Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana 93

Le dernier numéro d'Arqueologia Mexicana;"> est en vente dans tous les bons kiosques, librairies et supermarchés du pays.
Au programme ce mois-ci : la peinture maya. Ce gros dossier se répartit en plusieurs sections.
Un plan synoptique de la zone maya reprend les différentes manifestations de la peinture maya.
Il est notamment question de la redécouverte des peintures du site de Bonampak en 1946, des techniques utilisés par les anciens Mayas. Ensuite on redécouvre comment la peinture est intégrée à l'architecture en voûte, à la cérémique, aux parois des édifices de Santa Rita et de Tulum et aux codex (de Paris et de Madrid en l'occurence).

On peut regretter l'absence de Cacaxtla dans ce dossier. Si le site est situé dans le centre du Mexique (70 kilomètres à l'est de Mexico), il présente des caractéristiques qui ne laissent aucun doute sur une occupation maya pendant l'épiclassique (entre 750 et 900 après Jésus Christ).

Mais la surprise de taille vient d'un article qui n'avait fait part d'aucun communiqué de presse de l'INAH ces dernières semaines. On y apprend qu'une équipe d'archéologues dirigée par Raul Barrera et Gabino Lopez a mis au jour ce qui pourrait être l'ancien Calmecac situé dans l'enceinte sacrée du Templo Mayor. Au 97 calle Donceles, en plein centre ville et à deux pas de la cathédrale et du Templo Mayor, les archéologues ont fait des découvertes étonnantes !

La surface de 714 m2 fouillée a révélé la présence de 7 magnifiques décorations de toit hautes de 2 mètres de hauteur en forme de coquillage à 5,36 sous le niveau du sol. Elles sont toutes en excellent état de conservation. Comparée à la représentation du Calmecac dans le Codex Mendoza (fol. 61r), elles font vraiment penser qu'à cet endroit se trouvait le lieu où était formée l'élite sacerdotale aztèque.
Les informateurs de Sahagun explique que le Calmecac servait d'école où on pouvait apprendre à lire les codex, le tonalamatl, la poésie, à se préparer à l'art rhétorique et à différentes cérémonies religieuses. Il était réservé aux nobles, les jeunes du commun devant se contenter d'aller au telpochcalli. La vie y était rude, régie par une discipline corporelle et mentale de tous les instants.


Photo : Boris de Swan / Raíces.
Source : http://www.arqueomex.com/images/FOTOSNUM93/donceles.jpg

Ces fouilles de sauvetage ont permis la découverte de trois étapes de construction du monument. Les archéologues ont ensuite découvert un puits contenant des céramiques chinoises et de l'époque coloniale mais surtout deux statues en pierre volcanique.

L'une représente Mictlantecuhtli alors que la deuxième a pu être identifié comme Xiuhtecuhtli, dinvinité solaire reconnaissable à son diadème de turquoise (xiuhuitzolli). Sa coiffe comporte des carapaces de tortues. La représentation de Mictlantecuhtli est très impressionnate par son iconographie. On retrouve les traditionnels crocs du monstre de la terre placés au niveau des coudes et des genoux. Son dos est couvert de glyphe de jade laissant plutôt penser à un flot de sanf. il porte au coup un collier en forme de serpent noué. Sa tête semi-décharmée est couverte d'une couronne ornée d'une rosette de papier. A l'arrière de sa tête, on peut voir un xiuhcoatl ou serpent de feu, attribut traditionnel de Huitzilopochtli.

Enfin les archéologues ont découvert les restes d'un énorme cuauhxicalli ou pierre de l'aigle : c'est dans ce type de grand récipient qu'on brûlait les petits papiers lors de la fête de Huitzilopochtli. Mais cette pierre est très spéciale par son iconographie. Sur sa partie inférieure, on peut voir une représentation de Tlaltecuhtli très bien conservée : bandelettes de papiers sur la coiffe, collier de coeurs humains, croc en forme de silex dans la bouche, genoux avec crocs du monstre terrestre, deux têtes de serpents, boules de coton... Tout y est. Ce cuauhxicalli devait probablement être utilisé lors de sacrifices humains. il faudra attendre les résultats d'analyse qui, n'en doutons pas, ont sûrement décidés par les chercheurs mexicains.


Autre cuauhxicalli visible au Templo Mayor.
Source : http://www.dfinitivo.com/wp-content/uploads/2006/08/cuauxicalli_df.jpg


Mais le plus intéressant est finalement la date 7 roseau visible à l'arrière du monolithe et qui, selon les archéologues, fait référence aux cérémonies religieuses réalisées à cette date en l'honneur de Quetzalcoatl, à Cholula, dans l'état voisin de Puebla.

Un graphique des découvertes est téléchargeable ici .
6 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…