Accéder au contenu principal

Taiko no Yamato

Samedi dernier m'a rappelé mes meilleures sorties parisiennes. Après avoir visité l'exposition Isis et le Serpent à plumes (dont je ferai un compte-rendu sur ce blog ultérieurement), mon épouse et moi-même avons marché le long du Paseo Santa Lucia pour rejoindre l'Esplanade des 400 ans, au centre de Monterrey. Devant le Musée d'Histoire Mexicaine, nous avons assisté à un concert... Non plutôt à un spectacle... Mince!

Ce n'est pas évident de choisir tant ce que nous avons vu appartenait aux deux catégories.
Bref vous connaissez les Tambours du Bronx mais leurs sonorités métalliques vous hérissent les poils? Pourquoi ne pas faire un petit tour par les tambours (taiko) traditionnels du Japon? En fait, si les instruments sont bien traditionnels avec des tambours de toute taille, des cymbales et des cithares japonaises, la mise en scène est relativement moderne et énergique.

Le groupe existe depuis 1993 et fait le tour du monde en proposant moments zen ou comique. Un vrai régal pour les oreilles, les yeux et le coeur. En effet les vibrations provoqués par les dix musiciens provoquent un sentiment de bien-être, notamment quand le plus gros tambour est frappé avec une sorte de tronc par un petit bout de femme aux cheveux hirsutes. Les lumières suivent parfaitement l'orchestration...
En plus le public est convié à participer au spectacle. Que demander de plus si ce n'est un peu moins de pluie pendant le concert? Voilà un petit moment bien agréable vécu en direct au Forum Universel des Cultures de Monterrey 2007, au Mexique.

Pour comprendre un peu mieux les taikos, visitez l'article de Wikipedia en anglais sur le sujet et consulter cette chronique :
http://www.resmusica.com/aff_articles.php3?num_art=3654


Vous pourrez les voir au Casino de Paris du 15 janvier au 3 février 2008 au casino de Paris. Par contre vous débourserez au minimum 50 € alors qu'on les a vus ici gratuitement.
Ils vendent leur spectacle en double DVD pour environ 26 €
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…