Accéder au contenu principal

A la découverte de Cholula I

Peu d'activités et de nouvelles archéologiques durant ces derniers jours... Je vous propose donc de faire un petit détour par Cholula, site archéologique pour le moins cocasse dans la mesure où une église a été construite sur une des plus grosses pyramides mésoaméricaines. Voyons d'abord cette vidéo de 5 minutes disponible depuis peu sur Youtube à partir du compte INAHTV. Attention, elle est en espagnol non sous-titré !



Je ne m'étendrai pas aujourd'hui beaucoup sur la description de la zone archéologique de Cholula, Cholollan en nahuatl classique. Plusieurs textes coloniaux font de Cholula, un lieu de pélerinage très importants pour les anciens Mésoaméricains. Ville de Quetzalcoatl, dieu du vent, patron des commerçants, Cholula était fréquentée depuis des temps anciens, comme en témoignent les peintures murales qui ornaient et dont l'état de conservation est actuellement en grand danger en dépit des traitements successifs appliqués. Les archéologues estiment que ses premiers édifices remonteraient au Préclassique (vers 200 avant Jésus-Christ).

Mais elle n'a vraiment pris de l'importance que vers le Xe siècle de notre ère, avec l'arrivée d'individus d'origine toltèque. Comme d'autres cités importantes comme Teotihuacan, Tula, ou Tenochtitlan, Cholula fut une cité multiculturelle. On sait aussi que Moctezuma dut se rendre à Cholula pour honorer Quetzalcoatl et faire légitimer son pouvoir, notamment ses insignes. C'est ce qu'était sensé tout souverain fraîchement intrônisé. Cortès explique dans ses lettres que Cholula était une ville immense, la deuxième du pays par sa population, estimée environ à 100000 personnes.

La conquête espagnole n'a d'ailleurs pas laissé de bons souvenirs à Cholula. Avisés d'un piège tendu par les Aztèques pour empêcher leur progression vers Tenochtitlan, les hommes de Cortès, appuyés par leurs alliés de Tlaxcala (5000) et de Cempoala (400) commirent un acte de guerre qui marquera passablement la mémoire indigène de l'époque (octobre 1519). Les temples furent détruits et les hommes massacrés. Outre l'illustration ci-dessous, le Lienzo de Tlaxcala contient une représentation de ce génocide.


Massacre de Cholula. Détail, aquarelle sur papier, début du XVIe siècle.
William Clements Library, University of Michigan, Michigan, USA.

Retrouvé le 30 juin 2009 sur :
http://www.scholarsresource.com/images/thumbnails/192/x/xtd082575.jpg


Au point qu'aujourd'hui on ne sait toujours pas situer avec exactitude l'emplacement du temple de Quetzalcoatl, centre même du pélerinage. En revanche il est notoire que ses pierres ont été réutilisées pour construire églises et couvents (celui de San Gabriel notamment). La ville n'a donc pas perdu complètement son influence religieuse : la légende urbaine raconte que Cholula compte 365 églises. Il est intéressant de voir comment les Espagnols ont réutilisé les lieux de culte païens pour promouvoir la supériorité de la foi catholique. L'exemple de Cholula n'est d'ailleurs qu'un parmi tant d'autres dans le Mexique colonial.


L'église Nuestra Señora de los Remedios, San Andrès Cholula.
Au premier plan, la plateforme des autels. Photo B. LOBJOIS (mai 2002).

Malheureusement l'information archéologique concernant est lacunaire suite à divers aléas au cours des 50 à 60 dernières années. La Dr Patricia Plunkett, archéologue et professeur à l'Universidad de las Americas de Puebla, nous a expliqué que beaucoup de rapports n'ont jamais été écrits, que le matériel découvert a été détruit par de mauvaises conditions de conservation. Bref, qu'il fallait pratiquement tout refaire, sans avoir beaucoup de traces du passé. Néanmoins, récemment, nous faisions état de découvertes prometteuses.



Le visiteur de Cholula peut explorer les recoins de la grande pyramide au moyen de tunnels qui avaient été percés dans ses différentes phases lors de précédentes fouilles.

Références bibliographiques :
Cortès, Hernan.
2005. Cartas de relación. Editores mexicanos unidos, Mexico. (2ème lettre, p. 64-5)

de Alva Ixtlilxóchitl, Fernando.
1985. Obras Históricas. Tomo I. Edmundo O'Gorman (éd.), UNAM, Mexico.

Lienzo de Tlaxcala.
1892. In Antigüedades mexicanas publicadas par la Junta columbina de México. Ed. facs. préparée par Alfredo Chavero, Secretaria de Fomento, Mexico.

Muñoz Camargo, Diego.
1998. Historia de Tlaxcala. Gobierno del Estado de Cholula-Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social-Universidad de Tlaxcala, Tlaxcala. (Livre II, chap. 5, § 308-321)
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…