Accéder au contenu principal

Expo Isis et le Serpent à plumes

Monterrey a la réputation d'une ville travailleuse. Il y a peu d'événements culturels d'ampleur nationale et a fortiori internationale. Le Forum Universel des Cultures Monterrey 2007 même s'il a coûté la bagatelle de 700 millions de pesos, soit près de 50 millions d'euros essaie de combler cette lacune, notamment par le biais d'expositions accessible au grand public pour un coût limité.

L'une d'entre elles établit le lien entre les cultures mésoaméricaine et égyptienne autour d'un thème commun, la fertilité. Cela peut paraître tiré par les cheveux de jeter des ponts entre des civilisations si éloignées dans le temps et l'espace. Mais Isis et le serpent à plumes a eu le mérite de fédérer autour d'un projet artistique, culturel et religieux une énorme synergie entre collectionneurs privés et publics des deux pays.

Je ne m'attarderai pas sur la partie égyptienne de l'exposition d'abord parce que ce n'est pas ma spécialité. J'ai néanmoins à la fois la simplicité et la quantité des informations pour comprendre les pièces proposées au visiteur. On peut voir Isis déclinée sous toutes ses formes (sculptures, peintures sur bois, joailleries, peinture murales), ses avatars (Hâthor notamment), ses relations avec Osiris et Hôrus. On y découvre l'importance de son culte jusqu'à l'époque romaine.

Mû par une soif irrésistible de revoir ma bestiole préférée, vous comprendrez que je décide de passer rapidement de salle en salle... Et enfin, le choc ! Comme un retour aux sources en 2002 !
Les parois recouvertes de panneaux verts, une grande plate-forme supporte quatre sculptures à tenons de serpent à plumes de la plate-forme de Vénus à Chichen Itza.

Sculpture à tenon en forme de serpent à plumes,
Plate-forme de Vénus, Chichen Itza, Musée de site de Dzibilchaltun

Pectoral incisé représentant un guerrier-aigle avec un serpent à plumes à l'arrière-plan.
J'ai l'impression de revoir ma première visite du Palacio Canton à Mérida. La même émotion, la même impatience s'empare de moi. Comme mon mitraillage systématique de chaque pièce présentée. Deux, trois, quatre fois je photographie le même serpent. J'avance lentement, religieusement dans les salles. Je ne rate aucun détail. J'en oublie ma petite femme, qui a déjà saturé après une heure de visite chez les pharaons.


Cuauhxicalli sculpté de deux serpents à plumes,
Musée National d'Anthropologie, Mexico.

Stèle sculptée représentation Quetzalcoal avec des atours du Serpent à plumes,
Musée Anthropologique de l'Université de Véracruz, Xalapa.

Un Atlante de la pyramide B de Tula, les chapiteaux de colonne de Tula ou de Chichen Itza, les peintures des Animaux mythologiques et de Techinantitla, la céramique orange de Tula sont une révision en bonne et dûe de la créature emplumée... et puis les sculptures mexicas et avec elle, des surprises... Pour la première je peux contempler le serpent à plumes d'Apaxco, celui de Santa Cecilia à la conche sur la tête, le serpent enroulé de la Fondation Televisa... Je suis comme un gamin lâché dans un rayon de jouets. Et que dire de cette merveille de serpent à plumes recyclé en baptistère qui clot le parcours ?

Céramique orange de style maya, Musée de site de Tula, Hidalgo


Sculpture du Serpent à plumes avec le glyphe atl-tlachinolli
Musée National d'Anthropologie, Mexico


Représentation de Tlaltecuhtli,
vue inférieure de la sculpture du Serpent à plumes avec glyphe atl-tlachinolli
Musée National d'Anthropologie, Mexico.

L'appareil photo chauffe. La carte mémoire finit par saturer. Les questions commencent à se succéder à un rythme effrené dans ma tête, notamment celle-ci : que sait-on du contexte de découvertes de ces serpents enroulés? Peu de chose, voir rien si on cherche sur le net.

Sceptre serpentiforme,
Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacan.

Serpent à plumes,
Musée Régional d'Archéologie, Apaxco.

Il me faut en parler avec mon directeur de thèse, avec les quelques spécialistes du serpent à plumes présents ici au Mexique comme Florescano ou Lopez Austin.
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…