Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire.



Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista.



Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578-1650), descendant de la famille royale de Texco dont le passé préhispanique est exposé dans plusieurs fragments. Ce codex est conservé à la BNF, à Paris, après avoir été donné par la veuve d'Eugène Goupil en 1898.

Adolphus Langenscheidt propose ensuite un article intéressant sur l'utilisation de l'or en Mésoamérique.

Vient alors le grand dossier dont l'introduction, rédigée par le Le Dr Miguel Leon-Portilla qui cherche à mettre en perspective les descriptions des enceintes et monuments par les chroniqueurs et leur confrontation à la réalité archéologique. L'article de Félix Báez-Jorge se concentre sur les récits effectués sur la ville de Cempoala (Zempoala aujourd'hui). Mentionnée par Cortés dans sa Seconde Lettre à Charles Quint, Francisco traduit ce nom nahua par "Trois coeurs". Nous avons parlé de Zempoala il y a peu en publiant une photo de la structure circulaire appelée Autel.

On retrouve Cempoala et les Totonaques dans l'Historia eclesiastica indiana de Mendieta, l'Historia general de las cosas de Nueva España de Fray Bernadino de Sahagun, la Monarquía Indiana de Torquemada.

L'archéologue Eduardo Matos Moctezuma est l'auteur de l'article sur les cités mexicas de Tenochtitlan et de Tlatelolco. Il y est question de la manière selon laquelle Cortés, Duran, Sahagun ou Cervantes de Salazar décriven et / ou dessinent la capitale acolhua. Puis cette vision de la conquête est confrontée au description des voyageurs puis de l'archéologie, qui se révèle souvent juge de paix, validant ou réfutant les propos de chacun.

L'archéologue et restauratrice Eugenia Fernandez Villanueva Medina propose pour sa part un papier intéressant et utile sur Tzintzuntzan et ses fameuses yacatas. Le Lieu des colibris" est assez bien documentés par les sources coloniales comme Cortés, Antonio de Ciudad Real ou Alonso de La Rea. Le site michoacain est présenté notamment comme une chèferie importante à laquelle de nombreux villages et peuples étaient soumis. L'archéologie a là aussi vérifié plus ou moins les affirmations des chroniqueurs, même si l'auteur estime qu'il faille "analyser les sources historiques selon l'époque et les circonstances dans lesquelles elles ont été écrites"(p.55).

Nelly Robles Garcia, récemment promue à la tête du Consejo de Arqueología, propose une revue des informations sur le site de Mitla, dont nous avons parlé dans la note précédente. Robles Garcia, spécialiste des cultures préhispaniques de l'état de Oaxaca, revient notamment sur . Les premières représentations faites selon un point de vue européen remonte seulement à 1766 : elles sont l'oeuvre de Francisco de Ajofrín. Dupaix, Castañeda et Charnay furent les explorateurs du XIXème siècle à nous en proposer une vision plus réaliste. Dans les textes, Mitla est mentionné beaucoup plus tôt : Martin de Valencia fut le premier à mentionner l'étymologie du nom de ce village en 1533 mais c'est Alonso de Conseco qui en décrit les bâtiments qu'on peut toujours voir aujourd'hui.



La dernière cité proposée par Josep Ligorred et Luis Barba n'est autre que T'ho ou Ichcaanzihó, nom yucatèque de l'ancienne Mérida, telle que la connaîtra l'archevêque du Yucatan, Diego de Landa. Ce dernier s'étonnait de la hauteur et de la rareté des bâtiments construits alors. Les croquis proposés par Landa sont sommaires et peu précis. Il faudra attendre là encore deux siècles pour avoir des vues et des plans plus détaillés de ce que pouvait être "La cité des cinq collines", notamment en ce qui concerne deux monticules construites sur deux plateformes de plus de 20000 m2 de superficie. Lopez Cogolludo en 1867 parlait d'un monticule qui existait en face de la cathédrale de Mérida. Mais c'est surtout grâce aux outils modernes de cartographie que les archéologues ont pu reconstituer l'étendue de T'ho et parfoid découvrir les infrastructures qui la composaient.

On peut ensuite lire un article à six mains, notamment celle de la restauratrice Ximena Chavez Balderas, sur Pepita, momie d'une petite fille retrouvée en 2002 dans la Sierra Gorda de Querétaro, à Altamira, sur le municipio de Cadereyta de Montes.

Vient ensuite un article pour ethnologues et gourmands. On explique avec force détails l'utilisation d'un mode de cuisson typique du Yucatan : le piib. Utilisé pour la préparation de la fameuse "cochinita pibil", le piib est en fait très ancien et était utilisé de manière rituel par les anciens Mayas et avait des connotations symboliques et religieuses importantes.

Comme à chaque numéro, Xavier Noguez présente un codex : cette fois, il s'agit du Codex Aubin, originaire probablement de San Juan Moyotla et gardé au British Museum.

Pour ce qui sera le numéro 100 de la revue, Raices et l'INAH proposeront de rapprocher l'archéologie et l'identité, et ce à quelques semaines du début des festivités du Bicentenaire de l'Indépendance et du Centenaire de la Révolution.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…