Accéder au contenu principal

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de mica et d'ardoise, des objets en obsidienne et en pierre, et les restes de onze corps (neuf adultes déposés latéralement et deux nouveaux-nés dans de petites urnes) ont été mis au jour, principalement dans les coins des petits pièces cuadrangulaires mitoyennes. Cependant les objets retrouvés sont peu nombreux et les archéologues du projet estiment qu'entre 300 et 900, de nouvelles populations ont réutilisé l'endroit, se débarrassant des vestiges antérieurs.

Travaux de sauvetage ayant libéré deux phases d'occupation. Crédit photo : Melitón Tapia, INAH.


Un autre enterrement situé au nord-est de la zone a mis en évidence un enterrement contenant douze objets et les restes partiels d'un individu qui aurait pu l'accompagner.


Enterrement teotihuacain, Zone archéologique Bosque, cerro y castillo de Chapultepec. Photo : Meliton Tapia/INAH.
Mais la chronologie du site est bien plus ancienne qu'elle ne paraît de prime d'abord. En effet les deux nouveaux-nés dont nous parlions plus haut et les restes d'un autre individu adulte ont été retrouvé sans contexte architectural. Ils étaient accompagnés de fragments d'ardoise et de haches en riolite, semblables à des objets de la tradition Guerrero : ils pourraient remonter au Préclassique tardif.

Les travaux de sauvetage, entrepris en collaboration avec la Commission nationale de l'eau se poursuivront. Il a été convenu, qu'une fois terminés, les unités mises au jour seront recouvertes et qu'aucun chantier ou construction ne pourra y être édifié, garantissant ainsi de futures fouilles.

Pour en savoir plus sur ces fouilles en plein quartiers chics de Mexico, nous vous invitons à observer le diaporama disponible sur le site de l'INAH et le petit reportage mis en ligne sur la chaîne Youtube du même institut.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…