Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 60

En France, il est déjà probable que vous ayez déjà acheté le calendrier 2015 aux sapeurs-pompiers ou à votre facteur préféré. Rien de semblable ici au Mexique. Cependant la revue Arqueología mexicana propose un numéro hors-série qui pourrait être accroché à un clou dans votre cuisine ou votre bureau. Ce numéro reprend différentes travaux de Rafael Tena qui avait également officié pour le hors-série sur la religion mexica. Cet auteur base sa corrélation sur la date de la conquête de Tenochtitlan, enregistrée simultanément dans le xiuhpohualli et dans le calendrier julien alors en vigueur en Europe.



Le temps des cultures préhispaniques était conçu et construit d'une manière très différentes à l'Europe occidentale du XVIe siècle. Deux calendriers étaient en fait en vigueur comme nous avons pu l'expliquer à plusieurs reprises sur ce carnet. Les Mexicas prenaient en compte un calendrier solaire o xiuhpohualli de treize vingtaines (360 + 5 jours néfastes appelés nemontemi). Le second calendrier ou tonalpohualli reposait sur vingt treizaines (260 jours). Dans la revue qui nous concerne, il n'est fait aucune allusion au débat, pour ne pas dire à la polémique, sur les problèmes de corrélation des calendriers. De même la question du bissexte est totalement est mise de côté.

Ce hors-série présente une grande variété d'informations qui peuvent parfois étourdir le lecteur, en dépit d'une planche explicative au début de la revue. L'éphéméride des saints fêtés et autres évocations de la Vierge ou du Christ empiètent sérieusement sur le contenu et le déroulement des activités rituelles préhispaniques trop sommairement rapportées. Un glossaire et une bibliographie complètent l'ensemble. Les illustrations sont comme toujours d'excellente qualité : il s'agit de reproductions de différents codes.

Bref, l'ethnohistorien ou l'historien des religions ne trouveront pas grand-chose à exploiter. En revanche, le curieux qui aurait manqué les numéros sur la religion mexica et les calendriers préhispaniques bénéficiera d'une séance de rattrapage.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…