Accéder au contenu principal

Sur les nouvelles données du Huey Tzompantli

Après un lamentable épisode de communication gouvernementale ratée sur les découvertes du Temple d’Ehecatl et du Grand Tzompantli de Tenochtitlan il y a quelques semaines (Mexique ancien, 2017 ; INAH, 2017), l’archéologie reprend ses droits.

Le Programme d’Archéologie Urbaine, brillamment dirigé par Raul Barrera, poursuit depuis la lente récupération et étude des vestiges du Grand mur de crânes, cet ouvrage sidérant décrit entre autres par Tapia (2008).

Tzompantli, Templo Mayor, Mexica, Postclassique.
Crédit photo : PAU/INAH récupéré de  http://www.nationalgeographic.com.es/medio/2017/07/04/mexico1_025cbc4a_800x551.JPG .

C’est celui dédié à Huitzilopochtli qui est actuellement fouillé par Barrera. Il a la forme d’une tour conique atteignant 6 m de diamètre à la base. Un échantillon de 70 crânes (correspondant à 10500 fragments) a été composé pour qu’ils soient catalogués, dessinés, numérisés et photographiés. Pour Barrera, il est difficile d’estimer précisément combien de crânes ont été regroupés à cet endroit.

Selon Barrera, ces crânes étaient originellement placés sur un autre tzompantli, perforés de chaque côté. Avec le temps, il n’est pas impossible qu’ils soient tombés du pâle qui les retenaient ou qu’ils aient été remplacés par d’autres. Dès lors, leur usage changea et ils pourraient avoir été “recyclés” pour la construction de ce huey tzompantli.

Selon Lorena Vázquez, les résultats d’anthropologie physiques ont établis que seulement 2% des crânes correspondaient à des individus non adultes. En ce qui concerne le genre des victimes, seulement 3% de l'échantillon ont pu livrer un verdict : 2% correspondent à des hommes et 1 % à des femmes. Des analyses supplémentaires de cet échantillon chercheront à établir l’origine ethnique et géographique de ces personnes. Cela remet en cause l'idée que les archéologues avaient de l'origine des victimes de décapitations. Motolinia (1979: 42) estimait qu'ils s'agissait de prisonniers de guerre, et que leurs chefs étaient même dépecés. 

Cette mise à jour nous donne une image plus précise des coutumes rituels. Mais il ne s’agit en rien, comme le proclame Roca Barea (2017) dans le quotidien espagnol El Mundo, d’un Holocauste. Si le terme grec holocauste fait bien référence à un sacrifice multiple, l’Holocauste est une des pièce centrale de la folie nazie. Attention à ne pas galvauder un terme ni un des moments tragiques de l’Histoire par simple effet de sensationnalisme ou pire, par ignorance. Comme le dit Raul Barrera, il s’agit d’ “un culte à la vie au moyen de la mort”, l’idée étant de fournir au Soleil l’énergie dont il a besoin pour poursuivre son chemin.

Pour les plus hispanophones de nos lecteurs, nous invitons à voir ce court reportage accessible sur la chaîne INAHTV (2017, 10 juillet). On notera l’absence de bulletin de l’INAH et de communiqué officiel autant de la part du Secrétariat à la culture que de la Présidence de la République.


Bibliographie
Forsmann, A. (4 juillet 2017). Hallan calaveras de mujeres y de niños en el Gran Tzompantli de la antigua Tenochtitlán. National Geographic España. [en ligne] retrouvé de http://www.nationalgeographic.com.es/historia/actualidad/hallan-calaveras-mujeres-ninos-gran-tzompantli-antigua-tenochtitlan_11689/1

[INAH TV]. (2017, 10 juillet). El Huey Tzompantli del Recinto Sagrado de Tenochtitlan [fichier vidéo]. Récupérée de https://youtu.be/4ONg6-HB0O4.

Mendoza, R. (2007). The Divine Gourd Tree. Tzompantli Skull Racks, Decapitation Rituals,and Human Trophies in Ancient Mesoamerica. Chacon, R.J., Dye, D.H. (éds.) The Taking and Displaying of Human Body Parts as Trophies by Amerindians, 403-443. Boston : Springer. [archivo facsimilar] recuperado de https://www.academia.edu/197123/The_Divine_Gourd_Tree_Tzompantli_Skull_Racks_Decapitation_Rituals_and_Human_Trophies_in_Ancient_Mesoamerica.

Roca Barea, M.E. (2017, 10 juillet). Las pruebas que confirman el Holocausto azteca. [en ligne] El Mundo. Récupéré de http://www.elmundo.es/cultura/2017/07/10/59629aefe5fdea89338b45ff.html.

Tapia, A. de. (2008). Relación de la Conquista de México. Mexico: Gandhi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…