Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana 93

Le dernier numéro d'Arqueologia Mexicana;"> est en vente dans tous les bons kiosques, librairies et supermarchés du pays.
Au programme ce mois-ci : la peinture maya. Ce gros dossier se répartit en plusieurs sections.
Un plan synoptique de la zone maya reprend les différentes manifestations de la peinture maya.
Il est notamment question de la redécouverte des peintures du site de Bonampak en 1946, des techniques utilisés par les anciens Mayas. Ensuite on redécouvre comment la peinture est intégrée à l'architecture en voûte, à la cérémique, aux parois des édifices de Santa Rita et de Tulum et aux codex (de Paris et de Madrid en l'occurence).

On peut regretter l'absence de Cacaxtla dans ce dossier. Si le site est situé dans le centre du Mexique (70 kilomètres à l'est de Mexico), il présente des caractéristiques qui ne laissent aucun doute sur une occupation maya pendant l'épiclassique (entre 750 et 900 après Jésus Christ).

Mais la surprise de taille vient d'un article qui n'avait fait part d'aucun communiqué de presse de l'INAH ces dernières semaines. On y apprend qu'une équipe d'archéologues dirigée par Raul Barrera et Gabino Lopez a mis au jour ce qui pourrait être l'ancien Calmecac situé dans l'enceinte sacrée du Templo Mayor. Au 97 calle Donceles, en plein centre ville et à deux pas de la cathédrale et du Templo Mayor, les archéologues ont fait des découvertes étonnantes !

La surface de 714 m2 fouillée a révélé la présence de 7 magnifiques décorations de toit hautes de 2 mètres de hauteur en forme de coquillage à 5,36 sous le niveau du sol. Elles sont toutes en excellent état de conservation. Comparée à la représentation du Calmecac dans le Codex Mendoza (fol. 61r), elles font vraiment penser qu'à cet endroit se trouvait le lieu où était formée l'élite sacerdotale aztèque.
Les informateurs de Sahagun explique que le Calmecac servait d'école où on pouvait apprendre à lire les codex, le tonalamatl, la poésie, à se préparer à l'art rhétorique et à différentes cérémonies religieuses. Il était réservé aux nobles, les jeunes du commun devant se contenter d'aller au telpochcalli. La vie y était rude, régie par une discipline corporelle et mentale de tous les instants.


Photo : Boris de Swan / Raíces.
Source : http://www.arqueomex.com/images/FOTOSNUM93/donceles.jpg

Ces fouilles de sauvetage ont permis la découverte de trois étapes de construction du monument. Les archéologues ont ensuite découvert un puits contenant des céramiques chinoises et de l'époque coloniale mais surtout deux statues en pierre volcanique.

L'une représente Mictlantecuhtli alors que la deuxième a pu être identifié comme Xiuhtecuhtli, dinvinité solaire reconnaissable à son diadème de turquoise (xiuhuitzolli). Sa coiffe comporte des carapaces de tortues. La représentation de Mictlantecuhtli est très impressionnate par son iconographie. On retrouve les traditionnels crocs du monstre de la terre placés au niveau des coudes et des genoux. Son dos est couvert de glyphe de jade laissant plutôt penser à un flot de sanf. il porte au coup un collier en forme de serpent noué. Sa tête semi-décharmée est couverte d'une couronne ornée d'une rosette de papier. A l'arrière de sa tête, on peut voir un xiuhcoatl ou serpent de feu, attribut traditionnel de Huitzilopochtli.

Enfin les archéologues ont découvert les restes d'un énorme cuauhxicalli ou pierre de l'aigle : c'est dans ce type de grand récipient qu'on brûlait les petits papiers lors de la fête de Huitzilopochtli. Mais cette pierre est très spéciale par son iconographie. Sur sa partie inférieure, on peut voir une représentation de Tlaltecuhtli très bien conservée : bandelettes de papiers sur la coiffe, collier de coeurs humains, croc en forme de silex dans la bouche, genoux avec crocs du monstre terrestre, deux têtes de serpents, boules de coton... Tout y est. Ce cuauhxicalli devait probablement être utilisé lors de sacrifices humains. il faudra attendre les résultats d'analyse qui, n'en doutons pas, ont sûrement décidés par les chercheurs mexicains.


Autre cuauhxicalli visible au Templo Mayor.
Source : http://www.dfinitivo.com/wp-content/uploads/2006/08/cuauxicalli_df.jpg


Mais le plus intéressant est finalement la date 7 roseau visible à l'arrière du monolithe et qui, selon les archéologues, fait référence aux cérémonies religieuses réalisées à cette date en l'honneur de Quetzalcoatl, à Cholula, dans l'état voisin de Puebla.

Un graphique des découvertes est téléchargeable ici .
6 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…