Accéder au contenu principal

Applications pour apprendre le nahuatl

Suite à mon expérience décevante du jeu Poktapok, nous avons décidé de parcourir la Google Play Store pour tester différentes applications qui nous proposent d'apprendre les rudiments du nahuatl. Une rapide recherche nous permet de localiser les applications qui fonctionnent généralement toutes comme des imagiers.

Nahuatl Naman (développeur Nahuatl Naman) est noté 4,4/10. C'est a priori le choix le plus sérieux puisque son développement a été supervisé par le département d'histoire de l'Université d'Arizona. On peut choisir entre espagnol et anglais pour définir l'interface. Le passage entre chaque mot ou expression est quelque peu laborieux. Les rudiments de grammaire ne sont pas expliqués et limitent une construction complexe et, ut secuendi, une véritable communication. Des cartes de mémoire facilitent l'apprentissage du vocabulaire de base. Une évaluation de compréhension orale est prévue mais rien qui s'apparente à de l'expression orale ou écrite.



Nahuat (développeur Victor Tobar) a été noté 5/5 par 5 utilisateurs. Il fallait donc considérer cette application avec circonspection. L'application est installée par défaut en anglais même si on peut la passer en espagnol. Elle est parfaitement intégrée à un environnement Android. C'est même la seule testée qui propose une vue adaptée aux tablettes. Son interface est relativement froid mais il. Le développeur propose des mises à jour et propose de rapporter les erreurs directement depuis l'application. Pour l'heure, seul est disponible le cours élémentaire. Il s'agit d'un ambitieux projet d'apprentissage de nahuatl contemporain. Les leçons associent des exercices de mise en relation mot/expression-image et de cours exercices de rédaction. Pour l'heure, le cours compte plusieurs centaines de mots. On peut consulter aussi des cartes rapides mais sans images. A mon humble, il s'agit en effet d'un excellent choix si vous souhaitez maîtriser les bases du nahuat pipil moderne.


Cover art

Tozcatl (développeur Axcan) propose une démarche intéressante, notée 4,6/10. Au-delà de la simple association image-mot en nahuatl classique, il propose de prononcer les mots pour avancer dans les cinq niveaux de difficulté proposés. L'application est disponible dans une traduction imprécise en français. La section études propose le mot nahuatl classique, sa traduction en français et sa prononciation à répéter dans les examens correspondants. A priori, il s'agit plus de coller à l'intonation qu'à la prononciation. L'application est améliorable à bien des égards mais elle dispose de bonnes fondations pour une première approche de la langue.



Tlapohualme ika muossiehuale (développeur CAYDEEM) est une app tout simple faite pour les plus jeunes pour apprendre de compter de un à dix en nahuatl contemporain. Il est généreusement noté 4,6/5.


Cover art

On peut également consulter des dictionnaires nahuatl-espagnol comme celui proposé par l'éditeur Semilla. Ce dernier propose en outre d'autres dictionnaires bilingues. Le dictionnaire Tlahtolli préparé par l'éditeur Winsoft est noté 3,9/5. Même s'il peut être installé sur tablette, il est uniquement exploitable sur téléphone intelligent. Il est impossible d'y effectuer une recherche et nous n'avons pas pu l'essayer véritablement. Un des aspects intéressants et qu'il considère la langue nahuatl dans ses variantes locales.


Cover art

Vous disposez désormais de différentes options pour aborder la langue de Nezahualcoyotl. A vous de voir laquelle vous sied le mieux.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…