Accéder au contenu principal

Découverte de vestiges antérieurs à l'apogée toltèque à Tula-Tepejí, Hidalgo.

Au nord de Mexico et de Teotihuacan se trouvent différents archéologiques comme Tula et Tepejí del Río, dans l'état d'Hidalgo. Au début de cette année, Luis Gamboa, archéologue inscrit au centre INAH de ce même état, travaille depuis de nombreuses années sur le passé toltèque dans cette région.

Appelé à effectuer des fouilles de sauvetage sur un terrain particulier à Tepejí au début de cette année, Gamboa et son équipe sont rapidement tombés sur des vestiges architecturaux et des restes céramiques qui remontent au Préclassique tardif, entre 400 et 200 avant notre ère. Pour être les fondations d'une habitation de style teotihuacain (une cour centrale entourée de quatre pièces) et possédant la même orientation nord-sud que dans l'ancienne mégalopole. Elle faisait partie d'un ensemble plus vaste appelé La Loma qui s'étendait sur plus de 80 hectares. 

L'espace fouillé par l'équipe de Gamboa était très réduit mais ces 20 m² ont révélé des choses à peine soupçonnées lors des explorations de surfaces entreprises par feue Guadalupe Mastache dans les années 1970. Selon l'archéologue Hussein Amador qui rédige sa thèse sur ses vestiges, il s'agit d'une cour centrale ouverte de 2,5 m² et entourée par quatre chambres. Le tout reposait sur une base rectangulaire et remonte aux phases Tlamimilolpa et Xolalpan Temprano (propres à la chronologie teotihuacaine), soit entre 300 et 450 de notre ère. Cette datation est dûe à la présence de tessons de céramiques semblables à ceux dans la mégalopole. Mais les archéologues ont aussi mis la main sur des restes céramiques Anaranjado Delgado originaires de San Juan Ixcaquixtla, Puebla et de Xochipala, Guerrero. Des céramiques grisacées à double incision sont probablement originaires d'Oaxaca.

Des grattoirs et lames prismatiques en obsidienne proviennent d'un gisement situé à Zinapécuaro, au Michoacan. Deux moules pour produire des céramiques en série ont aussi été mis au jour. Ces moules ressemblent beaucoup aux pièces retrouvées dans le quartier ouest de Teotihuacan et sur le site michoacain de Jiquilpan.

Des matériaux céramiques plus anciens ont été dégagés dans les niveaux inférieurs de la fouilles et remonteraient au Formatif tardif (400-300 A.C). Des céramiques de la tradition Chupicuaro et des figures anthropomorphes manifestant un lien avec de sites du Bajío sont également présentes.

Parmi le matériel lithique figurent des pointes de projectiles taillées, des restes osseux de quadrupèdes et des os humains longs. Mais curieusement il n'est fait état d'aucun enterrement.

Nul doute que les analyses à venir apporteront de nouvelles informations qui permettront d'affiner l'hypothèse de travail par les chercheurs de l'INAH. Pour en savoir plus sur ces découvertes, veuillez consultez le bulletin publié en espagnol sur le site officiel de l'INAH et jeter un oeil au diaporama préparé à cet effet.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…