Accéder au contenu principal

Deux corps partiellement momifiés tarahumaras découverts

Une équipe d'archéologues dirigée par Enrique Chacon, responsable du projet Proyecto Arqueológico Cueva El Gigante a découvert deux corps partiellement momifiés et un squelette dans cette grotte, situé sur le territoire de la commune de Guerrero, Chihuahua. Ils s'ajoutent aux huit autres momies et treize squelettes mis au jour l'année dernière.

La découverte s'est faite (comme souvent) au moment de terminer la saison de fouilles. Les ossements ont été transportés ensuite au Museo Comunitario de Historia Regional “Abraham González” pour recevoir les traitements de restauration nécessaires. Ils y seront prochainement exposés.

Les analyses de médecine légale ont permis d'établir quelques données anthropologiques d'importance. Des dix corps partiellement momifiés, trois étaient des nourrissons, le reste étant formé d'adolescents et de jeunes adultes. Ils ont été datés entre 1000 et 1200 de notre ère, laissant croire que la grotte fut utilisée comme cimetière depuis cette époque. Les corps ont été déposés à même le sol en position fœtale. Selon les explications Chacon, des offrandes ont été déposées autour des corps et l'accès à la grotte fut bouché. Peu à peu la poussière a couvert les corps et l'air sec régnant a favorisé leur conservation.

En 2010, une coa (une sorte de bêche préhispanique servant à travailler la terre), un panier, deux cuillères faite à partir de calebasses, des graines de chilicote (un haricot sauvage), des fragments de linceuls et de cordelettes font partie du mobilier accompagnant les corps, suggérant que ceux-ci étaient enveloppés comme des paquets.

Cette année, les archéologues ont retrouvé de nouveaux fragments de linceuls, des chilicotes, des perles en coquillage et en os, une pointe de projectile, des fragments de céramiques, un récipient et un pendentif en turquoise.

Les tissus ont été analysés et ont montré l'existence de trois types de linceuls : un de tissu double élaboré à partir de fibre végétale (certainement un yuca local), un autre fait à partir d'une peau d'animal (non déterminé) et des fibres de coton.

En comparant ces restes avec d'autres de la région, Chacon estime qu'il s'agirait d'un cimetière tarahumara. Des analyses ADN permettront prochainement de confirmer cette filiation culturelle.

Le nom Cueva del Gigante est à mettre en relation avec des récits etnohistoriques selon lesquels dans une grotte vivait un géant qui dévorait les enfants. Pour s'en débarrasser, il fallait déposer des chilicotes qui pouvait l'empoisonner.

L'INAH a publié un bulletin en ligne, disponible en format .pdf. Un diaporama est disponible en cliquant ici.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…