Accéder au contenu principal

Dzibanché et Kohunlich - dernières découvertes

Voici une nouvelle très intéressante publiée par la Sala de Prensa de l’Inah le 11 juillet dernier, et qui concerne les cités mayas de Dzibanché et Kohunlich.

Dzibanché, qui signifie « écriture de bois » en raison de la grande quantité de linteaux sculptés avec les dates du calendrier et retrouvés par les archéologues, se localise au sud de l’Etat de Quintana Roo. Les endroits comme l’ « Edifice I » , « le Temple du Hibou » et « l’Edifice des Captifs » sont également très connus pour la présence de riches offrandes, comme par exemple des conques gravées avec incrustations de jade, et pour les inscriptions d’époque classique relatives aux prisonniers de guerre, qui sont représentés dénudés, les mains et pieds attachés, sur 21 blocs de pierre.

La campagne de fouilles 2008 a permis à Enrique Nalda – directeur du projet de recherche pour la région méridionale du Quintana Roo depuis 1992 – de découvrir, dans l’Edifice E-2, la structure la plus haute du site, des stucs qui présentent une iconographie typique de Teotihuacan. La fin des travaux, prévue pour le mois de juillet, devrait donc permettre une étude plus approfondie des matériels récupérés. Il s’agit donc d’une découverte à suivre de tout près.
Depuis 2005, les spécialistes ont pu témoigner d’une occupation très intensive du site pendant le Postclassique récent, et qui ne fait pas coïncider l’histoire de Dzibanché avec le collapsus généralisé de l’aire maya à l’époque classique.

A signaler, parmi les découvertes archéologiques effectuées ici, la présence de plusieurs enterrements, un à l’intérieur du « Temple du Hibou », l’autre au niveau de la « Place Xibalba », qui contenait les restes d’une femme de haut rang, accompagnés d’offrandes somptueuses.



Vue du site de Dzibanché
(Photo: Inah)

L’article de la Sala de Prensa analyse ensuite l’actuel développement des recherches sur le site de Kohunlich, situé à quelques kilomètres de Dzibanché en suivant la route qui collègue Chetumal avec Escarcega. Ce site, connu surtout pour le « Temple des Masques », a été l’objet de plusieurs campagnes de restauration qui ont permis la récupération de l’iconographie originelle des masques sculptés. Les fouilles, par contre, ont été concentrées sur l’étude des quartiers d’habitations. A ce propos, Kohunlich est parmi les sites mayas les plus étudiés, tout comme Tikal et Copán.

L’occupation du site au Postclassique récent, exactement comme Dzibanché, a permis à Sandra Balanzario, archéologue qui a travaillé à Kohunlich plusieurs années, de formuler une hypothèse : peut-être que les sites des Basses Terres mayas n’ont pas été tous abandonnés au moment du collapsus de l’époque classique. Une relecture des sources d’époque coloniale s’impose, notamment celles qui font mention d’une région dépeuplée au sud de la Péninsule du Yucatan.


Mascaron stuqué de Kohunlich
(Photo: Inah)

Sources: Inah - Sala de Prensa
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 297 - Exposición Lakii'n: poderio del oriente maya con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, investigador yucateco reconocido por sus aportes a la arqueología y antropología de este estado. En el caso que nos concierna, el Dr. Barrera Rubio ha sido parte de la curaduría de la exposición Lakii'n: poderio del oriente maya que tiene sede en el Museo del Palacio Cantón, radicado en la ciudad de Mérida.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.



Créditos musicales
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH, hasta junio 2017.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición Milpa, pueblos del maíz, Museo Regional de Querétaro, Querétaro, México, hasta el 5/03/2017.
Exposición Xipe Totec y la regeneración de la vida, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, hasta marzo 2017. 
Exposición Lo de candela: afrodescendien…