Accéder au contenu principal

Premier bilan des fouilles sur la ligne 12 du métro de Mexico

L'année 2013 s'est achevée par l'annonce d'une série de découvertes faites entre 2008 et 2012 lors de fouilles sauvetages sur le chantier de la ligne 12 du métro de Mexico. Si vous passez outre l'augmentation du tarif pour visiter le Musée National d'Anthropologie (en attendant une probable augmentation générale pour les musées et sites archéologiques mexicains), vous pourrez lire un bulletin publié le 31 décembre sur le site de l'INAH.

Deux archéologues du Département de Sauvetage Archéologique, María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado, ont présenté en conférence de presse les premiers résultats de fouilles commencées entre octobre 2008 et août 2012 le long des vingt-cinq kilomètres du tracé du métro alors en construction. Le moins qu'on puisse, c'est qu'ils sont prometteurs. Les deux scientifiques font état de la spectaculaire découverte de quatre crânes (deux hommes, une femme et un chien). Orientés vers le nord-ouest, ils étaient perforés et faisaient partie d'un tzompantli, ce grand mur où étaient "empâlés" les crânes de victimes par sacrifice par décapitation. Ces restes ont été mis au jour près de la station Ermita et ont été datés du Postclassique tardif. Au même endroit, deux manches d'encensoirs avaient été déposés en arc de cercle. C'est la première fois qu'un crâne de canidé est documenté dans un tzompantli. Les deux hommes étaient âgés respectivement entre 25 et 35 ans pour le premier et moins de 35 ans pour le second. La jeune femme sacrifiée avait entre 18 et 22 ans.

L'autre composante de ces résultats est la découverte de différents groupes de constructions entre les stations Atlalilco et Mexicaltzingo. Les archéologues de l'INAH ont ainsi pu détecter des murs de maison, des sols (parfois stuqués), un canal faits de pierres et de dalles, deux sculptures (dont une aux traits féminins), du matériel lithique, de nombreuses pièces en céramique des phases Azteca II et III (1350-1521 d.n.e), des aiguilles en os et soixante-trois enterrements, pour la plupart d'enfants placés dans des jarres enterrées et parfois accompagnées d'offrandes. La station Mexicaltzingo a concentré la majorité des unités résidentielles et présente une plateforme. Pas moins de vingt-trois enterrements d'enfants dans des urnes ont été comptés et des restes de céramique de phase Azteca I et II, datant du Postclassique ancien (1150 et 1350 d.n.e) ont été analysés. Une équipe pluridisciplinaire a étudié certains vestiges pour déterminer le régime alimentaire des habitants de l'époque. 

À la station Lomas Estrella, les fouilles ont permis d'exhumer les restes de deux individus adultes : le premier avait été déposé en position fléchie sur le côté avec un petit bol en céramique à hauteur de l'abdomen et un vase tripode près du crâne, le second reposait en position assise fléchie accompagné d'un triturateur en basalte, trois canules en os d'oie et de dindon, deux bols tripodes, des restes de chaux, et d'autres bols en céramique de phase Azteca II. Ce dernier individu présentait aussi une déformation crânienne volontaire et des traces de peinture bleu-vert  sur certaines pièces dentaires. 

Un autre enterrement significatif a été retrouvé à la station Parque de los Venados : il s'agit d'un adulte accompagné d'une offrande composée d'une jarre incisée de cercles rouges, d'un sifflet rouge zoomorphe, de deux lamelles en obsidienne verte et un petit bol avec un petit piédestal, le tout datant du Postclassique tardif.

María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado ont conclu leur présentation avec de nouveaux projets : la ligne 12 devant être prolongée vers trois nouvelles stations et le Département de Sauvetage Archéologique sera donc prochainement sur le pont.

Pour en savoir plus sur ces fouilles, consultez le bulletin mentionné plus tôt dans ce billet et jetez un oeil au diaporama disponible gratuitement.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…