Accéder au contenu principal

Petit bilan du 53ème CIA


Je reconnais bien volontiers ne pas avoir été très présent durant ces dernières semaines. Après un séjour mérité au Yucatan et un retour temporaire à la prépa, j'ai pu me rendre au 53e Congrès International des Américanistes à Mexico.

Inauguré le dimanche 19 juillet par le maire de Mexico, Marcelo Ebrard, ce congrès avait pour problématique : "Los pueblos americanos: cambios y continuidades. La construcción de lo propio en un mundo globalizado". L'occasion fut trop belle pour Ebrard de faire passer un message politique au gouvernement fédéral de Felipe Calderon, lui demandant de changer de direction "face au désastre social indigne et frappant". M. Ebrard est coutumier des déclarations tape-à-l'oeil et populiste mais son discours trouve ses limites dans la mesure où la misère et la délinquance ont sensiblement augmenté dans sa ville, de manière parallèle à l'augmentation des problèmes sociaux dans le reste du pays.

Si le contenu des conférences et exposés proposés par des chercheurs souvent reconnus et compétents dans leur domaine, on ne peut pas en dire autant de l'organisation de l'événement, assurée conjointement par la Mairie de Mexico et par l'Universidad Iberoamericana. Certes il faut rappeler que le siège de l'événement a été changé il y a quelques mois, suite à des différents entre l'INAH et l'équipe municipale de México. Voici quelques exemples très simples qui ont suscité l'indignation, voir les insultes de la part de certains participants.

Commençons par le siège du Congrès. L'Universidad Iberoamericana est une institution catholique reconnue nationalement pour la qualité des diplômes qu'elles proposent et pour les frais d'inscription qu'elle demande à ses élèves, limitant ainsi un accès aux couches les plus humbles de la société, même si elle n'est pas la seule à pratiquer de la sorte. Le problème est que le campus est situé dans la zone financière de la ville de Mexico, si bien que certains taxis ne savaient même pas comment y arriver ! C'est peut-être pour défendre ce standard que les conférenciers devaient débourser jusque 300 dollars et le simple spectateur jusque 300 dollars. Nulle doute que l'INAH, en dépit de ses défauts aurait pu proposer un coût beaucoup plus décent. D'ailleurs, après de nombreux mails demandant des informations sur l'organisation et l'inscription, j'ai reçu une seule réponse pour me confirmer que mon virement bancaire avait été bien enregistré...

D'autre part, sachant que le dimanche était le priemier jour des inscriptions, on a vu de jeunes gens (une trentaine maximum) essayant d'aider comme ils pouvaient, des milliers de congressistes. Les photos et informations transmises par certains ont été égarés, obligeant la prise de photos et de renseignements et retardant ainsi la remise des accréditations. J'ai d'ailleurs pris ma photo le dimanche pour ne récupérer mon accréditation que ... le vendredi, dernier jour du congrès.

Tout aussi incroyable fut la pénurie des annuaires des conférences. Edité en nombre très insuffisant, je n'ai pu le récupérer que le mercredi, si bien que j'ai involontairement raté des exposés qui semblaient très intéressants.

Enfin, j'ai pu regretter l'absence de navettes dès le jour des inscriptions, c'est-à-dire dès le dimanche matin. Ce fut sans aucun doute un jour très lucratif pour les chauffeurs de taxi qui n'hésitaient pas à demander jusqu'à 150 pesos pour aller dans le centre quand normalement la course vers le zocalo en vaut 60.

Le lundi matin, il me fallut trouver le point de rencontres d'où partaient les bus vers l'Ibero. En formant de petits groupes, nous avons découvert le départ des navettes près de la station Bellas Artes au bout d'une demi-heure . Là encore, j'ai été stupéfait de voir que le chauffeur ne savait pas où était l'Ibero. Apparemment, il n'avait reçu aucun briefing pour y accéder facilement et rapidement.

Point positif de cette foire, les panneaux proposés par les opposants au projet Resplandor Teotihuacano : on y voit clairement les destructions des pierres des structures mais aussi l'impact visuel désastreux des structures installées pour illuminer le site...

J'ignore si le nom de la prochaine ville hôte a été révélée lors de la cérémonie de clôture, le vendredi 24 juillet. Il est acquis, de par le principe d'alternance souhaité par le Congrès, qu'elle sera européenne. Espérons que l'organisation sera meilleure et ce ne sera pas très dur à faire. Certains vieux briscars avaient particulièrement aimé l'organisation de Santiago en 2003 et se sont légèrement plaints de Séville en 2006. Mexico 2009 restera dans les annales, mais comme un fiasco d'organisation.

Pour anecdote, on pouvait lire sur un papier scotché à l'une des tables des accréditations : "Para quejas y insultos, favor de ir a la oficine E 15"... Ce congrès fut donc pénible pour tout le monde.

Si vous avez participé au congrès, votre opinion nous intéresse : laissez-nous un commentaire ou envoyez-nous un mail. J'ai d'ailleurs pu rencontrer ou retrouver certains lecteurs fidèles grâce à lui.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…