Accéder au contenu principal

L'INAH lance une application sur le Codex Mendoza

Nous adorons l'utilisation des nouvelles techonologies à fin de diffusion et de divulgation du patrimoine mexicain. Imaginez un peu notre contentement en lisant le titre de ce bulletin publié de l'INAH.

L'accès aux documents et textes préhispaniques ou coloniaux demeurent souvent difficiles. Si une grande partie est conservée à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia, sise dans le musée du même nom, le reste est éparpillé un peu partout dans le monde. Les politiques de numérisation de ces documents varient beaucoup d'une bibliothèque à l'autre et empêche souvent le jeune chercheur de pouvoir les consulter convenablement et à tout instant.


CodexMendoza01.jpg

"CodexMendoza01" by Unknown - English Wikipedia. 
Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.


L'accord passé entre la Bibliothèque Bodley d'Oxford et l'INAH est à ce titre salutaire. Il est donc désormais possible d'accéder directement à une version en haute résolution du Codex Mendoza. Disponible normalement à travers une page sobre, la nouveauté réside en une application téléchargeable sur iTunes.Ce premier pas vers une démocratisation de l 'information en appelle nécessairement d'autres. Il faut espérer d'abord que cette application et la page ne serait pas seulement un coup de publicité. Il est plus que nécessaire que l'accès à ce patrimoine de l'humanité soit véritablement accessible à tous, sans restriction.

Chaque folio du manuscrit est disponible en deux formats. Une version réduite permet de situer la page qu'on cherche. À gauche, différentes icônes permettent d'interagir avec le documents. On trouvera une icône Sections qui permet d'accéder à un découpage du document par séquence. L'icône Hypermedia, symbolisée par un trombone, permet d'observer la page dans une excellente résolution. Le lecteur dispose d'un autre bouton appelé Transcription pour lire l'écriture cursive : il s'agit des transcriptions effectuées par Francés Berdan et Patricia Rieff Anawalt dans une édition fac simile de 1992. L'icône Matérialité est représenté par un parchemin est . Le quatrième icône en forme de punaise carte permet de situer géographiquement les lieux mentionnés soumis au tribut à la Triple Alliance. Curieusement la carte a été préparée sous Google Maps. Au fur et à mesure de l'expansion mexica, on peut voir les pages du Codex qui sont prises en compte. Une frise chronologique placée sur la partie inférieure s'anime afin d'établir les phases d'expansion à l'époque de tel ou tel tlatoani.

L'internaute pourra également effectuer trois lectures thématiques du Codex Mendoza : Expansion territoriale, Tribut et Vie quotidienne. Ils sont disponibles sur la partie supérieure gauche de la page. Tout en haut, on dispose de liens qui nous renvoie vers l'accueil, le codex, des extras et une bibliographie d'une rare amplit. Le troisième lien propose une présentation du projet de numérisation et une paléographie.

À droite de l'écran, on notera l'échelle qui permettra d'avancer ou de reculer pour observer le folio en détail ou de manière plus générale.

Le choix de rendre disponible l'application uniquement disponible sur iTunes est aussi polémique quand on sait que la majorité des terminaux mobiles et des tablettes fonctionnent sous Android. Une application doit rapidement apparaître sur la Playstore ! La décision de l'INAH est un paradoxe à ce qui a été entrepris depuis plusieurs années avec l'accord que cette institution avait signé avec Google : on peut visiter virtuellement le MNA grâce à la même technologie que Google Maps, voir en très haute résolution les principales oeuvres du musée via Google Art Project. Il y a une donc une césure importante et un paradoxe dans la politique virtuelle de l'INAH. N'étant pas Mac-addict, cette décision nous paraît donc réductrice et malvenue.

N'hésitez pas à nous proposer vos réactions sur cette application, notamment sur les réseaux sociaux où nous sommes présents.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…