Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 57

C'est un numéro qui faisait cruellement défaut. Le maguey est une plante méconnue, pour ne pas dire inconnue, des Européens contemporains. Pourtant le maguey a tenu et continue d'avoir un rôle prépondérant dans les cultures et l'économie mexicaines.

Sur la couverture de ce numéro hors-série, on peut lire les mots de Joseph de Acosta écrit en 1590:
"L'arbre des merveilles est le maguey... qui donne eau et vin, et huile et vinaigre, et miel, et vêtement et fil, et aiguille et des centaines d'autres choses."
 Cette description dithyrambique est loin d'être galvaudée. Si cette polyvalence a notablement été remarquée par le colon espagnol, elle a perdu force durant le siècle dernier avec l'apparition des matériaux synthétiques et l'intérêt pour des cultures économiques plus rentables.

Ce hors-série nous propose une belle rétrospective iconographique et anthropologique. Le maguey fait partie de la grande famille des agavacées qui ont longtemps fourni nourriture, boisson et fibre pour des groupes nomades ou semi-sédentaires. La sédentarisation de certains a permis des utilisations innovantes, comme celle du pulque et, suite à la colonisation espagnole, des vins distillés d'agave comme le tequila, le mezcal

En premier lieu, on lira la présentation bien trop rapide de certains restes de maguey conservés par l'Excerpta Arqueobotánica de l'INAH. Suit une série de représentations préhispaniques (entre El Tajín, Teotihuacan, les codex mixtèques du Postclassique, les vases mayas peints) et les documents coloniaux comme les codex Xólotl, Tepetlaoztoc et de Florence (II, 2000, 903-904) ou la Tira de la Peregrinación.

Boturini Codex (folio 13).JPG
«Boturini Codex (folio 13)- El Comandante (photographer) - Museo Nacional de Antropología (Mexico D.F.). Disponible sous la licence Domaine public vía Wikimedia Commons.

On trouvera ensuite une carte situant les principaux sites contenant des restes de maguey qui surprendra le lecteur par la présence si diffuse de la plante (entre les états de Chihuahua ou Sonora, jusqu'à Oaxaca.

Suit une section présentant les principaux mythes et rituels en rapport avec cette plante. Les représentations et les allusions à Mayahuel sont d'ailleurs bien présentes (p. 28; 32-35) et l'association de Xipe Totec et Quetzalcoatl avec la grande feuille de maguey rappelle l'usage de cette dernière lors de pratiques autosacrificielles (p.29-31).

Sans transition on redécouvre le travail de naturaliste de Francisco Hernández sur le metl, nom nahua du maguey. Cette partie de la revue permet d'introduire la section Botanique de la revue (p. 55).

La section suivante s'intéresse aux différents usages du maguey et cite deux des passages du Codex de Florence ou de la chronique de Muñoz Camargo. On revient notamment sur la préparation des fibres pour fabriquer des vêtements.

L'usage phare du maguey et des agaves est sans contexte la préparation du pulque, également appelé octli que le touriste averti pourra déguster dans certains débits de boisson spécialisés au DF (les fameuses pulquerías) ou à Tlaxcala. Sur une dizaine, on retrace l'histoire et l'évolution de cette boisson.

Une dernière partie nous montre la présence toujours importante du maguey dans l'inconscient collectif mexicain, notamment à travers la peinture murale du XXe siècle ou les motifs appliqués aux textiles modernes.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…