Accéder au contenu principal

Une petite visite...

...à Gerberoy.

Porte Notre Dame.
Photo B. Lobjois


Aujourd'hui ce petit village situé à la frontière de la Seine maritime et de l'Oise mène une vie tranquille. Pourtant dès l'Antiquité, les Romains en avaient fait une place de guerre, un oppidum de par son emplacement stratégique. Au Moyen-âge, Gerberoy garda cette vocation militaire parce qu'elle était placée sur les routes allant de Rouen à Beauvais et de Rouen à Amiens . Elle fut appelée ville par décision du roi Philippe-Auguste en 1202.

Une jolie maison bleue de 1697 devant l'ancienne porte de la forteresse.
Photo B. Lobjois

Plusieurs fois assiégée et incendiée, Gerberoy a connu une histoire mouvementée jusqu'au XVème siècle. Par la suite, lamajeure partie des remparts fut détruite pour laisser place à des résidences construites en briques ou en terre séchée.A l'exception de la rue principale, la majorité des voies est pavée et on peut encore voir la trace des roues de charettes ou de diligences qui passaient alors. Certaines maisons possèdent encore leur date d'édification et d'autres possèdent des petits-reliefs sculptées au-dessus des portes ou des fenêtres.

Une jolie maison en brique et la rue principale de Gerberoy
Photos B. Lobjois

Gerberoy connut tout de même des hôtes prestigieux. Ce fut d'abord Henri IV, blessé lors de la bataille d'Arques qui y trouva refuge en 1591. Au cours du siècle suivant la majeure partie des maisons qu'on peut voir aujourd'hui furent construites. La plus ancienne date de 1621. Louis XIII et le cardinal de Richelieu firent également halte à Gerberoy.



Choeur et chapelle de la Collégiale Saint Pierre.
Photos B. Lobjois.

La renommée de Gerberoy a longtemps reposé sur une collégiale qui fut érigée dès le XIème siècle : elle y recueillait les chanoines de Beauvais qui étaient trop vieux. La collégiale actuelle, bâtie au XVème siècle, comporte une nef entièrement boisée et un choeur de stalles précieusement sculptées. Beaucoup d'éléments baroques y ont été ajoutés.Sur certains murs, on peut voir des tapisseries de la manufacture de Beauvais dont la renommée était égale à celle d'Aubusson. Nous avions visité la collégiale quelques jours avant notre mariage et quelle n'a pas été notre surprise en voyant. Malheureusement les clichés que j'avais pris à cette occasion ont été formatés. Dommage car la décoration était simple mais sublime.


L'ancien hôtel de ville date du XVIIIème et repose au-dessus de halles construites en briques.



Ancien Hôtel de Ville et Halles de Gerberoy
Photo B. Lobjois

Au XXème siècle, c'est le peintre Henri le Sidaner qui a mis en valeur Gerberoy à travers une série de toiles où architecture ancienne et fleurs épanouies vivent en symbiose.

Gerberoy, ville des fleurs en général et des roses en particulier.
Photo B. Lobjois

La rose est un des emblèmes de la ville. Chaque année, au mois de juin, a lieu la Fête des roses: on peut y voir une grande exposition florale à même les murs de la ville et de nombreuses toiles de peintres contemporains amoureux des natures mortes et du patrimoine.
De part son patrimoine authentique et parfaitement conservé, Gerberoy fait partie des 150 plus beaux villages de France. J'espère vous avoir donné envie de vous y rendre et d'y découvrir senteurs et vieilles pierres.
.

Pour en savoir plus sur Gerberoy :

http://perso.orange.fr/..mairie-gerberoy/sommaire.htm
http://perso.orange.fr/jean-pierre.his/gerberoy2006/navigation.html

Un petit bonus : voici un petit relief visible au-dessus d'une porte et représentant Saint-Michel terrassant le dragon. Comme je le disais à Karina, il est curieux de voir que Saint Michel à peu près partout où nous nous rendons.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…