Accéder au contenu principal

Mise au jour d'un système de canalisations sous la Pyramide des Inscriptions à Palenque

Un communiqué de l’INAH a récemment suscité un grand intérêt médiatique au Mexique. La nouvelle a même eu droit aux gros titres du journal télévisé de Televisa, le plus regardé au Mexique. Non sans erreur puisque la journaliste qui narrait la découverte a rappelé que K’inich Janaab’ Pakal “semblait conduire un vaisseau spatial”.

L’infographie suivante, publiée sur le site de l’INAH vous donnera une idée générale de la découverte.

20160725_infografia_canalespalenque.jpg
http://www.inah.gob.mx/images/infografias/20160725_infografia_canalespalenque.jpg

Jusqu’à présent, la thèse de Ruz Lhuillier dont l’équipe découvrit la tombe de K’inich Janaab’ Pakal en 1952 était la suivante. Le tombeau fut creusé dans la roche mère avant d’être recouvert par les neufs corps et le bâtiment, formant ainsi le mausolée de ce dirigeant emblématique la cité alors appelée Lakam’ha, “El lugar de las grandes aguas”.

Or les fouilles semblent modifier notablement cette chronologie. Selon Arnoldo González, directeur du Projet archéologique Palenque, la Pyramide des inscriptions fut probablement construite sur une des nombreuses sources qui alimentaient la cité maya. Le système de canalisations aurait été préparé et effectué avant même la planification de la pyramide.

Au moyen d’un petit robot télécommandé et muni d’une caméra, technique utilisée précédemment pour explorer le long tunnel sous la pyramide adossée à Teotihuacan, les archéologues ont pu dresser une image encore très partielle de ce réseau complexe construit sur plusieurs niveaux. Ils ont tout de même pu établir qu’une de ces canalisations passait à 1, 70 m sous la paroi nord de la tombe de Pakal.

Crédit photo : Proyecto Arqueológico Palenque / INAH.

Le seul conduit exploré est d’une grande régularité : 50 cm de haut sur 40 cm de large. Long de 17 m, il est jalonné de grande pierres dalles en calcaire déposées horizontalement sur d’autres plus petites placées verticalement. L’ensemble est cimenté par de l’argile, garantissant une bonne étanchéité puisque les scientifiques ont pu observer que l’eau s’y écoule encore naturellement.

Orienté nord-sud, le conduit principal parcourt 9 m vers l’esplanade située sous le Temple et débouche sur un déversoir. Au coin sud-est de ce déversoir, une autre canalisation, haute de 40 cm et large de 20 cm, court parallèlement à la première mais 20 cm plus haut avant. Le conduit principal remonte vers le sud-ouest sur 3 m par un espace de 20 cm de côté. Il remonte encore sur une distance de 5 m. L’étroitesse a empêché les petits robots d’avancer plus loin.

Mais au fait, pourquoi une telle découverte ? Comment les archéologues ont-ils été amenés à fouiller à cet endroit ? Commen souvent en archéologie, il faut un peu de chance. Il s’agissait originalement d’effectuer des travaux d’entretiens, au pied de la Pyramide des inscriptions. Les archéologues avaient creusé des puits de sondages afin de situer le point de départ des deux rampes de l’escalier monumental. Rapidement les fouilles atteignent le niveau de la roche mère et il est décidé d’élargir le champ d’opération.

Crédit photo : Proyecto Arqueológico Palenque / INAH.
C’est là qu’est observée une rupture dans le prolongement des rampes et de l’autel qui le précède : des pierres remplissaient un intervalle large de 3, 75 m.

Crédit photo : Proyecto Arqueológico Palenque / INAH.
De lourdes pierres de calcaire avaient été accommodées et cimentées au moyen d’argile. Au total quatre couches ont été détectées, toutes préparées de la même manière.

Crédit photo : Proyecto Arqueológico Palenque / INAH.
Pour González, la présence de ces canalisations est d’abord fonctionnelle. Elles permettaient la récupération des eaux pluviqles provenant des terrasses utilisées par le Temple XXV situé au sud et en amont du Temple des inscriptions. La seconde hypothèse que González juge plus plausible est donc celle de la canalisation d’une source située sous la pyramide. En effet différents textes épigraphiques font des allusions à la nature aqueuse de l’inframonde que devait traverser le défunt avant de ressurgir de la terre.

Pour en savoir plus sur cette découverte, nous vous invitons à regarder le reportage en espagnol mis en ligne sur la chaîne INAHTV: https://youtu.be/tG3rG_sbkyc. Plusieurs photographies sont également visibles sur le site de l’INAH.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…