Accéder au contenu principal

Découverte d'une chambre de Chilacachapa

Le petit village de Chilacachapa devait tribut à l'empire mexica. Situé sur la municipalité de Cuetzala de Progreso, dans l'état de Guerrero, Chilacachapa gardait un secret qui a récemment été révélé au public. Suite à un appel d'habitants, une équipe d'archéologues dirigée par Edgar Pineda Santa Cruz a été envoyé pour fouiller une pièce dont un des murs menaçait de tomber. Une cavité rempli de décombres fut ainsi localisée. Une fois les décombres enlevés, les archéologues se sont retrouvés face à l'entrée d'une crypte souterraine datant d'il y a 1500 ans.


Afin de protéger le contexte archéologique et la stratigraphie de la chambre, ils ont préféré percer une des parois de la crypte. C'est en procédant à l'enregistrement stratigraphique que les archéologues ont compris que le ou les corps qui avaient été déposés à l'Epiclassique ont été soustraits au Postclassique, probablement au moment de l'occupation mexica.

Selon Pineda Santa Cruz, cette tombe fut préparée probablement par un groupe de filiation chontal avant d'être profanée par l'occupant mexica, avec la possible intention de légitimer leur pouvoir sur cette communauté. Elle fut utilisée à deux reprises si on prend en compte la présence de deux sols différents : le plus ancien en argile cuite, le second en stuc grossièrement préparé. C'est dans ce dernier que fut préparée une cavité de 30 cm, de diamètre pour 40 de profondeur. Des restes de charbon et une jarre fragmentée y ont été retrouvés.

Il est d'ailleurs surprenant de voir que les profanateurs s'en sont pris principalement au squelette, même s'il est probable que les pièces les plus intéressantes ont été retirées lors de la profanation. A chaque extrémité de la pièce, des encensoirs et deux vaisselles à visage humain avaient été déposées. Le reste du mobilier funéraire comportait les éléments suivants : un anneau en nacre, de petits disques en coquillage, une perle en pierre verte, des os de canidés et d'oiseaux, de la céramique de style teotihuacain.

L'archéologue Antonio Hermosillo Worley revient sur les circonstances de la profanation de la tombe. Selon lui, une fois le squelette retiré, la tombe fut de nouveau couverte de pierres et de terre et fut rituellement brûlée comme c'était l'usage en cas d'invasion et de victoire sur une communauté. Qui plus est, des lames en obsidienne grise et des poinçons en os, qui n'ont rien à voir avec ce contexte rituel, semblent être les vestiges de la présence postérieure d'individus dans cette tombe.

L'architecture de la tombe est d'ailleurs remarquable. Haute de 2,5 m, elle a une forme rectangulaire ( 2 m de large pour 3,7 de long). Sa voûte, formée de pierres taillées plates et superposées, n'est pas sans rappeler la fameuse voûte maya en V inversé.

L'INAH propose également sur sa chaîne Youtube un reportage qui reprend les différents éléments que nous venons de résumer.

 
Enfin un diaporama des fouilles est également disponible sur le site de l'INAH et complète la note publiée par cette institution.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…