Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueologia mexicana 125

Le dernier numéro d'Arqueología mexicana devrait ravir notre collègue Nicolas Latsanopoulos qui a travaillé sur le symbolisme de différents animaux, notamment sur ceux qui ont pu être domestiqués par l'homme dans les Amériques: le dindon et le chien. Je laisse de côté les camélidés andins qui n'en demeurent pas moins une espèce animale importante dans la partie australe du continent. Ce bimestre il est donc question du chien mésoaméricain, ou plutôt des races canines ayant pu exister dans cette partie du monde.


Si on prend d'emblée le dossier phare de la revue de divulgation de l'INAH, on pourra remarquer la multiplicité et la diversité des points de vue proposés.

Le biologiste Raúl Valadez Úlua est spécialiste en archéozoologie. Chercheur à l’UNAM, il est l’auteur de plusieurs publications sur les races de chiens préhispaniques. Dans ce numéro, il nous présente l’origine du chien américain et sa dispersion sur le continent.
Dans le second article, les biologistes Ana Fabiola Guzmán et Joaquín Arroyo-Cabrales résument les différentes races de chiens mésoaméricains en fonction de leurs caractéristiques morphologiques, génétiques et moléculaires. Les auteurs comptent véritablement trois types de chiens : l’itzcuintli et le chichi. S’appuyant notamment durant les travaux de Sahagún, ils repèrent différents états du chien : . Ils décrivent ainsi le tlachichi, petit chien court sur pattes, le xoloizcuintli, chien sans poil, et le itzcuitepozotli, chien bossu volontairement engraissé pour la consommation humaine. Enfin ils démontrent une grande partie des races américaines ont une origine préhispanique. 

Roberto Garcia Moll revient sur de différentes campagnes de fouilles effectuées à Tlatilco en 1969. En dépit de l’ancienneté de ces recherches, l’archéologue émérite de l’INAH continue de douter de la fonction possible des si nombreux enterrements canins associés ou isolés.

L’archéologue Martha López Mestas explore les traditions iconographiques du chien dans l’Occident, sans conteste l’une des plus prolifiques du genre. Les nombreuses images en terre cuite rouge sont apparues très tôt dans cette partie du Mexique, comme contenant, dans des scènes de vie quotidienne ou même accompagnant un défunt représenté sur une céramique Colima de la phase Comala. Bon nombre d’images des chiens de Colima avaient été déposées dans des tombes appartenant probablement à des individus de haut rang.
C’est d’ailleurs ce contexte que Joseph Mountjoy, Fabio Cupul-Magaña et Jill Rhodes ont voulu reprendre sur différents gisements archéologiques de la Vallée de Mascota, au Jalisco. 

Mercedes de la Garza nous propose un résumé des significations du chien parmi les groupes nahuas et mayas anciens. La philologue mexicaine reprend l’aspect psychopompe du chien dans ces deux cultures. Mais elle revient aussi sur le stéréotype du xoloizcuintle utilisé comme aliment et rappelle judicieusement que ce canidé était consommé dans un cadre rituel strict. La dernière partie de son article revient sur Xolotl, le dieu chien des Mexicas, son étroite relation avec Quetzalcoatl et les mythes de création du soleil.

L’archéologue Daniel Díaz résume une grande partie de l’iconographie canine mésoaméricaine sur six pages avec une cartographie rapide des principaux contextes archéologiques. À quelques semaines de la publication de cette revue, l’INAH vient de publier sur son site un bulletin rapportant la découverte des restes de douze chiens lors de fouilles effectuées sur un terrain attenant à l’avenue Azcapotzalco, à Mexico. 

Que d’autre lire en dehors de ce dossier thémariques. On lira avec intérêt l’article de Gonzalo Sánchez Santiago sur certains aérophone retrouvés dans la région de la Mixteca. Il conviendra de remettre en perspective cette recherche avec celle effectuée par Francisca Zalaquett sur les collections d’instruments de musique de différents musées mexicains.

Blas Castellón présente de façon très succincte sur l’extraction de pains de sel dans le sud de l’état de Puebla. L’auteur revient notamment sur l’ancienneté de cet office dans cette région.

L’historienne et archéologue Araceli Peralta clot ce nom avec un reportage ethnographique de tout premier ordre. Elle relate les rituels de pluie et de fertilité de la terre dans le paysage rituel xochimilca.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…