Accéder au contenu principal

Fouilles et restaurations à Tepeticpac, Tlaxcala

Une équipe d'archéologues du centre INAH Tlaxcala, dirigée par Aurelio López et Ramón Santa Cruz, fouille et restaure de manière systématique les vestiges Tepeticpac, un des quatre anciens altepeme fondateurs de Tlaxcala avec Ocotelulco, Tizatlán y Quiahuixtlán. Tlaxcala était la grande rivale de la Triple Alliance dirigée par Mexico-Tenochtitlan. Les travaux de prospection, fouilles et consolidation concernent une zone de 98 ha située à la cime des monts Cuauhtzi, El Fuerte et Tlaxistlan, située à 2450 m d'altitude.

Pour l'heure, ce sont 150 terrasses, 15 constructions de type résidentiel ou administratif et quelques temples qui ont été mis au jour. Tepetipac a connu au moins deux phases importantes d'occupation. La première remonte à l'Épiclassique entre 650 et 900 de notre ère. Les archéologues de l'INAH ont en effet retrouvé des sous-structures spécialisés datant de cette période où le centre du Mexique est en complète reformation après l'abandon progressif de Teotihuacan. Les techniques de construction de la Terrasse 14 ont particulièrement attiré l'attention des chercheurs : les blocs de roche calcaire sont complétés d'andésite et de basalte et cimentés au moyen d'un mélange de chaux, de sable et de tepetate. Cette technique a permis d'élever un mur de 5 m de hauteur. Ses côtés ouest et est sont actuellement restaurés.

La présence d'autant de terrasses a cependant laissé de nombreux chez les archéologues du projet. Un des plus importants concerne la densité de population. Ils se sont rendu compte que toutes les terrasses n'étaient pas occupées. Ils ont pu estimer qu'un groupe de 500 à 600 personnes vivait dans la partie supérieure de ces collines. D'autre part les groupes culturels qui furent les premiers occupants pendant l'Épiclassique restent encore inconnus. Cependant certains éléments architecturaux (un escalier, un talus entre autres) employés rappellent ceux utilisés par les habitants de Cacaxtla.

Après une phase d'abandon pendant près de deux siècles, Tepeticpac connaît un nouvel essor avec l'arrivée de différents groupes présentés comme des Chichimèques. Ce dernier point est intéressant car c'est cette ascendance nomade qui est également revendiquée par les Mexicas et d'autres groupes de langue nahua au moment du contact avec les Espagnols.

Pour en savoir plus sur ce projet archéologique, vous pouvez consulter le bulletin publié sur le site de l'INAH. Vous y retrouverez aussi un diaporama présentant les fouilles et les opérations de consolidations.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…