Accéder au contenu principal

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique de Teopanzolco, et Georgia Yris Bravo López, ont expliqué les circonstances de cette découverte à même de changer la chronologie du site, situé au coeur de Cuernavaca, capitale du Morelos.

Deux facteurs ont provoqué cet effondrement. D'une part l'humidité s'est accumulée pendant des décennies a fragilisé le noyau de la pyramide. Le tremblement de terre du 19S a donc facilement mise à mal le sol de la partie supérieure de la pyramide double, provoquant un enfoncement du niveau du sol où se trouvaient les temples de Tlaloc et Huitzilopochtli .Deux puits de sondage ont été percés afin de vérifier la solidité du noyau de la pyramide le premier à l'intérieur du Temple de Tlaloc et le second dans le passage qui sépare les deux temples. 

Les archéologues se sont rendus compte que la pyramide avait été construite sur une phase antérieure, comme c'est souvent le cas dans l'ancien Mexique. Des éléments architecturaux sont alors apparus à 2 m sous le niveau de l'actuelle pyramide : ils correspondraient à un mur à double façade construit de pierres allongées et régulièrement, le tout recouvert de stuc, une banquette et une pilastre à base inclinée qui semble avoir soutenu le toit d'un des temples construits sur l'ancienne pyramide. Il est possible que ce dernier ait été construit avec des matériaux périssables. 

Le stuc des murs et des sols de ce temple antérieur est en grande pulvérisé même si certains fragments pourront être conservés. Le stuc avait été appliqué sur une couche de tezontle, pierre  volcanique rouge ou grisacée, moulu. Konieczna estime qu'il s'agit probablement de l'ancien temple de Tlaloc. Son escalier monumental était orienté vers l'ouest.

Ce genre de découverte n'implique pas uniquement des éléments architecturaux. En effet des restes d'un encensoir ont été retrouvés. MAis aucune offrande ne semble avoir été déposée. Avec cette découverte, Teopanzolco voit sa chronologie bouleversée : le site pourrait compter parmi les plus anciens exemples de pyramide double, antérieurs à ceux de Tlateloco ou Tenochtitlan. Longtemps occupé par un groupe appelé Tlahuicas, Teopanzolco fut ensuite conquis par les Mexicas. 


Pour en savoir plus sur cette découverte impromptue, nous vous invitons à regarder le reportage mis en ligne sur la chaîne INAHTV et le bulletin publié sur le site de l'INAH.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…