Accéder au contenu principal

VIII Table ronde de Palenque

Il y a un petit mois, Palenque accueillait la huitième édition de la Table ronde homonyme dont le thème central était la sustentabilité des anciennes villes mayas. 

Lors de la conférence inaugurale, Takeshi Inomata a présenté ses travaux sur la ville de Ceibal, notamment commen le LIDAR a permis de redéfinir la topographie de la ville. 



Point commun avec les enregistrements de la Table ronde de Teotihuacan, tout au moins dans ce cas : le son est de mauvaise qualité et on observe rapidement un décalage entre son et image. 

La première table compte deux parties axées autour du monde construit. Guillermo Bernal Romero et Arnoldo González Cruz se sont intéressés aux systèmes de canalisations qui parcourent Palenque. Octavio Quetzacóatl Esparza Olguín a présenté les progrès de l'épigraphie à Coba, au Quintana Roo. Milan Kovac est revenu sur la ritualité et l'idéologie présentes à Uaxactún. Ivan Sprajc a pour sa part démonté l'idée de la descente du Serpent à plumes sur la pyramide homonyme à Chichen Itza. 




Lors de la seconde partie est intervenu Simon Martin sur les migrations des dynasties royales mayas. Lui ont succédé les épigraphistes Érik Velásquez García, Albert Davletshin, María Elena Vega Villalobos et Florencia Scandar avec une réflexion sur le diphrasisme chan ch’e’n et son évolution linguistique, José Huchim Herrera sur la gestion de l'eau à Chichen Itza. Guido Krempel s'est interrogé sur l'utilisation de l'environnement naturel dans la réalisation de rituels à Dos Torres. 

Un débat entre les participants a ensuite eu lieu, avant de laisser place à la seconde table ronde, axée sur la ville habitée et divisée là en trois moments. Lors de la première intervention, Whittaker Schroder a présenté une série de recherches entreprises sur des chèferies intermédiaires situées sur les fleuves Usumacinta y Busilijá. Joel W. Palka est également intervenu sur l'organisation urbaine près de la Laguna Mensabak au Chiapas durant le Préclassique et le Postclassique. Benito Venegas Durán a présenté les résultats d'analyses paléobotaniques et archéobotaniques effectuées sur des échantillons prélevés dans une habitation de caractère commun. Lynneth Lowe a montré comment le site préclassique de Chiapa de Corzo est au coeur d'un système frontalier d'échanges et d'interaction. Dans la seconde partie de cette table, Luz de Lourdes Herbert Pesquera a retracé l'élaboration des encensoirs-effigies au cours de cinq siècles. L'archéologue Akira Kaneko a pour sa part montré les rivalités politiques. Alejandro Tovalín a énoncé une hypothèse de vie quotidienne à Bonampak en fonction de son urbanisation. Enfin Rogelio Rivero Chong s'est interrogé sur le paysage rituel et la géographie sacrée qui pourrait avoir régi la vie des anciens Palencains. 

Le troisième axe des participations tournait autour du processus d'urbanisation. Sont intervenus Mario Manuel Aliphat avec une recherche sur l'archéologie du paysage à Yaxchilán,  Laura Caso Barrera sur le carrefour que Tah Itza représentait entre les Basses terres et les Hautes terres mayas, Bárbara Pieters sur la transformation du paysage naturel de Kaminaljuyu, Armando Anaya représentant un projet collectif sur le caractère multinodal de Yaxnohcah au Campeche, Nicholas Dunning représentant un projet collectif sur l'origine et le développement de gestion de l'eau dans la région élevée des Basses terres mayas. Une table ronde interne a permis aux intervenants de débattre et d'arriver à certaines conclusions communes.

Dernier aspect abordé durant cette huitième table ronde de Palenque et non des moindres, la relation entre patrimoine archéologique et contexte social. C'est Ilan Vit Suzan qui a comparé dans un premier la sustentabilité des villes mayas anciennes et actuelles. Josep Ligorred a partagé ses observations quant à la gestion du patrimoine archéologiques par les populations locales. Enfin Antonio Huitrón a effectué une série d'observations et de propositions sur la gestion du territoire pour la conservation du patrimoine. Suite à un dernier débat interne, Aída Castilleja a prononcé une conférence magistrale sur un problème récurrent des site archéologiques au Mexique : leur sustentabilité.

La table ronde de Palenque a également rendu hommage à une figure tutélaire de l'archéologie mexicaine des cinquante dernières années : l'archéologue Roberto García Moll. 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…