Accéder au contenu principal

A la découverte de Cholula I

Peu d'activités et de nouvelles archéologiques durant ces derniers jours... Je vous propose donc de faire un petit détour par Cholula, site archéologique pour le moins cocasse dans la mesure où une église a été construite sur une des plus grosses pyramides mésoaméricaines. Voyons d'abord cette vidéo de 5 minutes disponible depuis peu sur Youtube à partir du compte INAHTV. Attention, elle est en espagnol non sous-titré !



Je ne m'étendrai pas aujourd'hui beaucoup sur la description de la zone archéologique de Cholula, Cholollan en nahuatl classique. Plusieurs textes coloniaux font de Cholula, un lieu de pélerinage très importants pour les anciens Mésoaméricains. Ville de Quetzalcoatl, dieu du vent, patron des commerçants, Cholula était fréquentée depuis des temps anciens, comme en témoignent les peintures murales qui ornaient et dont l'état de conservation est actuellement en grand danger en dépit des traitements successifs appliqués. Les archéologues estiment que ses premiers édifices remonteraient au Préclassique (vers 200 avant Jésus-Christ).

Mais elle n'a vraiment pris de l'importance que vers le Xe siècle de notre ère, avec l'arrivée d'individus d'origine toltèque. Comme d'autres cités importantes comme Teotihuacan, Tula, ou Tenochtitlan, Cholula fut une cité multiculturelle. On sait aussi que Moctezuma dut se rendre à Cholula pour honorer Quetzalcoatl et faire légitimer son pouvoir, notamment ses insignes. C'est ce qu'était sensé tout souverain fraîchement intrônisé. Cortès explique dans ses lettres que Cholula était une ville immense, la deuxième du pays par sa population, estimée environ à 100000 personnes.

La conquête espagnole n'a d'ailleurs pas laissé de bons souvenirs à Cholula. Avisés d'un piège tendu par les Aztèques pour empêcher leur progression vers Tenochtitlan, les hommes de Cortès, appuyés par leurs alliés de Tlaxcala (5000) et de Cempoala (400) commirent un acte de guerre qui marquera passablement la mémoire indigène de l'époque (octobre 1519). Les temples furent détruits et les hommes massacrés. Outre l'illustration ci-dessous, le Lienzo de Tlaxcala contient une représentation de ce génocide.


Massacre de Cholula. Détail, aquarelle sur papier, début du XVIe siècle.
William Clements Library, University of Michigan, Michigan, USA.

Retrouvé le 30 juin 2009 sur :
http://www.scholarsresource.com/images/thumbnails/192/x/xtd082575.jpg


Au point qu'aujourd'hui on ne sait toujours pas situer avec exactitude l'emplacement du temple de Quetzalcoatl, centre même du pélerinage. En revanche il est notoire que ses pierres ont été réutilisées pour construire églises et couvents (celui de San Gabriel notamment). La ville n'a donc pas perdu complètement son influence religieuse : la légende urbaine raconte que Cholula compte 365 églises. Il est intéressant de voir comment les Espagnols ont réutilisé les lieux de culte païens pour promouvoir la supériorité de la foi catholique. L'exemple de Cholula n'est d'ailleurs qu'un parmi tant d'autres dans le Mexique colonial.


L'église Nuestra Señora de los Remedios, San Andrès Cholula.
Au premier plan, la plateforme des autels. Photo B. LOBJOIS (mai 2002).

Malheureusement l'information archéologique concernant est lacunaire suite à divers aléas au cours des 50 à 60 dernières années. La Dr Patricia Plunkett, archéologue et professeur à l'Universidad de las Americas de Puebla, nous a expliqué que beaucoup de rapports n'ont jamais été écrits, que le matériel découvert a été détruit par de mauvaises conditions de conservation. Bref, qu'il fallait pratiquement tout refaire, sans avoir beaucoup de traces du passé. Néanmoins, récemment, nous faisions état de découvertes prometteuses.



Le visiteur de Cholula peut explorer les recoins de la grande pyramide au moyen de tunnels qui avaient été percés dans ses différentes phases lors de précédentes fouilles.

Références bibliographiques :
Cortès, Hernan.
2005. Cartas de relación. Editores mexicanos unidos, Mexico. (2ème lettre, p. 64-5)

de Alva Ixtlilxóchitl, Fernando.
1985. Obras Históricas. Tomo I. Edmundo O'Gorman (éd.), UNAM, Mexico.

Lienzo de Tlaxcala.
1892. In Antigüedades mexicanas publicadas par la Junta columbina de México. Ed. facs. préparée par Alfredo Chavero, Secretaria de Fomento, Mexico.

Muñoz Camargo, Diego.
1998. Historia de Tlaxcala. Gobierno del Estado de Cholula-Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social-Universidad de Tlaxcala, Tlaxcala. (Livre II, chap. 5, § 308-321)
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…