Accéder au contenu principal

Premier bilan des fouilles sur la ligne 12 du métro de Mexico

L'année 2013 s'est achevée par l'annonce d'une série de découvertes faites entre 2008 et 2012 lors de fouilles sauvetages sur le chantier de la ligne 12 du métro de Mexico. Si vous passez outre l'augmentation du tarif pour visiter le Musée National d'Anthropologie (en attendant une probable augmentation générale pour les musées et sites archéologiques mexicains), vous pourrez lire un bulletin publié le 31 décembre sur le site de l'INAH.

Deux archéologues du Département de Sauvetage Archéologique, María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado, ont présenté en conférence de presse les premiers résultats de fouilles commencées entre octobre 2008 et août 2012 le long des vingt-cinq kilomètres du tracé du métro alors en construction. Le moins qu'on puisse, c'est qu'ils sont prometteurs. Les deux scientifiques font état de la spectaculaire découverte de quatre crânes (deux hommes, une femme et un chien). Orientés vers le nord-ouest, ils étaient perforés et faisaient partie d'un tzompantli, ce grand mur où étaient "empâlés" les crânes de victimes par sacrifice par décapitation. Ces restes ont été mis au jour près de la station Ermita et ont été datés du Postclassique tardif. Au même endroit, deux manches d'encensoirs avaient été déposés en arc de cercle. C'est la première fois qu'un crâne de canidé est documenté dans un tzompantli. Les deux hommes étaient âgés respectivement entre 25 et 35 ans pour le premier et moins de 35 ans pour le second. La jeune femme sacrifiée avait entre 18 et 22 ans.

L'autre composante de ces résultats est la découverte de différents groupes de constructions entre les stations Atlalilco et Mexicaltzingo. Les archéologues de l'INAH ont ainsi pu détecter des murs de maison, des sols (parfois stuqués), un canal faits de pierres et de dalles, deux sculptures (dont une aux traits féminins), du matériel lithique, de nombreuses pièces en céramique des phases Azteca II et III (1350-1521 d.n.e), des aiguilles en os et soixante-trois enterrements, pour la plupart d'enfants placés dans des jarres enterrées et parfois accompagnées d'offrandes. La station Mexicaltzingo a concentré la majorité des unités résidentielles et présente une plateforme. Pas moins de vingt-trois enterrements d'enfants dans des urnes ont été comptés et des restes de céramique de phase Azteca I et II, datant du Postclassique ancien (1150 et 1350 d.n.e) ont été analysés. Une équipe pluridisciplinaire a étudié certains vestiges pour déterminer le régime alimentaire des habitants de l'époque. 

À la station Lomas Estrella, les fouilles ont permis d'exhumer les restes de deux individus adultes : le premier avait été déposé en position fléchie sur le côté avec un petit bol en céramique à hauteur de l'abdomen et un vase tripode près du crâne, le second reposait en position assise fléchie accompagné d'un triturateur en basalte, trois canules en os d'oie et de dindon, deux bols tripodes, des restes de chaux, et d'autres bols en céramique de phase Azteca II. Ce dernier individu présentait aussi une déformation crânienne volontaire et des traces de peinture bleu-vert  sur certaines pièces dentaires. 

Un autre enterrement significatif a été retrouvé à la station Parque de los Venados : il s'agit d'un adulte accompagné d'une offrande composée d'une jarre incisée de cercles rouges, d'un sifflet rouge zoomorphe, de deux lamelles en obsidienne verte et un petit bol avec un petit piédestal, le tout datant du Postclassique tardif.

María de Jesús Sánchez Vázquez et Georgina Tenango Salgado ont conclu leur présentation avec de nouveaux projets : la ligne 12 devant être prolongée vers trois nouvelles stations et le Département de Sauvetage Archéologique sera donc prochainement sur le pont.

Pour en savoir plus sur ces fouilles, consultez le bulletin mentionné plus tôt dans ce billet et jetez un oeil au diaporama disponible gratuitement.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…