Accéder au contenu principal

Confirmation de l'existence d'un village préclassique à Tlalpan

La Direction de Sauvetage Archéologique de l'INAH a récemment fait le point sur des fouilles entreprises dans des terrains appartenant à l'Université Pontifice du Mexique. Situés au sud de la ville dans la délégation de Tlalpan, le site était déjà occupé au Postclassique, lors de l'arrivée des Espagnols. 

Les fouilles dirigées actuellement par Jimena Rivera Escamilla, présente sur le reportage ajouté à la fin de ce billet, ont non seulement permis de comprendre que ce village existait au moins sept cents ans avant notre ère et qu'il fut occupé pendant près d'un demi millénaire, tout au long du Formatif moyen et tardif. 

Comme pour chaque découverte, il est important de contextualiser. Si vous visitez Tlalpan actuellement, elle a bien peu à voir avec ce qu'elle a pu être il y a deux mille quatre cents ou deux milles cinq ans. Cuicuilco était alors le centre urbain en pleine expansion dans la vallée de Mexico. Avant d'être parcourue par des kilomètres d'asphalte, Tlalpan était une colline couverte de bois giboyeux dont les pentes douces dominaient la côte du Lac de Texcoco. Les terres fertiles permettaient une agriculture prospère pour la communauté.


Zone archéologique de Cuicuilco, Mexico. Photo: INAH.



Comme souvent ce sont des indices céramiques qui ont permis d'établir une première chronologie des espaces fouillés. En 2006, l'archéologue Alejandro Meraz Moreno avait déjà détecté dix-huit fosses tronco-coniques sur la partie sud-ouest des terrains de l'Université Pontifice du Mexique. Les fosses troncoconiques sont des dépôts circulaires dont l'ouverture est plus étroite que le fond. 

L'équipe de Rivera a mis au jour vingt fosses troncoconiques où au moins une dizaine d'individus et le mobilier funéraire qui les accompagnaient ont été enregistrées. Plusieurs résultats préliminaires ont d'ores et dejà été donnés au public.


Enterrements de Tlalpan, Formatif. Photo : Mauricio Marat/INAH.
Six fosses contenaient des enterrements individuels, tous s'agissant d'individus adultes. Elle mesuraient entre 1,2 et 1,5 m de diamètre et atteignant entre 1,8 et 2,3 m de diamètre. Mais la fosse la plus spectaculaire a été mis au jour près d'un mur de séparation avec le terrain contigu à celui de l'UPM. Il s'agit d'un enterrement contenant les restes de dix individus, disposés méthodiquement dans 2 m de diamètre. Pour l'instant deux femmes et un homme ont pu être identifiés par les anthropologues physiques. En dehors d'un adulte clairement identifié, il s'agit pour la plupart de jeunes adultes. Figurent également un enfant âgé entre trois et cinq ans et un nourrisson de quelques mois. Leurs bras ont été placés sous le dos de celui qui les précédait, même si chacun a une position différente. Deux d'entre eux présentent également des déformations céphaliques volontaire. Des traces de mutilation dentaire sont également observables.

Il reste difficile de comprendre le scénario qui explique cette mise en terre. Si la disposition des corps est clairement ritualisée, il est encore trop tôt pour établir une éventuelle filiation entre eux. Un profilage génétique et différentes analyses bioarchéologiques permettront d'en savoir plus sur leur régime alimentaire, leur maladie et éventuellement les raisons de leur décès. La présence de récipients, jarres et vaisselles de différentes tailles constitue un mobilier funéraire de grand intérêt, tout comme celle de sphères en céramiques et de pierres placées dans les mains des défunts.

Il serait cependant réducteur de prendre seulement en compte ces fosses troncoconiques. Plusieurs alignements de gros galets ont été détectés sous le terrain fouillé. L'un d'entre eux pourrait correspondre à une plateforme tandis que d'autres pourraient indiquer différentes phases de construction.

Tlalpan s'ajoute à une petite liste de sites datant du préclassique déjà fouillés de manière systématique comme Tlatilolco ou Tlapacoya, fouillé à la moitié du XXe siècle, ou comme Zacatenco il y a quelques années. Les découvertes de ce sauvetage nous donneront de nouvelles informations capitales pour comprendre les dynamiques d'occupation de la vallée de Mexico.

Pour en savoir plus sur cette découverte remarquable, nous vous invitons à consulter le bulletin publié en espagnol par l'INAH, le diaporama qui l'accompagne et le reportage que nous partageons ci-dessous.





Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…