Accéder au contenu principal

L'INAH lance une application sur le Codex Mendoza

Nous adorons l'utilisation des nouvelles techonologies à fin de diffusion et de divulgation du patrimoine mexicain. Imaginez un peu notre contentement en lisant le titre de ce bulletin publié de l'INAH.

L'accès aux documents et textes préhispaniques ou coloniaux demeurent souvent difficiles. Si une grande partie est conservée à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia, sise dans le musée du même nom, le reste est éparpillé un peu partout dans le monde. Les politiques de numérisation de ces documents varient beaucoup d'une bibliothèque à l'autre et empêche souvent le jeune chercheur de pouvoir les consulter convenablement et à tout instant.


CodexMendoza01.jpg

"CodexMendoza01" by Unknown - English Wikipedia. 
Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.


L'accord passé entre la Bibliothèque Bodley d'Oxford et l'INAH est à ce titre salutaire. Il est donc désormais possible d'accéder directement à une version en haute résolution du Codex Mendoza. Disponible normalement à travers une page sobre, la nouveauté réside en une application téléchargeable sur iTunes.Ce premier pas vers une démocratisation de l 'information en appelle nécessairement d'autres. Il faut espérer d'abord que cette application et la page ne serait pas seulement un coup de publicité. Il est plus que nécessaire que l'accès à ce patrimoine de l'humanité soit véritablement accessible à tous, sans restriction.

Chaque folio du manuscrit est disponible en deux formats. Une version réduite permet de situer la page qu'on cherche. À gauche, différentes icônes permettent d'interagir avec le documents. On trouvera une icône Sections qui permet d'accéder à un découpage du document par séquence. L'icône Hypermedia, symbolisée par un trombone, permet d'observer la page dans une excellente résolution. Le lecteur dispose d'un autre bouton appelé Transcription pour lire l'écriture cursive : il s'agit des transcriptions effectuées par Francés Berdan et Patricia Rieff Anawalt dans une édition fac simile de 1992. L'icône Matérialité est représenté par un parchemin est . Le quatrième icône en forme de punaise carte permet de situer géographiquement les lieux mentionnés soumis au tribut à la Triple Alliance. Curieusement la carte a été préparée sous Google Maps. Au fur et à mesure de l'expansion mexica, on peut voir les pages du Codex qui sont prises en compte. Une frise chronologique placée sur la partie inférieure s'anime afin d'établir les phases d'expansion à l'époque de tel ou tel tlatoani.

L'internaute pourra également effectuer trois lectures thématiques du Codex Mendoza : Expansion territoriale, Tribut et Vie quotidienne. Ils sont disponibles sur la partie supérieure gauche de la page. Tout en haut, on dispose de liens qui nous renvoie vers l'accueil, le codex, des extras et une bibliographie d'une rare amplit. Le troisième lien propose une présentation du projet de numérisation et une paléographie.

À droite de l'écran, on notera l'échelle qui permettra d'avancer ou de reculer pour observer le folio en détail ou de manière plus générale.

Le choix de rendre disponible l'application uniquement disponible sur iTunes est aussi polémique quand on sait que la majorité des terminaux mobiles et des tablettes fonctionnent sous Android. Une application doit rapidement apparaître sur la Playstore ! La décision de l'INAH est un paradoxe à ce qui a été entrepris depuis plusieurs années avec l'accord que cette institution avait signé avec Google : on peut visiter virtuellement le MNA grâce à la même technologie que Google Maps, voir en très haute résolution les principales oeuvres du musée via Google Art Project. Il y a une donc une césure importante et un paradoxe dans la politique virtuelle de l'INAH. N'étant pas Mac-addict, cette décision nous paraît donc réductrice et malvenue.

N'hésitez pas à nous proposer vos réactions sur cette application, notamment sur les réseaux sociaux où nous sommes présents.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…