Accéder au contenu principal

Premier bilan des fouilles sur la ligne 12 du métro de Mexico

L'année 2013 s'est achevée par l'annonce d'une série de découvertes faites entre 2008 et 2012 lors de fouilles sauvetages sur le chantier de la ligne 12 du métro de Mexico. Si vous passez outre l'augmentation du tarif pour visiter le Musée National d'Anthropologie (en attendant une probable augmentation générale pour les musées et sites archéologiques mexicains), vous pourrez lire un bulletin publié le 31 décembre sur le site de l'INAH.

Deux archéologues du Département de Sauvetage Archéologique, María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado, ont présenté en conférence de presse les premiers résultats de fouilles commencées entre octobre 2008 et août 2012 le long des vingt-cinq kilomètres du tracé du métro alors en construction. Le moins qu'on puisse, c'est qu'ils sont prometteurs. Les deux scientifiques font état de la spectaculaire découverte de quatre crânes (deux hommes, une femme et un chien). Orientés vers le nord-ouest, ils étaient perforés et faisaient partie d'un tzompantli, ce grand mur où étaient "empâlés" les crânes de victimes par sacrifice par décapitation. Ces restes ont été mis au jour près de la station Ermita et ont été datés du Postclassique tardif. Au même endroit, deux manches d'encensoirs avaient été déposés en arc de cercle. C'est la première fois qu'un crâne de canidé est documenté dans un tzompantli. Les deux hommes étaient âgés respectivement entre 25 et 35 ans pour le premier et moins de 35 ans pour le second. La jeune femme sacrifiée avait entre 18 et 22 ans.

L'autre composante de ces résultats est la découverte de différents groupes de constructions entre les stations Atlalilco et Mexicaltzingo. Les archéologues de l'INAH ont ainsi pu détecter des murs de maison, des sols (parfois stuqués), un canal faits de pierres et de dalles, deux sculptures (dont une aux traits féminins), du matériel lithique, de nombreuses pièces en céramique des phases Azteca II et III (1350-1521 d.n.e), des aiguilles en os et soixante-trois enterrements, pour la plupart d'enfants placés dans des jarres enterrées et parfois accompagnées d'offrandes. La station Mexicaltzingo a concentré la majorité des unités résidentielles et présente une plateforme. Pas moins de vingt-trois enterrements d'enfants dans des urnes ont été comptés et des restes de céramique de phase Azteca I et II, datant du Postclassique ancien (1150 et 1350 d.n.e) ont été analysés. Une équipe pluridisciplinaire a étudié certains vestiges pour déterminer le régime alimentaire des habitants de l'époque. 

À la station Lomas Estrella, les fouilles ont permis d'exhumer les restes de deux individus adultes : le premier avait été déposé en position fléchie sur le côté avec un petit bol en céramique à hauteur de l'abdomen et un vase tripode près du crâne, le second reposait en position assise fléchie accompagné d'un triturateur en basalte, trois canules en os d'oie et de dindon, deux bols tripodes, des restes de chaux, et d'autres bols en céramique de phase Azteca II. Ce dernier individu présentait aussi une déformation crânienne volontaire et des traces de peinture bleu-vert  sur certaines pièces dentaires. 

Un autre enterrement significatif a été retrouvé à la station Parque de los Venados : il s'agit d'un adulte accompagné d'une offrande composée d'une jarre incisée de cercles rouges, d'un sifflet rouge zoomorphe, de deux lamelles en obsidienne verte et un petit bol avec un petit piédestal, le tout datant du Postclassique tardif.

María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado ont conclu leur présentation avec de nouveaux projets : la ligne 12 devant être prolongée vers trois nouvelles stations et le Département de Sauvetage Archéologique sera donc prochainement sur le pont.

Pour en savoir plus sur ces fouilles, consultez le bulletin mentionné plus tôt dans ce billet et jetez un oeil au diaporama disponible gratuitement.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…