Accéder au contenu principal

Les frises stuquées d'Ek Balam menacées ?

Sur la liste Aztlan, Jules Siegel propose un lien vers un article alarmant sur l'état général de la zone archéologique d'Ek Balam, situé à une trentaine de kilomètres au nord de la petite ville de Valladolid, au Yucatan.


Plan du site d'Ek Balam, Yucatan.
Disponible le 21 juillet 2009 sur Wikipedia .

Ek Balam a connnu une occupation continu depuis le Préclassique tardif jusqu'au Postclassique. Protégée par deux murailles, Ek Balam fut une des rivales de Chichen Itza.


Double muraille, Ek Balam, Yucatan.
Photo prise le 9 juillet 2009 par B. LOBJOIS.

Explorée (à l'explosif) par Désiré Charnay au 19ème siècle, Ek Balam, "Jaguar Noir" en maya yucatèque, comprend de nombreuses structures de taille massive qui n'ont pas encore été fouillées, malgré les trente dernières années de fouilles. La ville a connu son apogée au Classique tardif, entre 600 et 850 de notre ère. La structure en meilleur état est sans aucun doute la Torre, appelée en maya Sac Xoc Naah, ou "Maison blanche de la lecture".

Cette pyramide s'est révélée être le tombeau du souverain Ukit Kan Le’k Tok’. De riches offrandes avaient été déposées à côté de son corps : vingt et un vases (parmi lesquels le verre utilisé par le souverain pour boire le cacao), plus de sept mille pièces en jade, en coquillage, en os et en pyrite, un pendentif en or en forme de grenouille et trois perles avaient été découvert par les archéologues au tout début des années 2000. Malheureusement pour lui, Ukit Kan Le’k Tok’ n'a semble-t-il pas été gâté par Mère Nature : bec de lièvre et mâchoire inférieure déviée lui donnaient une apparence sur laquelle se sont penchés les anthropologues physiques.

Car en croire les résultats proposés par Vera Tiesler lors de la VIe Mesa Redonda de Palenque, Ukit Kan Le’k Tok’ avait souffert de caries sur au moins 23 de ses dents, de trois infections qui ont occasionné la perte de cinq d'entre elles. Pour autant, cela n'a pas empêché Ukit Kan Le’k Tok’ de marquer de son sceau le royaume de Tal'ol


Vue générale de la Maison Blanche de la lecture, Ek Balam, Yucatan.
Photo prise le 9 juillet 2009 par B. LOBJOIS.

Siegel copie-colle le texte de l'article que vous pouvez consulter en cliquant sur le titre de cette note. On y lit notamment qu'aucun maintien des structures n'est effectué, notamment pour la partie la plus spectaculaire du site : les reliefs et les peintures stuqués de l'Acropole.



Deux personnages richement vêtus, détail des stucs peints, Ek Balam, Yucatan.
Photo prise par B. LOBJOIS.



Crâne, détail d'un relief stuqué, Acropole, Ek Balam, Yucatan.
Photo B. LOBJOIS.


Cérémonie d'intrônisation de Ukit Kan Le’k Tok’, peinture sur stuc, Acropole, Ek Balam, Yucatan.
Photo prise le 9 juillet 2009 par B. LOBJOIS


Vue de la partie supérieurs des stucs, Acropole, Ek Balam.
Photo prise le 9 juillet 2009 par B. LOBJOIS


Il nous correspond de nuancer les propos de Miguel Covarrubias et de Jules Siegel. J'ai personnellement visité le site d'Ek Balam, il y a une quinzaine de jours et on pouvait voir un des édifices jumeaux en restauration, ce qui sous-entend que des crédits ont bien été alloués pour la restauration ou l'entretien sur Ek Balam. En voici une photo prise le 9 juillet dernier.



Sur ce cliché on voit bien que l'édifice a été restauré récemment. Les pierres et le ciment sont suffisamment clairs pour comprendre qu'il s'agit d'une restauration.

Mais les observations de Covarrubias quant à la gestion des ressources financières au Yucatan sont très souvent exactes. Les fouilles et la restauration du Palomar d'Uxmal avaient été rendues possibles grâce à 100000 dollars. Quels autres sites, mis à part Chichen,peuvent se voir proposer de telles sommes pour leur entretien ou pour des fouilles ? De fait les ouvriers qui ont participé aux différentes campagnes de fouilles à Ek Balam sont catégoriques : aucun chantier n'est prévu à terme à Ek Balam. Certaines bâtiments comme la Structure 3 sont toujours prisonnièress de la végétation.



L'INAH se garde bien de faire un commentaire mais propose un article complet sur la ville dont nous nous sommes inspiré pour rédiger cet article.

Edition du 27 juillet 2009 par Cacalotl

Référence bibliographique :
Staines Cicero, Leticia.
2001."Mural Glífico del Cuarto 22 de la Acrópolis de Ek' Balam". In La pintura mural prehispánica en México, año VII, núm. 14, junio 2001, IIE-UNAM, Mexico, p. 47-50.

Edition du 5 septembre 2009.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…