Accéder au contenu principal

Livre Naufragos españoles en tierra maya par Luis Barjau

À la tête de la Direction d'Études Historiques de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire, Luis Barjau est une figure reconnue de l'anthropologie mexicaine. Il y a quelques années, il publiait un ouvrage de grande rigueur intitulé Naufragos españoles en tierra maya. Cet ouvrage retrace les premiers moment de ce que Barjau considère comme l'invasion castillane en territoire maya.

Au moment où nous assistons aux 500 années de ce qui sera la chute des principales puissances politiques précolombiennes, il est nécessaire de se replonger dans ces moments peu connus de l'histoire de cette région du monde et qui ont servi de fondations à différentes identités nationales en général, la mexicaine en particulier.

Dans un premier temps, le chercheur mexicain présente le contexte politique de l'Espagne avant le départ répétées de nefs castillanes vers les Antilles, le naufrage duquel survécurent finalement Jeronimo de Aguilar y Gonzalo Guerrero, les trois voyages dirigés par Hernández, Grijalva et Cortés vers le continent qui deviendra Amérique.


Statue commémorative de Gonzalo Guerrero, Raúl Ayala Arellano.
Akumal, Quintana Roo
Crédit photo: Awakened 1, (5 novembre 2006). récupéré de https://en.wikipedia.org/wiki/File:Gonzalo_Guerrero.JPG.

Dans un deuxième moment vient une interprétation plus précise des personnages et de leur manière si opposé de vivre leur naufrage et la confrontation avec une culture si différente de la leur. Barjau revient aussi sur d'autres interprétations de ces naufrages. Il s'interroge notamment sur les "effets" (notez le choix justicieux du terme) de cette rencontre fortuite qui allait déboucher sur un tournant majeur de l'histoire mondiale. Il revient notamment sur l'importance de la figure de Gonzalo Guerrero dans l'histoire locale. Mais Guerrero fut également l'objet de poèmes dès le XVIe siècle, d'écritures, de sculptures et récits au cours de l'histoire récente. Il fut même pris comme sujet d'études philosophique par l'espagnol Fernando Savater.

Luis Barjau, conscient de l'importance de diffuser la connaissance a depuis mis en ligne son ouvrage en ligne sur Scribd. 


Il a également participé à différentes présentations de cet ouvrage. Plusieurs entretiens ont également été filmés sur ce thème. Nous vous proposons celui effectué par Eduardo Matos Moctezuma et mis en ligne le 28 août 2014 sur la chaîne Youtube de l'INAH.





Références bibliographiques
Adorno, R. (1996). La estatua de Gonzalo Guerrero en Akumal: íconos culturales y la reactualización del pasado colonial. Revista iberoamericana, 62(176), 905-923, [facsimile pdf] retrouvé de http://revista-iberoamericana.pitt.edu/ojs/index.php/Iberoamericana/article/viewFile/6267/6443 

Barjau, L. (1975). El concepto casta y la guerra de Yucatán. Nueva Antropología, 1(1), 57-75.

Barjau, L. (2003). Guerra y significado: la batalla de Centla. Diario de Campo.

Barjau, L. (2009). La conquista de la Malinche: la verdad acerca de la mujer que fundó el mestizaje en MéxicoMexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Barjau, L. (2011). Náufragos españoles en tierra maya: reconstrucción del inicio de la invasión. Mexico: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Braham, P. (2006). El feliz cautiverio de Gonzalo Guerrero. Hispanic review, 74(1), 1-17. [facsimile pdf] 

Pellicer, R. (1992). Gonzalo Guerrero, el primer aindiado:(Historia y literatura. siglos XVI y XVII). Nuevo Texto Crítico, 5(1), 61-72.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…