Accéder au contenu principal

Une petite visite...

...à Gerberoy.

Porte Notre Dame.
Photo B. Lobjois


Aujourd'hui ce petit village situé à la frontière de la Seine maritime et de l'Oise mène une vie tranquille. Pourtant dès l'Antiquité, les Romains en avaient fait une place de guerre, un oppidum de par son emplacement stratégique. Au Moyen-âge, Gerberoy garda cette vocation militaire parce qu'elle était placée sur les routes allant de Rouen à Beauvais et de Rouen à Amiens . Elle fut appelée ville par décision du roi Philippe-Auguste en 1202.

Une jolie maison bleue de 1697 devant l'ancienne porte de la forteresse.
Photo B. Lobjois

Plusieurs fois assiégée et incendiée, Gerberoy a connu une histoire mouvementée jusqu'au XVème siècle. Par la suite, lamajeure partie des remparts fut détruite pour laisser place à des résidences construites en briques ou en terre séchée.A l'exception de la rue principale, la majorité des voies est pavée et on peut encore voir la trace des roues de charettes ou de diligences qui passaient alors. Certaines maisons possèdent encore leur date d'édification et d'autres possèdent des petits-reliefs sculptées au-dessus des portes ou des fenêtres.

Une jolie maison en brique et la rue principale de Gerberoy
Photos B. Lobjois

Gerberoy connut tout de même des hôtes prestigieux. Ce fut d'abord Henri IV, blessé lors de la bataille d'Arques qui y trouva refuge en 1591. Au cours du siècle suivant la majeure partie des maisons qu'on peut voir aujourd'hui furent construites. La plus ancienne date de 1621. Louis XIII et le cardinal de Richelieu firent également halte à Gerberoy.



Choeur et chapelle de la Collégiale Saint Pierre.
Photos B. Lobjois.

La renommée de Gerberoy a longtemps reposé sur une collégiale qui fut érigée dès le XIème siècle : elle y recueillait les chanoines de Beauvais qui étaient trop vieux. La collégiale actuelle, bâtie au XVème siècle, comporte une nef entièrement boisée et un choeur de stalles précieusement sculptées. Beaucoup d'éléments baroques y ont été ajoutés.Sur certains murs, on peut voir des tapisseries de la manufacture de Beauvais dont la renommée était égale à celle d'Aubusson. Nous avions visité la collégiale quelques jours avant notre mariage et quelle n'a pas été notre surprise en voyant. Malheureusement les clichés que j'avais pris à cette occasion ont été formatés. Dommage car la décoration était simple mais sublime.


L'ancien hôtel de ville date du XVIIIème et repose au-dessus de halles construites en briques.



Ancien Hôtel de Ville et Halles de Gerberoy
Photo B. Lobjois

Au XXème siècle, c'est le peintre Henri le Sidaner qui a mis en valeur Gerberoy à travers une série de toiles où architecture ancienne et fleurs épanouies vivent en symbiose.

Gerberoy, ville des fleurs en général et des roses en particulier.
Photo B. Lobjois

La rose est un des emblèmes de la ville. Chaque année, au mois de juin, a lieu la Fête des roses: on peut y voir une grande exposition florale à même les murs de la ville et de nombreuses toiles de peintres contemporains amoureux des natures mortes et du patrimoine.
De part son patrimoine authentique et parfaitement conservé, Gerberoy fait partie des 150 plus beaux villages de France. J'espère vous avoir donné envie de vous y rendre et d'y découvrir senteurs et vieilles pierres.
.

Pour en savoir plus sur Gerberoy :

http://perso.orange.fr/..mairie-gerberoy/sommaire.htm
http://perso.orange.fr/jean-pierre.his/gerberoy2006/navigation.html

Un petit bonus : voici un petit relief visible au-dessus d'une porte et représentant Saint-Michel terrassant le dragon. Comme je le disais à Karina, il est curieux de voir que Saint Michel à peu près partout où nous nous rendons.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…