Accéder au contenu principal

Rachat de Chichen : polémique autour des concerts et spectacles

Les anthropologues de l'INAH font grise mine. Ils ne décolèrent pas contre le récent rachat de 80 ha de terrain appartenant à la famille occupante Barbachano par l'INAH, pour un montant estimé à 230 millions de pesos. Nombreux sont en effet les archéologues et anthropologues à manifester leur inquiétude (plus que légitime) de voir le site, classé patrimoine mondial de l'humanité et récemment nouvelle merveille du monde, être le siège de différents spectacles et autres présentations artistiques.

La directrice de l'INAH Quintana Roo, Adriana Velazquez Morlet, estime qu'il s'agit d'une décision qui a certes cherché à mieux contrôler l'accès au site et les activités qui y ont lieu. Velazquez Morlet a rapporté au quotidien El Universal les résultats d'un rapide sondage effectué auprès des employés de l'INAH Quintana Roo sur le rachat de Chichen Itza. Un anthropologue a ainsi dénoncé une vente face à laquelle l'INAH Yucatan et son autorité de tutelle fédérale ont été délibérement laissé de côté.

De son côté, le directeur du centre INAH pour le Yucatan, Alfredo Barrera Rubio, a dénoncé le prix très élevé pour cet achat. Selon une évaluation faite par le gouvernement fédéral en 2003, les terrains valaient tout au plus 8,1 millions de pesos...

La population locale est partagée. Les élus jugent avec bienveillance cet achat, espérant que se résolvent les problèmes internes à la zone archéologiques. Les artisans et commerçants ont pour leur part dénoncé des irrégularités de la part des organisateurs du concert d'Elton John à leur encontre.

A l'heure où nous rédigeons cette note, les dieux mayas ont d'ailleurs joué un mauvais tour aux organisateurs de ce concert qui doit avoir lieu le 4 avril prochain au pied de la pyramide du Castillo. Une partie de la scène s'est effondrée, faisant 3 blessés et un mort parmi les ouvriers chargés de la monter, si on en croit deux brèves publiées ici et par le Diario de Yucatan.


 

Pourtant les organisateurs du concert (particulièrement Cultur, l'organisme gouvernemental du Yucatan chargé de la promotion touristique) refuse d'annuler les concerts, tant les enjeux économiques sont importants. Il faut dire que le prix des billets étaient de 4000 pesos minimum et atteignaient 18000 pesos dans le carré VIP. Le groupe de médias Televisa est également en charge de la retransmission du concert. Or on connaît les liens qui unissent le président de cette entreprise avec le PRI (Partido Revolucionario Institucional), dont est issue la gouverneure du Yucatan, Yvonne Ortega.

Rappelons que le gouvernement de l'état voisin du Yucatan s'est porté acquéreur des terrains comprenant la zone archéologique. Avec un cynisme tout diogénien, la direction générale de l'INAH a envoyé un courrier de remerciement à Mme. Ortega. On notera dans le même temps le mutisme du directeur de l'INAH en ce qui concerne le respect des lois sur le patrimoine national pour l'organisation du concert. Il y a donc un hyatus important entre la direction fédéral de l'INAH et les chercheurs sur le terrain. Le Conseil National d'Archéologie a également une part de responsabilité, tout comme il en a eu d'abord dans la polémique du spectacle son et lumière de Teotihuacan.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…