Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 57

C'est un numéro qui faisait cruellement défaut. Le maguey est une plante méconnue, pour ne pas dire inconnue, des Européens contemporains. Pourtant le maguey a tenu et continue d'avoir un rôle prépondérant dans les cultures et l'économie mexicaines.

Sur la couverture de ce numéro hors-série, on peut lire les mots de Joseph de Acosta écrit en 1590:
"L'arbre des merveilles est le maguey... qui donne eau et vin, et huile et vinaigre, et miel, et vêtement et fil, et aiguille et des centaines d'autres choses."
 Cette description dithyrambique est loin d'être galvaudée. Si cette polyvalence a notablement été remarquée par le colon espagnol, elle a perdu force durant le siècle dernier avec l'apparition des matériaux synthétiques et l'intérêt pour des cultures économiques plus rentables.

Ce hors-série nous propose une belle rétrospective iconographique et anthropologique. Le maguey fait partie de la grande famille des agavacées qui ont longtemps fourni nourriture, boisson et fibre pour des groupes nomades ou semi-sédentaires. La sédentarisation de certains a permis des utilisations innovantes, comme celle du pulque et, suite à la colonisation espagnole, des vins distillés d'agave comme le tequila, le mezcal

En premier lieu, on lira la présentation bien trop rapide de certains restes de maguey conservés par l'Excerpta Arqueobotánica de l'INAH. Suit une série de représentations préhispaniques (entre El Tajín, Teotihuacan, les codex mixtèques du Postclassique, les vases mayas peints) et les documents coloniaux comme les codex Xólotl, Tepetlaoztoc et de Florence (II, 2000, 903-904) ou la Tira de la Peregrinación.

Boturini Codex (folio 13).JPG
«Boturini Codex (folio 13)- El Comandante (photographer) - Museo Nacional de Antropología (Mexico D.F.). Disponible sous la licence Domaine public vía Wikimedia Commons.

On trouvera ensuite une carte situant les principaux sites contenant des restes de maguey qui surprendra le lecteur par la présence si diffuse de la plante (entre les états de Chihuahua ou Sonora, jusqu'à Oaxaca.

Suit une section présentant les principaux mythes et rituels en rapport avec cette plante. Les représentations et les allusions à Mayahuel sont d'ailleurs bien présentes (p. 28; 32-35) et l'association de Xipe Totec et Quetzalcoatl avec la grande feuille de maguey rappelle l'usage de cette dernière lors de pratiques autosacrificielles (p.29-31).

Sans transition on redécouvre le travail de naturaliste de Francisco Hernández sur le metl, nom nahua du maguey. Cette partie de la revue permet d'introduire la section Botanique de la revue (p. 55).

La section suivante s'intéresse aux différents usages du maguey et cite deux des passages du Codex de Florence ou de la chronique de Muñoz Camargo. On revient notamment sur la préparation des fibres pour fabriquer des vêtements.

L'usage phare du maguey et des agaves est sans contexte la préparation du pulque, également appelé octli que le touriste averti pourra déguster dans certains débits de boisson spécialisés au DF (les fameuses pulquerías) ou à Tlaxcala. Sur une dizaine, on retrace l'histoire et l'évolution de cette boisson.

Une dernière partie nous montre la présence toujours importante du maguey dans l'inconscient collectif mexicain, notamment à travers la peinture murale du XXe siècle ou les motifs appliqués aux textiles modernes.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…