Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 126

Arqueología mexicana propose rarement des dossiers aussi complets que celui publié dans le dernier numéro de la revue de divulgation de l'INAH. Dans sa cent vingt-sixième parution, la directrice du Projet Santa María Atzompa et ancienne présidente du Conseil National d'Archéologie, la Dr. Nelly Robles, nous propose un énorme récapitulatif au cours duquel elle co-signe pas moins de trois articles en plus de sa présentation générale du projet.

Nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises les fouilles et les résultats spectaculaires obtenus par le projet Santa María Atzompa. Le premier article de Robles, intitulé "Atzompa y la expansión urbana de Monte Albán", nous propose l'intérêt stratégique d'Atzompa et nous en explique les principales phases de développement.

Dans un deuxième papier rédigé avec Jaime Vera, on nous propose une analyse de deux unités résidentielles réservées à l'élite zapotèque en dehors de Monte Albán, démontrant au passage une hiérarchisation entre les deux constructions.

Jaime Vera propose un second article en collaboration avec Eduardo García Wigueras Ibarra sur les trois terrains de jeu de balle détectés et fouillés à Atzompa. Les auteurs estiment que des liens étroits unissaient ces terrains avec les deux constructions détaillées dans l'article précédent.

Eduardo García Wigueras revient sur une des découvertes les plus spectaculaires qu'il avait lui-même annoncé sur INAHTV l'an dernier : quatre tombes retrouvées dans différents contextes.

Puis les trois auteurs susmentionnés détaillent la Tombe 3, caractérisée par la présence de trois chambres funéraires construites indépendamment l'une de l'autre et à différents moment de construction de cet édifice funéraire. On se souviendra notamment de la chambre 2 qui contient des peintures murales à motifs géométriques.

Suit une courte étude des céramiques retrouvées à Atzompa : elle est l'oeuvre de Gilberto Hernández et Leobardo Pacheco. Les sériations ont permis de déterminer deux types de céramiques d'usage domestique (à pâte jaune ou grise) et d'apprécier une grande diversité de la céramiques rituelles. Outre les traditionnelle urnes funéraires propres à la culture zapotèque, ont été mis au jour des représentations de divinités, d'animaux, de dates, et des figurines anthropomorphes.

Dans une étude un peu plus poussée, Leobardo Pacheco revient sur les urnes funéraires d'Atzompa et montre comment elle s'intègre parfaitement à la cosmovision de Monte Albán. Se démarquant par sa grande variété de céramiques, Atzompa présente également l'intérêt de posséder un four que n'ont pas manqué d'explorer les archéologues. C'est Laura Escobar qui s'y colle avant de doubler la mise avec Nelly Robles dans un dernier papier qui présente le Musée communautaire. Rappelons que ce projet a pu être mis en place en prenant en compte les communautés vivant aux alentours du système.

En dehors de ce copieux mais intéressant dossier, le lecteur pourra lire quelques participations intéressantes. La première este celle de Xavier Noguez qui nous propose une lecture paléographique de l'Ordonnance du Seigneur Cuauhtemoc.

On trouvera ensuite un article à huit mains sur l'enterrement infantile fouillé l'année dernière à Santo Nombre, Puebla, découverte que nous avions détaillée sur ce carnet à plusieurs reprises. L'équipe dirigée par Blas Castellón Huerta nous propose une lecture symbolique intéressante où l'archéologie semble indiquer la réutilisation d'un ancien contexte archéologique. Il n'est pas exclu qu'il puisse s'agir d'une ixiptla d'un tlaloque, une de ces divinités annonciatrices de pluie. Les auteurs proposent un rapprochement avec certains rituels de pluie effectués par les habitants otomophones actuellement dans la région de Santo Nombre.

Xabier Lizarraga Cruchaga nous propose un article sur les concepts d'hominisation et d'humanisation et qui sera publié en deux articles dans la revue.

Jane Mac Claren et Timothy Rose essaient de classer les masques teotihuacains, tout au long d'un article rondement mené. Même s'il s'agit d'une recherche préliminaire, les auteurs établissent une réflexion organisée autour des matériaux, des techniques et des outils utilisées pour l'élaboration de ces masques anonymes.

Terminons ce compte-rendu avec la série d'archéologues mexicains dirigeant des projets archéologiques hors du Mexique. Ce mois-ci, Marcela Zapata présente un travail très complet  du projet Magdala qu'elle co-dirige en Israël.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…