Accéder au contenu principal

De l'art de bien adapter un roman

Il est de bonne guerre au cinéma de porter à l'écran des romans ou des nouvelles. Souvent la qualité est inégale, tout autant que celle des romans d'ailleurs. Souvent les adaptations déçoivent car elles reflètent mal l'univers du roman ou s'en démarquent trop. L'actualité cinématographique de ce mois d'octobre nous a proposé le passage sur grand écran de deux textes considérés pour l'un comme un classique de la littérature française, pour l'autre comme un des grands succès littéraires allemands des vingt dernières années.




Je ne m'étalerai pas trop sur l'adaptation trop libre du Grand Meaulnes réalisée par Jean-Daniel Verhaeghe. Bien que durant une heure quarante, ce long-métrage souffre de lourdeurs qui insupportent rapidement le spectateur le plus patient. Jean-Baptiste Maunier, vu dans les Choristes, porte mal la moustache et se révèle assez peu crédible en jeune instit de campagne alors qu'il n'a pas fini sa mue. Mais ce qui est plus décevant encore, c'est la façon dont Verhaeghe a travesti le roman au point de faire d'Yvonne de Galais une des pièces centrales du film alors qu'Alain-Fournier l'évoque à peine.
On pourra toujours dire qu'il s'agit d'un parti pris scénaristique, d'un procédé de suspense nécessaire pour maintenir en éveil le spectacteur. Le talent convaincant de Clémence Poesy (vue dans le dernier Harry Potter) à incarner cette Yvonne fantasmée par Verhaeghe fait perdre de sa cohérence au film et l'éloigne définitivement des bonnes adaptations de romans. Même un enseignant aura du mal à tirer parti de cette adaptation pour des cours sur le roman d'Alain-Fournier.

www.tfmdistribution.fr/legrandmeaulnes/



Passons plutôt à autre chose et à la relative bonne surprise qu'a constitué Le Parfum, histoire d'un meurtrier. Tom Tykwer, réalisateur de Cours, Lola! cours ! a hérité de la redoutable tâche de porter le texte de Patrick Süskind à l'écran. Originellement, Süskind pensait que son roman serait porté à l'écran par Stanley Kubrick. Mais le maître britannique jugea le livre inadaptable si bien que voir Grenouille, orphelin à l'odorat surdéveloppé, finit par devenir un serpent de mer de la production cinématographique : le projet ressurgissait sans jamais se concrétiser. La gageure relevait surtout de porter par l'image un univers romanesque fondé essentiellement sur l'odorat.

Au terme des deux heures et demie, les sentiments du spectateur sont contradictoires. L'ambiance glauque de Paris, les odeurs enivrantes de Grasse sont bien retranscrites : la photographie, la lumière et des angles de caméra mettent très bien l'histoire en valeur. Ben Whishaw est plus que convaincant : son jeu fait ressortir le côté animal et prédateur de Grenouille. Car à défaut de dialogues nombreux, c'est bien par son jeu, ses attitudes que Whishaw nous donne à voir la monstruosité de Grenouille. Alan Rickman qu'on a plutôt l'habitude de voir dans les adaptations d'Harry Potter est parfaitement en place en père surprotecteur de la toute jeune et resplendissante de fraîcheur Rachel Hurd-Wood, proie du chasseur d'odeur qu'est Grenouille. Dustin Hoffman assure un Cesare Baldini qui rappelle, toute proportion gardée, Salieri dans Amadeus.

Ensuite la deuxième partie du livre qui procédait de la métaphore en prend pour son grade. Tykwer expose clairement une gigantesque orgie sexuelle que Süskind évoquait à mots couverts . Il faut dire qu'à dix-sept ans, je ne maîtrisais pas la subtilité de la métaphore filée ou de l'hyperbole. Autre élément que j'avais oublié, quinze ans après ma découverte du Parfum: la surprotection dont souffrait la demoiselle Richis ne semble trouver de fin que dans le fait d'accepter son meurtre par Grenouille. L'ensemble est porté par une musique composée par le réalisateur, donc en parfaite symbiose avec l'image... Les choeurs éthérés et solos de harpe supportent très bien ce que Tykwer nous donne à voir.

Bref on peut dire que Tykwer a su à la fois préserver l'essence du livre (essence, parfum : jeu de mots laids!) et proposer une mise en scène personnelle mais cohérente avec l'esprit du livre. Si le film est encore projeté près de chez vous, n'hésitez pas un instant. Pour une fois, évitez la VO pour éviter une prononciation trop anglaise des patronymes français.

Pour le plaisir, je n'hésite pas à mettre l'affiche US du Parfum:

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…