Accéder au contenu principal

Des bouilleurs de crue à Cacaxtla


Un article publié dans la Gaceta UNAM donne un éclairage nouveau sur les traditions distillatoires au Mexique. Si le Mexique actuel est connu sur sa production de tequila, il existe d’autres alcools résultats de la distillation de différentes espèces d’agave ou de maguey, réparties sur à peu près l’ensemble du territoire mexicain. Ils répondent aux doux noms de mezcal, principalement produit à Oaxaca, ou sotol, préparé au Durango, au Coahuile et au Chihuahua (l’état pas la race de chien, hein!).

Mais dans tous les cas, on reste persuadé que les groupes autochtones connurent les techniques de distillation au contact des conquérants espagnols qui, soit dit en pensant, les avaient récupérés des Arabes ayant séjourné dans la péninsule ibérique au début du millénaire passé. C’était sans compter sur les travaux entrepris et exposés par Mari Carmen Serra Puche et Jesús Carlos Lazcano Arce, chercheurs de l’Institut de Recherches Anthropologiques de l’Universidad National Autonome du Mexique, dans l’ouvrage El mezcal, una bebida prehispánica. Estudios etnoarqueológicos.



Les auteurs expliquent avoir soumis à des analyses radiocarbones une série d’échantillons récupérés lors de fouilles dans les unités habitationnelles situées à l’est du Grand Basement de Cacaxtla-Xochitecatl. Différents fours qui semblent avoir été construits pour brûler des piñas de maguey ont été mis au jour. L’hypothèse menant à un four pour la production de céramiques fut rapidement abandonnée : la disposition des pierres ne semblaient pas l’indiquer. Plusieurs traces d’écoulements ont mis la puce à l’oreille des archéologues. Leurs collègues de la Faculté de Chimie ont identifié un liquide qui correspond à de la piña de maguey brûlée. En plus du lieu de cuisson et du produit, des tessons de céramique d’une certaine taille ont été retrouvé et correspondaient à des distillateurs.

À titre de comparaison, voici une vidéo qui montre l’équivalent moderne de ces fours aux environs de Miahuatlan, Oaxaca.


Les éléments organiques retrouvés ont indiqué une fourchette temporelle remontant au Préclassique moyen entre 600 et 400 avant notre ère ! C’est une petite révolution en soi. La consommation de boissons enivrantes par les groupes préhispaniques variait énormément : les témoignages recueillis par Durán et Sahagun indiquent que les Mexicas et d’autres peuples la contrôlaient strictement quand d’autres étaient plus laxes. Un point commun semblent toutefois se dégager : une consommation rituelle et probable réservée à certaines fêtes et probablement à certaines personnes. Rappelons que les Mexicas condamnaient sévèrement l’ivresse en public, sauf quand on atteignait l’âge de 52 ans, considéré comme un privilège. La découverte de Cacaxtla-Tlaxcala remet aussi clairement en cause notre état de connaissance sur la distillation et la consommation de vin distillé de maguey.

Huerta, L. (2017). Los prehispánicos ya producían mezcal destilado hace 25 siglos. En línea el 5 January 2017: http://www.gaceta.unam.mx/20170105/los-prehispanicos-ya-producian-mezcal-destilado-hace-25-siglos/

Serra Puche, M.C. & Lazcano Arce, J.C. (2016). El mezcal, una bebida prehispánica. Estudios etnoarqueológicos. Mexico: Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Antropológicas.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…