Accéder au contenu principal

Raíces 185 - Archéologie virtuelle avec Juan Monsivaís

Cette semaine, nous sommes revenus sur un thème qui intéressera nos lecteurs les plus "techies". Nous avions déjà reçu Juan Monsivaís il y a deux ans dans un précédent programme où il fut question de Tlamachqui, son projet d'archéologie virtuelle, unique en son genre au Mexique. Juan a d'ailleurs représenté le Mexique et l'Amérique latine lors d'un symposium récemment organisé sur le sujet en Espagne. Il partage avec nous son expérience et nous invite à nous inscrire à un mastère d'archéologie virtuelle en ligne.

Voici donc le programme 185, téléchargeable librement sur la plateforme Archive en format mp3 et ogg.



Crédits musicaux
  1. Jorge Reyes - Danza de la serpiente
  2. Antonio Cepeda - Tenochtitlan
Nous n'avons pas proposé d'agenda anthropologique cette semaine. Suite aux événements atroces qui se sont déroulés en France et au Mexique, il nous paraissait nécessaire de rappeler l'importance de défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse. À ce titre, Raíces et Mexique ancien sont des espaces de libre expression qui contribuent à la diffusion de la recherche anthropologique et in fine à comprendre l'autre et à le respecter.



Expositions
Los Códices de México, memorias y saberes, Museo Nacional de Antropología, México, du 18/09/2014 au 31/01/2015.
Aztecs, Australian Museum, Sydney, jusqu'au 15/02/2015. Lo de Candela: afrodescendientes en la Costa Chica de Guerrero y Oaxaca, México.  Exposition photographique, Museo Nacional de Antropología, México, jusqu'au 7/10.
Mayas : révélations d'un temps sans fin, Musée du Quai Branly, Paris, du 7/10 au 11/02/2015.
Exposition Código Puuc, arquitectura y simbolismo, Musée Palacio Cantón, Mérida, du 23/10 au 1/02/2015.
Exposition temporaire Nómadas de Barro: alfarería yumana prehistórica y actual, Casa de la Cultura, Mexicali, jusqu'en janvier 2015.
Exposition Mayas, el lenguaje de la belleza, Museo Nacional de China, Pekin, 13/11/2014 - 8/03/2015.

Eventos académicos
Séminaire Concepciones del “otro” y de la sexualidad en la cultura náhuatl del siglo XVI, avec Jaime Echeverría García y Miriam López Hernández, Aula 2, Instituto de Investigaciones Históricas, UNAM, cada martes de las 16 a las 18 horas.

Séminaire Estudios comparativos Andes-Mesoamérica: calendario, cosmovisión y paisajes rituales, avec Ricardo Moyano, Aula 3, Instituto de Investigaciones Históricas, UNAM, cada miércoles de 16 à  18 h.

Mayas meetings, Mesoamerican Center, University of Texas at Austin, Austin, 13-17/01. 

Cours de langue ch'ol, avec el Dr. Juan Jesús Vazquez, salle B302 de l'Unidad de Posgrado, Instituto de Investigaciones Antropológicas, Universidad Nacional Autónoma de México. Inscription $200.00, 7-16/01, de 15 à 16 h.

Nous vous rappelons que Raíces est un programme sans but lucratif sous licence Creative Commons Paternité - Partage à l'identique - Utilisation comerciale interdite. Ce programme a été enregistré et mixé par Sergio Becerra dans les studios de Radio UdeM, San Pedro Garza García, Nuevo León, México, le 5/12/2014 et le 08/01/2015, avant son émission le 10/01/2015. Montage et illustration sonore sont le travail de Sergio Becerra alors que votre serviteur a dirigé l'entretien.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…