Accéder au contenu principal

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique de Teopanzolco, et Georgia Yris Bravo López, ont expliqué les circonstances de cette découverte à même de changer la chronologie du site, situé au coeur de Cuernavaca, capitale du Morelos.

Deux facteurs ont provoqué cet effondrement. D'une part l'humidité s'est accumulée pendant des décennies a fragilisé le noyau de la pyramide. Le tremblement de terre du 19S a donc facilement mise à mal le sol de la partie supérieure de la pyramide double, provoquant un enfoncement du niveau du sol où se trouvaient les temples de Tlaloc et Huitzilopochtli .Deux puits de sondage ont été percés afin de vérifier la solidité du noyau de la pyramide le premier à l'intérieur du Temple de Tlaloc et le second dans le passage qui sépare les deux temples. 

Les archéologues se sont rendus compte que la pyramide avait été construite sur une phase antérieure, comme c'est souvent le cas dans l'ancien Mexique. Des éléments architecturaux sont alors apparus à 2 m sous le niveau de l'actuelle pyramide : ils correspondraient à un mur à double façade construit de pierres allongées et régulièrement, le tout recouvert de stuc, une banquette et une pilastre à base inclinée qui semble avoir soutenu le toit d'un des temples construits sur l'ancienne pyramide. Il est possible que ce dernier ait été construit avec des matériaux périssables. 

Le stuc des murs et des sols de ce temple antérieur est en grande pulvérisé même si certains fragments pourront être conservés. Le stuc avait été appliqué sur une couche de tezontle, pierre  volcanique rouge ou grisacée, moulu. Konieczna estime qu'il s'agit probablement de l'ancien temple de Tlaloc. Son escalier monumental était orienté vers l'ouest.

Ce genre de découverte n'implique pas uniquement des éléments architecturaux. En effet des restes d'un encensoir ont été retrouvés. MAis aucune offrande ne semble avoir été déposée. Avec cette découverte, Teopanzolco voit sa chronologie bouleversée : le site pourrait compter parmi les plus anciens exemples de pyramide double, antérieurs à ceux de Tlateloco ou Tenochtitlan. Longtemps occupé par un groupe appelé Tlahuicas, Teopanzolco fut ensuite conquis par les Mexicas. 


Pour en savoir plus sur cette découverte impromptue, nous vous invitons à regarder le reportage mis en ligne sur la chaîne INAHTV et le bulletin publié sur le site de l'INAH.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…