Accéder au contenu principal

L'offrande 48 du Projet Tlalocan Camino bajo la tierra révèle de nouvelles pistes de recherche

En préambule du Symposium qui s'est déroulé la semaine dernière à l'amphithéâtre Jaime Torres Bodet du Musée National d'Anthropologie, l'archéologue Sergio Gómez Chavez a fait part des dernières avancées du Projet Tlalocan qui se déroule depuis quelques années sous la Pyramide adossée et celle du Serpent à plumes. Épaulé d'une équipe de 25 personnes, Gómez a fait état de nouvelles découvertes qui modifieront passablement nos connaissances sur cette ville immense pour l'époque. Et il faut dire que les 14 000 000 de pesos investis dans ce projet ont déjà bien été amortis au regard des 970 tonnes de remblai que les Teotihuacains avaient eux-mêmes placés pour boucher le tunnel de 120 m de long qu'ils avaient préalablement creusé entre 150 et 200 de notre ère.

Les fouilles ont atteint 103 m et ont mis au jour l'existence de différents éléments architecturaux. Fait unique jusqu'à présent, les restes d'un terrain de jeu de balle long de 137 m a été détecté à une centaine de mètres de l'entrée. Les uniques preuves dont on disposait sur ce jeu rituel consistaient en de merveilleuses peintures visibles dans le complexe résidentiel de Tepantitla (ill.1) et en un marqueur provenant du quartier zapotèque de la Ventilla (ill.2).

Ill. 1. Joueurs de balle. 
Peinture murale, Tepantitla, Teotihuacan.
Photo disponible le 03/11/2014 sur:

Ill. 2. Marqueur de jeu de balle.
La Ventilla, Teotihuacan, Classique.
Photo : INAH/Raíces, disponible le 3/11/2014 sur:


Une construction antérieure à la pyramide du Serpent à plumes a également été trouvé, posant inévitablement le problème de la chronologie et de l'utilisation de ces lieux.

Plus de 50000 objets ont été récupérés par les archéologues, garantissant du travail d'analyse, de restaurations et de conservation pour plusieurs générations de chercheurs. Parmi les derniers objets en date figurent donc ceux de l'offrande 48 que nous évoquions plus tôt. Elle était située à 18 m de profondeur et recouvrait une surface de 3 m sur 4 m et atteignait 4 m de haut. Elle est composée de quatre statuettes en pierre verte atteignant une hauteur de 65 cm (ill.3), "de plusieurs dizaines de coquillages mesurant jusqu'à 55 cm de long originaire de la Côte du Golfe et de la côte caribéenne, de milliers de billes sculptées dans des matériaux différents, de jadéite importée du Rio Motagua au Guatemala, de balle en caoutchouc, d'os et de restes de peaux de grands félins, de squelettes de scarabées, de disques de pyrite et d'une boîte en bois sculptée contenant des dizaines de coquillages travaillés comme s'il s'agissait de dents".

Statuette. 
Pierre verte, Teotihuacan, Classique ancien 
Photo: Héctor Montaño/INAH.


Gómez Chávez remarque que les offrandes retrouvées sont chaque fois plus complètes et variées à mesure qu'on avance dans le tunnel. Cette dernière laisse augurer la présence des restes de personnages importants dans les trois chambres situées à l'extrémité du tunnel. Ce dernier présente aussi la particularité d'avoir été incrusté de fragments de pyrite qui reflètent la lumière et reproduisent symboliquement la voûte céleste nocturne.

Plus de 7000 plaques polymorphes en ardoise contenant des fragments de pyrite ont été retrouvées. Selon Julie Gazzola, elles ont probablement été utilisées pour élaborer des colliers ou des pectoraux.

Un aspect fondamental de la construction du tunnel a consisté en l'édification de 18 murs en pierre volcanique atteignant parfois une largeur de 3 m. Ils sont lq preuve d'une première fermeture (rituelle) du tunnel. Les archéologues ont même observés les empreintes des mains de ce qui ont enduit les murs.

En ce qui concerne le registre de pièces en céramiques, les archéologues ont compté pas moins de 145000 tessons qui se sont ajoutés à la riche céramothèque conservée au Musée d'Études Teotihuacaines. Une jarre-effigie Tlaloc a été datée de la phase Miccaotli (150-250 d.C.) : différentes techniques de décorations ont été utilisées, comme le moulage, le pastillage.

Voici une vidéo qui récapitule les phases et objectifs du Projet Tlalocan. Elle est disponible sur la chaîne Youtube de l'INAH.


Références bibliographiques
Aveleyra Arroyo de Anda, Luis. (1963) La estela teotihuacana de La Ventilla, Cuadernos del Museo Nacional de Antropología 1, México: INAH.

Merci à Miriam Heredia, Azucena Cervantés, Sandra Vázquez pour leur mémoire iconographique. Pour en savoir plus sur cette offrande, nous vous recommandons la lecture du bulletin publié sur le site de l'INAH et le diaporama qui est joint.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…