Accéder au contenu principal

VIII Table ronde de Palenque

Il y a un petit mois, Palenque accueillait la huitième édition de la Table ronde homonyme dont le thème central était la sustentabilité des anciennes villes mayas. 

Lors de la conférence inaugurale, Takeshi Inomata a présenté ses travaux sur la ville de Ceibal, notamment commen le LIDAR a permis de redéfinir la topographie de la ville. 



Point commun avec les enregistrements de la Table ronde de Teotihuacan, tout au moins dans ce cas : le son est de mauvaise qualité et on observe rapidement un décalage entre son et image. 

La première table compte deux parties axées autour du monde construit. Guillermo Bernal Romero et Arnoldo González Cruz se sont intéressés aux systèmes de canalisations qui parcourent Palenque. Octavio Quetzacóatl Esparza Olguín a présenté les progrès de l'épigraphie à Coba, au Quintana Roo. Milan Kovac est revenu sur la ritualité et l'idéologie présentes à Uaxactún. Ivan Sprajc a pour sa part démonté l'idée de la descente du Serpent à plumes sur la pyramide homonyme à Chichen Itza. 




Lors de la seconde partie est intervenu Simon Martin sur les migrations des dynasties royales mayas. Lui ont succédé les épigraphistes Érik Velásquez García, Albert Davletshin, María Elena Vega Villalobos et Florencia Scandar avec une réflexion sur le diphrasisme chan ch’e’n et son évolution linguistique, José Huchim Herrera sur la gestion de l'eau à Chichen Itza. Guido Krempel s'est interrogé sur l'utilisation de l'environnement naturel dans la réalisation de rituels à Dos Torres. 

Un débat entre les participants a ensuite eu lieu, avant de laisser place à la seconde table ronde, axée sur la ville habitée et divisée là en trois moments. Lors de la première intervention, Whittaker Schroder a présenté une série de recherches entreprises sur des chèferies intermédiaires situées sur les fleuves Usumacinta y Busilijá. Joel W. Palka est également intervenu sur l'organisation urbaine près de la Laguna Mensabak au Chiapas durant le Préclassique et le Postclassique. Benito Venegas Durán a présenté les résultats d'analyses paléobotaniques et archéobotaniques effectuées sur des échantillons prélevés dans une habitation de caractère commun. Lynneth Lowe a montré comment le site préclassique de Chiapa de Corzo est au coeur d'un système frontalier d'échanges et d'interaction. Dans la seconde partie de cette table, Luz de Lourdes Herbert Pesquera a retracé l'élaboration des encensoirs-effigies au cours de cinq siècles. L'archéologue Akira Kaneko a pour sa part montré les rivalités politiques. Alejandro Tovalín a énoncé une hypothèse de vie quotidienne à Bonampak en fonction de son urbanisation. Enfin Rogelio Rivero Chong s'est interrogé sur le paysage rituel et la géographie sacrée qui pourrait avoir régi la vie des anciens Palencains. 

Le troisième axe des participations tournait autour du processus d'urbanisation. Sont intervenus Mario Manuel Aliphat avec une recherche sur l'archéologie du paysage à Yaxchilán,  Laura Caso Barrera sur le carrefour que Tah Itza représentait entre les Basses terres et les Hautes terres mayas, Bárbara Pieters sur la transformation du paysage naturel de Kaminaljuyu, Armando Anaya représentant un projet collectif sur le caractère multinodal de Yaxnohcah au Campeche, Nicholas Dunning représentant un projet collectif sur l'origine et le développement de gestion de l'eau dans la région élevée des Basses terres mayas. Une table ronde interne a permis aux intervenants de débattre et d'arriver à certaines conclusions communes.

Dernier aspect abordé durant cette huitième table ronde de Palenque et non des moindres, la relation entre patrimoine archéologique et contexte social. C'est Ilan Vit Suzan qui a comparé dans un premier la sustentabilité des villes mayas anciennes et actuelles. Josep Ligorred a partagé ses observations quant à la gestion du patrimoine archéologiques par les populations locales. Enfin Antonio Huitrón a effectué une série d'observations et de propositions sur la gestion du territoire pour la conservation du patrimoine. Suite à un dernier débat interne, Aída Castilleja a prononcé une conférence magistrale sur un problème récurrent des site archéologiques au Mexique : leur sustentabilité.

La table ronde de Palenque a également rendu hommage à une figure tutélaire de l'archéologie mexicaine des cinquante dernières années : l'archéologue Roberto García Moll. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…