Accéder au contenu principal

Le Projet d'Archéologie Urbaine met la main sur le Huey Tzompantli

Après les découvertes du monolithe de Tlaltecuhtli, du calmecac, du Temple de Quetzacoatl, le Projet d'Archéologie Urbaine fondé par Eduardo Matos et actuellement dirigé par Raúl Barrera a de nouveau fait parler de lui. Dans un bulletin publié sur le site de l'INAH, on apprend que le huey tzompantli ou grand râtelier de crânes humains aurait été retrouvés sous les pavés de la rue Guatemala dans le centre de la capitale mexicaine. 

Lors d'une campagne de fouilles effectuée entre janvier et février de cette année, les archéologues ont mis au jour les restes d'une plateforme atteignant 45 cm de hauteur et longue de 13 m et large de 6 m. Mais la longueur totale de la construction est estimée à 34 m. Barrera est revenu sur la technique de construction : il s'agit d'un muret de pierres volcaniques locales appelées tezontle, recouvert d'une couche de stuc et de dalles (fig. 1). Il suit une orientation nord-sud et présente sur sa partie supérieure des restes de mâchoires et de crânes humains.


Fig. 1. Plateforme dallée du tzompantli.
Crédit photo : PAU / INAH.

Un autre élément architectural est la présence de cette petite structure circulaire (fig.2) composée d'un mélange de crânes humains et de "ciment" local. Les archéologues en ont compté d'ailleurs trente-cinq mais n'excluent pas l'existence d'autres vestiges humains. Les études médico-légales ont établi que la majorité des ossements appartenait à des hommes adultes. Cependant des crânes appartenant à des femmes et des enfants faisaient également partie des trophées qui étaient exposés sur ce mur.


Fig. 2. Élément circulaire du tzompantli.
Crédit photos: PAU/INAH.

Comme de nombreux vestiges de l'enceinte cérémonielle du Grand Temple de Tenochtitlan, nous sommes en présence d'éléments appartenant à la phase VI, la septième ayant été complètement rasée par les conquérants espagnols pour construire les édifices coloniaux encore visibles aujourd'hui. Le contexte de la phase VI du tzompantli est cependant loin d'être conforme à l'original : les chercheurs du PAU ont détecté plusieurs altérations datant de l'arrivée des Espagnols. Des trous de poteaux sur lesquels étaient enfilés les crânes ont été observés : d'un diamètre de 25 à 30 cm, ils étaient séparés de 60 à 80 cm (fig.3). 


Fig.3. Vestiges des trous de poteaux du tzompantli.
Crédit photo : Héctor Montaño / INAH.

Pour les peuples mésoaméricains, il est difficile de concevoir une construction sans y déposer une offrande d'inauguration ou de fermeture. En l'occurrence, les archéologues du PAU ont retrouvé quelques éléments de travertin tués rituellement et une offrande de 21 clochettes en cuivre et de perles en pierre verte. Cette dernière a malheureusement été souillée à l'époque coloniale (fig.4).


Fig. 4. Offrande de travertin.
Crédit photo: PAU / INAH.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…