, des groupes électrogènes, des escaliers mobiles et des plateformes de ciment ont ainsi été retirés" de la pyramide du Soleil, puis de la pyramide de la Lune et enfin de la Chaussée des Morts.

C'est donc une excellente nouvelle pour celles et ceux qui ont lutté pour l'intégrité du site. Teotihuacan ne sera donc pas comme Uxmal, Chichen Itza ou d'autres sites qui sont utilisés plus à des fins mercantilistes que pédagogi…

Arqueología Mexicana n°98

Avec un peu de retard, étant donné les vacances prises par votre serviteur, Mexique Ancien vous propose le résumé du dernier numéro de la revue de divulgation de l'INAH.



Hasard des publications, une autre revue publiée par Raices, Relatos e Historias, proposait justement un court article sur la construction de l'empire aztèque et son apogée à l'époque de Moctezuma, dans son numéro de juin. Notre intention n'est pas à proprement parler de présenter Moctezuma Xocoyotzin. D'une part parce que ce serait trop difficile à faire en un seul post, mais surtout parce que différentes publications, complètes, critiques et variées, ont été publiés par le passé.

Après la traditionnel rubrique du courrier des lecteurs, on peut lire une manchette courte mais très intéressante sur des fouilles réalisées à Coamiles, sur la côte central de l'état de Nayarit, à l'ouest du pays. Des sondages réalisés dans l'Acropole nord de ce site ont permis de retrouver trois phases de cons…

Diana Magaloni Kerpel, nouvelle directrice du MNA

L'INAH annonce sur son site la nomination de Diana Magaloni Kerpel à la tête du Museo Nacional de Antropología. Depuis le décès aussi inattendu que polémique de Felipe Solis, le plus grand musée mexicain restait sans directeur (ou directrice en l'occurence). La nouvelle a été relayée par le quotidien marxiste La Jornada ou dans Milenio.

Diana Magaloni Kerpel.
Photo retrouvée le 3 juillet sur le site de l'INAH

Magaloni Kerpel est née à Mexico en 1961 et est titulaire d'un doctorat en Histoire de l'Art de l'Université de Yale. Elle a été étudiante puis enseignante à l'Escuela Nacional de Conservación, Restauración y Museografía (ENCRyM). Elle est professeur d'histoire de l'art à l'Instituto de Investigaciones Estéticas de l'UNAM depuis de nombreuses. Elle est une des membres fondateurs, avec feu la Dr Beatriz de la Fuente, du projet Pintura mural prehispánica en México de l'IIE. Son travail s'est concentrée sur les techniques picturales p…

Quelques ajouts sur le blog...

Comme vous l'aurez remarqué, Mexique Ancien se modernise et se met au micro-blogging sur Twitter. Vous pouvez désormais nous envoyer informations et commentaires, liens et photos. Vous noterez que depuis peu les articles faisant référence à un site archéologique sont pourvus d'une capture d'écran avec une carte que nous avons créée sur Googlemaps. En cliquant sur les punaises, vous pourrez voir des photos et des liens vers des informations supplémentaires. Nous ne voulons pas faire de Mexique Ancien une usine à gaz. C'est pourquoi nous apprécierons votre rétroalimentation en cas de problème. Merci.

As you may have noticed, Ancient Mexico is modernizing itself and is now available on Twitter. You can send us now your news, comments, links and pictures. You'll notice that papers about an archaeological site come with a screenshot of a map we have recently created on Googlemaps very recently. If you pick on the buttons, you'll see pictures and links to further info…

A la découverte de Cholula I

Peu d'activités et de nouvelles archéologiques durant ces derniers jours... Je vous propose donc de faire un petit détour par Cholula, site archéologique pour le moins cocasse dans la mesure où une église a été construite sur une des plus grosses pyramides mésoaméricaines. Voyons d'abord cette vidéo de 5 minutes disponible depuis peu sur Youtube à partir du compte INAHTV. Attention, elle est en espagnol non sous-titré !


















.
Au premier plan, la plateforme des autels. Photo B. LOBJOIS (mai 2002).




Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande

Le visiteur de Cholula peut explorer les recoins de la grande pyramide au moyen de tunnels qui avaient été percés dans ses différentes phases lors de précédentes fouilles.

Références bibliographiques :
Cortès, Hernan.
2005. Cartas de relación. Editores mexicanos unidos, Mexico. (2ème lettre, p. 64-5)

de Alva Ixtlilxóchitl, Fernando.
1985. Obras Históricas. Tomo I. Edmundo O'Gorman (éd.), UNAM, Mexico.

Lienzo…

Comment mettre ses recherches à disposition du public ?

Il est parfois difficile pour un étudiant-chercheur de trouver des revues ou des laboratoires enclines à publier des thèses, des recherches ou des rapports en format libre et électroniques. De nombreuses revues, comme Ancient Mesoamerica ou encore Mexicon, ne permettent qu'un accès restreint (et souvent cher) à des articles ou des travaux dont un étudiant peut avoir besoin.

D'autres comme le Journal de la Société des Américanistes ou Estudios de Cultura Nahuatl, proposent un accès beaucoup plus ouvert à des articles récents, les derniers volumes étant disponibles par abonnement papier.

Michael Smith sur son blog Publishing Archaeology proposait une note sur ce thème des publications disponibles à tous. Un des commentateurs proposait alors de s'enregistrer sur le portail academia.edu. L'idée est donc de s'enregistrer et de télécharger ses travaux pour les mettre à la disposition de la communauté scientifique mais aussi des curieux.