Accéder au contenu principal

Imbroglio politique autour du site d'Ichkabal, Quintana Roo

Lors d'une visite sur les fouilles de la Tlaltecuhtli, Leonardo López Luján me faisait remarquer l'empressement des autorités fédérales à vouloir trouver le plus vite possible la tombe d'Ahuizotl, rappelant à juste que "le temps des politiques et celui des archéologiques ne s'écoulaient pas à la même vitesse".

Un article publié dans le quotidien Milenio du 9 janvier dernier illustre parfaitement ce phénomène. La journaliste Leticia Sánchez Medel s'est fendu d'un réquisitoire à peine voilé contre la lenteur des fouilles sur le site d'Ichkabal. Nous vous avons déjà parlé de ce site très prometteur situé au sud du Quintana près de la Lagune de Bacalar. Sa superficie, la monumentalité de ses principaux édifices en font un des sites mayas préclassiques majeurs, l'équivalent d'une ville comme Calakmul, située pour sa part au Campeche voisin. Débutées en 2003 sous la direction d'Enrique Nalda, elles furent suspendues au moment de son décès, survenu en 2010. Voici maintenant deux ans qu'elles ont reprises, accumulant une grande quantité de matériels et assurant des restaurations délicates in situ.

Sánchez Medel dans la dernière partie de son papier l'impatience des autorités locales, notamment du député local priista José Alfredo Contreras Méndez. Les arguments exposés par ce dernier semblent a priori justifiés : le gouvernement de l'état a mis la main à la poche en construisant une route qui dessert le site et en expropriant les terrains où reposent les vestiges préhispaniques. Mais l'INAH exigerait une zone tampon de trois mille hectares et provoquerait une paralysie des fouilles.

Quand bien même cette demande serait véritable, elle n'en serait pas moins légitime. Il suffit de voir comment des sites comme Tulum, Chichen ITza ou Teotihuacan ont vu leur vestiges souffrir de l'absence d'une telle zone tampon. On aurait ainsi évité la construction d'un musée du chocolat à Chichen si les autorités politiques yucatèques savaient voir un peu plus loin que leur porte-monnaie. Il serait donc nornal que l'INAH Quintana Roo joue la montre afin de procéder à des recherches à la fois extensives et intensives de la zone.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…