Accéder au contenu principal

Inauguration du Service Archéomagnétique National au Mexique

Derrière ce nom ronflant, se cache une batterie d'outils qui va grandement aider l'archéologie mexicaine. Construit sur le campus de l'UNAM au Michoacan, ce laboratoire est le premier du genre en Amérique latine. Il comprend entre autres des magnétomètres, une chambre blindée qui annulera le champ magnétique terrestre et des démagnétiseurs thermiques de dernière génération pouvant contenir quatre-vingt échantillons


La datation archéomagnétique contemple les étapes décrites simplement par le Centre d'Études de Physique du Globe de Dourbes (2016) en Belgique:
Prélèvement dans des sites archéologiques des échantillons orientés dans des structures cuites et brûlées (fours, foyers, etc.) restées en place après cuisson 
Mesure de l’aimantation rémanente acquise dans un magnétomètre cryogénique 2G Elimination des composantes rémanentes secondaires non stables et isolation de la rémanence stable par désaimantation par étape 
Datation : comparaison de la direction moyenne de l’aimantation stable de la structure obtenue, avec les courbes standards de la variation séculaire de la direction du champ dans le passé
Le SAN sera donc chargé de dater les vestiges qui pourraient être retrouvés lors de constructions de grande ampleur : fours, céramiques, briques, tuiles, adobe et bajareque cuits, thermes, tombes d'incinération, stucs et peintures murales de couleur rouge. Les résultats du SAN seront notamment publiés dans la Revista de Investigaciones Arqueométricas, en collaboration avec le Collège du Michoacán. Les archéologues français de l'UMR 8096 du CNRS disposeront donc d'un nouvel outil pour accélerer leurs recherches au Michoacan.

Ce type d'installations est très coûteux. Il n'en reste pas moins remarquable que son financement est en très grande partie public. Il est assuré notamment par le Conseil National Scientifique et Technologique (CONACyT), la Coordination scientifique et l'Institut de Géophysique de l'UNAM. Participent aussi à ce projet l'INAH, l'Institut de Recherches Anthropologiques, l'Université de Guadalajara, l'École Nationale d'Études Supérieures de Morelia, l'Université Michoacaine San Nicolás de Hidalgo.

Pour en savoir plus, sur le SAN, nous vous invitons à consulter sa page officielle en espagnol : http://www.geofisica.unam.mx/michoacan/san/ .

Bibliographie: Dourbes.meteo.be. (2016). Datation archéomagnétique. [online] Available at: http://dourbes.meteo.be/fr/products-services/services/archaeomagneticdating [Accessed 17 Apr. 2016].


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…