Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 63

Une des manifestations culturelles les plus répandues sur le globe depuis plusieurs millénaires est certainement la bijouterie. Sur le continent américain, on dispose d'une grande diversité de formes et de matière adaptées à différents besoins et usages. Ce hors-série d'Arqueología mexicana propose au lecteur un catalogue visuel qui reprend différents éléments présentés dans les numéros 27 sur les roches et minéraux, 80 sur l'artisanat préhispanique ou encore le très récent numéro 133 sur le jade.


Ce hors-série étant un catalogue visuel non-raisonné, il est organisé de manière à introduire le lecteur à une compréhension générique des principaux objets sur lesquels les archéologues peuvent tomber au gré de leurs fouilles. 

Enrique Vela propose une rapide introduction sur la décoration du corps dans les sociétés précolombiennes. Les bijoux au même titre que les scarifications, les tatouages, les peintures corporelles ont une fonction sociale, voir rituelle évidente. Il établit également une limite au corpus proposé au lectorat : si les chroniques, codex ou même les céramiques décorées nous montrent des objets en bois, en papier, en plumes et peaux, leur nature organique n'en a laissé que peu de traces archéologiquement parlant. Il a également pris en compte deux autres critères. L'objet devait avoir été porté par un individu, excluant de fait les couteaux de sacrifice, les masques mortuaires, les aiguilles pour les vêtements, etc. Le second critère fut l'utilisation faite de ces bijoux.

Citer des passages de l'Histoire générale des choses de Nouvelle-Espagne par Bernardino de Sahagun donne également un aperçu rapide de l'importance des orfèvres et plumassiers dans la société aztèque ou des pierres précieuses qui étaient particulièrement appréciées. Plusieurs reproductions des planches des codex de Florence, Bodley, Colombino et Nutall complètent ces citations. 

Comme nous le commentions un peu plus haut, la présence des bijoux pendant les rituels, notamment d'intronisation ou de funérailles ou les fêtes  était particulièrement notable.

Tecpatzin et Icxicoatl.
In Historia Tolteca-chichimeca, fol. 21r.
Disponible le 24/03/2016 : http://sites.estvideo.net/malinal/1.hist/images/tecpatzin_icxicoatl.jpg .
Vela propose en effet un aparté intéressant sur les bijoux représentés sur des images divines. Il présente notamment quatre exemples avec des photos retravaillées pour discerner les éléments qui compose leurs attributs : la tête de Coyolxauhqui, une figure en terre cuite représentant Ehecatl-Quetzalcoatl, Xiuhtecuhtli et un chacmool aux traits de Tlaloc.

Le catalogue visuel compte onze catégories : les pendants d'oreilles, les labrets, les ornements nasaux, les anneaux, les bracelets, les ceinturons, les clochettes, les colliers et pendentifs, les pectoraux et une catégorie fourre-tout. Chaque catégorie est représenté au moyens d'objets retrouvés en contexte archéologiques mais également présenté sur des figurines ou sculptures qui indiquent leur position sur le corps.

Notons enfin un glossaire très utile pour s'y retrouver entre les termes nahuatl et castillans pour désigner les différents bijoux. On regrettera cependant une bibliographie qui pourrait orienter le lecteur intéressé par le sujet. Il faudra donc se contenter des références proposées dans les dossiers des numéros que nous mentionnions en introduction.











Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…