Accéder au contenu principal

Des ossements qui suscitent la polémique...

Voici une bonne semaine, nous rapportions sur ce blog la découverte des restes d'une femme dans un cenote situé à une quarantaine de kilomètres de Tulum. Il nous semble intéressant de rapporter et de résumer la petite polémique qui est apparue sur le groupe de conversation Aztlan d'où nous tirons bon nombre des informations que nous publions.

Premier à tirer sur l'ambulance, Michael Smith, anthropologue et spécialiste des Aztèques à l'Université d'Arizona, rappelle à juste titre qu'il est difficile d'accepter une telle datation (13600 avant notre ère) sur l'analyse toujours très "fumeuse" du radio-carbone d'un seul échantillon. Il est important de vérifier cette date en mesurant le contexte de cette découverte. Malheureusement, il semblerait que l'eau ne soit pas le meilleur endroit pour avoir des échantillons suffisants et fiables. M. Smith finit son intervention en rappelant l'usage de la prudence.

Michael Ruggeri s'est aussitôt empressé de rapporter la découverte de onze temples sous-terrains dans des grottes du Yucatan, à Tahtzibichen, près de Mérida. Certains d'entre eux contenaient des ossements humains, probablement sacrifiés ou sont même ensevelis sous les eau. Des restes d'objets en céramique, probablement laissés pour accompagner les morts. Ruggeri s'appuie sur un article paru sur le site d'informations de Yahoo.


Grottes de Tahtzibichen, Yucatan
Photo : Reuters.

L'article mentionne l'existence d'un chemin souterrain long de 330 pieds reliant plusieurs chambres. L'auteur de l'article rapproche alors ces grottes avec l'idée que pour les anciens Mayas, elles étaient la porte d'entrée de Xibalba, le monde de mort. Soit dit en passant, cette idée des grottes et cavernes comme porte d'entrée vers l'inframonde n'est pas proprement maya dans la mesure où les Aztèques considéraient ces lieux comme l'entrée vers le Mictlan ou le Tlalocan, lieux funéraires souterrains.

Une petite vidéo du National Geographic vous donnera un petit aperçu pour comprendre de quoi on parle sur Aztlan.



Pour conclure, je pense que Michael Smith a raison. On ne peut se fier à un seul échantillon, surtout quand ce dernier a reposé longtemps dans des conditions si particulières. Il faut trouver d'autres moyens d'étayer la datation.

La réponse de Ruggeri est intéressante mais elle vient plus corroborer ce que Smith dit à propos de la datation au radiocarbone. La découverte de ces temples souterrains rend nécessaire une datation par le biais d'un contexte complet. L'article cité propose une interprétation intéressante. Pourtant il ne faut pas voir dans ce qu'ont fait ces Mayas quelque chose d'exclusif. Cela prouve un comportement typiquement "mésoaméricain".

Comme toujours, on peut regretter le manque de recul et de connaissance de la part de ceux qui rédigent ce genre de papier. Il faut être prudent.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…