Accéder au contenu principal

Un projet d'études novateur sur le Codex Borbonicus

Le fait est suffisamment rare pour justifier un billet sur ce carnet. La Bibliothèque de l'Assemblée Nationale a récemment autorisé un projet de recherches sur le Codex Borbonicus. Dans sa volonté de conserver un document polémique en sa possession depuis 1826 et probablement pillé du Palais de l'Escorial lors des guerres napoléoniennes en Espagne, le Palais Bourbon a tranché.


Codex Borbonicus, p.14.
Disponible le 06/01/2014 sur : 

Les analyses auquel sera soumis le document devront déterminer sa période de fabrication. Il existe depuis toujours un débat sur la temporalité de ce document parmi les ethnohistoriens. Certains prétendent qu'il fut élaboré avant l'arrivée des Espagnols en Nouvelle Espagne. D'autres considèrent au contraire qu'il fut peint dans les premières années de la Colonie. Plusieurs questions restent également en suspens : le Codex Borbonicus est-il l'oeuvre d'un tlacuilo (peintre) ou de plusieurs ? De combien de parties est-il composé ?

Long de 14 m, peint sur 36 pages de grand format inhabituel (39 cm x 40 cm), le codex sera donc sorti de sa capsule maintenue à 18° pour être passé au crible d'une équipe dirigée par Bertrand Lavédrine, directeur du laboratoire du Centre de Recherche pour la Conservation, dépendance du Muséum National d'Histoire Naturelle. Le chimiste Fabien Pottier produira d'ailleurs sa thèse sur le sujet. La recherche est financée conjointement par l'Assemblée Nationale et par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

En quoi ont consisté les études du Codex Borbonicus ? En mars 2014, en guise de test et de mise en bouche, les chercheurs français ont choisi deux pages, une de chaque côté du document. Ils ont comparé les pigments de couleurs en utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Puis en septembre dernier, c'est l'imagerie hyperspectrale qui est mise en oeuvre afin de déterminer la composition chimique du document. Cette technologie, originalement utilisée à des fins militaires et aéronautiques trouve ainsi une application civile inattendue. Les deux côtés du document ont donc été numérisés, représentant pas moins de 400 Go de données ! Reste encore à décrypter toute cette information, notamment au moyen d'un programme en cours d'écriture.


Vidéo sur l'imagerie hyperspectrale.
Disponible le 06/01/2014 

La dernière phase du projet débutera en mars prochain. Elle essaiera d'établir l'origine chimique des jaunes et des marrons qui sont très présents dans le Codex Borbonicus. C'est précisément pour résoudre ce problème que l'équipe de Lavédrine a fait appel à une chercheuse mexicaine : Tatiana Falcon, chercheuse de l'Institut de Recherches Esthétiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique connaît bien les colorants que les artistes du XVIe siècle du centre du Mexique utilisaient. Il est plus que judicieux d'intégrer des chercheurs mexicains : on sait combien les Mexicains sont attachés aux documents dont ils ont été spoliés. L'année dernière, les autorités mexicaines n'ont pas hésité à débourser 1 000 000 de dollars pour récupérer le Codex Chimalpahin !

Pour en savoir plus sur le sujet, n'hésitez pas à lire l'article publié sur le site d'El País ou le billet publié par Gustavo Ramírez sur la Red Mexicana de Arqueología.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…