Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 130

Ce dernier numéro de la revue co-publié par l'INAH a pour thème principal les apports du Mexique au reste du monde. A la lecture de ce titre, votre serviteur a pensé à L'indien généreux. Ce que le monde doit aux Amériques. Ce titre publié par Louise Côté, Louis Tardivel et Denis Vaugeois proposait en 1992 un panorama des apports culturels, agricoles et linguistiques du continent américain au reste du monde, incluant notamment de nombreux aspects préhispaniques mésoaméricains.


À ce titre le titre du dossier de la revue est quelque peu réducteur, géographiquement et culturellement parlant : la flore, l'obsidienne existaient aussi au Guatemala ou en Amérique centrale. Le Mexique est un pays récemment formé si on compare aux frontières macro-régionales bien plus vastes qui prévalaient avant ou lors de l'arrivée des Espagnols.

Ceci étant dit, les aspects proposés dans ce dossier thématique sont judicieusement choisis. C'est Eduardo Matos qui signe l'article d'introduction : le chercheur émérite de l'INAH rappelle l'importance des sites archéologiques mexicains inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO, non sans avoir préalablement signalé rapidement l'intérêt que ceux-ci avaient provoqué auprès des voyageurs et explorateurs dès la fin du XVIIIe siècle et la découverte de la Pierre du Soleil en 1790, il y a tout juste 224 ans.

Le deuxième aspect traité concerne les apports alimentaires. Luis Alberto Vargas, chirurgien, biologiste et anthropologue à l'UNAM, revient évidemment sur l'importance du maïs et du procédé de nixtamalisation mais il propose aussi un rapide catalogue visuel sur les haricots, piments, cacaos, fruits et herbes, condiments qui ont parcouru le reste de la planète. Il convient à ce titre de rappeler qu'Arqueología mexicana a publié une série de hors-série à consulter sur le sujet : le 12 sur la cuisine mexicaine, le 32 sur les piments, le 36 sur la tomate, les courges et les haricots, le 38 sur le maïs, le 45 sur le cacao.

Kenneth Hirth, spécialiste de l'obsidienne, propose un article qui propose à la fois des propriétés géologiques de ce verre volcanique et des expériences de taille des noyaux, notamment dans la région de Cantona, Puebla.

Les botanistes Edelmira Linares et Roberto Bye reviennent sur la flore mexicaine et détaille notamment les espèces florales qui, pour différentes raisons, ont vu leur culture s'étendre à d'autres régions du monde. Les auteurs ne délaissent pas la portée symbolique des nochebuenas ou l'importance économique du coton (ichcatl en nahuatl). Leur article essaie de prendre en compte la variété des écosystèmes mexicains en présentant certaines espèces propres des zones arides et/ou désertiques.

La Dr. Ascención Hernández de León-Portilla nous propose un intéressant détour sur l'apport des langues mésoaméricaines, le nahuatl en particulier, à d'autres langues. La linguiste de l'INAH revient sur les mots les plus évidents comme tomate, chocolat, cacahuète, avocat.

Moins évidents à percevoir sont les apports de la médicine nahuatl préhispanique. Médecin et historien de la médecine, Carlos Viesca effectue un rapide résumé de la conception et de la pratique de la médecine traditionnelle, qui continue souvent d'être ostracisée par la médecine hippocratique occidentale.

Parallèlement à ce dossier, la revue compte plusieurs articles et rubriques traditionnelles. Ainsi, Xavier Noguez présente brièvement le Manuscrit Mexicain n°40 conservée à la Bibliothèque Nationale de France. Ce document est en fait un ancien xiuhámatl ou livre des années.

Dans la série des archéologues mexicains ayant œuvré à l'étranger, Angelina Macías Goytia nous présente le projet archéologique qu'elle a co-dirigé en Egypte. L'égyptologue avait notamment pour charge l'étude, le sauvetage et la restauration du complexe funéraire de Puimra, prêtre d'Amon et trésorier d'Hatshepsout et Toutmosis III, souverains appartenant à la XVIIIe dynastie.

Eduardo Matos Moctezuma, dans le cadre de ses courts articles consacrés aux légendes urbaines de l'archéologie mexicaine, se pose la question du nombre de codex préhispaniques actuellement présents au Mexique.

Ce numéro comporte également trois autres publications de grand intérêt. Le premier est le résultat d'une collaboration entre Leonardo López Luján, Alfredo López Austin et José María García. Il y est question d'un chacmool, probablement originaire de Tula et réutilisé par les Mexicas.

Il est courant que la recherche archéologique nous fasse découvrir quelque chose de très différent de ce qui était originalement prévu. Sur le site classique mixe-zoque de Chiapa de Corzo, les archéologues ont involontairement découvert des traces de piments dans des vaisselles déposées en offrande funéraire.

Le dernier article traite d'archéologie historique : José Medina González Dávila s'est fendu d'une belle présentation de Fort Lipantitlán, territoire occupé depuis le Paléoindien dans le sud du Texas.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…