Accéder au contenu principal

Des ossements qui suscitent la polémique...

Voici une bonne semaine, nous rapportions sur ce blog la découverte des restes d'une femme dans un cenote situé à une quarantaine de kilomètres de Tulum. Il nous semble intéressant de rapporter et de résumer la petite polémique qui est apparue sur le groupe de conversation Aztlan d'où nous tirons bon nombre des informations que nous publions.

Premier à tirer sur l'ambulance, Michael Smith, anthropologue et spécialiste des Aztèques à l'Université d'Arizona, rappelle à juste titre qu'il est difficile d'accepter une telle datation (13600 avant notre ère) sur l'analyse toujours très "fumeuse" du radio-carbone d'un seul échantillon. Il est important de vérifier cette date en mesurant le contexte de cette découverte. Malheureusement, il semblerait que l'eau ne soit pas le meilleur endroit pour avoir des échantillons suffisants et fiables. M. Smith finit son intervention en rappelant l'usage de la prudence.

Michael Ruggeri s'est aussitôt empressé de rapporter la découverte de onze temples sous-terrains dans des grottes du Yucatan, à Tahtzibichen, près de Mérida. Certains d'entre eux contenaient des ossements humains, probablement sacrifiés ou sont même ensevelis sous les eau. Des restes d'objets en céramique, probablement laissés pour accompagner les morts. Ruggeri s'appuie sur un article paru sur le site d'informations de Yahoo.


Grottes de Tahtzibichen, Yucatan
Photo : Reuters.

L'article mentionne l'existence d'un chemin souterrain long de 330 pieds reliant plusieurs chambres. L'auteur de l'article rapproche alors ces grottes avec l'idée que pour les anciens Mayas, elles étaient la porte d'entrée de Xibalba, le monde de mort. Soit dit en passant, cette idée des grottes et cavernes comme porte d'entrée vers l'inframonde n'est pas proprement maya dans la mesure où les Aztèques considéraient ces lieux comme l'entrée vers le Mictlan ou le Tlalocan, lieux funéraires souterrains.

Une petite vidéo du National Geographic vous donnera un petit aperçu pour comprendre de quoi on parle sur Aztlan.



Pour conclure, je pense que Michael Smith a raison. On ne peut se fier à un seul échantillon, surtout quand ce dernier a reposé longtemps dans des conditions si particulières. Il faut trouver d'autres moyens d'étayer la datation.

La réponse de Ruggeri est intéressante mais elle vient plus corroborer ce que Smith dit à propos de la datation au radiocarbone. La découverte de ces temples souterrains rend nécessaire une datation par le biais d'un contexte complet. L'article cité propose une interprétation intéressante. Pourtant il ne faut pas voir dans ce qu'ont fait ces Mayas quelque chose d'exclusif. Cela prouve un comportement typiquement "mésoaméricain".

Comme toujours, on peut regretter le manque de recul et de connaissance de la part de ceux qui rédigent ce genre de papier. Il faut être prudent.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…